Nouvelles

Campagne de sept jours - Historique

Campagne de sept jours - Historique


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

McClellan avait mis une éternité à mettre son armée en position pour attaquer Richmond par le sud. Au moment où il était prêt, Lee était prêt pour lui et a infligé des pertes suffisamment élevées à l'armée de l'Union pour forcer McClellan à hésiter puis à se retirer.


.

L'armée McClellan avança finalement sur Richmond. Son armée atteint à moins de 15 miles de la ville. Ses forces étaient réparties entre les rives nord et sud de la rivière Chickahominy. Le 31 mai, les forces confédérées sous le commandement de Joseph Johnston ont attaqué les forces de l'Union divisées, à Fair Oaks ou Seven Pines, comme on l'appelait. Le plan était simple, mais l'exécution a totalement échoué. Les forces confédérées ont attaqué au coup par coup, au lieu d'un seul groupe. Le résultat a été qu'aucun terrain significatif n'a été gagné. 6 134 confédérés ont été tués ou blessés, ainsi que 5 031 soldats de l'Union. Une victime confédérée était plus importante que les autres. Dans la soirée du 31 mai, le commandant confédéré, Joseph Johnston est grièvement blessé. Le général Robert E. Lee a été nommé nouveau commandant confédéré.

L'une des premières actions du général Lee fut d'ordonner à James Ewell Brown Stuart de rechercher les positions de l'Union. Stuart a dirigé ses 1 200 soldats de cavalerie lors d'une promenade de trois jours autour des lignes de l'Union. Dans sa chevauchée spectaculaire, Stuart a complètement encerclé les forces de l'Union.

Lee savait qu'il devait procéder avant que McClellan puisse commencer un siège de Richmond. Le 26 juin, Lee attaque à Mechanicsville, l'autre flanc de la ligne de l'Union. Le gros de l'attaque a été fait par les forces d'A.P. Hill. C'était un combat déséquilibré. Les confédérés ont subi 1 500 pertes, tandis que l'Union n'en a subi que 400. McClellan, cependant, a estimé qu'avec des forces confédérées écrasantes, susceptibles d'attaquer, il devrait retirer les forces vers une position plus défendable à Gaines Mill.

Le lendemain, Lee attaqua à nouveau. La bataille dura toute la journée. À la fin de la journée, les forces confédérées réussissent à percer les lignes de l'Union à Turkey Hill. Lorsque les résultats de la bataille furent connus, McClellan prit la décision d'abandonner sa base de ravitaillement à la Maison Blanche et de la déplacer vers le débarquement de Harrison. Il donne l'ordre à toutes ses forces de se replier sur la James River. McClellan, même si ses pertes avaient été inférieures aux pertes confédérées à ce jour, était convaincu qu'il avait perdu.

McClellan a écrit: "Si nous avons perdu le jour, nous avons encore préservé notre honneur et personne n'a besoin de rougir pour l'armée du Potomac. J'ai perdu cette bataille parce que ma force était trop petite. Je répète encore une fois que je ne suis pas responsable de cela et je le dis avec le sérieux d'un général qui ressent dans son cœur la perte de chaque homme courageux qui a été inutilement sacrifié aujourd'hui. J'espère toujours récupérer notre fortune, mais pour ce faire, le gouvernement doit considérer la question de la même manière lumière sérieuse que je fais, vous devez m'envoyer de très gros renforts, et les envoyer immédiatement.

Je me retirerai de ce côté du Chickahominy et je pense pouvoir retirer tout notre matériel. S'il vous plaît, comprenez que dans cette bataille, nous n'avons perdu que des hommes et ceux que nous avons de meilleurs.

En plus de ce que j'ai déjà dit, je veux seulement dire au Président que je pense qu'il a tort, en me considérant comme peu généreux quand j'ai dit que ma force était trop faible. Je n'ai fait que réitérer une vérité qui est aujourd'hui trop clairement prouvée. J'aurais dû gagner cette bataille avec (10 000) dix mille hommes frais. Si à cet instant je pouvais disposer de (10.000) dix mille hommes frais, je pourrais remporter la victoire demain.

Je sais que quelques milliers d'hommes de plus auraient changé cette bataille d'une défaite à une victoire, car le gouvernement ne doit pas et ne peut pas me tenir responsable du résultat."

McClellan avait plus de 60 000 soldats qui n'étaient pas engagés au cours de cette bataille.

Alors que l'armée du Potomac se retirait à travers la péninsule, Lee tenta de la détruire à Savage Station le 29 juin et à Glendale le 30 juin. Lee fit un dernier effort à Malvern Hill pour détruire l'armée de l'Union. Cependant, la colline était bien défendue et 5 590 confédérés sont morts en essayant de l'escalader. L'Union n'en a perdu qu'un tiers. La campagne des Sept Jours a donc pris fin. Les confédérés qui ont commencé avec moins d'hommes que l'Union, ont perdu plus d'hommes dans la campagne. Pourtant, lorsque la bataille s'est ouverte, les forces de l'Union ont menacé Richmond. À la fin de la bataille, l'armée du Potomac de McClellan a été embouteillée à Harrison Landing.

Compte confédéré de bataillePalais de justice de Hanovre et moulin de Gaines
L'ordre de LeeLa balade de Stuart autour de McClellan
Rapport de Lee sur la batailleColline de Malvern
Compte de Jubal Early
La correspondance de McClellan
Fair Oaks de Davis
L'attaque de Lee
La victoire de Lee
Les attaques de Lee au nord du Chickahominy

L'armée de McClellan en marche sur Richmond

Cold Harbor, Virginie, environs. Mort non enterré sur le champ de bataille de Gaines' Mill : photographié James Gibson en juin 1862.

Fair Oaks, Virginie, environs. Le lieutenant Robert Clarke, le capitaine John C. Tidball, le lieutenant William N. Dennison et le capitaine Alexander C.M. Pennington

Cette illustration de Harpers Weekly le 29 juillet 1862-la légende:Bataille de Malvern Hill, Virginie, 1 juillet 1862 - Les rebelles repoussés par l'Artillerie de l'Union

Cette illustration de Harpers Weekly le 21 juin 1862. La légende indique : l'armée du Potomac-général Davidson's Brigade prenant possession de Mechanicsville, près de Richmond, Virginie, le 24 mai 1862.-esquissée par M. Mead.l'ennemi sur la colline Au loin.—d'après les croquis d'un officier qui était présent.

Fair Oaks, Virginie James B. Washington, un prisonnier confédéré, avec le capitaine George A. Custer du 5e de cavalerie, États-Unis : James Gibson photographié le 31 mai 1862

Cette illustration de Harpers Weekly le 7 juin 1862. La légende indique :L'armée du général Mcclellan en marche à travers les bois de Williamsburg à Richmond.

Fair Oaks, Virginie, le professeur Thaddeus S. Lowe observant la bataille depuis son ballon "Intrepid"

Fair Oaks, Virginie, environs. Piles C et G d'Horatio G. Gibson : James Gibson photographié en juin 1862

Fair Oaks, Virginie, environs. Batterie M., 2e artillerie américaine, commandée par le capitaine Henry Benson : Photo

Chickahominy River, Va. Grapevine bridge construit les 27-28 mai 1862, par le 5th New Hampshire Infantry sous le colonel Edward E. Cross

Bataille de Charles City Road -Fair Oaks, en Virginie, à proximité. Le général George Stoneman et son personnel

Rivière Chickahominy, Virginie Cross

Cette illustration de Harpers Weekly le 19 juillet 1862-la légende:L'armée du Potomac-enterrer les morts et brûler les chevaux morts à Fair Oaks Station, Virginie.-esquissée par M. A. R. Waud.

Cette illustration de Harpers Weekly le 28 juin 1862. La légende se lit comme suit : l'armée du Potomac-attaque furieuse des rebelles sur la batterie de Kirby à la bataille de Fair Oaks.-esquisse par M. Mead

Fair Oaks, Virginie, environs. Capitaine Rufus D. Pettit's Battery B, 1st New York Light Artillery, à Fort Richardson.

Hôpital de campagne - Savage Station, Virginie ? [Savage Station, Va. Hôpital de campagne après la bataille du 27 juin]. Gibson, James F., b. photographe de 1828. Created-Published : 30 juin 1862. Photographie du principal théâtre de guerre de l'Est, la campagne péninsulaire, mai-août 1862.

Fair Oaks, Virginie, environs. Pettit's Battery B, 1st New York Light Artillery, à Fort Richardson.

Cette illustration de Harpers Weekly le 19 juillet 1862 - la légende : l'armée du Potomac - Griffin's and Martin's Batteries Pouring Canister in the Rebel Ranks at Gaines's Mills el Advance à la bataille de Gaines's Mills, 27 juin 1862

Cette illustration de Harpers Weekly le 21 juin 1862. La légende indique : l'armée du Potomac-début de la bataille de Hanovre Court House, 13h45-l'ennemi sur la colline au loin.-à partir de croquis d'un officier qui était présent

Fair Oaks, Virginie, environs. Officiers de brigade de l'artillerie à cheval commandée par le lieutenant-colonel William Hays

La péninsule, Virginie A 12-pdr. canon d'obusier capturé par la brigade de Butterfield près de Hanover Court House, le 27 mai 1862.

Harrison's Landing, Va. Groupe de la brigade irlandaise : photographié James Gibson, juin 1862

Campagne de sept jours - Historique

Les batailles des sept jours, également connues sous le nom de campagne des sept jours, étaient une séquence de 6 batailles qui se sont déroulées du 25 juin au 1er juillet 1862, le long de la péninsule de Virginie pendant la guerre de Sécession. Ici, l'armée de Virginie du Nord, sous la direction du général Robert E. Lee, passe à l'offensive contre l'armée de l'Union du Potomac sous la direction du major-général George B. McClellan. Au cours de cette bataille, l'armée de McClellan, qui se composait initialement de 100 000 hommes, a fini par subir près de 16 000 victimes tandis que l'armée de Lee a subi plus de 20 000 victimes.

25 juin

Cela a marqué le début de la bataille, par laquelle McClellan a fait son premier pas. Son plan initial était de placer des canons de siège près d'Old Traven, mais il devrait prendre Old Traven par une attaque physique. Il voulait que les confédérés au sud d'Old Traven soient évacués avant de pouvoir sécuriser son flanc gauche. Pour y parvenir, il dépêcha 2 groupes commandés par les généraux Philip Kearny et Joseph Hooker. Ces groupes ont marché vers l'ouest le long de Williamsburg Road à partir de Seven Pines. Ils rencontrèrent la division du général confédéré Benjamin Huger près d'Oak Grove. Bien que les deux groupes aient fait des progrès initiaux, la division Huger a fait une résistance raide et une attaque latérale qui les a arrêtés, laissant les lignes pratiquement inchangées à la fin du premier jour. Le plan du général Lee était de rendre McClellan passif. Ainsi, après la première attaque, il exécuta son plan selon lequel 25 000 confédérés seraient au sud de Chickahominy, tandis que 65 000 seraient placés au nord de la rivière pour attaquer Porter. Cette première attaque a permis à McClellan de gagner 600 yards au prix de plus de 1000 victimes des deux côtés.

26 juin

Le plan de Lee prévoyait que le général confédéré Jackson et son armée marchent vers l'est depuis la vallée pour attaquer Porter dans la matinée du 26 juin. McClellan reçut la nouvelle de l'approche de Jackson et ordonna immédiatement à Hooker et Kearny d'annuler tout assaut sur Old Traven. Cela a résulté en une journée calme, puisque McClellan ne visait plus Old Traven pendant que Lee attendait Jackson. Le plan de Lee reposait sur le fait que Jackson rencontrait son armée sur la rivière Chickahominy et transmettait un message à A.P. Hill qui était suivi par 2 groupes d'armées dirigés par D. H. Hill et James Longstreet. A.P. Hill devait traverser la rivière, traverser Mechanicsville et attaquer Porter. Malheureusement, Jackson a été retardé, mais A.P. Hill avec une brigade de la division D. H. Hill a néanmoins poursuivi l'attaque. A l'arrivée de Jackson, McClellan s'est inquiété et savait que sa lignée était trop vulnérable. Cependant, McClellan a ordonné à Porter de rester à Boatswain's Swamp alors qu'il préparait un changement de base. De plus, il a annulé une attaque au sud des Chickahominy même s'il était plus nombreux que les hommes de Lee dans un rapport de 2:1.

27 juin

Au matin du troisième jour, les confédérés positionnés au nord de Chickahominy poursuivent l'armée de l'Union qui se retire. A.P. Hill et Longstreet se sont déplacés vers le sud-est pour verrouiller Porter, tandis que D. H. Hill et Jackson se sont déplacés vers le nord-est pour tourner le flanc de Porter. Le mouvement de Jackson n'a pas tourné le flanc de Porter puisque Porter était à Boatswain's Swamp qui est plus à l'est. Les confédérés ont chargé toute la journée avec peu d'effet jusqu'au soir où D. H. Hill et Jackson sont arrivés. Les deux groupes ont lancé des attaques simultanées mais non coordonnées, qui ont finalement brisé la position de Porter. Au sud de la rivière, il se passait peu de choses tout au long de la journée. Cependant, les hommes du général confédéré Magruder attaquèrent la ligne de l'Union à la ferme Garnett, bien qu'ils s'éloignèrent. Plus tard, le général McClellan a annoncé son déménagement sur le James.

28 juin

Il y avait un silence le quatrième jour alors que Lee attendait de voir quelle action McClellan prendrait. Certains des hommes de Magruder ont attaqué à nouveau près des fermes de Gouldin et de Garnett, mais ont obtenu peu de résultats. Pendant ce temps, en route vers le James, McClellan a emballé ses trains et détruit les fournitures inutiles. Ce soir-là, Lee ordonna la poursuite, tandis que Magruder et Benjamin Huger poursuivraient l'arrière-garde de l'Union. Jackson et D. H. Hill traverseraient le Chickahominy et resteraient au nord et à l'est de l'armée, tandis que Longstreet et A.P. Hill encercleraient le reste de l'armée pour couper la retraite de l'Union.

29 juin

Le 29 juin, les confédérés au sud de Chickahominy trouvèrent des tranchées de l'Union vides et continuèrent leur poursuite. A.P. Hill et Longstreet ont marché 20 miles pour être en position, mais Benjamin a reçu des ordres contradictoires et a marché toute la journée. D'un autre côté, Jackson pensait qu'il devait rester au nord du Chickahominy au lieu de traverser la rivière, tandis que Magruder alternait entre l'assaut et l'inquiétude d'être attaqué par les troupes de l'Union et a donc passé la journée à faire des allers-retours. Magruder a finalement attaqué l'Union par derrière à la gare de Savage. Le général de l'Union Samuel Heintzelman a continué à battre en retraite et a laissé derrière lui le général de l'Union Edwin Sumner et un autre groupe. Ces deux groupes ont réussi à stopper Magruder malgré son succès initial. Le reste de l'armée de l'Union a marché vers le James pendant la journée, tandis que l'arrière-garde suivait la nuit.

30 juin

Le 30 juin a marqué le point culminant du plan de poursuite de Lee. Pendant ce temps, McClellan a positionné plus de la moitié de sa troupe près du carrefour de Glendale. Le plan de Lee était que Jackson et D.H. Hill forcent les troupes de l'Union qui gardaient White Oak Swamp Bridge à rester au nord de Glendale, tandis que Huger ferait de même sur Charles City Road. Magruder devait rejoindre A.P. Hill et Jackson s'il pouvait aller plus vite, puis ils se dirigeraient vers Willis Church Road pour couper la route de retraite de McClellan. Le jour des faits, Jackson se contenta d'une attaque au pont White Oak Swamp, permettant à de nombreuses troupes de l'Union de renforcer les lignes de Glendale. Magruder et Huger passèrent toute la journée à marcher sans résultat. Longstreet et A.P. Hill ont poursuivi leur plan d'attaque, bien qu'ils n'aient pas été soutenus. Initialement, ils ont cassé la ligne de l'Union, mais en raison de l'échec de Huger et de Jackson, ils ont été repoussés plus tard. L'armée de l'Union victorieuse rejoignit le reste de la troupe sur un terrain relativement sûr à Malvern Hill.

1er juillet

L'armée du Potomac avait atteint le James le 1er juillet et s'y était réunie. La ligne principale de l'armée était sur Malvern Hill, bénéficiant d'une falaise surplombant la rivière et d'un versant nord ouvert et doux. Les confédérés poursuivirent lentement, car Lee était très prudent à l'approche de la zone qu'il reconnaissait bien depuis sa jeunesse. Il ne voulait aussi attaquer que si une concentration d'artillerie, proposée par Longstreet, était efficace. Les canons de l'Union ont empêché une telle concentration de se produire, mais les confédérés, par de mauvais ordres et de l'espoir, ont quand même attaqué la ligne de leurs adversaires dans l'après-midi et en début de soirée. Ces attaques n'ont pas porté leurs fruits grâce à la puissance de l'artillerie dirigée par le colonel Henry Hunt. C'était le quatrième jour où la troupe de McClellan tenait le terrain le jour et se retirait la nuit. Cette fois, ils se sont retirés vers Harrison's Landing.

Conséquences

Le 2 juin, l'armée du Potomac marchait vers Harrison’s Landing. Le général Lee a poursuivi le lendemain après avoir été alerté par Jeb Stuart de la retraite de McClellan d'Evelington Heights. Au moment où Lee arrivait, McClellan avait déjà déplacé ses troupes vers les hauteurs. C'était la fin des Batailles des Sept Jours. Cela a donné à McClellan une bonne chance de s'emparer de Richmond et de restaurer l'Union à un statu quo qui ressemblait à 1860. D'un autre côté, les esprits confédérés montèrent. Malgré plusieurs défaites tactiques, le général Lee avait remporté une victoire calculée, gardant l'initiative jusqu'au 17 septembre 1862 le long d'Antietam Creek, Maryland, où McClellan l'obligea finalement à se retirer.


Montgolfière de la guerre civile pendant la campagne des sept jours

Les soldats de l'Union préparent le ballon de reconnaissance de Thaddeus Lowe pour l'assentiment. Cette photographie a été prise juste avant la bataille de Gaines' Mill en bordure de la propriété préservée par l'American Battlefield Trust. Bibliothèque du Congrès

James L. Green, directeur des sciences planétaires à la NASA, membre de l'American Battlefield Trust et autorité des montgolfières de la guerre de Sécession, décrit le rôle important et nouveau que les ballons ont joué pendant la guerre de Sécession et la campagne des sept jours.

Fair Oaks, Virginie. Le professeur Thaddeus S. Lowe reconstituant le ballon INTREPID à partir du ballon CONSTITUTION - Mai 1862 Library of Congress

Les capacités d'un ballon d'observation captif pour aider l'armée de l'Union à faire des cartes, à repérer l'artillerie et à observer l'emplacement et les activités des confédérés jusqu'à environ 15 milles de distance ont été démontrées lors du déclenchement de la guerre civile dans la région de Washington DC par un certain nombre de aéronautes accomplis et par John LaMountain à Fortress Monroe. Le gouvernement américain a donné à John Wise le titre de «chef aéronaute» à la mi-juillet 1861, mais il a rapidement abandonné ce rôle après que la mauvaise gestion du ballon qu'il avait construit pour le gouvernement américain lors de la bataille de First Bull Run ait été accidentellement détruit. Avant la fin de l'été 1861, Thaddeus Lowe serait nommé le prochain « chef des aéronautes » de l'armée de l'Union. Lowe a utilisé sa position pour obtenir un financement et l'autorisation du gouvernement pour construire sept ballons, 12 générateurs de gaz de terrain et une barge à ballon à toit plat. La barge ballon était un "porte-avions" à toit plat spécialement conçu en enlevant la superstructure et les moteurs de l'ancien bateau à vapeur Parc George Washington Custis.

Pour équiper ses nouveaux ballons, Lowe a d'abord embauché un certain nombre d'aéronautes tels que Ebenezer Seaver, Joseph B. Starkweather, John Steiner, William Paulin et John R. Dickinson. Lowe a dispersé ses ballons tout le long de la rivière Potomac d'octobre 1861 au début de 1862, offrant à Washington DC un certain degré de sécurité puisqu'un ballon captif bien placé pouvait observer le mouvement d'une grande armée confédérée jusqu'à une journée de marche.

À la mi-mars 1862, McClellan décide finalement de déplacer l'armée de l'Union vers le Capitole confédéré, à Richmond. Il a d'abord enrôlé Lowe en éclaireur. Lowe a envoyé un de ses aéronautes, Ebenezer Seaver à la forteresse Monroe avec le ballon Constitution mais en raison de problèmes météorologiques, aucune ascension n'a été accomplie avant l'arrivée de la plupart des forces de McClellan début avril. Avec beaucoup de ses aéronautes dispersés, en mars, Lowe a engagé le célèbre aéronaute de la Nouvelle-Angleterre, James Allen, comme autre aéronaute adjoint, demandant à Allen de suivre l'armée jusqu'à la péninsule et d'arriver dès que possible.

Lowe est arrivé à Hampton, Virginie sur la péninsule le 28 mars avec plusieurs ballons, générateurs de gaz et tout le matériel de gonflage nécessaire à bord de son porte-avions à toit plat le Parc George Washington Custis.

Avec quatre wagons de l'armée et deux générateurs de gaz en remorque, le train de wagons de Lowe a ensuite été escorté jusqu'à la région de Yorktown par le 13 e New York dans la brigade de Martindale qui est arrivé vers midi le 5 avril. Un détachement d'environ 30 hommes du 4 e Maine était alors créé avec deux ou parfois trois hommes par entreprise affectée. Lowe, avec l'aide de ses quelques assistants, a immédiatement commencé à former les nouveaux détaillés et dans l'après-midi du 5, l'un des plus petits ballons de Lowe a été lancé vers le ciel. Lowe a rapidement installé son camp de ballons permanent près d'une scierie à vapeur qui était l'emplacement du siège social de Heintzelman à seulement trois kilomètres de Yorktown.

Dans la soirée du 6 avril, Lowe reçut l'ordre de McClellan d'installer une autre station de ballons au quartier général du général Keyes à Warwick Court House, près de la rivière James. Lowe a quitté le camp de la scierie sous le commandement de l'assistant Ebenezer Mason et s'est précipité vers la forteresse Monroe pour obtenir le ballon Constitution. Pendant ce temps, James Allen arriva à Yorktown à temps pour continuer les ascensions quotidiennes que Lowe avait commencées.

Après avoir lutté pour obtenir le soutien dont il avait besoin pour déplacer un train de ballons à Warwick Court House depuis la forteresse Monroe, Lowe a terminé sa tâche et est retourné à Yorktown vers la mi-avril, prenant personnellement le contrôle du camp de ballons de la scierie et envoyant Allen à Warwick Court House pour aider Seaver prend le ballon Constitution entièrement gonflé et en opération. À l'appui de la station de ballons de Warwick Court House, un détachement de 35 hommes de la compagnie A du 85 e d'infanterie de Pennsylvanie a été affecté. Avant le 19 avril le ballon Constitution emmenait jusqu'à quatre officiers en l'air pour voir les fortifications confédérées devant eux et être à l'affût des CSS Virginie qui devait naviguer le long de la James River presque à tout moment, bombardant la position de l'Union.

Fair Oaks, Virginie. Le professeur Thaddeus S. Lowe observant la bataille depuis son ballon "Intrepid" Library of Congress

Les ascensions en ballon presque quotidiennes de Lowe à Yorktown ont attiré beaucoup d'attention des confédérés, le ballon étant une cible constante pour leurs canons. Lowe a déclaré : « l'ennemi a ouvert dessus avec ses canons de siège lourds ou ses pièces de campagne rayées, jusqu'à ce qu'il ait atteint une altitude hors de portée, et a répété ce feu lorsque le ballon est descendu, jusqu'à ce qu'il soit caché par les bois ». Cela commence une période d'observations régulières en ballon de Yorktown au cours de laquelle Lowe emmènerait des officiers et, plus tard dans le mois d'avril, même des reporters pour une vue des fortifications. Le 29 avril, Lowe a remplacé le petit ballon qu'il utilisait à Yorktown par le grand ballon Intrépide aussi appelé le McClellan par certains soldats car il y avait une énorme image de McClellan peinte sur sa surface. Ce ballon pouvait transporter jusqu'à cinq observateurs ou quatre observateurs et un télégraphe.

Les observations de ballons de Yorktown le 3 mai ont montré que les troupes confédérées étaient dans un « mouvement inhabituel », puis ils ont considérablement intensifié les tirs d'artillerie sur le ballon de Lowe en le gardant à terre la majeure partie de la journée. Au petit matin du lendemain, comme observé par le ballon à la station de ballons de Warwick, les confédérés avaient abandonné leur forteresse. Les troupes de McClellan ont suivi à sa poursuite. Peu de temps après, Lowe reçut l'ordre de plier bagages et de remonter la rivière York avec la division Franklin chargée sur une flottille. La barge ballon Lowe's, la George Washington Parke Custis avec tous ses ballons et son équipement, ont été remorqués sur les rivières York puis Pamunkey pour atteindre la « Maison Blanche » confédérée à la mi-mai. Le reste de l'armée de McClellan remontant la péninsule de Richmond par voie terrestre atteignit la Maison Blanche confédérée le 17 mai. Le détail de Lowe's Yorktown des soldats du 4 e Maine est arrivé avec l'armée et a été réaffecté à Lowe. À partir de cette base sur le Pamunkey, McClellan s'installe à Richmond avec Lowe installant sa prochaine station de ballons sur la ferme Gaines.

Thaddeus Lowe, aéronaute de la guerre de Sécession Bibliothèque du Congrès

Le 22 mai, Lowe avait son petit ballon pour un homme, le Excelsior, rapidement gonflé par le 4 th Maine et a commencé à prendre des officiers, un à la fois, pour un aperçu du nouvel environnement. Lowe lui-même a déclaré avoir une belle vue de Richmond en voyant les rues, les églises et les gens se déplacer dans la ville. Bien que la zone soit fortement boisée, des cartes des routes menant à Richmond et l'emplacement des positions et des fortifications rebelles observées ont été réalisées et continuellement mises à jour avec de nouvelles informations. De grands mouvements de troupes entrant et sortant de Richmond ont été facilement observés. Lowe a bientôt gonflé le plus grand ballon, Constitution, et a reçu l'ordre d'installer une autre station de ballons à Mechanicsville à quelques miles au nord-ouest de la ferme Gaines. Lowe a déplacé les ballons syndicat et plus tard le Excelsior au nouvel emplacement de Mechanicsville et a confié la responsabilité à l'aéronaute expérimenté James Allen. Un détail du 20 th Massachusetts commandé par le lieutenant Messer a été arrangé pour soutenir la station de ballons de Mechanicsville.

McClellan recevait régulièrement des rapports de ballons. Plus qu'à tout autre moment dans l'histoire du Balloon Corps, les opérations de Lowe se sont bien intégrées dans les opérations de l'armée. Par exemple, le 23 mai, en conjonction avec l'installation de la 2 e artillerie américaine sur la ferme de Gaines à côté de la station de ballons, Lowe a personnellement dirigé le bombardement du sol ennemi à proximité de New Bridge. Après 93 tours, les rebelles se sont dispersés avec des pertes inconnues. Plus tard dans la journée, Park Spring, un opérateur télégraphique du Signal Corps est arrivé pour installer une nouvelle station télégraphique dans le grand panier en osier de cinq hommes utilisé par les plus gros ballons de Lowe tels que le Constitution et le Intrépide. Une fois établi, McClellan a reçu des rapports immédiats de 1 000 pieds. Alors que de plus en plus de troupes rebelles étaient observées et signalées comme massives à la vue des ballons, la réponse de McClellan a été de « se tenir prêt pour une attaque ». Il n'a pas eu à attendre trop longtemps.

31 mai 1862 : Bataille des Sept Pins

Le prochain défi majeur de Lowe est survenu le 31 mai lorsque les confédérés du général Joe Johnston ont percuté les troupes de McClellan lors de la bataille de Fair Oaks (Seven Pines). Au moment de la bataille, Lowe et Park Spring étaient tous les deux dans le ballon Intrépide. Spring a raconté son expérience aux journalistes après la bataille et ses déclarations sont apparues dans un grand nombre de grands journaux tels que ceux publiés à Washington DC, New York et Philadelphie. En plus des ballons de l'Union, les confédérés ont également déployé leur propre ballon nommé le Gazelle mais beaucoup de troupes rebelles appelaient le ballon le Dame Davis ou la Robe en soie Ballon puisque la soie utilisée dans sa fabrication provenait de boulons de divers matériaux à motifs vestimentaires. Les Gazelle était également un ballon captif n'atteignant pas plus de 500 pieds d'altitude rempli de gaz d'éclairage à Richmond, puis a descendu la péninsule sur un wagon de chemin de fer à toit plat.

Currier & Ives illustration de la bataille de Fair Oaks. Un ballon de la guerre civile peut être vu flottant au-dessus du combat en haut à gauche de cette illustration populaire. Crédit : Bibliothèque du Congrès

Currier & Ives imprimer montrant un ballon de la guerre civile veillant sur la bataille de Fair Oaks, le 31 mai 1862 Bibliothèque du Congrès

Pendant la bataille, en plus de la Gazelle, le ballon Intrépide était facilement observé par les soldats sur le champ de bataille. Les comptes rendus de la bataille du Intrépide ont été télégrammes au quartier général de McClellan et auraient été retransmis au ministère de la Guerre à Washington DC. A la fin de la bataille, le 1 er juin, Joe Johnston avait été blessé et le général Lee avait pris le commandement des forces rebelles.

Le 12 juin, McClellan a déplacé son camp de la région de New Bridge à la maison Trent située au sud de la rivière Chickahominy sur le chemin Grapevine. Comme à son habitude, McClellan ordonna bientôt à Lowe d'installer une autre station de ballons à la maison Trent. Il a fallu plus d'une semaine avant que Lowe n'apporte le ballon Constitution de la ferme de Gaines aux opérations d'installation. Avec le syndicat à Mechanicsville, le Intrépide à la ferme Gaines, et le Constitution à la maison Trent, un arc d'observations des ballons s'étendrait sur près de 70 degrés du nord-est au plein est autour de Richmond. Une fois opérationnel, McClellan a peut-être pensé qu'il obtiendrait des renseignements importants sur les confédérés. Si seulement les rebelles restaient sur place. Mais avec une nouvelle troisième station de ballons à installer et à occuper, cela augmenterait la capacité de Lowe à se conformer en temps opportun. Pour aggraver les choses, Seaver et Mason ont été licenciés par Lowe car ils ont refusé de travailler jusqu'à ce qu'ils soient remboursés des quelques mois de salaire que Lowe leur devait.

Les photographes de Matthew Brady, qui sont arrivés sur les lieux vers le 14 juin 1862 et ont photographié les opérations de Lowe, ont documenté la station de Lowe sur la ferme Gaines. Lowe a profité de l'occasion pour recréer, en images, ses actions réputées pendant la bataille de Fair Oaks et a ensuite beaucoup écrit à leur sujet. On peut soutenir que les observations de ballons de Lowe à Fair Oaks et les renseignements qu'il a fournis à McClellan pendant la période où il était à la station de ballons de la ferme Gaines sont le point culminant de l'histoire de l'Union Balloon Corps.

26 juin 1862 : bataille de Mechanicsville

Bien que beaucoup de choses aient été écrites sur les succès de Lowe à la bataille de Fair Oaks au cours de la campagne de sept jours, les opérations de Lowe ont été gravement entravées. Avec Lee aux commandes, la guerre allait changer radicalement, les confédérés étant désormais déterminés à repousser McClellan loin de Richmond et de la péninsule.

Dans la soirée du 25 juin, les hommes du général de l'Union Fitz John Porter étaient massés le long du côté est du ruisseau Beaver Dam, ne laissant rien entre la station de ballons de Mechanicsville et l'armée confédérée en masse, mais une ligne de piquets légèrement étalée. Le 26 au matin, alors que le ballon syndicat à Mechanicsville a atteint environ 200 pieds, Allen a observé les confédérés flanquant ses piquets juste devant ses yeux. Réalisant le danger dans lequel il se trouvait, Allen ordonna d'abaisser le ballon alors que des tirs rapides travaillaient dur pour le renverser. Comme le ballon était descendu trop lentement, Allen a sauté hors de la nacelle, a saisi l'une des attaches et a glissé le long de la corde. Une fois complètement abaissé, le gaz du ballon a été évacué et le détachement du 20 e du Massachusetts a emballé la station et s'est mis en sécurité derrière les lignes de l'Union juste à temps pour se sauver, ainsi que le ballon, d'être capturés. Alors que Lowe et le 4 th Maine étaient préoccupés par les activités à la maison Trent, aucun ballon n'était en l'air, ce qui en faisait le moment idéal pour l'attaque de Lee contre les hommes de Porter tard dans l'après-midi du 26. À la fin de la bataille, la ligne de Porter a tenu et le plan de Lee consistant à rassembler un grand nombre de troupes contre Porter a échoué, mais il a mis en branle un doute dans l'esprit de McClellan quant à sa capacité à prendre Richmond.

27 juin 1862 : Bataille du Moulin de Gaines

Lee était déterminé à frapper à nouveau McClellan et a ordonné une autre attaque massive. McClellan a ordonné à Porter de réformer sa ligne sur Turkey Hill à l'est de la ferme de Gaines, ce qui a nécessité l'abandon de la station de ballons de la ferme de Gaines. De la maison Trent, Lowe a envoyé plusieurs de ses hommes à la station de ballon de la ferme Gaines pour économiser autant d'équipement de ballon que possible. Les hommes ont rapidement emballé et déplacé la plupart du matériel, mais sans les chevaux nécessaires, deux des générateurs de gaz de Lowe ont dû être laissés sur place. Lowe a finalement mis en service la station de ballons de Trent House, effectuant une série d'ascensions et rendant compte directement à McClellan. Alors que les confédérés se dirigeaient vers l'est à travers la ferme de Gaines vers la position de l'armée de l'Union sur Turkey Hill, ils capturèrent les deux générateurs de gaz de Lowe et finiraient par exposer le générateur de gaz numéro 11 sur la place de la ville de Richmond.

Les soldats de l'Union préparent le ballon de reconnaissance de Thaddeus Lowe pour l'assentiment. Cette photographie a été prise juste avant la bataille de Gaines' Mill en bordure de la propriété préservée par l'American Battlefield Trust. Bibliothèque du Congrès

Au milieu de l'après-midi du 27, la bataille avait commencé et les troupes de Lee pressaient à nouveau durement la ligne de Porter. Les rapports de Lowe sur la scène contenaient également son plaidoyer pour être remplacé. Lowe a déclaré: "Je ne vais pas bien et je pense qu'il est conseillé à une bonne personne d'être constamment debout." Mais Lowe ne serait pas soulagé. Les Intrépide n'était pas le seul ballon à observer la bataille de Gaines' Mill. Le confédéré Gazelle was also airborne manned by Porter Alexander. Alexander used flag signals to inform Lee of the movements of the Union army while Lowe dropped messages to two couriers standing ready below his balloon. Lowe and Alexander would eye each other on occasion. Lowe would later describe the scene to a reporter as “grand and picturesque beyond the compass of language.” He added, “the evolution of battalions, the chaotic masses of men, the rapid shifting of events, [and] the great veil of smoke [would] occasionally lift from the field as though the gods above had some desire to see, and the fearful picture behind the combatants, where the ground had been fought over and consecrated with blood…” As night was falling Porter’s portion of the Union army were ordered to move south escaping across the Chickahominy River and joining the rest of McClellan’s army leaving the field, and victory, to the Confederates.

The next day Lowe received orders to pack up and move out with the Army of the Potomac. McClellan cut his ties to his supply line at the Confederate White House on the Pamunkey River and raced to the other side of the Peninsula to the James River for naval protection and a route for eventual escape. With the Union army on the constant move Lowe was not able to reestablish any balloon stations. Lee’s strategy of continual fighting threw McClellan off guard. The battles of Savage Station (June 29 th ) and Malvern Hill (July 1 st ) would be fought without the aid of Union balloon reconnaissance.

However, the Rebel balloon Gazelle with Porter Alexander made ascensions daily until the enemy reached Malvern Hill. Alexander used The Teaser, a small-armed tug, to make ascensions from the deck observing the Union army moving toward the James River. On July 4 th Alexander deflated the Gazelle and had the tug move down river so that he could be let off and report his observations to Lee. The Teaser, ran aground below Malvern Hill on a falling tide, and the Federal gunboats, the Maratanza et le fameux Surveiller, came up and captured both the boat and balloon, with the crew and Alexander escaping.

Edward Porter Alexander Library of Congress

The Confederate balloonist Alexander later stated that “we could never build another balloon, but my experience with this gave me a high idea of the possible efficiency of balloons in active campaigns. Especially did we find, too, that the balloons of the enemy forced upon us constant troublesome precautions in efforts to conceal our marches.”

Lowe continued to be very sick and was finally sent home diagnosed with malaria on July 6 th never to return to the Peninsula. He turned over the management of the Balloon Corps to his father Clovis and observational responsibility to aeronaut James Allen. With the Army of the Potomac all around him Allen set up the last balloon station of the Peninsula Campaign on the Berkeley Plantation with his first flight occurring on July 5 th . Allen made frequent ascensions reporting directly to McClellan who, once again, found a new place to stay put and ponder the future with dreams of unrealized victory. On August 3 rd McClellan was ordered to return the Army of Potomac to Washington DC. On August 13 th the balloon station at the Berkeley Plantation was finally ordered to pack up and return home on the George Washington Parke Custis with the 4 th Maine and 20 th Massachusetts detailees returned to their units for the long march down the Peninsula to Fortress Monroe for their trip back to DC.

Under Lowe the aeronauts in the Balloon Corps made well over 3,000 balloon ascensions and supported a number of campaigns. The Balloon Corps was finally disbanded when the Union army returned to Washington DC after the Battle of Chancellorsville. It has indelibly left its mark as our nation’s first Air Force.


Peninsula Campaign: Preparing to Advance

Even as McClellan won approval for his planned offensive, Johnston withdrew his army from Manassas to a more easily defensible position at Culpeper, some 40 miles south and on the other side of the Rappahannock. The Union Army’s inspection of the abandoned Confederate works revealed that the enemy’s defenses had been far weaker than McClellan had claimed. In particular, a number of the Confederate cannons were found to be only logs painted black, known as “Quaker guns.” From then on, McClellan’s continued demands for more troops to face a superior enemy force would fall on deaf ears in Washington.Foiled by Johnston’s move, McClellan now sought to move his Army of the Potomac by boat to Fort Monroe, located at the tip of the peninsula formed by the York and James Rivers in Virginia. From there, the army would move up the peninsula towards Richmond, forcing Johnston to move quickly south to defend the Confederate capital. Lincoln and Secretary of War Edwin M. Stanton agreed reluctantly. After finding that McClellan had not complied with the president’s order to leave enough troops to defend Washington, they ordered an entire large corps held back from the advance, and a furious McClellan traveled to Fort Monroe with some 100,000 troops instead of the 150,000 he had wanted.


Battle of Gaines’ Mill: June 27, 1862

The Battle of Gaines’ Mill was the third of the Seven Days’ Battles (June 25-July 1, 1862), the climax of Union General George McClellan’s Peninsula campaign (March-July 1862) in Virginia, whose goal was to capture the Confederate capital of Richmond.

Le saviez-vous? In the 1864 U.S. presidential election, President Abraham Lincoln defeated his former top general, George McClellan, the Democratic candidate. McClellan later served as the governor of New Jersey from 1878 to 1881.

On June 27, 1862, Confederate forces under Robert E. Lee went on the offensive against Brigadier General Fitz John Porter’s (1822-1901) Union troops, who had formed a defensive line behind Boatswain’s Swamp north of the Chickahominy River. Porter’s men withstood a series of Rebel assaults throughout the day however, that evening, a coordinated attack by some 32,000 Confederates succeeded in breaking the Yankees’ defensive line and driving them back toward the Chickahominy. After darkness fell, Porter’s men retreated to the other side of the river the Rebels did not pursue them.

Of their approximately 34,000 troops at the Battle of Gaines’ Mill, the Yankees suffered some 6,800 killed, wounded, missing or captured, while the Confederates had some 8,700 casualties out of an estimated force of 57,000 to 65,000 men. It was first major victory of the war for Lee, who had been named commander of the Army of Northern Virginia earlier that same month.

After the loss at the Battle of Gaines’ Mill, McClellan abandoned his plans to seize Richmond and instead withdrew his men to a base on the James River.


The Seven Days Battle:

Lee amassed about 70,000 troops. He left 25,000 of them to defend Richmond, and threw the rest in an unceasing offensive against McClellan’s invaders. Lee’s initial intention had been to “drive our enemies back to their homes” but that intention had evolved into an aggressive campaign to destroy McClellan’s army in what became known as the Seven Days Battle (25 June–1 July 1862).

During the Seven Days Battle Lee kept the army surging forward in a series of battles (the major ones were Mechanicsville, 26 June Gaines’ Mill, 27 June Savage’s Station, 29 June Glendale or Frayser’s Farm, 30 June and Malvern Hill, 1 July) until General McClellan was driven back a full twenty-five miles, in what McClellan tried to term a strategic withdrawal, but which became known popularly, and more accurately, as “the great skedaddle.”


Political Past: Revisiting Early Bernie Sanders Posters

If Burlington artist Frank Hewitt were alive today, he would surely have designed a collectible poster to illustrate key themes of Bernie Sanders' presidential campaign — perhaps pairing the downtrodden middle class or greedy big banks with Sanders' distinctive visage.

The Rutland-born painter was an associate professor of art at the University of Vermont from 1970 until his death in 1992. Even before Sanders appeared on the scene, Hewitt was no stranger to controversy: He made his first national splash in 1965, when the radical Anonima Group, which he had cofounded in Cleveland, had a collaborative show at New York's Museum of Modern Art.

During his time at UVM, Hewitt ventured into political art to assist the electoral ambitions of his friend and fellow progressive, Bernie Sanders. Their sons were friends, too: Levi Sanders and Corin Hewitt spent a lot of time shooting hoops at the Hewitts' Henry Street house in Burlington.

Hewitt made silk-screened posters for each of Sanders' mayoral races, 1981 through 1987, and for his run for the U.S. Congress in 1990. These weren't lawn signs but frame-worthy populist artworks, signed by the artist and the politician, that were auctioned to raise money for Sanders' campaigns.

Hewitt died long before his friend would run for Senate, much less president of the United States. But the artist's family and friends have saved those posters and remember the process behind them.

Karen Hewitt, Frank's widow, still has some of the pillowcase-size posters stacked flat in wide drawers in the bright attic workroom where she designs wooden toys. She told Seven Days she would give the artworks to Sanders' presidential campaign "if there was any way to make these helpful. I would do anything to help Bernie."

Burlington graphic artist Michael Patterson collaborated with Hewitt on the posters, although he stressed, "All of these came out of Frank's head." Inspired by Sanders' high national visibility, the longtime owner of Patterson Ads recently pulled out his own collection of the posters to revisit them.

Patterson said he was "a printmaking student" at UVM when Hewitt approached him looking for help on the poster project. It was 1981, and Sanders was making his first bid for mayor.

"The big issue that election was a real-estate mogul's plan to develop Burlington's waterfront, then pretty much a weedy landscape of abandoned industrial buildings, junked railroad cars and big, rusty petroleum tanks," Patterson wrote in a 2009 blog post about Hewitt's first Bernie poster.

His concept for the poster was a map of Burlington labeled "Burlington is not for sale," plus an inset image of a smiling Sanders and the instruction to "Vote Sanders for Mayor."

Patterson had a screen-printing setup in the basement of his home in Winooski, he recalled. So Hewitt came over with a stack of positive films. "We Scotch-taped them together into the composition," Patterson explained. "We exposed a stencil film with a sun lamp shining through our taped-up master and pulled a few dozen prints.

"Then Frank worked into the still-soft ink on most of the prints with thinner and a brush, creating the soft, washy effects," he added. That made each print unique.

Sanders, of course, won that historic 1981 race — and he was reelected three times. For his subsequent campaign posters, Patterson said he helped Hewitt put together the film images for the masters, but they were printed commercially.

Doreen Kraft, executive director of Burlington City Arts, said Hewitt saw art as a communication tool and a way to build community. "Bernie's election, to him, was very significant," she said.

One of Sanders' first moves as mayor was to set up a volunteer arts task force, and Hewitt was one of the original members. The group, which became known as the Mayor's Arts Council, "turned the lobby of city hall into a gallery," Kraft remembered. It also established a Thursday-night summer concert series in Battery Park, for which Hewitt created an image depicting a vivid pink sunset over Lake Champlain. (In 1983, the Burlington City Council voted to fund the arts group and hired Kraft as a part-time coordinator seven years later, it would evolve into Burlington City Arts.)

Kraft, who also owns several of the '80s Bernie posters, described them as bold political statements done by an artist in a playful, creative style. The second and third mayoral posters reminded voters of Sanders' commitment to the city with the slogan "Bernie for Burlington." As Sanders sought a fourth term, Hewitt's poster celebrated his accomplishments with a baseball analogy: "a grand slam for Burlington." The poster also reminded Burlington voters that Sanders had brought a Double-A minor-league baseball team to the city.

Hewitt created a fifth poster in 1990, when Sanders made his second run for Vermont's sole seat in the U.S. House of Representatives. His win launched a 25-year (and counting) career in Washington, D.C., that Sanders is now hoping to top with a move to the White House.

Art is part of that effort, too. Artists such as Richard J Oliver and dug Nap have already contributed pieces to Sanders' presidential campaign that will be printed as limited editions. "We have a policy that explains what we can accept from artists," said Michael Briggs, campaign communications director. The prints by Oliver, Nap and other artists will be displayed in shows around the country and then auctioned, he added. The maximum price for an artwork will be $2,700, the limit on an individual campaign donation.

Back in Burlington, the possessors of Sanders' early political posters cherish them all the more now that he is on the national stage, Kraft said. "There are people who would like to collect these things right now," she noted, "because Bernie is very cool and Frank's work has currency."

The original print version of this article was headlined "The Art of Politics"


Seven Days Campaign - History

The Peninsula Campaign (often referred to as Peninsular Campaign) was a major Union operation during the Civil War, which commenced in southeastern Virginia. The operation started from March through July 1862, and was the first major offensive in the Eastern Theater. In this campaign, the Union army was led by Major General George McClellan. It was a major turning point against the Confederacy in Northern Virginia and was intended to capture Richmond, the capital of the Confederate. Having moved his Army of the Potomac to Fort Monroe by boat on the Atlantic coast in April, McClellan decided to proceed toward Richmond through the peninsula formed by the James River and York. McClellan was very cautious and refused to launch any attack until late in May.

The first stage of this operation ended in the indecisive Battle of Seven Pines. Here Confederate General J. Johnston was injured and the command was passed to General Robert Lee. The Peninsular Campaign also comprised of one of the major battles in the Civil War: the Seven Days Battles.

General Versus the President

President Lincoln had named McClellan to replace Winfield Scott as the general in chief of all Union troops in November 1861. McClellan was convened to Washington following the overwhelming defeat at Bull Run, the previous July. Since then, McClellan managed to shape most of the inexperienced volunteer troops into effective disciplined forces, referred to as Army of the Potomac. McClellan was a cautious man and always overestimated his enemies. It’s for this reason that the president got frustrated with his unwillingness to take the initiative and issued General War Order No. 1, requiring all troops to move forward.

However, McClellan objected to the president’s idea, convincing the president to further reschedule the offensive attack against Confederate army under the leadership of Joseph Johnston. McClellan preferred to advance his men down the Chesapeake by a boat instead of an overland offensive. This way, he could get between Johnston’s troop and the Confederate capital: Richmond. Early in March 1862, Lincoln agreed to this plan, but demoted McClellan as the Union general in chief to a commander of the Army of the Potomac. McClellan was also supposed to leave enough troops to safeguard Washington.

Campaign Preparation

Although McClellan got the approval he so much needed for his planned offensive, General Johnston on the other hand removed his men from Manassas to a more easily defendable position, about 40 miles south to a place called Culpeper. The Union Army inspected the vacated Confederate works and disclosed that the rebels’ defense was much weaker than what McClellan claimed. From then on, General McClellan’s persistent demand for more men to face the superior Confederate forces were unattended to in Washington.

Frustrated by Johnston’s move, McClellan then decided to move his Army of the Potomac to Fort Monroe by boat. From there, his army would advance to the peninsula towards Richmond, obliging Johnston to head south to secure the Confederate capital. Once again, McClellan’s plan was halfheartedly accepted by Lincoln and the Secretary of War, Edwin Stanton. Later on, the president learnt that McClellan had not left troops to defend Washington. Lincoln ordered an entire large corps not to advance toward McClellan. With that order, McClellan advanced to Fort Monroe with 100,000 men instead of the 150,000 he had demanded for.

From Yorktown to Seven Pines

McClellan thought that he would find the main Confederate force at Yorkton on the Peninsula. Despite the Confederates having fortified a line across the Peninsula with just 11,000 troops, McClellan hesitated to go on the offensive once again. By this time, Johnston’s troop was about 80 miles away, but McClellan continued to defy the President’s repeated orders to launch an attack. Finally, McClellan ordered his army to proceed up the peninsula, after learning that Johnston had pulled his troops from Yorktown toward Richmond. By the third week of May, McClellan was approaching Richmond.

Although the Federal side had 100,000 men against 60,000 Confederate defenders, McClellan still wanted more reinforcements. On May 31, the Confederates launched an attack against two Federal corps 6 miles east of Richmond, at the South of the Chickahominy River. The two-day Battle of Seven Pines and Fair Oaks saw the rebel defenders drive one Union corps back. They also inflicted heavy casualties on the Federal side before McClellan stabilized his line. On their side, the Confederate suffered a major blow when General Johnston was critically injured. Confederate president Jefferson Davis replaced Johnston with General Lee, a move that would have weighty effects for the rest of the clash.

Seven Day’s Battle

Throughout June, Lee planned a counteroffensive, while McClellan continued to demand for more troops and supplies from Washington. To him, he was facing about 200,000 enemy troops, while in reality Lee’s maximum force comprised of 92,000 men. On July 26, Lee left some divisions to defend Richmond and attacked McClellan from the right side north of the Chickahominy. In the Seven Day’s battle, General Lee ordered a series of attacks at Gaines’ Mill, Frayser’s Farm, Mechanicsville, and Malvern Hill. McClellan won most of the skirmishes during the seven days, but ordered his army except the Fifth Corps to retreat to Harrison’s Landing on the James. These news caused northern morale to fall.


Peninsula Campaign

Lincoln preferred an overland campaign toward Richmond, but McClellan proposed an amphibious maneuver in which the Union Army would land on the Virginia Peninsula, effectively circumventing the rebels under General Joseph E. Johnston.

McClellan put his Peninsula Campaign into action in March 1862, landing over 120,000 men on the coast and proceeding east toward the Confederate capital. The Confederates withdrew toward Richmond, and McClellan’s troops fought their way to within only a few miles of the city.

Despite his strong position, McClellan failed to capitalize on his tactical advantage, once again believing that he might be outnumbered. When General Robert E. Lee took control of Confederate forces on June 1, he launched a series of bold offensives that culminated in the Seven Days Battles.

Furious at Lincoln’s refusal to send him reinforcements, McClellan retreated to the base of the James River, at which point his army was ordered to return to Washington.

Aggravated at what he saw as indecisiveness on the part of McClellan, Lincoln had grown dissatisfied with his most famous general. But after Lee scored a decisive victory at the Second Battle of Bull Run in August 1862, he grudgingly called McClellan back into action in defense of Washington.


George Meade: Post-Gettysburg Civil War Service

Following the uneventful campaigns of Bristoe and Mine Run in late 1863, in the spring of 1864 Meade’s authority was superseded by the appointment of Ulysses S. Grant as general-in-chief of all Union armies. Although he was still technically the commander of the Army of the Potomac, for the rest of the war Meade acted as Grant’s subordinate.

In this capacity, Meade participated in Grant’s aggressive Overland Campaign of 1864, in which the Union army absorbed staggering casualties during a dogged march toward Richmond. Meade took part in in the Battles of the Wilderness, Spotsylvania and Cold Harbor throughout 1864, earning a promotion to the rank of major general. He was also instrumental in the prolonged Siege of Petersburg (June 1864-March 1865), which was launched after Meade’s early assaults on the city resulted in heavy Union casualties.

Due to his brusque personality and quick temper, Meade was never a popular figure with the media, and his contributions to later battles and the eventual Union victory were often downplayed in the Northern press. Despite his crucial role in cornering the Confederate Army, Meade was not present during Lee’s surrender at Appomattox in April 1865, and most of the credit for winning the war was given to Ulysses S. Grant and General William T. Sherman.


Voir la vidéo: Le XIXe siècle - Un peu dhistoire (Mai 2022).