Nouvelles

Traceur AGR-15 - Historique

Traceur AGR-15 - Historique

Traceur

(AGR-15 : dp. 10 710 (f.); 1. 441'6"; b. 67'"; dr. 22' (moyenne); s. 11 k.; cgl. 151; a. 2 3", cl. Guardian ; T. Z-EC2-S-C51

William J. Riddle - un " Liberty Ship " - a été construit en vertu d'un contrat de la Commission maritime (coque MC E2340) le 24 décembre 1944 à Panama City, en Floride, par la JA Jones Construction Co., Inc., lancé le 31 janvier 1945, parrainé par Mme Marion Harders ; et, une fois terminé au début de 1945, a été livré à la War Shipping Administration, Maritime Commission.

William J. Riddle a opéré avec Moore-McCormack Lines et la Waterman Steamship Corp. de 1945 à 1947. Lorsque les hostilités ont pris fin en Extrême-Orient à la mi-août 1945, le « Liberty Ship » faisait route d'Hawaï aux Philippines. Converti en transporteur de bétail l'année suivante, il a fonctionné comme tel jusqu'à la fin de 1946. Retransformé en transporteur de marchandises sèches en mars 1947, il a voyagé vers les ports européens et méditerranéens jusqu'à l'été 1947, date à laquelle il a été désarmé dans le La flotte de réserve de défense nationale de la Commission maritime et amarré dans la rivière James, en Virginie. Elle y est restée pendant 10 ans.

La Marine a sélectionné W~lliam J. Riddle pour la conversion en navire de piquetage radar en mai 1957. Remorqué au chantier naval de Charleston (SC) peu de temps après, les travaux de conversion ont commencé le 24 mai 1957. Rebaptisé Interrupteur et classe) AGR-15, l'ancien "Liberty" a été mis en service à Charleston le 16 octobre 1958, le Lt. Comdr. George S. Harrison aux commandes.

Après le shakedown à Guantanamo Bay, à Cuba, et la disponibilité post-shakedown dans son chantier de conversion, l'Interrupter a navigué pour le Pacifique. Il a transité par le canal de Panama le 26 janvier 1959 et est arrivé à son port d'attache, San Francisco, Californie, le 12 février, le sixième AGR à rejoindre le tout nouveau Radar Picket Squadron 1.

Équipé du dernier équipement de détection radar, l'Interrupteur et ses sept navires jumeaux de la classe Guardian ont été conçus pour servir d'œil maritime au Commandement de la défense aérienne de l'Amérique du Nord, le maillon naval de la chaîne de stations d'alerte précoce couvrant les approches du Pacifique vers le États Unis. Sa mission était de « détecter, signaler et suivre les menaces aériennes ennemies approchant par des routes outre-mer et de contrôler les interceptions utilisées pour détruire ces menaces ».

Avant de prendre la mer pour sa première patrouille, elle a effectué des évolutions de formation avec les officiers de l'Armée de l'Air embarqués à bord pour se familiariser avec la mission du navire. De plus, les officiers et les hommes d'Interrupter se sont familiarisés avec le rôle de l'Air Force dans cette mission vitale. Le 6 mars 1959, Interrupt~r a navigué de San Francisco sur sa première patrouille de barrière.

Le 4 septembre 1959, l'Interrupter a été rebaptisé Tracer pour éliminer la confusion avec certains de ses navires jumeaux avec des noms à consonance similaire.

Entre 1959 et 1965, Tracer a effectué des patrouilles en mer, à divers postes de piquetage de la ligne radar contiguë ouest. Le navire s'est avéré être un navire efficace et a reçu des récompenses pour son efficacité administrative et opérationnelle à plusieurs reprises. Au fur et à mesure que des systèmes d'alerte précoce plus sophistiqués sont entrés en service, le besoin d'AGR a diminué en conséquence. Désactivé en 1965, le nom du Tracer a été rayé de la liste de la Marine le 1er septembre 1965. Il a ensuite été transféré à la Commission maritime et désarmé à Suisun Bay, en Californie, où il est resté jusqu'à la fin des années 1960.


OTD a été lancé dans les bureaux d'AGR à Straume.

Offshore Technology Days (OTD), l'une des plus grandes conférences norvégiennes sur le pétrole et le gaz offshore, se tient pour la 15e fois cette semaine à Stavanger. La conférence annuelle et les expositions devraient être visitées par plus de 25 000 visiteurs et l'événement de 2 jours accueille plus de 500 exposants.

AGR est l'un des principaux sponsors de l'événement.

Le salon a eu lieu pour la première fois il y a 15 ans dans les bureaux d'AGR à Straume, lorsque l'équipe opérationnelle senior de l'entreprise a décidé de créer une plate-forme de rencontre pour le marché des fournisseurs et des opérateurs. Depuis lors, le salon a considérablement augmenté en nombre et en popularité pour inclure des compagnies pétrolières nationales et internationales, des fournisseurs de technologies ainsi que des fournisseurs de services et d'équipements.

Geir Nordahl-Pedersen, l'un des fondateurs d'AGR, a commenté : « Nous avons vu à l'époque qu'il manquait un espace de rencontre pour les sous-traitants et les plus grands acteurs de l'industrie pétrolière et gazière. OTD, comme nous le connaissons aujourd'hui, s'est développé à partir d'une petite journée client AGR pour accueillir de nombreux fournisseurs et vendeurs différents au sein de l'industrie. Je suis vraiment fier que l'innovation et la pensée créative pour lesquelles les gens d'AGR sont connus aient franchi une étape pionnière dans l'histoire norvégienne du pétrole et du gaz.

La tradition et l'idée de l'événement initial de la journée client AGR ont été reprises par Offshore Media Group, une maison d'édition située à Bergen et derrière la populaire publication d'information offshore.no.

Le PDG d'AGR, Åge Landro, ajoute : « Chez AGR, nous sommes vraiment heureux de voir comment Offshore Media Group a réussi à transformer l'événement Offshore Technology Days en un événement de premier plan et respectable dans la communauté offshore locale et nous leur souhaitons bonne chance pour le spectacle de cette année. Il promet de battre tous les records de nombre de visiteurs et d'exposants obtenus précédemment.


Voir aussi [ modifier | modifier la source]

  1. ↑ Nick McCamley (2013). Bunker nucléaire secret de la guerre froide : la défense passive du monde occidental pendant la guerre froide. Stylo et épée. p.㺥. ISBN�.  
  2. ↑ Friedman, p. 231-233
  3. ↑ " Erreur : pas de |title= spécifié lors de l'utilisation de <> ". Naval War College.񎧏. p. 127.  
  • Friedman, Norman "Destroyers américains: une histoire de conception illustrée (édition révisée)", Naval Institute Press, Annapolis: 2004, ISBN 1-55750-442-3.

Cet article incorpore du texte du domaine public Dictionnaire des navires de combat navals américains.


Protecteur L'équipage était éligible pour les médailles suivantes :

UNE piquetage radar est une station, un navire, un sous-marin, un avion ou un véhicule équipé d'un radar utilisé pour augmenter la portée de détection radar autour d'une nation ou d'une force pour la protéger d'une attaque surprise, généralement une attaque aérienne. Par définition, un piquet radar doit être à une certaine distance des cibles prévues pour être en mesure de fournir alerte précoce. Souvent, plusieurs unités radar détachées encerclent une cible pour fournir une couverture accrue dans toutes les directions. Une autre approche consiste à positionner les unités pour former une ligne de barrière.

USS Piquet (YAGR/AGR-7) était un GardienNavire de piquetage radar de classe -, converti à partir d'un Liberty Ship, acquis par l'US Navy en 1955. Il a été obtenu de la Flotte de réserve de la Défense nationale et reconfiguré en tant que navire de piquetage radar et affecté au service de piquetage radar dans l'océan Pacifique Nord dans le cadre de la ligne d'alerte avancée lointaine.

USS Strickland (DE-333) était un Edsall-classe destroyer d'escorte en service dans l'US Navy de 1944 à 1946 et de 1952 à 1959. Il fut vendu pour démolition en 1974.

USS Lune (AKS-7) était un Liberty Ship construit aux États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle a été nommée à l'origine en l'honneur de Harriet Hosmer, une sculptrice néoclassique, considérée comme la première femme sculptrice professionnelle. Elle a été convertie peu de temps après l'achèvement en un Acubens-Les magasins généraux de classe émettent un navire et sont renommés Lune, le nom latin de la Lune. Elle était responsable de la livraison et du déboursement des biens et de l'équipement aux emplacements dans la zone de guerre.

USS Gardien (AGR/YAGR-1) était un GardienNavire de piquetage radar de classe -, converti à partir d'un Liberty Ship, acquis par l'US Navy en 1954. Sa tâche était d'agir dans le cadre des défenses radar des États-Unis pendant la guerre froide, en service jusqu'en 1965.

USS Chercher (YAGR/AGR-2) était un GardienNavire de piquetage radar de classe -, converti à partir d'un Liberty Ship, acquis par l'US Navy en 1954. Il a été reconfiguré en tant que navire de piquetage radar et affecté au service de piquetage radar dans l'océan Atlantique Nord dans le cadre de la ligne d'alerte lointaine.

USS Observateur du ciel (YAGR/AGR-3) était un GardienNavire de piquetage radar de classe -, converti à partir d'un Liberty Ship, acquis par l'US Navy en 1954. Il a été converti en navire de piquetage radar et affecté au service de piquetage radar dans l'océan Atlantique Nord dans le cadre de la ligne d'alerte lointaine.

USS Chercheur (YAGR/AGR-4) était un GardienNavire de piquetage radar de classe -, converti à partir d'un Liberty Ship, acquis par l'US Navy en 1954. Il a été obtenu de la National Defense Reserve Fleet et reconfiguré en tant que navire de piquetage radar et affecté au service de piquetage radar dans l'océan Atlantique Nord dans le cadre de la ligne d'alerte avancée lointaine.

USS Scanner (AGR/YAGR-5) était un GardienNavire de piquetage radar de classe -, converti à partir d'un Liberty Ship, acquis par l'US Navy en 1955. Il a été obtenu de la Flotte de réserve de la Défense nationale et reconfiguré en tant que navire de piquetage radar et affecté au service de piquetage radar dans l'océan Pacifique Nord dans le cadre de la ligne d'alerte avancée lointaine.

USS Localisateur (AGR/YAGR-6) était un GardienNavire de piquetage radar de classe -, converti à partir d'un Liberty Ship, acquis par l'US Navy en 1955. Il a été obtenu de la Flotte de réserve de la Défense nationale et reconfiguré en tant que navire de piquetage radar et affecté au service de piquetage radar dans l'océan Pacifique Nord dans le cadre de la ligne d'alerte avancée lointaine.

USS Intercepteur (AGR-8/YAGR-8) était un GardienNavire de piquetage radar de classe - acquis par l'US Navy en 1955, de la flotte de réserve « mise en sommeil ». Il a été reconfiguré en tant que navire de piquetage radar et affecté au service de piquetage radar dans l'océan Pacifique Nord dans le cadre de la ligne d'alerte avancée lointaine.

USS Enquêteur (AGR/YAGR-9) était un GardienNavire de piquetage radar de classe -, converti à partir d'un Liberty Ship, acquis par l'US Navy en 1954. Il a été reconfiguré en tant que navire de piquetage radar et affecté au service de piquetage radar dans l'océan Atlantique Nord dans le cadre de la ligne d'alerte lointaine.

USS Avant-poste (AGR/YAGR-10) était un GardienNavire de piquetage radar de classe -, converti à partir d'un Liberty Ship, acquis par l'US Navy en 1956. Il a été reconfiguré en tant que navire de piquetage radar et affecté au service de piquetage radar dans l'océan Atlantique Nord dans le cadre de la ligne d'alerte lointaine.

USS Veillée (AGR/YAGR-12) était un GardienNavire de piquetage radar de classe -, converti à partir d'un Liberty Ship, acquis par l'US Navy en 1956. Il a été reconfiguré en tant que navire de piquetage radar et affecté au service de piquetage radar dans l'océan Atlantique Nord dans le cadre de la ligne d'alerte lointaine.

USS Interdicteur (AGR/YAGR-13) était un GardienNavire de piquetage radar de classe -, converti à partir d'un Liberty Ship, acquis par l'US Navy en 1954. Il a été reconfiguré en tant que navire de piquetage radar et affecté au service de piquetage radar dans l'océan Pacifique Nord dans le cadre de la ligne d'alerte lointaine.

USS Interprète (AGR-14) était un GardienNavire de piquetage radar de classe -, converti à partir d'un Liberty Ship, acquis par l'US Navy en 1957. Il a été reconfiguré en tant que navire de piquetage radar et affecté au service de piquetage radar dans l'océan Pacifique Nord dans le cadre de la ligne d'alerte lointaine.

USS Traceur (AGR-15) était un GardienNavire de piquetage radar de classe -, converti à partir d'un Liberty Ship, acquis par l'US Navy en 1957. Il a été reconfiguré en tant que navire de piquetage radar et affecté au service de piquetage radar dans l'océan Pacifique Nord dans le cadre de la ligne d'alerte lointaine.

USS Gardien (AGR-16) était un GardienNavire de piquetage radar de classe -, converti à partir d'un Liberty Ship, acquis par l'US Navy en 1958. Il a été reconfiguré en tant que navire de piquetage radar et affecté au service de piquetage radar dans l'océan Pacifique Nord dans le cadre de la ligne d'alerte lointaine.


Traceur AGR-15 - Historique

Recherche USSr AGR-4
S il a été mis en service le 5 février 1945 sous le nom de Liberty Ship SS James W. Wheeler. Mis en service le 2 avril 1955 en tant que YAGR-4 et reclassé le 28 septembre 1958 en AGR-4. Il a été désarmé le 1er juillet 1965 et démoli le 7 août 1970.

H Il y a quelques photos prises vers 1960 à bord de l'USS Searcher, un navire de piquetage radar stationné à Davisville, RI.

En regardant vers le fantail avec l'antenne radar SPS-8 en vue.

Parfois, l'Atlantique n'a pas coopéré et avec la coque ronde de ces navires Liberty convertis de la Seconde Guerre mondiale, 10 à 20 degrés de roulis étaient la norme. Une fois, nous avons pris un roulis de 57 degrés en changeant de cap dans un ouragan et on nous a dit que si le navire avait roulé de quelques degrés de plus, il aurait été le bas vers le haut.

Le Searcher était le seul navire qui pouvait se vanter d'avoir une piscine. Il faisait environ 30 pieds carrés et 3 pieds de profondeur juste en avant sur le pont principal. Je me souviens m'être rafraîchi dans cette eau salée les jours chauds. Les autres activités récréatives comprenaient la pêche au large (généralement le requin), un demi-terrain de basket-ball et une salle de musculation, ainsi qu'une salle de cinéma sous les ponts.

Oui, il y avait des activités récréatives, mais la majeure partie de notre temps a été consacrée à la surveillance des écrans radar pour détecter tous les avions se dirigeant vers le continent américain, transmettre des données (secrètes ou non), entretenir l'équipement électronique, fournir un navire digne de la mer, détecter nos conditions météorologiques, créer de bons repas, garder notre santé en ordre, petits magasins..gedunk. coupes de cheveux. pour n'en citer que quelques-uns. et les héros méconnus qui ont fait fonctionner ces chaudières pour que nous puissions retourner au port.

Le service de piquetage avait parfois tendance à être ennuyeux en raison de la durée en mer par rapport au temps passé au port. Par conséquent, à l'occasion, au lieu de nous arrêter à Davisville, RI, nous nous dirigions vers un autre port pour les loisirs. Au cours de ma tournée de 1958 à 1961, nous avons eu trois excursions de ce type. Le premier étant la Nouvelle-Écosse, le deuxième était les Bermudes et le troisième Key West, en Floride. C'étaient des changements bienvenus.

Cliquez sur les vignettes ci-dessous pour voir l'image en taille réelle. Après avoir visionné, cliquez sur "retour" sur votre navigateur pour revenir à cette page.


William J. Devinette exploité avec Moore-McCormack Lines et la Waterman Steamship Corporation de 1945 à 1947. Lorsque les hostilités ont pris fin dans le Par East à la mi-août 1945, le « Liberty Ship » faisait route d'Hawaï aux Philippines. Converti en transporteur de bétail l'année suivante, il a fonctionné comme tel jusqu'à la fin de 1946. De nouveau transformé en transporteur de marchandises sèches en mars 1947, il a voyagé vers les ports européens et méditerranéens jusqu'à l'été 1947, date à laquelle il a été désarmé aux États-Unis. La flotte de réserve de défense nationale de la Commission maritime et amarré dans la James River, en Virginie. Elle y est restée 10 ans.

La Marine sélectionnée William J. Devinette pour la conversion en navire de piquetage radar en mai 1957. Remorqué au chantier naval de Charleston (Caroline du Sud) peu de temps après, les travaux de conversion ont commencé le 24 mai 1957. Rebaptisé Interrupteur, et classé comme AGR-15, l'ancien "Liberty" a été commandé à Charleston, Caroline du Sud, le 16 octobre 1958, le Lt. Comdr. George S. Harrison aux commandes.

Après le shakedown à Guantanamo Bay, à Cuba, et la disponibilité post-shakedown dans son chantier de conversion, Interrupteur navigué vers l'océan Pacifique. Elle a transité par le canal de Panama le 26 janvier 1959 et est arrivée à son port d'attache, San Francisco, Californie, le 12 février, le sixième AGR rejoindre l'escadron 1 de piquetage radar nouvellement formé.

Equipé des derniers équipements de détection radar, Interrupteur et ses sept GardienLes navires jumeaux de la classe - ont été conçus pour servir d'œil maritime au Commandement de la défense aérienne de l'Amérique du Nord, le maillon naval de la chaîne de stations d'alerte précoce couvrant les approches du Pacifique vers les États-Unis. Sa mission était de « détecter, signaler et suivre les menaces aériennes ennemies approchant par des routes outre-mer et de contrôler les interceptions utilisées pour détruire ces menaces ».

Avant de prendre la mer pour sa première patrouille, elle a effectué des évolutions de formation avec les officiers de l'US Air Force embarqués à bord pour se familiariser avec la mission du navire. En outre, Interrupteur, officiers et hommes se sont familiarisés avec le rôle de l'armée de l'air dans cette mission vitale. Le 6 mars 1959, Interrupteur a navigué de San Francisco sur sa première patrouille de barrière.


  • Recrutement
  • Affaires publiques
  • Transport
  • Intendant
  • Chimique
  • Police militaire
  • Signal
  • Rétention
  • Recherche opérationnelle et analyse des systèmes
  • Opérations d'information
  • Logistique
  • Opérations
  • Juge-avocat général
  • La finance
  • adjudant général
  • Ingénieur
  • Renseignement militaire
  • Ordonnance
  • Affaires civiles
  • Aviation

SOLDATS ENGAGÉS

Si vous êtes un soldat enrôlé intéressé à postuler pour un emploi dans la Réserve de la Garde active :

  • Vous devez être démobilisé de votre composante actuelle de l'armée, de la réserve de l'armée ou de la garde nationale de l'armée.
  • Vous devez avoir au moins 18 à 54 ans (vous ne devez pas avoir atteint votre 55e anniversaire).
  • Vous devez être dans les rangs SPC à MSG/1SG.
  • Vous devez avoir accumulé moins de 15 années de service fédéral actif.
  • Vous devez être éligible pour une réinscription ou une prolongation.
  • Vous devez satisfaire aux normes d'aptitude médicale pour la rétention avant l'entrée.
  • Vous devez réussir un indice d'enquête central de la défense
  • Vous ne devez PAS avoir été relevé de vos fonctions pour un motif valable au cours des 36 mois précédant votre demande.
  • Vous ne devez PAS avoir été involontairement retiré d'Active Duty.

Officiers et adjudants

Si vous êtes un officier ou un adjudant candidat au programme de la Réserve de la garde active :

  • Vous devez être en attente de libération de votre composante de l'armée, de la réserve de l'armée ou de la garde nationale de l'armée.
  • Vous devez être dans les rangs 2LT à MAJ ou W01 à CW4.
  • Vous devez avoir terminé le cours de base d'officier, si vous avez servi moins de cinq ans dans le grade (lieutenant ou capitaine).
  • Vous devez avoir terminé le cours de carrière de capitaine, si vous avez servi plus de cinq ans dans le grade (capitaine ou major).
  • Vous devez avoir accumulé moins de 15 ans de service fédéral actif (les candidats qualifiés peuvent demander une dérogation).
  • Vous devez répondre aux normes d'aptitude médicale pour la rétention avant l'entrée.
  • Vous devez réussir un indice d'enquête central de la défense.
  • Vous ne devez PAS avoir reçu de rapport d'évaluation d'agent référé dans les 12 mois précédant la date de candidature ou d'inscription.

À propos de l'article 15

Au sein de l'UCMJ est une disposition pour punir les fautes par des procédures judiciaires comme une cour martiale. L'UCMJ donne également aux commandants le pouvoir d'imposer des sanctions non judiciaires, décrites dans l'UCMJ à l'article 15. L'article 15 fournit aux commandants un outil essentiel pour maintenir la discipline. L'article permet aux commandants d'imposer des sanctions pour des infractions relativement mineures. Seuls les commandants peuvent imposer des sanctions en vertu de l'article 15. Un commandant est tout adjudant ou officier commissionné qui commande une unité et a été habilité en vertu de l'AR 600-20, oralement ou par écrit, à administrer une sanction non judiciaire.

Lors de l'examen des circonstances entourant un incident d'inconduite, le commandant s'assurera qu'avant de traiter un article 15, une infraction réelle en vertu de l'UCMJ a été commise. Il s'assure que l'infraction présumée a violé l'UCMJ, les règlements de l'armée, la politique de l'armée, un ordre légal, les lois locales ou une autre règle à laquelle le soldat avait le devoir d'obéir.

Le soldat est informé que le commandant a engagé des procédures de sanction non judiciaire (article 15) à son encontre. Une fois que le commandant a mené l'audience et s'il décide que l'accusé est (a) coupable et (b) doit être puni, il prescrira une peine qui correspond à l'infraction ou aux infractions. Les soldats peuvent présenter des preuves aux audiences au titre de l'article 15. La preuve serait quelque chose qui montre qu'un soldat n'est pas coupable de l'infraction ou des infractions présumées. Un soldat peut également présenter des questions d'atténuation et d'atténuation, qui sont des raisons pour lesquelles il devrait être moins ou pas puni du tout.

Le niveau de preuve est le même lors d'une audience au titre de l'article 15 et d'une cour martiale, le commandant imposant doit être convaincu de la culpabilité du soldat accusé par les preuves présentées avant que le soldat puisse être déclaré coupable. Quelle que soit l'issue de l'audience, un article 15 n'est pas considéré comme une condamnation et n'apparaîtra pas dans votre casier judiciaire. D'un autre côté, si vous demandez un procès en cour martiale et êtes condamné, il s'agirait d'une condamnation fédérale qui resterait avec vous même après votre départ de l'armée. Aucun avocat n'est impliqué dans l'audience au titre de l'article 15, cependant, le soldat a le droit de parler à un avocat avant d'accepter la procédure en vertu de l'article 15. Il n'y a pas non plus de procureur lors d'une audience au titre de l'article 15. Lors d'une cour martiale, un avocat militaire peut représenter l'accusé sans frais pour le soldat, et un procureur serait également présent.

Si un soldat pense qu'il a été puni de manière excessive ou que les preuves n'ont pas été dûment prises en compte, il peut faire appel au niveau de commandement supérieur dans les cinq jours. Le soldat n'a pas droit à une comparution personnelle devant l'autorité d'appel (bien qu'il puisse en demander une), il doit donc inclure des déclarations écrites expliquant pourquoi l'appel doit être accordé. Si le soldat ne soumet pas ces déclarations, l'autorité d'appel peut ne jamais avoir sa version de ce qui s'est passé. L'autorité d'appel peut prendre n'importe quelle mesure pour réduire la peine mais ne peut PAS AUGMENTER la peine infligée par le commandant d'origine.

Les articles 15 se déclinent en différents niveaux : résumé, qualité entreprise et qualité terrain. Ils diffèrent à deux égards principaux : la sévérité de la peine et la manière dont son enregistrement peut affecter l'avenir d'un soldat dans l'armée.

Peines maximales à l'article 15

L'article 15 peut affecter l'avenir d'un soldat. Les résumés de l'article 15 sont déposés dans les dossiers locaux (au bureau du juge-avocat du personnel de l'installation) pour une période de deux ans ou jusqu'au transfert du soldat, selon la première éventualité. Les articles 15 de la compagnie et du terrain peuvent être classés dans le dossier officiel du personnel militaire (OMPF) du soldat. Dans chaque cas, le commandant décide où déposer l'article 15. Un article 15 dans les dossiers officiels d'un soldat affectera les promotions, les autorisations et les affectations spéciales.


Centre national de recherches

Le Bureau de l'alcool, du tabac, des armes à feu et des explosifs (ATF) Centre national de recherches (CNT) est le seul centre de traçage des armes à feu des États-Unis. La mission de NTC est d'effectuer le traçage des armes à feu pour fournir des pistes d'enquête aux organismes d'application de la loi fédéraux, étatiques, locaux et étrangers.

Le traçage des armes à feu fournit des informations essentielles pour aider les organismes d'application de la loi nationaux et internationaux à enquêter et à résoudre les crimes liés aux armes à feu, à détecter le trafic d'armes à feu et à suivre les mouvements intra-étatiques, interétatiques et internationaux des armes à feu. Toutes les armes à feu retrouvées doivent avoir été utilisées, ou soupçonnées d'avoir été utilisées, dans un crime.

Le processus de traçage

Le traçage des armes à feu commence lorsqu'un organisme d'application de la loi découvre une arme à feu sur une scène de crime et cherche à connaître l'origine ou le contexte de cette arme à feu afin de développer des pistes d'enquête.

Le traçage est un processus systématique de suivi du mouvement d'une arme à feu depuis sa fabrication ou depuis son introduction dans le commerce américain par l'importateur à travers la chaîne de distribution (grossistes et détaillants), afin d'identifier un acheteur sans licence. Ces informations peuvent aider à établir un lien entre un suspect et une arme à feu dans une enquête criminelle et à identifier des trafiquants potentiels. Le traçage des armes à feu peut détecter des tendances nationales, interétatiques et internationales dans les sources et les types d'armes à feu.

L'ATF traite chaque année les demandes de traçage d'armes à feu pour des milliers d'agences nationales et internationales d'application de la loi. Il retrace également les armes à feu provenant des États-Unis récupérées dans des pays étrangers pour les organismes d'application de la loi de ces pays.

Les traces classées « Routine » sont réalisées en sept à dix jours en moyenne. L'organisme d'application de la loi soumettant la demande de trace détermine la classification de trace.

ETrace

eTrace est un système de traçage des armes à feu en ligne disponible pour les organismes d'application de la loi nationaux et internationaux accrédités pour aider au traçage des armes à feu provenant des États-Unis.

Programme de vol/perte FFL

Chaque année, des milliers d'armes à feu sont signalées comme perdues ou volées par des titulaires de permis d'armes à feu fédéraux (FFL). Les FFL sont tenus par la loi de signaler à la NTC tout vol ou perte d'armes à feu dans leur inventaire dans les 48 heures suivant leur découverte. Si l'une de ces armes à feu est récupérée et localisée par les forces de l'ordre, NTC aide à développer des pistes d'enquête.

Programme de vol interétatique

NTC maintient le Programme de vol interétatique qui supervise les armes à feu volées ou manquantes qui sont signalées comme un vol/une perte dans les 48 heures suivant leur découverte par le FFL d'expédition. Dans le cadre de ce programme, NTC reçoit et gère des centaines de rapports de vols et de pertes lors d'expéditions entre États, et diffuse les rapports pour enquête. Les transporteurs inter-États, les non-FFL et les destinataires peuvent faire de tels rapports sur une base volontaire (ce n'est pas une exigence légale obligatoire).

NTC est en mesure de développer des pistes d'enquête lorsqu'une arme à feu déclarée volée ou perdue est récupérée et retracée par les forces de l'ordre, ou lorsque des tendances récurrentes sont découvertes dans le signalement de vols.

Programme de numéros de série oblitérés

ATF fournit une expertise médico-légale en matière de sérialisation et d'autres identifications d'armes à feu pour aider à l'identification positive des armes à feu lorsque les numéros de série ont été partiellement effacés ou ont été partiellement restaurés.

Les Programme de numéros de série oblitérés permet aux organismes d'application de la loi d'identifier les armes à feu récupérées dont les origines ont été masquées par la destruction ou l'altération du numéro de série. L'ATF utilise les informations pour identifier les modèles de trafic d'armes à feu et les crimes connexes.

Dossiers hors activité

Les dossiers hors-entreprise font partie intégrante du processus de traçage des armes à feu. Les FFL qui cessent leurs activités sont tenus par la loi d'envoyer tous les enregistrements de transactions d'armes à feu à NTC, qui a reçu en moyenne 5 millions d'enregistrements de non-activité par mois.

L'ATF utilise les dossiers FFL hors activité pour faciliter les enquêtes sur les vols d'armes à feu lorsque des informations d'identification incomplètes sont disponibles. Depuis 1968, l'ATF a reçu plusieurs centaines de millions de ces enregistrements et ses Référentiel des documents hors activité est le seul du genre au monde.

L'ATF reçoit des milliers de demandes de recherche de dossiers de la part des juridictions chargées de l'application de la loi lorsqu'un propriétaire d'arme à feu n'a aucune trace des identifiants d'armes à feu ou que le FFL auprès duquel le propriétaire a acheté l'arme à feu n'est plus en affaires. Ces dossiers se sont avérés essentiels dans d'autres enquêtes criminelles.

Programme de ventes multiples

Les FFL sont tenus par la loi de signaler à l'ATF la vente de deux armes de poing ou plus au même acheteur dans un délai de cinq jours ouvrables consécutifs. Ces rapports, lorsqu'ils sont recoupés avec des informations sur les traces d'armes à feu criminelles, servent d'indicateur important dans la détection du trafic illégal d'armes à feu. Ils permettent également de retrouver avec succès les armes à feu plus anciennes qui ont réintégré le marché de détail.

Connexion NTC

NTC supervise la Programme de connexion NTC (anciennement appelé Access 2000 ou A2K), qui stocke les données descriptives et de disposition des armes à feu. Ce service gratuit est disponible pour les fabricants, les importateurs et les grossistes qui conservent des dossiers électroniques d'acquisition et de disposition (A&D).

NTC Connect fournit une application Web sécurisée grâce à laquelle le personnel autorisé de NTC peut envoyer une requête par numéro de série uniquement sur les dossiers électroniques de disposition d'armes à feu d'un FFL et récupérer les données de disposition correspondantes (le cas échéant). Les données restent la propriété de la FFL et ne sont pas hébergées chez ATF.

La participation au programme est volontaire et peut réduire les coûts de la FFL associés à la réponse aux demandes de traçage d'armes à feu. Dans le même temps, ce programme profite à NTC en fournissant un accès immédiat aux données sur les armes à feu d'un participant 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, permettant ainsi aux opérations de se poursuivre en dehors des heures normales de bureau et d'améliorer les temps de réponse pour répondre aux demandes de traçage d'armes à feu pour les forces de l'ordre. agences engagées dans des enquêtes criminelles.

Programme de mise en demeure

Le NTC est chargé d'émettre diverses lettres de mise en demeure, ce qui garantit qu'il recueille des données FFL vitales pour le succès du processus de traçage des armes à feu.

Lettre de demande un

La lettre de mise en demeure 1 est délivrée aux FFL qui ne se conforment pas à leur obligation légale de répondre dans les 24 heures aux demandes de traçage d'armes à feu. Les FFL qui reçoivent la lettre de demande 1 sont tenus d'envoyer à l'ATF leurs dossiers A&D pour les trois dernières années, et de continuer à envoyer les dossiers sur une base mensuelle jusqu'à indication contraire. Les informations soumises permettent à l'ATF de retracer les armes à feu si la FFL continue de ne pas coopérer avec les demandes.

Lettre de demande deux

La lettre de mise en demeure 2 est délivrée aux FFL qui ont eu 25 armes à feu ou plus qui leur ont été attribuées au cours de l'année civile précédente avec un « délai de délinquance » de trois ans ou moins. Les FFL concernés sont tenus de soumettre des informations limitées concernant les armes « usagées » acquises l'année précédente, y compris le fabricant/importateur, le modèle, le calibre ou la jauge et le numéro de série ainsi que la date d'acquisition. Aucun nom de propriétaire n'est soumis. La FFL est tenue de transmettre ces informations tous les trimestres et jusqu'à avis contraire.

Les informations sur les armes d'occasion reçues à la suite de la lettre de demande 2 permettent à l'ATF de retracer toutes les armes d'occasion vendues par les FFL à la demande. Sans ces informations, ATF ne serait pas en mesure de lier l'arme à feu du marché secondaire au revendeur.

Lettre de demande trois

La lettre de mise en demeure 3 est émise mensuellement aux FFL. Cela aide l'ATF dans ses efforts pour enquêter et combattre le mouvement illégal d'armes à feu le long et à travers la frontière sud-ouest des États-Unis.

Les revendeurs et les prêteurs sur gages agréés en Arizona, en Californie, au Nouveau-Mexique et au Texas sont tenus par l'ATF de déclarer toutes les transactions dans lesquelles une personne non agréée a acquis, à un moment ou pendant cinq jours ouvrables consécutifs, deux ou plusieurs fusils semi-automatiques de calibre .22 (y compris 0,223/5,56 mm) avec la possibilité d'accepter un chargeur amovible.


Traceur AGR-15 - Historique

AGR peut se référer à:

Le combustible est constitué de pastilles de dioxyde d'uranium, enrichies à 2,5-3,5%, dans des tubes en acier inoxydable. Le concept de design original du AGR était d'utiliser un revêtement à base de béryllium. Lorsque cela s'est avéré inapproprié en raison d'une rupture fragile, le niveau d'enrichissement du combustible a été augmenté pour tenir compte des pertes de capture de neutrons plus élevées de la gaine en acier inoxydable. Cela a considérablement augmenté le coût de l'énergie produite par un AGR. Le liquide de refroidissement au dioxyde de carbone circule à travers le cœur, atteignant 640 C et une pression d'environ 40 bars (580 psi), puis passe à travers des ensembles de chaudières (générateur de vapeur) à l'extérieur du cœur mais toujours à l'intérieur du récipient sous pression en béton armé revêtu d'acier. Les barres de contrôle pénètrent dans le modérateur en graphite et un système secondaire consiste à injecter de l'azote dans le liquide de refroidissement pour absorber les neutrons thermiques afin d'arrêter le processus de fission si les barres de contrôle ne parviennent pas à pénétrer dans le cœur. Un système d'arrêt tertiaire qui fonctionne en injectant des billes de bore dans le réacteur est inclus dans le cas où le réacteur doit être dépressurisé avec un nombre insuffisant de barres de commande abaissées. Cela signifierait que la pression d'azote ne peut pas être maintenue.

Les AGR était une automobile anglaise construite par Ariel & General Repairs de Brixton entre 1911 et 1915.

La nature « à double usage » de la conception Magnox conduit à des compromis de conception qui limitent ses performances économiques. Alors que la conception Magnox était en cours de déploiement, des travaux étaient déjà en cours sur le réacteur avancé refroidi au gaz (AGR) avec l'intention explicite de rendre le système plus économique. Le principal parmi les changements était la décision de faire fonctionner le réacteur à des températures beaucoup plus élevées, environ 650 °C, ce qui améliorerait considérablement l'efficacité lors du fonctionnement des turbines à vapeur d'extraction de puissance. C'était trop chaud pour l'alliage magnox, et le AGR initialement prévu d'utiliser un nouveau revêtement à base de béryllium, mais celui-ci s'est avéré trop fragile. Cela a été remplacé par un revêtement en acier inoxydable, mais cela a absorbé suffisamment de neutrons pour affecter la criticité, et à son tour a nécessité que la conception fonctionne avec de l'uranium légèrement enrichi plutôt que l'uranium naturel du Magnox, ce qui a fait grimper les coûts du combustible. En fin de compte, l'économie du système s'est avérée à peine meilleure que celle de Magnox. L'ancien conseiller économique du Trésor, David Henderson, a décrit la AGR programme comme l'une des deux erreurs de projet parrainées par le gouvernement britannique les plus coûteuses, aux côtés de Concorde.

Les AGR was intended to be a superior British alternative to American light water reactor designs. It was promoted as a development of the operationally (if not economically) successful Magnox design, and was chosen from a multitude of competing British alternatives - the helium cooled High Temperature Reactor, the Steam Generating Heavy Water Reactor and the Fast Breeder Reactor - as well as the American light water pressurised and boiling water reactors (PWR and BWR) and Canadian CANDU designs. The CEGB conducted a detailed economic appraisal of the competing designs and concluded that the AGR proposed for Dungeness B would generate the cheapest electricity, cheaper than any of the rival designs and the best coal-fired stations.

The design of the AGR was such that the final steam conditions at the boiler stop valve were identical to that of conventional coal-fired power stations, thus the same design of turbo-generator plant could be used. The mean temperature of the hot coolant leaving the reactor core was designed to be 648 °C. In order to obtain these high temperatures, yet ensure useful graphite core life (graphite oxidises readily in CO 2 at high temperature) a re-entrant flow of coolant at the lower boiler outlet temperature of 278 °C is utilised to cool the graphite, ensuring that the graphite core temperatures do not vary too much from those seen in a Magnox station. The superheater outlet temperature and pressure were designed to be 2,485 psi (170 bar) and 543 °C.

Like the Magnox, CANDU and RBMK reactors, and in contrast to the light water reactors, AGRs are designed to be refuelled without being shut down first (see Online refuelling). This on-load refuelling was an important part of the economic case for choosing the AGR over other reactor types, and in 1965 allowed the Central Electricity Generating Board (CEGB) and the government to claim that the AGR would produce electricity cheaper than the best coal-fired power stations. However fuel assembly vibration problems arose during on-load refuelling at full power, so in 1988 full power refuelling was suspended until the mid-1990s, when further trials led to a fuel rod becoming stuck in a reactor core. Only refuelling at part load or when shut down is now undertaken at AGRs.

Les AGR was designed to have a high thermal efficiency (electricity generated/heat generated ratio) of about 41%, which is better than modern pressurized water reactors which have a typical thermal efficiency of 34%. This is due to the higher coolant outlet temperature of about 640 C practical with gas cooling, compared to about 325 C for PWRs. However the reactor core has to be larger for the same power output, and the fuel burnup ratio at discharge is lower so the fuel is used less efficiently, countering the thermal efficiency advantage.

In the case that plant size was determined at more than one occasion, the increase in size over a given time period can be determined. This is the Absolute Growth Rate (AGR), given by: where M 2 and M 1 are the mass of the plant at time t 2 and t 1, respectively. Absolute size at the end of an experiment then depends on seed mass, germination time, and the integration of AGR over all time steps measured.

The Navy selected William J. Riddle for conversion to a radar picket ship in May 1957. Towed to the Charleston Naval Shipyard (South Carolina) soon thereafter, conversion work began on 24 May 1957. Renamed Interrupter, and classified as AGR-15, the erstwhile "Liberty" was commissioned at Charleston, South Carolina, 16 October 1958, Lt. Comdr. George S. Harrison in command. Following shakedown in Guantanamo Bay, Cuba, and post-shakedown availability at her conversion yard, Interrupter sailed for the Pacific Ocean. She transited the Panama Canal on 26 January 1959 and arrived at her home port, San Francisco, California, on 12 February, the sixth AGR to join newly formed Radar Picket Squadron 1. Fitted out with the latest radar detection equipment, Interrupter and her seven Guardian-class sister ships were designed to serve as the seaborne eyes of the North American Air Defense Command—the naval link in the chain of early-warning stations covering the Pacific approaches to the United States. Her mission was to "detect, report, and track enemy airborne threats approaching by overseas routes and to control the intercepts used to destroy such threats." Before putting to sea for her first patrol, she conducted training evolutions with U.S. Air Force officers embarked on board for familiarization with the ship's mission. In addition, Interrupter's, officers and men familiarized themselves with the Air Force's part in this vital mission. On 6 March 1959, Interrupter sailed from San Francisco on her first barrier patrol.

After shakedown off Guantanamo Bay, Cuba, Protector, homeported at [Davisville, Rhode Island]], reported to Commandant, 1st Naval District for administrative control and to Commander YAGR Division 21 for duty and was assigned as an Ocean Station Radar Picket Ship in the seaward extension of the Eastern Continental Air Defense Command Contiguous Radar Coverage System. Continuing her duties off the U.S. East Coast, Protector was redesignated an AGR on 28 October 1958. She continued her radar picket duty until 1965. During the Cuban invasion in the spring of 1962 and the Cuban Missile Crisis in the fall, Protector operated in the Florida Straits and established a new radar picket station. On 10 February 1965, Protector terminated picket duty as the last picket ship to man Radar Picket Station No. 15 of NORAD Contiguous Radar Coverage System.

A 2009 study utilizing magnetic resonance imaging and ultrasonography discovered strain and pennation angle heterogeneity within the medial gastrocnemius pennate muscle during differing modes of contraction. Parameters of fascicle location and contraction type (eccentric or passive), determined the magnitude of strain experienced by differing regions of the MG. Fascicle ends nearest the deep MG aponeurosis (Achilles tendon) showed an increase in strain from the proximal to distal portions of the MG muscle. The converse was seen in the fascicle ends adjacent to the superficial aponeurosis, which decreased in fiber strain from proximal to distal portions of the MG muscle. These trends may have been due to changes in CSA of the muscle at the proximal and distal ends of the MG, resulting in regions of high stress and strain concentration. This regional variability in strain was accompanied by a statistically significant increase in AGR and resting pennation angle from distal to proximal portions of the muscle. Furthermore, greater changes in pennation angle were visible at the proximal end of the MG. The experimental AGR values modulated positively with the pennation angle as well as the distance between the deep and superficial apopneuroses and may have been affected by regional patterns in orthogonal bulging. These trends highlight the complexity of muscle physiology, as different regions of muscles may contract with diverse contractile properties, such as strain and AGR.

In summer 2013 Kevin Chase returned to the Atlantica Studios in New Brunswick to start recording several new songs for his fourth album, tentatively titled "Get a Groove On". The album featured similar collaborations as on his previous album. It was released in March 2015 by AGR Television Records. with the shortened title "Groove On". The Production team of Kevin Chase, Marc Gosselin and Jim Kuehnel was once again responsible for the sound production of the record and hit writer/producer Anthony Little was also back in the fold. A video was shot for the first single, "Whole Lotta Honey" in Saint John, New Brunswick, Canada, which featured Chase alongside model Katelin Amber Bailey, who also served as the model for the album art work. The video was shot and directed by the CD's co-producer Jim Kuehnel. Two additional videos for the songs "Raise The Roof" and "Long Way to Go" were released in 2015.

AGR also hosts an annual three-day Conference for graduate recruitment professionals, where winners of the yearly AGR Awards are announced. Recent winners include Ernst & Young, Allen & Overy, and The University of Exeter.

Royal Canin bases the production of its feeds on scientific research and set up its initial research centre dedicated to this in St-Nolff in 1973 a subsequent research centre was established in Missouri in the late 1980s, and there is also a research facility in Brazil. Products are tested on a "focus group" of eighty cats and two hundred fifty dogs. Dr Daniel Cloche was one of the scientists first working at the company's French research facility and he has been described as "one of the pioneers in researching bone–related disorders and diseases among dogs". Research indicated bone problems in large dogs could be dietary, so different recipes were developed to specifically address this. In 1980, Royal Canin brought out a new feed called AGR especially for puppies categorised as large breeds. At that time, the company also turned its attention towards producing cat foods to suit specific dietary requirements.

In 2006, it was announced that AGR was selected by Honda Performance Development to be one of the official works teams for the new Acura LMP program in the American Le Mans Series. The team worked with Highcroft Racing on the development of the Courage LC75 chassis. The team debuted the newly renamed Acura ARX-01a at the 2007 12 Hours of Sebring. Les AGR team finished second overall, and took the maiden LMP2 win for Acura with drivers Dario Franchitti, Marino Franchitti, Bryan Herta, and Tony Kanaan. However, during the remainder of the season the Porsche RS Spyders of Penske Racing regularly outpaced the Acuras. The team finished the season 5th in the LMP2 Teams' Championship.

The United Nations Economic Commission for Europe was formed in 1947, and their first major act to improve transportation was the joint UN declaration numbered 1264. Signed in Geneva on September 16, 1950, it was named the Declaration on the Construction of Main International Traffic Arteries, which defined the first E-road network. This declaration was amended several times before November 15, 1975, when it was replaced by the European Agreement on Main International Traffic Arteries (AGR), which established a route-numbering system and improved standards for roads on the list. Les AGR went through several changes, the last one of which, as of 2011, occurred 2008. Reorganization of the E-roads network of 1975 and 1983 defined the E751 road and assigned it to Rijeka–Pula–Koper route.

In 1990, Palloys diversified from the jewellery casting market into the manufacture and supply of fabricated alloyed precious metal in various forms: wire sheet solders milled wedding rings and precious metal refining services. It did so through a joint venture agreement with Bullion Mark Pty Limited, a company associated with Mr P.J. Williams and Harringtons Limited, a listed Australian public company and now part of the Perth Mint. The new joint venture entity was called Alloy & Gold Supply (NSW) Pty Ltd. Through various mergers and acquisitions, the non-Palloys 50% interest was acquired by AGR Matthey (itself a joint venture between the Western Australian State Government Perth Mint, Australian Gold Alliance (a wholly owned subsidiary of Newmont Mining Corporation) and Johnson Matthey Plc).

• 1989 - Honorary Doctor of Agricultural Sciences Keszthely (Georgikon) the University of Pannonia, Veszprém ("Dr. agr hc")

The muscle architecture of pennate muscles, such as the human quadriceps, is highly plastic and strongly influences contractile properties. Changes to pennate muscle architectural properties, such as pennation angle and thereby the PCSA, can alter the muscle’s force producing capabilities as well as the AGR at which the muscle operates. Parallelogram models predict that total PCSA of bipennate muscles increases in proportion to sin(θpennation) while total force exerted on the associated aponeurosis decreases with cos(θpennation). This theorizes that pennate muscle force generation increases until a 45 degree pennation angle is achieved.


Voir la vidéo: Traceur GPS Bond 2000 - GoTEK7 (Janvier 2022).