Nouvelles

Hall DD-583 - Histoire

Hall DD-583 - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

salle

Elijah Hall, né le 8 décembre 1742 à Raynham, Mass., a été nommé lieutenant dans la marine continentale le 14 juin 1777, pour servir dans la frégate Ranger sous John Paul Jones. Le Ranger s'embarqua pour la France le 1er novembre 1777, emportant deux prises en route, puis s'embarqua de Brest le 10 avril 1778, pour croiser en mer d'Irlande. Hall prit part à la capture de plusieurs navires, au débarquement à l'île Sainte-Marie le 23 avril et à la capture de Drake le lendemain. Hall commanda l'équipage de prise qui emmena Drake à Brest. Hall continue à servir comme lieutenant de Ranger jusqu'à sa capture à Charleston, S.C., le 12 mai 1780. Libéré après la fin de la guerre, Hall s'installe à Portsmouth, N.H., en 1818 et occupe divers postes communautaires jusqu'à sa mort le 22 juin 1830.

(DD-583 : dp. 2.060, 1. 376'6", b. 39'8", dr. 17'9", s. 30 k., poulain 273, a. 5 5", 10 40mm., 7 20mm., 10 21" tt., 6 dcp., 2 dct.; cl. Fletcher)

Hall a été construit par le Boston Navy Yard le 16 avril 1942 - lancé le 18 juillet 1942 - parrainé par Mme Elizabeth Williams Greenleaf, arrière-petite-fille du lieutenant Elijah Hall ; et commandé le 6 juillet 1943, le Comdr. J. F. Delaney aux commandes.

Hall quitta Boston le 11 août 1943, pour un brainstorming au large de la côte est, puis se présenta pour le service à Norfolk le 28 septembre. Comme escorte pour le transport français Richeliu, elle a navigué pour Boston le 2 octobre, en revenant 3 jours plus tard. Elle a continué des devoirs d'escorte dans les régions de Norfolk et de Boston jusqu'au départ du 5 novembre pour le devoir spécial avec Halligan et Macomb. les trois destroyers ont rendez-vous en mer avec le cuirassé Iowa, transportant le président Roosevelt et d'autres dignitaires à la conférence historique de Téhéran. Après une traversée en toute sécurité, les escortes ont été relevées de leurs fonctions près de Gibraltar le 17 novembre. Ils ont effectué des missions d'escorte et de recherche anti-sous-marine au large de l'Afrique de l'Ouest jusqu'au 6 décembre, puis ont rejoint l'Iowa pour le voyage de retour du président et de son parti.

Commandé pour le Pacifique, Hall~a quitté Charleston le 21 décembre et est arrivé à Pearl Harbor le 11 janvier 1944. Il a autorisé Hawaï le 22 janvier avec le corps expéditionnaire du contre-amiral Turner à destination de la capture et de l'occupation des îles Marshall, un pas de géant à travers le Pacifique vers le Japon. Envoyé avec trois croiseurs et trois autres destroyers en mission spéciale pour détruire les aérodromes de l'île de Tarao pendant l'invasion, Hall a participé au bombardement dévastateur de cette île le 30 janvier. Ses canons ont assommé une décharge d'essence avec une énorme explosion, ont touché plusieurs emplacements de canons, puis ont masqué les plus gros navires pendant le reste du tir. Tarao neutralisé efficacement, les navires ont ensuite navigué pour Kwajalein et l'assaut principal.

Hall a effectué des tâches variées pendant l'invasion des îles qui a duré un mois. Elle a soutenu le débarquement de troupes sur Burnet Island le 4 février; couvert les débarquements de l'île d'Engebi et fourni un appui-feu le 18 février ; et a fourni un éclairage en coquille d'étoile pour les atterrissages du 22 au 23 février sur l'île de Parry. Après un voyage d'escorte avec des transports à Pearl Harbor et retour entre le 29 février et le 26 mars, Hall a été affecté à des tâches de patrouille et de sauveteur dans la région de Kwajalein. Alors qu'il cherchait un aviateur des Marines abattu le 4 avril près de Wotje, il reçut deux obus de 6 pouces à bord d'une batterie côtière ennemie. Souffrant d'un marin tué, elle a riposté, a poursuivi ses recherches et a finalement sauvé l'aviateur. Hall a continué son rôle efficace dans la victoire amphibie écrasante jusqu'au départ de l'atoll de Majuro le 12 mai pour Pearl Harbor, où il est arrivé le 18 mai.

Hall rejoignit ensuite l'escorte d'un groupe de 12 pétroliers de la flotte dont le travail consistait à fournir du carburant vital aux unités de la 5e flotte pendant les opérations des Mariannes. Elle a fait deux voyages de ravitaillement de Majuro aux Mariannes, puis a déplacé sa base au port de Seeadler, aux îles de l'Amirauté, le 26 août pour filtrer les unités de ravitaillement et de remplacement pendant l'opération, pour la capture des Carolines. Hall a continué ce devoir jusqu'au 34 novembre.

En commençant de Manus le 29 novembre, le Hall a fumé à la Baie Humboldt, la Nouvelle-Guinée, pour rejoindre la 7ème Flotte pour l'invasion en développement des Philippines. Convoyant des navires amphibies chargés de troupes, elle est arrivée dans le golfe de Leyte le 7 décembre 1944 et 4 jours plus tard, elle a quitté la baie de San Pedro pour l'île de Mindoro avec le groupe d'attaque de Mindoro. Alors que les navires traversaient le détroit de Surigao et dans la mer de Sulu, ils ont subi de fréquentes attaques aériennes sévères, mais les navires d'escorte ont réussi à abattre quatre avions le 13 décembre. Hall et les autres escortes ont soutenu les débarquements dans la baie de Mangarin le 15 décembre, et alors que les avions japonais bombardaient et mitraillaient la première vague de troupes d'assaut, Hall patrouillait et tirait depuis sa station jusqu'au large de la péniche de débarquement. Les tirs et les avions de couverture ont éclaboussé 15 bombardiers en piqué lors des premiers atterrissages.

Après deux voyages d'escorte dans le golfe de Leyte, Hall rejoint la force de soutien de l'amiral Oldendorf pour les débarquements dans le golfe de Lingayen. En naviguant le 30 décembre, elle a fumé via la Mer de Sulu pour Luzon. Le 3 janvier 1945, le groupe a rencontré des frappes aériennes ennemies désespérées, mais déterminées, qui ont été repoussées par une couverture aérienne serrée et des tirs d'artillerie efficaces. Les attaques japonaises se sont toutefois intensifiées et les navires sont restés à des postes de combat presque continus pendant plus de 4 jours. Des hommes courageux à bord de ces vaillants navires ont infligé de lourds dégâts aux assaillants. Les kamikazes japonais, à leur tour, frappèrent mortellement la baie d'Ommanell (CVE-79) le 4 janvier, et le porte-avions d'escorte en feu et abandonné fut coulé par des torpilles américaines. Les 2 jours suivants ont apporté des attaques japonaises encore plus lourdes. Malgré le rideau de feu flétri établi par Hall et d'autres navires du groupe, les kamikazes ont écrasé plus de 16 navires, dont le California (BB - 44) et le Nouveau-Mexique (BB 40). Intrépides, les vaillants navires ont supporté le poids des kamikazes avec un courage et une détermination résolus. Ce faisant, ils ont repoussé la menace des avions-suicides et sauvé les forces de transport et d'assaut d'une destruction certaine.

Suite aux assauts amphibies réussis dans le Golfe de Lingayen le 9 janvier, le Hall a continué à opérer dans le Golfe où elle a servi d'escorte et de navire écran. Plus tard dans le mois, elle est retournée à Leyte avant de partir pour Ulithi le 29 janvier. At.Ulithi Hall a participé aux préparatifs de la prochaine opération d'Iwo Jima. Le 15 février, il rejoint une unité d'appui-feu, qui comprend le navire amiral Texas, à l'ouest de Saipan, et met le cap sur Iwo Jima. La force est arrivée à Iwo le lendemain; et, après avoir participé à un bombardement intensif du rivage, Hall a couvert les équipes de démolition sous-marine et a fourni un appui-feu rapproché aux dragueurs de mines jusqu'à ce que les troupes débarquent le 19 février. Après avoir effectué des patrouilles supplémentaires et des missions d'appui-feu rapproché au cours de cette invasion acharnée et stratégiquement importante, Hall est retourné à Ulithi le 12 mars pour se préparer à l'invasion d'Okinawa, la dernière étape sur la longue et sanglante route vers le cœur de l'Empire japonais.

Hall est parti pour Okinawa le 21 mars avec la Force opérationnelle C4. Elle a commencé à patrouiller au large de cette île férocement contestée le 25 mars. Son coup de feu a chassé deux torpilleurs japonais le 30 mars et a abattu deux avions le 6 avril. Poursuivant ses opérations, elle a couvert les dragueurs de mines avec des tirs d'artillerie, a masqué les unités lourdes de la flotte et a fourni des tirs d'appui rapprochés jusqu'à ce qu'elle se rende à Leyte le 28 mai. Elle est revenue bientôt à la scène de l'action en arrivant à Okinawa le 13 juin. Ses guetteurs ont observé que des Twiggs heurtaient une mine au large de la plage le 16 juin. Hall est immédiatement venu à la rescousse, tirant 48 survivants de l'eau.

Détaché de son service au large d'Okinawa le 23 juin, Hall s'embarque pour les États-Unis. Elle était en état de révision à San Pedro, en Californie, lorsque la nouvelle de la capitulation japonaise est arrivée. Elle a signalé à San Diego pour l'inactivation et a désarmé le 10 décembre 1946 et est entrée dans la Flotte de Réserve Pacifique à Long Beach. Le destroyer a été retiré de la réserve le 2 décembre 1959 et, après une période d'entraînement, a été prêté à la Grèce dans le cadre du programme d'assistance militaire le 9 février 1960, où il sert maintenant de Lonchi (D-56)

Hall a reçu huit étoiles de bataille pour son service pendant la Seconde Guerre mondiale.


USS salle (DD-583)

USS salle (DD-583) là một tàu khu trục lớp Fletcher được Hải quân Hoa Kỳ chế tạo trong Chiến tranh Thế giới thứ hai. Nó là chiếc tàu chiến duy nhất của Hải quân Mỹ được t theo tên Đại úy Hải quân Elijah Hall (1742-1830), người phục vụ trong Hải quân Lục a cùng Thếu quâướng Hải quân Nó hoạt động cho đến hết Thế Chiến II, được cho xuất biên chế năm 1946, rồi được chuyển cho Hy Lạp năm 1960 và hoạt động như là chiếc Lonchi (D56) cho đến năm 1990 cuối cùng nó bị tháo dỡ vào năm 1997. salle được tặng thưởng tám Ngôi sao Chiến trận do thành tích phục vụ trong Thế Chiến II.

erreur de liste : <br //> liste (aide)
5 × pháo 5 pouces (130 mm)/38 calibre (5 × 1)
4 × pháo phòng không Bofors 40 mm
4 × pháo phòng không Oerlikon 20 mm
10 × ống phóng ngư lôi Mark 15 21 po (530 mm) (2×5)


L'assassinat de l'archiduc François-Ferdinand

Profondément amoureux, Ferdinand choisit d'épouser Sophie Chotek en 1900 malgré l'opposition de son oncle, l'empereur austro-hongrois Franz Josef, qui refusa d'assister à leur mariage. Bien que n'étant pas exactement une roturière, Sophie venait d'une famille de nobles tchèques obscurs et non d'une dynastie régnante ou régnante d'Europe. En conséquence, elle et Ferdinand&# x2019s enfants ont été déclarés inéligibles pour le trône. Sophie a également été victime d'innombrables petits affronts. Aux banquets impériaux, par exemple, elle entrait dans chaque pièce en dernier, sans escorte, puis s'asseyait loin de son mari à la table du dîner.

Malgré son mariage, Ferdinand est resté Franz Josef&# x2019s héritier et inspecteur général de l'armée. À ce titre, il accepte d'assister à une série d'exercices militaires en juin 1914 en Bosnie-Herzégovine. L'Autriche-Hongrie venait d'annexer ces provinces quelques années plus tôt contre la volonté de la Serbie voisine, qui les convoitait également. Ferdinand croyait que les Serbes étaient des « cochons », des voleurs, des meurtriers et des « scélérats ». pire. Anciennement contrôlée par l'Empire ottoman, la population de la Bosnie-Herzégovine était d'environ 40 % de Serbes, 30 % de Musulmans et 20 % de Croates, le reste étant composé de diverses autres ethnies.

Après avoir appris la prochaine visite de Ferdinand&# x2019, les jeunes bosniaques, une société révolutionnaire secrète d'étudiants paysans, ont commencé à comploter pour l'assassiner. En mai, Gavrilo Princip, Trifko Grabez et Nedeljko Cabrinovic se sont rendus à Belgrade, la capitale serbe, où ils ont reçu six bombes portatives, quatre pistolets semi-automatiques et des capsules suicide au cyanure de la part de membres de la Main noire, un groupe terroriste liens avec l'armée serbe. Après s'être entraînés avec leurs pistolets dans un parc de Belgrade, les trois hommes sont rentrés en Bosnie-Herzégovine, recevant l'aide d'associés de Black Hand pour faire passer leurs armes en contrebande à travers la frontière. À ce jour, on ne sait toujours pas si le gouvernement serbe a participé au programme.

Ferdinand et Sophie ont quitté leur domaine pour la Bosnie-Herzégovine le 23 juin. Ayant reçu de multiples avertissements pour annuler le voyage, l'archiduc savait que le danger les attendait potentiellement. « Notre voyage commence par un présage extrêmement prometteur », aurait-il déclaré lorsque les essieux de sa voiture ont surchauffé. &# x201C Ici notre voiture brûle, et là-bas, ils nous lanceront des bombes.&# x201D Après être arrivé dans une ville thermale à quelques kilomètres de Sarajevo, la capitale de la Bosnie-Herzégovine&# x2019s, Ferdinand a assisté à deux jours d'exercices militaires pendant la visite de Sophie écoles et orphelinats. Sur un coup de tête, le couple a conduit un soir pour visiter les bazars de Sarajevo. Pendant leur séjour, ils ont attiré une foule de spectateurs, dont Princip, mais ont apparemment été traités avec chaleur et politesse.

Après un banquet avec des chefs religieux et politiques, il ne restait qu'une journée d'événements avant que Ferdinand et Sophie ne rentrent chez eux. Ce matin-là, 28 juin, l'archiduc envoya un télégramme à son fils aîné le félicitant pour ses derniers résultats d'examen. Lui et Sophie sont ensuite montés à bord d'un train pour le court trajet jusqu'à Sarajevo. Pour une fois, Sophie a été autorisée à marcher aux côtés de Ferdinand lors d'une brève inspection des troupes, après quoi le couple est monté dans une voiture à toit ouvert pour un trajet en cortège jusqu'à l'hôtel de ville. La voiture devant eux était censée transporter six agents spécialement entraînés, mais n'en avait qu'un, plus trois policiers locaux. En fait, tout au long du voyage, les responsables austro-hongrois auraient accordé plus d'attention aux menus du dîner qu'aux détails de sécurité.

Pendant ce temps, sept jeunes bosniaques s'étaient déployés le long de l'App Quay, une avenue principale de Sarajevo parallèle à la rivière Miljacka. Au passage du cortège, son itinéraire étant publié d'avance, Cabrinovic demanda quelle voiture transportait l'archiduc. Il a ensuite lancé sa bombe sur la voiture, seulement pour la voir rebondir sur le toit plié et rouler sous le mauvais véhicule. L'explosion qui a suivi a blessé deux officiers de l'armée et plusieurs passants, mais a laissé Ferdinand et Sophie pratiquement indemnes. Cabrinovic a sauté dans le lit de la rivière en grande partie asséché et a tenté sans conviction de se suicider avant d'être appréhendé. « Je suis un héros serbe », aurait-il crié alors que la police l'emmenait. Au moins deux autres jeunes bosniaques ont également bien regardé l'archiduc mais ont apparemment perdu le courage de tenter un assassinat.

Princip arrêté après avoir tiré sur l'archiduc François-Ferdinand sa femme Sophie

Plutôt que de fuir immédiatement Sarajevo, Ferdinand a décidé de poursuivre l'événement prévu à l'hôtel de ville. Après avoir terminé cela, il a insisté pour rendre visite aux officiers blessés à l'hôpital. Afin de dissuader tout autre lanceur de bombes, le cortège de voitures a descendu le quai d'Appel à grande vitesse. Par erreur, cependant, les trois premières voitures ont tourné dans une rue latérale à droite où se trouvait Princip. Alors que les voitures tentaient de reculer sur le quai d'appel, Princip a sorti son pistolet et a tiré deux coups de feu sur l'archiduc à bout portant, le perçant dans le cou et frappant également l'abdomen de Sophie. &# x201CSophie, Sophie, ne meurs pas&# x2014reste en vie pour nos enfants,&# x201D murmura Ferdinand. En quelques minutes, cependant, les deux étaient décédés. Princip, un rejeton de l'armée serbe de 19 ans, a admis plus tard avoir tué Ferdinand, mais a déclaré qu'il n'avait pas eu l'intention de frapper Sophie. Trois semaines trop jeune pour la peine de mort, Princip a été condamné à 20 ans de prison, mais a contracté la tuberculose et est décédé en prison en avril 1918, à l'âge de 23 ans seulement.

Avec des tensions déjà élevées entre les puissances de l'Europe&# x2019s, l'assassinat a précipité une descente rapide dans la Première Guerre mondiale. Tout d'abord, l'Autriche-Hongrie a obtenu le soutien de l'Allemagne pour une action punitive contre la Serbie. Il a ensuite envoyé à la Serbie un ultimatum, formulé d'une manière qui rendait l'acceptation peu probable. La Serbie a proposé l'arbitrage pour résoudre le différend, mais l'Autriche-Hongrie a plutôt déclaré la guerre le 28 juillet 1914, exactement un mois après la mort de Ferdinand&# x2019. La semaine suivante, l'Allemagne, la Russie, la France, la Belgique, le Monténégro et la Grande-Bretagne avaient tous été entraînés dans le conflit, et d'autres pays comme les États-Unis entreraient plus tard. Au total, plus de 9 millions de soldats et presque autant de civils mourront dans des combats qui ont duré jusqu'en 1918.


Histoire de la salle, écusson familial et armoiries

Les premiers porteurs du nom de famille distingué Hall sont venus en Angleterre lors de la grande vague de migration qui a suivi la conquête normande de 1066. Le nom est d'origine professionnelle, résultant de l'activité principale du porteur. Il est dérivé du terme ancien français « halle », qui faisait référence à un grand manoir, ce qui indique que le porteur original du nom travaillait au manoir du seigneur local dans un rôle tel que serviteur ou chambellan. Beaucoup de nobles normands qui sont venus en Angleterre avec Guillaume le Conquérant sont rapidement devenus mécontents du règne de Guillaume en tant que tel, les membres de la famille Hall ont accepté des concessions de terres du roi Malcolm Canmore d'Écosse et sont devenus importants dans ce pays.

Ensemble de 4 tasses à café et porte-clés

$69.95 $48.95

Les premières origines de la famille Hall

Le nom de famille Hall a été trouvé pour la première fois dans le Lincolnshire, en Angleterre, où la famille a obtenu des terres après la conquête normande en 1066. La famille Hall descend directement d'Earl Fitzwilliam, qui a occupé un siège familial à Greatford Hall dans le Lincolnshire, après la conquête normande.

Le fils cadet de cette noble maison, Arthur FitzWilliam, est devenu connu sous le nom de "Hall" afin de le distinguer de son frère aîné. Par conséquent, Arthur Hall a été le premier porteur connu du nom, apparaissant dans les archives vers l'année 1090.

En Écosse, le nom en latin était de Aula et, par conséquent, le premier enregistrement ici était « Waldeu de Aula qui fut témoin d'une charte de Walter de Veteri Ponte a. 1200. » [1] Plus de cent ans plus tard, la version anglaise du nom était utilisée car « John of the Hall faisait partie d'une enquête menée à Berwick, 1302 et c. 1311 Thomas dictus del Halle est témoin de la démission par Adam de Dowane de sa terre de Grenryg dans la baronnie de Lesmahagow." [1]

Au cours de cette période, le latin et l'anglais pour les archives étaient utilisés à peu près en même temps que les dernières entrées, nous avons trouvé "in 1325 mention est faite de Thomas dictus de Aula, et Andreas de Aula possédait des terres à Aynstrother c. 1330. Le premier Hall de Fulbar dans le Renfrewshire était Thomas de Aula, chirurgien, qui pour ses loyaux services a obtenu de Robert II une concession de terre dans l'immeuble de Staneley, baronnie de Renffrow, 1370." [1]

Forfait Armoiries et histoire du nom de famille

$24.95 $21.20

Début de l'histoire de la famille Hall

Cette page Web ne montre qu'un petit extrait de notre recherche Hall. 232 autres mots (17 lignes de texte) couvrant les années 1340, 1600, 1672, 1716, 1715, 1716, 1776, 1574, 1656, 1613, 1668, 1662, 1668, 1610, 1665, 1669, 1654, 1656, 1619, 1667, 1654, 1660, 1637, 1690, 1688, 1690, 1620, 1687, 1627, 1656, 1646 et sont inclus sous le thème Early Hall History dans tous nos produits PDF Extended History et nos produits imprimés dans la mesure du possible.

Sweat à capuche unisexe blason

Variations d'orthographe

Les variations orthographiques de ce nom de famille incluent : Hall, Halle, Haule, Haul, Hal, De Aule et autres.

Les premiers notables de la famille Hall (avant 1700)

Parmi la famille à cette époque figurait John Hall, connu sous le nom de "Mad Jack Hall" et "Crazy Jack Hall" (1672-1716), un leader jacobite écossais, propriétaire et juge de paix dans le Northumberland, une figure majeure du premier soulèvement écossais en la rébellion jacobite de 1715, il fut décapité pour haute trahison le 13 juillet 1716 et Lyman Hall de Géorgie, l'un des signataires de la déclaration d'indépendance américaine le 4 juillet 1776. En Angleterre, Joseph Hall (1574-1656), était un Évêque anglais, satiriste et moraliste George Hall (c.1613-1668), un évêque anglais.
93 autres mots (7 lignes de texte) sont inclus sous le sujet Early Hall Notables dans tous nos produits PDF Extended History et nos produits imprimés dans la mesure du possible.

Migration de la famille Hall en Irlande

Certains membres de la famille Hall ont déménagé en Irlande, mais ce sujet n'est pas traité dans cet extrait.
77 autres mots (6 lignes de texte) sur leur vie en Irlande sont inclus dans tous nos produits PDF Extended History et nos produits imprimés dans la mesure du possible.

Migration de salle +

Certains des premiers colons de ce nom de famille étaient:

Les colons de Hall aux États-Unis au XVIIe siècle
  • Georg Hall, qui débarqua en Virginie en 1620 [2]
  • Hugh Hall, qui débarqua en Virginie en 1623 [2]
  • Christopher Hall qui s'installa en Virginie en 1623
  • Edward Hall, qui s'installe à Cambridge, Massachusetts en 1630
  • Edw Hall, arrivé en Virginie en 1635 [2]
  • . (D'autres sont disponibles dans tous nos produits PDF Extended History et nos produits imprimés dans la mesure du possible.)
Les colons de Hall aux États-Unis au XVIIIe siècle
  • Anthony Hall, arrivé à Virg,inia en 1701 [2]
  • Edward Hall, qui débarqua en Virginie en 1705 [2]
  • Egram Hall, arrivé à Philadelphie en 1730
  • David Hall, qui a débarqué en Amérique en 1743 [2]
  • Clement Hall, qui débarqua en Caroline du Nord en 1744 [2]
  • . (D'autres sont disponibles dans tous nos produits PDF Extended History et nos produits imprimés dans la mesure du possible.)
Les colons de Hall aux États-Unis au XIXe siècle
  • Adam Hall, qui a débarqué en Amérique en 1801 [2]
  • Aric Hall, dont le serment d'allégeance a été enregistré en Pennsylvanie en 1803
  • Aric Hall, qui débarqua en Pennsylvanie en 1803 [2]
  • Alexander Hall, qui a débarqué dans le Connecticut en 1811 [2]
  • Hobert Hall, arrivé à New York, NY en 1811 [2]
  • . (D'autres sont disponibles dans tous nos produits PDF Extended History et nos produits imprimés dans la mesure du possible.)
Les colons de Hall aux États-Unis au XXe siècle
  • Frederick Hall, qui a atterri à Mobile, Ala en 1903 [2]
  • Charley Fredrick Hall, qui a atterri dans le Wisconsin en 1912 [2]

Migration de Hall au Canada +

Certains des premiers colons de ce nom de famille étaient:

Les colons de Hall au Canada au XVIIIe siècle
  • Conrad Hall, arrivé en Nouvelle-Écosse en 1749-1752
  • Abner Hall, arrivé en Nouvelle-Écosse en 1760
  • Barnabas Hall, arrivé en Nouvelle-Écosse en 1760
  • Christian Henri. Hall, l'une des troupes de Hesse dans la guerre d'indépendance américaine qui s'installa à Halifax, en Nouvelle-Écosse en 1781
  • M. Richard Hall U.E. qui est arrivé à Port Roseway [Shelburne], Nouvelle-Écosse le 26 octobre 1783 était le passager numéro 268 à bord du navire "HMS Clinton", pris en charge le 28 septembre 1783 à Staten Island, New York [3]
  • . (D'autres sont disponibles dans tous nos produits PDF Extended History et nos produits imprimés dans la mesure du possible.)
Les colons de Hall au Canada au 19e siècle
  • Robert Hall, 26 ans, agriculteur, arrivé à Saint John, Nouveau-Brunswick en 1833 à bord du brick "Thomas Hanford" en provenance de Cork, Irlande
  • Mary Hall, 25 ans, arrivée à Saint John, Nouveau-Brunswick en 1833 à bord du brick "Thomas Hanford" en provenance de Cork, Irlande
  • Robert Hall, 3 ans, arrivé à Saint John, Nouveau-Brunswick en 1833 à bord du brick "Thomas Hanford" en provenance de Cork, Irlande
  • James Hall, 25 ans, marchand, arrivé à Saint John, Nouveau-Brunswick en 1833 à bord du navire "John" en provenance de Liverpool, Angleterre
  • Mary Hall, 25 ans, arrivée à Saint John, Nouveau-Brunswick en 1834 à bord de la barque "Frederick" en provenance de Liverpool, Angleterre
  • . (D'autres sont disponibles dans tous nos produits PDF Extended History et nos produits imprimés dans la mesure du possible.)

Migration de Hall vers l'Australie +

L'émigration vers l'Australie a suivi les premières flottes de condamnés, de commerçants et de premiers colons. Les premiers immigrants comprennent :

Les colons de Hall en Australie au XVIIIe siècle
  • Mlle Ann Hall, détenue anglaise qui a été condamnée à Middlesex, en Angleterre, pendant 7 ans, transportée à bord du "Britannia III" le 18 juillet 1798, arrivant en Nouvelle-Galles du Sud, Australie[4]
Les colons de Hall en Australie au XIXe siècle
  • M. John Hall, détenu britannique condamné à vie à Warwick, Warwickshire, Angleterre, transporté à bord du "Calcutta" en février 1803, arrivant en Nouvelle-Galles du Sud, Australie[5]
  • George Hall, forçat anglais du Sussex, qui fut transporté à bord du "Ann" en août 1809, s'installant en Nouvelle-Galles du Sud, Australie[6]
  • Mlle Elizabeth Hall, détenue anglaise qui a été condamnée à Kingston Upon Hull, Yorkshire, Angleterre pendant 7 ans, transportée à bord du "Canada" en mars 1810, arrivant en Nouvelle-Galles du Sud, Australie[7]
  • Catherine Hall, détenue britannique de Grande-Bretagne, qui a été transportée à bord du "Alexander" le 4 novembre 1815, s'installant en Nouvelle-Galles du Sud, Australie[8]
  • M. Robert Hall, détenu écossais qui a été condamné à Édimbourg, en Écosse pendant 7 ans, transporté à bord de l'"Atlas" le 16 janvier 1816, arrivant en Nouvelle-Galles du Sud, Australie[9]
  • . (D'autres sont disponibles dans tous nos produits PDF Extended History et nos produits imprimés dans la mesure du possible.)

Migration de Hall en Nouvelle-Zélande +

L'émigration vers la Nouvelle-Zélande a suivi les traces des explorateurs européens, tels que le capitaine Cook (1769-1770) : d'abord les chasseurs de phoque, les baleiniers, les missionnaires et les commerçants. En 1838, la British New Zealand Company avait commencé à acheter des terres aux tribus maories et à les vendre aux colons. une nouvelle vie. Les premiers immigrants comprennent :


Hitler devient chef du parti

Hitler est rapidement devenu une force incontournable au sein du parti. Il a été nommé membre du comité central du parti et en janvier 1920, il a été nommé par Drexler chef de la propagande du parti.

Un mois plus tard, Hitler a organisé un rassemblement du parti à Munich qui a réuni plus de 2000 personnes. Hitler a prononcé un discours célèbre lors de cet événement décrivant la plate-forme nouvellement créée en 25 points du parti. Cette plate-forme a été élaborée par Drexler, Hitler et Feder. (Harrer, se sentant de plus en plus exclu, démissionna du parti en février 1920.)

La nouvelle plate-forme a mis l'accent sur le parti volkisch nature de la promotion d'une communauté nationale unifiée d'Allemands aryens purs. Il a imputé les luttes de la nation aux immigrants (principalement des Juifs et des Européens de l'Est) et a souligné l'exclusion de ces groupes des avantages d'une communauté unifiée qui prospérait dans le cadre d'entreprises nationalisées et de partage des bénéfices au lieu du capitalisme. La plate-forme a également appelé à renverser les locataires du traité de Versailles et à rétablir le pouvoir de l'armée allemande que Versailles avait sévèrement restreint.

Harrer étant maintenant sorti et la plate-forme définie, le groupe a décidé d'ajouter le mot "socialiste" dans son nom, devenant le Parti national-socialiste des travailleurs allemands (Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei ou NSDAP) en 1920.

L'adhésion au parti a augmenté rapidement, atteignant plus de 2 000 membres enregistrés à la fin de 1920. Les discours puissants d'Hitler ont attiré beaucoup de ces nouveaux membres. C'est à cause de son impact que les membres du parti ont été profondément troublés par sa démission du parti en juillet 1921 à la suite d'un mouvement au sein du groupe pour fusionner avec le Parti socialiste allemand (un parti rival qui avait des idéaux qui se chevauchent avec le DAP).

Lorsque le différend a été résolu, Hitler a rejoint le parti fin juillet et a été élu chef du parti deux jours plus tard, le 28 juillet 1921.


583 Note d'action (R)

Une note sur les actions de traitement et de référence, comme une brève déclaration sur la sollicitation pour acquérir du matériel, si la sollicitation est active ou inactive, et la date du dernier élément de correspondance. Utilisez également le champ 583 pour enregistrer des informations sur les actions de conservation relatives à un article, telles que l'examen de l'état, la file d'attente pour la conservation et l'achèvement de la conservation. Une terminologie standard peut être utilisée dans la sous-zone ǂa et l'autorité de la terminologie peut être indiquée dans la sous-zone ǂ2. Répétez le champ 583 pour enregistrer des informations sur différentes actions.

Pour plus d'informations sur la ponctuation, consultez la section Ponctuation ci-dessous.

Des lignes directrices

Les bibliothèques qui font partie du registre Shared Print doivent suivre les procédures du champ 583 décrites dans Gestion d'impression partagée OCLC.

1er indicateur

Aucune information fournie. Champs avec 1er indicateur Vide sont conservés dans la notice WorldCat, le LHR, les notices exportées et les notices livrées via d'autres services.

Privé. Champs avec 1er indicateur 0 ne sont pas conservées dans la notice WorldCat ou les notices fournies via d'autres services, mais elles sont incluses dans le LHR et les notices exportées au cours de la session au cours de laquelle elles ont été saisies. Noter: Si la zone 583 est codée avec le 1er indicateur 0 dans la notice WorldCat, le champ n'est visible dans la notice affichée que pendant la session au cours de laquelle il a été saisi.

Pas privé. Champs avec 1er indicateur 1 sont conservées dans la notice WorldCat, le LHR, la notice exportée et les notices livrées via d'autres services.

2ème indicateur

Indéfini. La 2ème position de l'indicateur n'est pas définie et contient un Vide.

Sous-champs

L'action effectuée (par exemple, l'acquisition, l'évaluation, l'authentification, la classification, la copie, la description, l'exposition, le prêt, l'organisation, le microfilmage, la conservation, la référence, la planification, la sollicitation, l'enquête ou le transfert). Pour les activités de préservation, utilisez le sous-champ ǂa pour une description de l'action (par exemple, révision de l'état, mise en file d'attente pour préservation, traitement provisoire ou préservation terminée).

Le code ou la désignation attribué pour identifier une action spécifique ou pour l'identifier en conjonction avec le moment de l'action (par exemple, un numéro d'accession ou un code de projet).

L'heure ou la date d'une action. Il peut s'agir d'un futur ou d'un passé. Utilisez la sous-zone ǂc pour la date d'accession, d'acquisition, de classification, de transfert ou de description. La date et l'heure sont enregistrées selon ISO 8601, Représentations des dates et heures. Exprimez les dates dans le formulaire aaaammjj. Les positions du mois et du jour, mm et jj, contiennent des zéros lorsque l'information est inconnue. Exprimez l'heure en utilisant l'horloge de 24 heures (00-23) sous la forme de hhmmss.f dans lequel h représente l'heure, m représente la minute, s représente la seconde, et .F représente la fraction décimale de la seconde. Exprimez la date et l'heure ensemble comme aaaammjjhhhmmss.f.

Une période qui ne peut pas être exprimée comme une date précise (par exemple, à la fin du trimestre académique ou tous les six mois).

Une heure ou une période désignée en fonction d'un événement imprévisible (par exemple, après le décès de la fille, à la conclusion d'une affaire judiciaire ou à la réception).

Le texte ou la citation d'une ordonnance d'action, d'une justification, d'une règle ou d'une loi régissant une action particulière.

Le nom d'une personne, d'une institution, d'une fonction ou d'un poste au sein de l'institution responsable de l'approbation de l'action.

Le moyen (par exemple, par courrier, par téléphone pour les services de référence, ou en personne) ou la technique (par exemple, incinération, mise au rebut ou déchiquetage pour élimination) par lequel l'action a été effectuée.

L'endroit où les matériaux décrits ont été utilisés, y compris le site sur lequel ils sont consultés par les utilisateurs.

Le nom de la personne ou de l'organisation qui effectue l'action.

L'état ou l'état des matériaux décrits (par exemple, l'état de la description, la valeur d'assurance ou l'état physique). Cette condition peut être le résultat de l'action. Pour les activités de préservation, utilisez la sous-zone ǂl pour obtenir des informations sur l'état des matériaux lorsque l'action fait l'objet d'un examen d'état. Utilisez également le sous-champ ǂl pour obtenir des informations sur le statut des matériaux qui ont causé le rejet de la préservation (par exemple, l'action est une préservation rejetée) ou des informations sur la disposition des matériaux d'origine (par exemple, l'action est reformatée).

Le nombre d'éléments concernés. Lors de la répétition des deux sous-champs n et ǂo, chaque sous-champ ǂn doit être suivi de son sous-champ associé ǂo.

Le nom de l'unité de mesure. Lors de la répétition des deux sous-champs n et ǂo, chaque sous-champ ǂo doit suivre son sous-champ associé n.

Uniform Resource Identifier (URI), par exemple une URL ou un URN, qui fournit des données d'accès électroniques dans une syntaxe standard. Dans la zone 583, la sous-zone ǂu est utilisée pour enregistrer l'emplacement des informations externes ou supplémentaires accessibles par voie électronique. Pour plus d'informations sur la sous-zone ǂu, voir Sous-zones de contrôle.

La note se rapporte à une action sur un élément qui n'est pas sous une forme adéquate pour l'affichage public.

La note concerne une action sur un élément qui est sous une forme adéquate pour l'affichage public.

Un code MARC qui identifie la liste source à partir de laquelle le terme utilisé dans la sous-zone ǂa pour enregistrer les informations sur l'action a été attribué. La source du code MARC est Codes sources des termes d'action de ressource. Pour plus d'informations sur la sous-zone ǂ2, voir Sous-zones de contrôle.

Pour plus d'informations sur la sous-zone ǂ3, voir Sous-zones de contrôle.

Pour plus d'informations sur la sous-zone ǂ5, voir Sous-zones de contrôle.

Données qui relient les champs lorsqu'un script non latin est saisi. Ce sous-champ est fourni par le système et n'apparaît pas dans les affichages en ligne d'OCLC. Faire ne pas ajouter manuellement le sous-champ ǂ6. Pour plus d'informations sur la sous-zone ǂ6, voir Sous-zones de contrôle.

Pour plus d'informations sur la sous-zone ǂ8, voir Sous-zones de contrôle.

Ponctuation

Pour les enregistrements contenant ou omettant la ponctuation, suivez ces instructions :

  • Inclure la ponctuation fortuite nécessaire dans tous les sous-champs, par exemple, des virgules, des points (suivant des abréviations ou des initiales), etc.
  • Omettre la ponctuation précédant chaque sous-champ, sauf si le sous-champ précédent se termine par une ellipse, un point d'exclamation, un trait d'union, un point (suivant une abréviation ou une initiale), un point d'interrogation, un crochet fermant ou une parenthèse fermante
  • Omettez le point terminal à la fin du champ à moins que le dernier mot ne soit une abréviation ou une initiale

For more information on punctuation, including OCLC policy, see section 2.8, Punctuation.

Indexing

For indexing and searching information in bibliographic records, see Searching WorldCat Indexes, field 583.

For indexing and searching information in LHRs, see Local holding record (LHR) field mapping, field 583.

MARC 21

For more information, including content designator history, see MARC 21 Format for Bibliographic Data, field 583.


So should I just write watchers instead of reading from a volume mount?

In short, no. I started looking into writing a watcher for a specific situation in which I knew my application would need to handle configmap changes on the fly (or, better said, that looked like the simplest/best approach to my problem). If you do have a case like that, then a watcher can be a powerful tool.

The other key advantage to this pattern is that is not limited to configmaps. You can use this for any kubernetes API resource — pods, secrets, whatever. And in many cases, those are not resources you can mount as volume mounts nearly so easily (or even at all). So understanding watchers (and where you can go wrong, such as forgetting to handle closed connections) can open up a lot of possibilities in your kubernetes applications.

But for many applications which only need to read from configmaps, this is overkill— I would wager that the majority, perhaps the vast majority, of applications can get by with reading the configmap on startup from a volume mount, storing the config in memory, then never dealing with the volume mount again. This is a far simpler coding pattern, and it also has the advantage of making clear (in the case of configmaps and secrets) the resources on which your application depends, since those dependencies are clearly expressed in the deployment YAML.


USS Hull (DD 945)

USS HULL was one of the FORREST SHERMAN - class destroyers and the fifth ship in the Navy named after Commodore Isaac Hull. In the mid-1970s, the USS HULL was the Navy's test platform for the Mk-71 8-inch gun. The Mk-71 gun project was later cancelled. Decommissioned on July 11, 1983, and stricken from the Navy list on October 15, 1983, the USS HULL was finally disposed of as a target on April 7, 1998, off the coast of southern California at 032 35' 00.9" North, 120 32' 00.3" West.

Caractéristiques générales: Keel laid: 1956
Launched: August 10, 1957
Commissioned: July 3, 1958
Decommissioned: July 11, 1983
Builder: Bath Iron Works, Bath, Maine
Propulsion system: four-1200 lb. boilers two steam turbines two shafts
Propellers: two
Length: 418.3 feet (127.5 meters)
Beam: 45,3 feet (13.8 meters)
Draft: 22 feet (6.7 meters)
Déplacement : env. 4,000 tons full load
Speed: 32+ knots
Avion : aucun
Armament: three Mk-42 5-inch/54 caliber guns, Mk-32 ASW torpedo tubes (two triple mounts)
Crew: 17 officers, 275 enlisted

This section contains the names of sailors who served aboard USS HULL. Ce n'est pas une liste officielle mais contient les noms des marins qui ont soumis leurs informations.

Accidents aboard USS HULL:

Isaac Hull was born in Derby, Connecticut, on 9 March 1773. Early in life he joined his father, a mariner, on local voyages and longer trips to the West Indies. During the mid-1790s Hull commanded several merchant vessels, losing some to French privateers. He was commissioned a Lieutenant in the new United States Navy in March 1798 and distinguished himself during the next two years while serving on board the frigate CONSTITUTION in the undeclared war with France. When troubles with the Barbary powers heated up in 1802 he went to the Mediterranean as First Lieutenant of the frigate ADAMS. Hull later commanded the schooner ENTERPRISE and the brig ARGUS, receiving promotion to the rank of Master Commandant in 1804 and to Captain in 1806. During the next few years he supervised the construction of gunboats and in 1809 and 1810 was successively given command of the frigates, CHESAPEAKE, PRESIDENT and CONSTITUTION.


Sponsored Bybit.com - Bonus Bash. Up to $1,000 Bonus To Be Won, Join to Get Rewards! $1000 Bonus Top 3 largest exchange to trade Bitcoin and Crypto. Trade on the go with Bybit app that handles up to 100,000 transactions per second. Student Coin (STC) - Get Inspired By The Best Altcoin of 2021! Buy Now Student Coin is the first platform that allows users to easily design, create, and manage personal, corporate, NFT, and DeFi tokens. Sponsored AAX - Trade Bitcoin Futures with fees as low as 0.02% Get 110 USDT Sign up now and Get 110 USDT Futures Trading Bonus! Bybit.com - Bonus Bash. Up to $1,000 Bonus To Be Won, Join to Get Rewards! $1000 Bonus Top 3 largest exchange to trade Bitcoin and Crypto. Trade on the go with Bybit app that handles up to 100,000 transactions per second. Sponsored DeFi Nominex | The long awaited Staking and first in history Team farming are finally here. Staking NMX Grab your share from 4 staking pools, 1200% APY, referral & team farming and 0 trading fees Bybit.com - Bonus Bash. Up to $1,000 Bonus To Be Won, Join to Get Rewards! $1000 Bonus Top 3 largest exchange to trade Bitcoin and Crypto. Trade on the go with Bybit app that handles up to 100,000 transactions per second. Sponsored Betcoin.ag - #1 BNB Crypto Casino & Sportsbook Claim Bonus Get up to 10 BNB Bonus and 10 free spins.
1,000+ Casino Games & 40,000 Sports! BitStarz - Award-Winning Casino Deposit Now Get 5 BTC + 200 Free Spins.
Record Win - $2.4 Million! 1xBit - Feel the Spirit of Euro 2020! Join Now Support your national team with highest odds & win crypto!

Oklahoma Scandal

his is a state where being No. 1 is important, especially in college football, but the beloved Sooners are off to their worst start in 16 years. Perhaps Oklahomans will find solace in the fact that, if federal prosecutors are correct, the largest kickback scandal in U.S. history is unraveling right here.

So far, more than 120 present or former county commissioners across the state have pleaded guilty, been found guilty or agreed to plead guilty to federal charges (usually income tax-related) in an investigation that centers on kickbacks in the purchase of road-building and repair equipment.

David A. Russell, the U.S. attorney in Oklahoma City, says that before it is over about 250 former or present county officials and suppliers will be convicted. Here in Cleveland County, two of the three commissioners have already resigned after signing agreements to plead guilty.

Special elections are being held across the state to fill the vacant offices and--wonder of wonders-- Republicans are replacing the Good Ol' Boy Democrats who have controlled the counties, the courthouses, and justice since statehood in 1907.

Russell claims active cases in 65 of Oklahoma's 77 counties, each of which has three commissioners. The investigation, which started in southeastern Oklahoma, has also spilled across the Red River into Texas. A similar, unrelated probe is under way in neighboring Arkansas.

Information developed by FBI and Internal Revenue Service investigators includes tape recordings of paybacks actually being made to commissioners and, literally, a barnful of records of bogus transacations. Investigators estimate roughly that, in the first 100 cases, as least $25 million has been misspent.

The kickback game has been going on for years and everybody knows it. "It's nothing new," said Leroy Wheeler, a political appointee who runs the auto license tag agency here. "But I was really amazed it was this bad. I knew when a guy bought a little bulldozer he got to keep something for Christmas, but I just can't imagine signing a voucher for equipment that wasn't delivered."

The investigators have found two basic types of deals. One is a standard 10 percent kickback. The county commissioner buys a load of gravel or a road grader blade and gets 10 percent from the seller. Simple and clean, very hard to trace unless either the seller or the commissioner talks.

The other is a little more creative and results in a bigger payoff. The commissioner buys a shipment of bridge timbers, but the lumber is never delivered. The commissioner and the seller split the entire fee, less 10 percent for the person who wrote the voucher showing the sale was made.

That person was the link in the chain that made it possible, after years of rumor and innuendo, for somebody to build cases against county commissioners that would stick. IRS agents had been looking at Dorothy Griffin's lumber yard in Farris, a tiny community in southeastern Oklahoma, wondering how it could be doing that much business. One night they called and asked. For reasons they still don't understand, she told them all about it and led them to a barn where she kept copies of vouchers detailing hundreds of bogus sales going back many years.

Soon Griffin and an Oklahoma City supplier named Guy Moore were carrying FBI tape recorders to their meetings with various county officials. "Usually after we play those tapes it's not too hard to get a plea," one of the investigators said.

So far, only three cases have actually gone to trial. The result is two convictions and one nolo contendere plea, entered in the fourth day of the trial just before the damning tape was to be played in court.

Most of those charged have signed agreements to plead guilty to conspiracy to commit mail fraud and to obstruct the Internal Revenue Service. Additionally, they have resigned their offices and in many cases have made restitution to the county. "I've made $17,000 in restitution," former Cleveland County commissioner Billie D. Poole said as he concluded a very brief interview. Russell's office confirmed the figure.

Neither Griffin nor Moore has been granted immunity, but it is clear they will not be charged with every possible count.

"I think the 10 percent kickback probably would have been accepted by the public at large , if it had just been that," said Democratic state Sen. John Clifton, co-chairman of a special legislative committee that is studying the scandal and considering remedies. "Where it got out of hand was in the last 10 years with equipment appreciating in price. That gave suppliers and commissioners a lot of room to play . . . This type of thing infuriates the voters."

It hasn't infuriated them much in the past. Russell's office has been researching the issue and has found only one case in the state's history where a county commissioner was convicted of anything, and he received a suspended sentence. The commisioners were just too powerful to challenge.

Each commissioner is the road-repair king of his district, with vast discretion to spend county funds without review. In a rural state that depends on farm-to-market roads, the commissioner can do big favors, like have the road grader fix your private drive or find a job on the bridge-repair crew for a teen-age son.

The county commissioners also own the courthouses and allocate office space and budgets for other elected county officials, such as the district attorneys and the sheriffs. At election time, with his own future sewed up, the county commisioner delivers votes to state legislators.

"Even if the district attorney had a mind to go after 'em, he is dependent on the county commissioners for money to run his office, his staff, etc.," said Arrell M. Gibson, University of Oklahoma research professor whose history of the state is regarded as definitive. "Through tradition and sufferance," he said, the county commissioner system amounts to "77 satrapies."

J. Howard Edmondson, a reformist governor in the early 1960s, proposed changes to correct some of the abuses and the legislature ignored him. Edmondson tried an end run by getting three state questions on the ballot that would have substantially diluted the commissoners' power. Each proposal was overwhelmingly defeated by the rural coalition led from the courthouses, and Edmondson was through politically.

Only now, with indictments tumbling out of the U.S. courthouse like an oil gusher, have both a legislative committee and a governor's task force been organized to investigate and recommend. "For the first time, the county commissioners in this state are prostrate," said U.S. attorney Russell.

Once again, it's those federal prosecutors who have given the state a bad name. It was federal prosecutors who nailed former governor David Hall for extortion and bribery in 1975 it was federal prosecutors who cleaned up a justice-buying scandal in the state supreme court.

At least three possible changes in state government are now being considered, according to state officials. One would create the first statewide criminal investigative force or finance district attorney operations from state rather than county funds. Another would require counties to hire professional managers and change the commissioners into non-salaried boards of directors. A third would implement one of Edmondson's reforms: state rather than county control of roadbuilding and repairing. That is less likely, because Oklahomans like to be able to call their neighbor to get things fixed.

The scandal could also be the beginning of the end of Democratic control of county politics. Oklahomans usually vote Republican in national elections but pick their local officials in the Democratic primaries. In the 12 special elections for new county commissioners held since the scandal became public, however, nine of 10 seats once held by Democrats have gone to Republicans, including Evelyn Orth, who took Poole's seat in a special election here.

The first day Orth went to the county road maintenance barn--the center of the commissioners' political power--the workmen asked if she would let them continue to fuel their own pickup trucks at the county gasoline pump.

"I just figured it wasn't right and I decided not to let them do it," she said.


Voir la vidéo: La Monnaie de Paris, 1150 ans dhistoire - Chapitre 2 (Juin 2022).

DateEvents
June 3, 1973San Diego, Calif.