Nouvelles

Hildegard von Bingen - O Tu Suavissima Virga [Sequentia]

Hildegard von Bingen - O Tu Suavissima Virga [Sequentia]


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

>

O Tu Suavissima Virga du CD "Canticles of Ecstacy" de Sequentia. Musique de Hildegard von Bingen [1098 - 1179], interprétée par Sequentia.


Sequentia - Hildegard Von Bingen : L'Édition Complète (2017)

Artiste: Sequentia
Titre: Hildegard Von Bingen : L'Édition Complète
Année de sortie: 2017
Étiqueter: Sony Classique / Deutsche Harmonia Mundi
Genre: Classique
Qualité: FLAC (image + .cue, log, artwork)
Temps total: 9:09:23
Taille totale: 2,16 Go
Site Internet: Aperçu de l'album

Saints 1
1-1 O Magne Pater (Antienne à Dieu le Père, Fol. 466) 3:05
1-2 O Bonifaci (Antienne de Saint-Boniface, Fol. 475r) 2:46
1-3 O Mirum Admirandum (Antienne à St. Disibod, Fol. 470) / Domine Est Terra (Psaume 24) 7:52
1-4 Pièce instrumentale 7:27
1-5 O Viriditas Digiti Dei (Réponse à St. Disibod, Fol. 470v) 5:51
1-6 O Beata Infantia (Antienne de Saint Disibod, Fol. 470v) / Domine, Dominus Noster (Psaume 8) 5:55
1-7 O Felix Anima (Réponse à St. Disibod, Fol. 470v) 6:33
1-8 Pièce instrumentale 6:40
1-9 O Presul Vere Civitatis (Séquence À St. Disibod, Fol. 475v) 8:45

Saints 2
2-1 Columba Aspexit (Séquence de Saint Maximin, Fol. 476r) 6:28
2-2 Pièce instrumentale 5:24
2-3 O Ecclesia (Séquence À Sainte Ursule, Fol. 477) 7:43
2-4 Spiritui Sancto (Réponse à Sainte Ursule, Fol. 471v) 5:52
2-5 Mathias, Sanctus Per Electionem (Séquence À St. Mathias, Fol. 474v) 6:33
2-6 O Pater Omnium ("Symphonia Viduarum" Aux Saintes Veuves, Fol. 478v) 4:37
2-7 O Euchari, Columba Virtutem Illius (Réponse à saint Euchaire, Fol. 475v) 6:08
2-8 O Euchari, In Leta Via Ambulasti (Séquence À St. Eucharius, Fol. 476r) 6:58

Ordo Virtutum 1
Ordo Virtutum
3-1 Prologue "Qui Sunt Salut, Qui Ut Nubes?" 2:26
3-2 Procession des âmes incarnées (instrumental) 2:28
3-3 Scène 1 "O Nos Peregrine Sumus" 2:23
3-4 Anima Processional (Instrumental) 2:59
3-5 Scène 1 (suite) "O Dulcis Divinitas" 2:11
3-6 Anima Processionnel (Instrumental) 0:46
3-7 Scène 1 (suite) "O Gravis Labor" 9:39
3-8 Danse (Instrumental) 1:59
3-9 Scène 2 "Ego Humilitas" 24:25
3-10 Danse (Instrumental) 1:48

Ordo Virtutum 2
Interlude
4-1 O Quam Magnum Miraculum (Antienne à la Vierge Marie) 4:35
4-2 O Felix Anima (Réponse à St. Disibod) 4:28
4-3 O Quam Mirabilis (Antienne du Créateur) 3:12
Ordo Virtutum (suite)
4-4 Lamentation (Instrumental) 2:18
4-5 Scène 3 "Heu, Heu, Nos vertus" 13:02
4-6 Scène 4 "Que Es, Aut Unde Venis?" 9:06
4-7 Finale "In Principio Omnes Créature Viruerunt" 4:08

Hiérarchie céleste
5-1 O Splendidissima Gemma (Antienne de la Vierge Marie, V Fol 154, Avec Canticum : Magnificat Anima Mea Dominum) 10:21
5-2 O Dulcis Elue (Réponse à Saint Jean l'Evangéliste, V Fol. 161v) 4:34
5-3 O Speculum Columbe (Réponse à Saint Jean l'Evangéliste, V 161v) 7:34
5-4 O Spectabiles Viri (Antienne aux patriarches et prophètes, V Fol. 159v) 5:34
5-5 O Cohors Milicie Floris (Antienne aux Apôtres, V Fol. 160v, Avec Canticum : Benedictus Dominus Deus Israel) 13:45
5-6 O Victoriosissimi Triumphatores (Antienne aux martyrs, V Fol. 163) 8:29
5-7 Kyrie Eleison (D Fol. 472v) 3:13
5-8 O Vos Imitatores Excelse Persone (Réponse aux Confesseurs, V Fol. 163v) 4:23
5-9 O Gloriosissimi Lux (Antienne aux anges, V Fol. 159) 5:12
5-10 O Vos Angeli (Réponse aux Anges, V Fol. 159) 8:40

Symphonie
6-1 O Quam Mirabilis (Antienne du Créateur) 2:37
6-2 O Pulchrae Facies (Antienne aux vierges) 3:52
6-3 O Virga Ac Diadema (Séquence À La Vierge Marie) 4:46
6-4 Pièce instrumentale 1:48
6-5 O Clarissima Mater (Réponse à la Vierge Marie) 8:01
6-6 Pièce instrumentale 4:58
6-7 Spiritui Sancto (Responsable À Sainte Ursule Et Les Onze Mille Vierges) 4:52
6-8 O Virtus Sapientie (Antienne de la sagesse divine) 2:47
6-9 O Lucidissima Apostolorum Turba (Responsable Aux Apôtres) 6:37
6-10 Pièce instrumentale 2:55
6-11 O Successores Fortissimi Leonis (Antienne aux Confesseurs) 2:07
6-12 O Vos Felices Radices (Responsable Aux Patriarches Et Aux Prophètes) 5:04
6-13 Pièce instrumentale 5:18
6-14 Vos Flores Rosarum (Réponse aux martyrs) 5:44

Cantiques d'extase
7-1 O Vis Eternitatis (Responsable Au Créateur) 7:56
7-2 Nunc Aperuit Nobis Clausa Porta (Antienne de la Vierge Marie) 1:53
7-3 Quia Ergo Femina Mortem Instruxit (Antienne de la Vierge Marie) 1:49
7-4 Cum Processit Factura Digiti Dei (Antienne de la Vierge Marie) 6:32
7-5 Alma Redemptoris Mater (Antienne de la Vierge Marie, Xe siècle) 2:10
7-6 Ave Maria (Réponse à la Vierge Marie) 8:57
7-7 Spiritus Sanctus Vivificans Vita (Antienne du Saint-Esprit) 2:15
7-8 O Ignis Spiritus Paracliti (Séquence Au Saint-Esprit) 6:17
7-9 Caritas Habundat In Omnia (Antienne de l'amour divin) 2:10
7-10 Alléluia ! Vierge Médiatrice (Antienne d'Alléluia) 2:25
7-11 O Viridissima Virga, Ave (À la Vierge Marie) 3:51
7-12 Pièce instrumentale 3:30
7-13 O Pastor Animarum (Antienne au Rédempteur) 1:18
7-14 O Tu Suavissima Virga (Réponse à la Vierge Marie) 11:12
7-15 O Choruscans Lux Stellarum (Antienne pour la dédicace d'une église) 2:37
7-16 O Nobilissima Viriditas (Responsable Aux Vierges) 6:42

La voix du sang
8-1 O Rubor Sanguinis (Antienne de Sainte Ursule) 2:01
8-2 Favus Distillans (Réponse à Sainte Ursule et Onze Mille Vierges) 8:29
8-3 Laus Trinitati (Antienne à la gloire de la Trinité) 1:36
8-4 In Matutinis Laudibus (Office de la fête de Sainte Ursule [Antiennes]) - 1. Studium Divinitatis - 2. Unde Quocumque Venientes - 3. De Patria Etiam Earum - 4. Deus Enim - 5. Aer Enim Volat - 6 Et Ideo Puelle Iste - 7. Deus Enim Rorem - 8. Sed Diabolus 9:53
8-5 O Ecclesia (Séquence Libre à Sainte Ursule) 7:56
8-6 Pièce instrumentale (par Elizabeth Gaver, basé sur "O Viridissima Virga" de Hildegard) 6:33
8-7 O Eterne Deus (Antienne à Dieu le Père) 2:12
8-8 O Dulcissime Amator (Symphonie des vierges) 6:46
8-9 Rex Noster (Responsable aux innocents) 6:25
8-10 O Cruor Sanguinis (Antienne du Rédempteur) 1:35
8-11 Cum Vox Sanguinis (Hymne à Sainte Ursule) 6:31
Pièce instrumentale 8-12 (par Elizabeth Gaver, basée sur les modes D de Hildegard) 2:59
8-13 O Virgo Ecclesia (Antienne à Ecclesia) / Pièce instrumentale (Par Elizabeth Gaver) 7:48
8-14 Nunc Gaudeant Materna (Antienne à Ecclesia) 2:26
8-15 O Orzchis Ecclesia (Antienne à Ecclesia) 3:38

Jérusalem
9-1 O Ierusalem (Séquence à St. Rupert) 10:25
9-2 Quia Felix Puericia (Antienne de Saint Rupert) 5:28
9-3 O Felix Apparicio (Antienne de Saint Rupert) 2:35
9-4 O Béatissime Ruperte 2:24
9-5 Pièce instrumentale 5:47
9-6 O Tu Illustrata (Antienne et amp Versicule à la Vierge Marie) 7:47
9-7 Cum Erubuerint (Antienne à la Vierge Marie) 2:50
9-8 O Frondens Virga (Antienne à la Vierge Marie) / Ave, Generosa (Hymne à la Vierge Marie) 5:56
9-9 O Quam Preciosa (Réponse à la Vierge Marie) 7:05
9-10 O Ignee Spiritus (Hymne au Saint-Esprit) 6:49
9-11 Pièce instrumentale 5:41
9-12 O Quam Magnam Miraculum (Antienne de la Vierge Marie) 4:44

Sequentia a été l'un des premiers ensembles vocaux à faire revivre la musique d'Hildegarde à notre époque, travaillant étroitement à partir des sources manuscrites médiévales et employant des pratiques d'interprétation qui auraient été connues de l'abbesse et de ses sœurs bénédictines au XIIe siècle. Sous la direction artistique générale de feu Barbara Thornton (1950-1998) et avec le co-fondateur de Sequentia Benjamin Bagby, plus de soixante des plus grands chanteurs et instrumentistes du monde actifs dans la musique historique ont rejoint l'ensemble pour interpréter et enregistrer les œuvres d'Hildegarde sur un régulièrement entre 1982 et 1999, et à nouveau sous la direction de Bagby en 2012-2014. Thornton et Bagby ont travaillé en étroite collaboration avec des musicologues et des philologues, dont Leo Treitler, Peter Dronke et Barbara Stühlmeyer. En plus d'enregistrer, l'ensemble a effectué de nombreuses tournées, interprétant les œuvres d'Hildegard acclamées par la critique dans toute l'Europe, en Amérique du Nord, en Australie et au Japon.

Les enregistrements Sequentia des œuvres musicales complètes d'Hildegard sont maintenant contenus sur 9 CD et comprennent toutes les 77 symphonies d'Hildegard ainsi que son drame musical Ordo Virtutum - plus de 9 heures de musique. L'un de ces albums, Canticles of Ecstasy, a reçu de nombreux prix internationaux (dont un prix Edison, un disque d'or et une nomination aux Grammy® du meilleur enregistrement choral) et s'est vendu à plus d'un million d'exemplaires dans le monde.


Cantiques d'extase

Cantiques d'extase est un album de musique vocale sacrée écrit au XIIe siècle par l'abbesse allemande Hildegarde de Bingen et enregistré par l'ensemble de musique ancienne Sequentia qui a été publié par le label Deutsche Harmonia Mundi en 1993. [1]

L'album fait partie d'une série d'enregistrements des œuvres musicales complètes d'Hildegard par les spécialistes de la musique du début du Moyen Âge et fondateurs de Sequentia, Barbara Thornton et son mari Benjamin Bagby.

Il a été enregistré entre le 16 et le 21 juin 1993 dans l'église Saint-Pantaléon, Cologne, Allemagne, "au sarcophage de l'impératrice Théophane (mort en 990)". [2]

La musique provient d'un manuscrit médiéval écrit à l'abbaye d'Hildegarde (Rupertsberger « Riesencodex » (1180–90) Wiesbaden : Hessische Landesbibliothek, MS 2) et les textes latins sont de Hildegard von Bingen, lieder (Salzbourg, 1969). [3]


O tu suavissima, réponse

Les premiers théologiens catholiques avaient tendance à être des hommes (les « pères de l'église »). Ils ont élaboré la théologie chrétienne primitive au milieu d'une société occidentale patriarcale, leur trinité chrétienne était considérée comme un père, un fils et (peut-être non genré) le Saint-Esprit. En même temps, depuis au moins l'époque d'Augustin, le rôle spécial de la Vierge Marie en tant que porteuse humaine de la Divinité faite chair en Jésus a été révéré, son rôle de modèle humain pour la formation spirituelle humaine a été reconnu, et les bases ont été posées pour la vénérer comme un être humain immaculé. Certaines personnes, même à cette époque, ont poussé le marianisme un peu plus loin. Hildegarde de Bingen, l'abbesse féminine prolifique et franche du catholicisme du XIIe siècle, a failli travailler avec une seconde Trinité : Père, Fils/Vierge ensemble, Saint-Esprit. Sa poésie latine et les mélodies du chant grégorien qu'elle a composées pour les chanter tendent à mêler les personnes de Jésus et de sa mère. Son répons liturgique pour les fêtes mariales, O tu suavissima virga, en offre un bon exemple.

D'une part, de nombreux éléments de son O tu suavissima virga sont assez classiques. La forme musicale suit de près la répétition attendue de la forme Responsory : incipit-respond-verse-respond-gloria patri-respond. Certaines de ses images poétiques dans la pièce sont tout aussi stéréotypées : voir Marie comme une « fontaine » de la pousse de Jessé (la liant à son fils le Christ, Ésaïe 11 :1) et comme une fleur lumineuse. Une partie de la musique écrite par Hildegarde est aussi tout à fait dans les limites habituelles de son style (extatique) : fluctuation entre si bémol et si naturel aux cadences (ou pour un effet particulier comme sur les "mystères de Dieu"), tendances à de fortes cadences sur le cinquième ou le tonique. En même temps, elle façonne la musique de manière très subtile : la pièce parle de la Vierge, mais le compositeur donne un début modalement obscur, sauvant la puissante exposition mélodique par sauts de la quinte modale et de l'octave pour la mention théologiquement significative de la Fils "le plus beau". De plus, elle écrit un mélisme incroyablement étendu sur la "volonté de Dieu", il a sa propre crête mélodique bien au-dessus de l'octave modale, et des cadences internes sur la quinte modale, suivies d'une douce descente vers la tonique. Dans la combinaison du ton et du texte, la beauté de la Vierge est mise en avant et en même temps soumise à la volonté de Dieu le Père, dans une relation encore plus belle.


Hildegard von Bingen – 900 ans (coffret 8 CD, APE)

CD 01
01. magne pater
02. O Bonifaci
03. O mirum admirandum
04. Pièce instrumentale
05. O viriditas digiti dei
06. O beata infantia
07. felix anima
08. Pièce instrumentale.wav
09. O presul vere civitatis

CD 02
01. À Saint Maxime – Columba aspexit (séquence fol. 476r)
02. Pièce instrumentale
03. A sainte Ursule – O Ecclesia (séquence fol. 477)
04. Spiritui sancto (réponse fol. 471v)
05. A saint Matthieu – Mathias, sanctus perelectionem (séquence fol. 474v)
06. Aux Saintes Veuves – O pater omnium (‘Symphonia viduarum’ fol. 478v)
07. A Saint Euchaire – O Euchari, columba virtutem illius (responsory fol. 475v)
08. O Euchari, in leta via ambulasti (séquence fol. 476r)

CD 03
01. Prolog- Qui sunt salut, qui ut nubes
02. Prozessionsmusik fuer die leibhaften Seelen
03. Szene 1- O nos sumus pèlerin
04. Prozessionsmusik der Anima
05. Szene 1 (Forts.) - O dulcis divinitas
06. Prozessionsmusik der Anima
07. Szene 1 (Forts.) - O gravis labour
08. Tanz (instrumental)
09. Scène 2- Ego Humilitas
10. Tanz (instrumental)

CD 04
01. Symphonia - O quam magnum miraculum
02. Symphonia - O felix anima
03. Symphonia - O quam mirabilis
04. Lamentation instrumentale, Klageweise (instrumental)
05. Scène 3- Hé ! Hé ! nos virtutes plangame
06. Szene 4- Que es, aut unde venis
07. Finale - En principe

CD 05
01. O vis aeternitatis (Responsorium)
02. Nunc aperuit nobis (Antienne)
03. Quia ergo femina mortem instruxit (Antienne)
04. Cum processit factura digiti Dei (Antienne)
05. Alma Redemptoris Mater (Antienne mariale, 10, Jh., Cent. Anon.)
06. Ave Maria, O auctrix vite (Responsorium)
07. Spiritus Sanctus vivificans vite (Antienne)
08. O ignis spiritus Paracliti (Sequenz, Sequence)
09. Caritas habundat in omnia (Antienne)
10. O virgia mediatrix (Alléluia-Antienne)
11. O viridissima virga, Ave (Lied, Chanson)
12. Instrumentalstьck, pièce instrumentale
13. O Pastor Animarum (Gebet, Prière)
14. O tu suavissima virga (Responsorium)
15. O choruscans stellarum (Antienne)
16. O nobilissima viriditas (Responsorium)

CD 06
01. O rubor sanguinis - Antienne de sainte Ursule
02. Favus Distillans - Répondant à Sainte Ursule et aux 11 000 vierges
03. Laus Trinitati - Antienne à la louange de la Trinité
04. In Matutinis Laudibus- Office pour la fête de Sainte Ursule
05. O Ecclesia - Séquence libre à Sainte Ursule
06. Pièce instrumentale basée sur Hildegard’s ‘O viridissima virga’ (Elizabeth Gaver)
07. O aeterne Deus - Antienne à Dieu le Père
08. O dulcissime amator - Symphonie des vierges
09. Rex noster promptus est - Répondant aux Innocents
10. O cruor sanguinis - Antienne
11. Cum vox sanguinis - À Sainte Ursule
12. Pièce instrumentale basée sur les modes D d'Hildegard (Elizabeth Gaver)
13. O virgo Ecclesia - Antienne pour Ecclesia (Pièce instrumentale d'Elizabeth Gaver)
14. Nunc gaudeant materna - Antienne à Ecclesia
15. O orzchis Ecclesia - Antienne de Ecclesia

CD 07
01. O Jérusalem
02. Quia felix pueritia_Magnificat_Quia felix pueritia
03. O felix apparitio
04. O béatissime Ruperte
05. Pièce instrumentale
06. O tu illustres
07. Cum erubuerint
08. O frondens virga_Gloria patri_Ave generosa
09. O quam preciosa
10. O ignee spiritus
11. Pièce instrumentale
12. O quam magnum miraculum est

CD 08
01. O quam mirabilis est
02. Faciès O pulchare (de Virginibus)
03. Ovirga ac diadema purpurae regis (de sancta Maria)
04. Instrumentale
05. O clarissima mater (de sancta Maria)
06. Instrumentale
07. Siège d'honneur Spiritul Sancto (de Undecim Milibus Virginibus)
08. O virtus sapientiae
09. O lucidissima Apostolorum turba (de Apostolis)
10. Instrumentale
11. O successeurs fortissimi leonis (de Confessoribus)
12. O vos, felices radices (de Patriarchis et Prophetis)
13. Instrumentale
14. Vos flores rosarum (de Martyribus)

Fondée en 1977 à Cologne par Barbara Thornton et Benjamin Bagby, Sequentia a entrepris au début des années 1990 de documenter l'intégralité du catalogue de la musique d'Hildegard Von Bingen. Ils ont terminé le cycle Hildegard, et cette boîte de huit CD rassemble les résultats dans un beau cube solide, parfait pour la bibliothèque. La beauté de la musique est indéniable et a séduit les auditeurs depuis Canticles of Ecstasy a mis une communauté internationale d'auditeurs sur le chemin de la découverte en 1994. Le gros bonus est maintenant que vous pouvez sauter les périodes de séduction séduites qui suivront l'écoute inaugurale. , et découvrez toute la collection de numéros de CD simples et doubles que Sequentia a consacrés à la musique d'Hildegarde. Les enregistrements (et évidemment le répertoire) ne sont pas particulièrement nouveaux, bien sûr, mais Sequentia a emmené Hildegard dans des endroits qu'aucun interprète précédent n'avait atteints. Premièrement, le groupe a été absolument méthodique avec Hildegard, atteignant toujours l'objectif d'une grande collection de CD d'ici le 900e anniversaire de la naissance du compositeur. Deuxièmement, ils ont affiné et perfectionné leur vision d'Hildegard depuis la première présentation de cette musique il y a près de 20 ans. Ils ont trouvé des lignes d'exécution plus douces pour ne pas rendre la musique plus facile pour les auditeurs, mais plutôt en meilleure proportion avec le point de vue philosophiquement bien proportionné d'Hildegarde sur la musique, la spiritualité et la vie. Ainsi, nous avons la collection de chants spirituels, Symphoniae, qui relaie l'être terrestre et céleste à la polyphonie de voix multiples et de fils musicaux tissés dans les chants. Nous avons également les deux CD à couper le souffle d'Ordo Virtutum, un corollaire quasi-opératique assez fréquent des pièces de moralité médiévales. Cette collection permet aux débutants et aux fans engagés de se frayer un chemin à travers des heures et des heures de bonheur musical. –Andrew Bartlett

Une collection à chérir

Lorsque ma fille est née il y a environ un an, j'ai lancé le projet de collectionner une partie de la «meilleure musique» pour elle, craignant que si elle n'était exposée qu'à ma musique préférée, elle deviendrait bassiste dans un motard. groupe un jour. J'ai commencé avec les concertos pour piano de Mozart, puis je suis allé à beaucoup de Bach et d'autres chefs-d'œuvre baroques, je me suis même aventuré dans certains Wendy Carlos, avec son "Turned On Bach". année, même si je dois dire que l'investissement a valu chaque centime. En fait, nous avons parfois des voisins qui frappent à notre porte pour savoir quelle est la musique que nous jouons. Il semble qu'il existe un marché inexploité pour la musique supérieure. Eh bien, qu'il suffise de dire que j'étais lié à ce set de � Years” d'un autre CD que j'envisageais et pour une raison quelconque, j'étais excité, sans vraiment savoir exactement à quoi m'attendre.
Cette musique est divine, le paradis total sur plastique. C'est une euphorie prolongée. L'ambiance est si omniprésente qu'elle vous saisit, centre totalement votre attention, élève votre imagination. Sans dégénérer en trop de clichés supplémentaires, permettez-moi simplement de suggérer que cette musique me procure un immense bien-être, un sentiment qui me semble de plus en plus insaisissable au fil des années.
Je ne l'ai joué que deux fois au cours du mois dernier depuis que je l'ai reçu, car il est assez long et je ne veux pas m'y désensibiliser. Je l'écoute le matin quand je me réveille pour la première fois. Cela m'amène avec bonheur hors du crépuscule de mes rêves dans les vastes possibilités d'un nouveau jour. Si l'on n'écoute pas attentivement, une critique superficielle peut émerger selon laquelle les CD sonnent tous de la même manière. Rejouez-les lorsque vous pourrez vous concentrer davantage sur la musique et ce souci disparaîtra. Je mentionnerai également que si vous n'avez pas un enfant d'un an qui dirige votre ménage, comme je le fais, cette musique sera absolument parfaite pour vous et votre préféré à écouter devant la cheminée.
Je n'ai pas une maîtrise suffisante du lexique de ce type de musique pour vous le décrire correctement : ce qui me vient à l'esprit, ce sont des voix féminines flottantes, des instruments à cordes clairs et résonnants, cela ressemble en effet à la musique d'il y a mille ans, dans mille ans. C'est la musique de l'éternité. Je n'ai pas encore lu les brochures de fond qui sont jointes respectivement dans chacun des étuis à bijoux, je crains qu'elles ne modifient mon interprétation de la musique. Si vous aimez ce genre de chose, cependant, je mentionnerai qu'il s'agit du meilleur coffret "emballé" que j'aie encore acheté (probablement environ 100). Chaque boîte de CD contient une pièce d'art médiéval d'une beauté scandaleuse qui complète parfaitement la musique.
Ma fille? Elle aime ça, même elle semble méditative quand ça joue. Je l'imagine activer tous les types de voies neurologiques dans son adorable petite tête. J'admets cependant qu'elle est encore plus mignonne lorsqu'elle danse joyeusement sur Metallica.


Hildegarde de Bingen

Hildegard von Bingen était une compositrice médiévale, visionnaire et polymathe.

Hildegarde de Bingen

  • Née: 1098, Bermersheim vor der Höhe, Comté Palatin du Rhin, Saint Empire romain germanique
  • Décédés: 17 septembre 1179, Bingen am Rhein, Comté Palatin du Rhin, Saint Empire romain germanique
  • Ère: Médiéval

Hildegarde est née en 1098 dans une famille noble de Rhénanie en Allemagne de l'Ouest. Dès son plus jeune âge, elle a eu des visions et a été offerte à l'Église vers l'âge de huit ans.

Elle a vécu toute sa vie de religieuse, devenant une puissante abbesse bénédictine. Elle est décédée le 17 septembre 1179 à l'âge de 81 ans. Sa cause exacte de décès est inconnue.

Le meilleur d'Hildegarde

Utilisateurs de FireFox NVDA - Pour accéder au contenu suivant, appuyez sur 'M' pour entrer dans l'iFrame.

Pourquoi Hildegarde est-elle importante ?

  • L'un des plus vastes répertoires attribués à un compositeur médiéval.
  • Hildegarde était aussi poète et a mis ses propres poèmes en musique.
  • Le fondateur de l'histoire naturelle en Allemagne et un écrivain prolifique. Hildegard a été la première personne à décrire l'importance du houblon dans la bière et aussi la première femme à documenter l'orgasme féminin par écrit.
  • En tant qu'abbesse bénédictine, Hildegarde devient un puissant acteur diplomatique.

Joueur de psaltérion du Psautier de Gorleston, v. 1310-1326. (Wikimedia Commons)

Joueur de psaltérion du Psautier de Gorleston, v. 1310-1326. (Wikimedia Commons)

De quel instrument jouait Hildegarde ?

Comme toutes les musiques écrites de son temps, les compositions d'Hildegarde sont monophoniques. Cela signifie qu'ils ont été écrits pour être chantés par une seule voix. Elle aurait appris à chanter et à jouer du psaltérion à dix cordes (un instrument ressemblant à une cithare ou à une harpe) par Jutta, une femme plus âgée avec qui elle était enfermée dans une cellule lorsqu'elle est entrée pour la première fois au monastère.

Hildegarde est-elle une sainte ?

Alors que Hildegarde a été largement considérée comme une sainte pendant des siècles, elle n'a été officiellement canonisée que le 10 mai 2012 par le pape Benoît XVI. Elle est l'une des quatre femmes docteurs de l'Église, un titre réservé aux théologiens qui ont considérablement influencé la doctrine de l'Église.

Qu'a composé Hildegarde ?

On pense qu'Hildegard était une « marque » et de nombreuses œuvres qui lui sont attribuées ont été écrites par d'autres religieuses de son couvent. Si tel est le cas, l'histoire de la composition des femmes à l'époque médiévale est plus riche et plus profonde que nous ne le savons.


Hildegard von Bingen - O Tu Suavissima Virga [Sequentia] - Histoire

Source (musique) :
Rupertsberger "Riesencodex" (1180-1190), Wiesbaden, Hessische Landesbibliothek, Mme 2 f. 466ff.

Interprètes :
Sequentia, Ensemble für Musik des Mittelalters
Barbara Thornton (voix), Gundula Anders (voix), Pamela Dellal (voix), Elizabeth Glen (voix), Heather Knutson (voix), Laurie Monahan (voix), Susanne Norin (voix), Janet Youngdahl (voix), Elizabeth Gaver (violon médiéval), Elisabetta de Mircovich (violon médiéval) Benjamin Bagby (harpe médiévale, organistrum)
Barbara Thornton, réal.

Lieu et date d'enregistrement :
Saint-Pantaléon (au sarcophage de l'impératrice Théophane), Köln [6/1993]
Rel.: 1994

Le présent enregistrement est le premier de la série renouvelée de Sequentia de la production complète de Hildegard. Il comprend un large éventail de genres, y compris une pièce instrumentale improvisée basée sur des motifs dans les compositions.

Un emballage de nombreux enregistrements d'Hildegard de Sequentia, y compris la quasi-totalité des œuvres :

Hildegarde de Bingen - 900 ans Sequentia
Deutsche Harmonia Mundi 77505 (8 CD)

D'autres articles de cet ensemble sont disponibles séparément, comme indiqué. Pour de nombreux autres enregistrements Hildegard, voir la discographie complète.

Quelques autres introductions acclamées à Hildegard:

Une plume sur le souffle de Dieu Séquences et hymnes par l'abbesse Hildegarde de Bingen
Voix gothiques - Christopher Page
Hypérion 66039 Hildegard von Bingen : 11 000 vierges anonymes 4
Harmonia Mundi États-Unis 907200 Hortus Deliciarum Hildegard von Bingen / Herrad von Landsberg
Discantus - Brigitte Lesne
Opus 111 30-220 Hildegarde : Laudes de Sainte Ursule Ensemble Organum - Marcel Pérès
Harmonia Mundi 901626 Sponsa regis La Victoire de la Vierge dans l'oeuvre d'Hildegard von Bingen
Ensemble La Reverdie / Piccoli cantori di San Bernardo
Arcanes 314 Hildegarde : O Nobilissima Viriditas Catherine Schroeder et al.
Média 7 / Champeaux 006 Hildegarde : Symphoniae harmoniae caelestium révélationum Schola der Benediktinerinnenabtei St. Hildegard - M. Immaculata Ritscher
Bayer 100 116 Hildegard: Heavenly Revelations Oxford Camerata - Jeremy Summerly
Naxos 8.550998 L'intégrale Hildegard von Bingen, vol. 1 Symphonie de l'Harmonie des Révélations Célestes
Sinfonye - Stevie Wishart
Harmonies célestes 13 127

Quelques enregistrements consacrés à d'importants contemporains d'Hildegarde travaillant dans des styles monophoniques apparentés :

Chanson monastique Chant monophonique du XIIe siècle - Peter Abélard
Théâtre des voix - Paul Hillier
Harmonia Mundi États-Unis 907209 Cluny : La Transfiguration Chants de Pierre le Vénérable
Ensemble Venance Fortunat - Anne-Marie Deschamps
L'Empreinte digitale 13091 Chants des Anges Chants d'extase de Gautier de Coincy
New London Consort - Philip Pickett
Decca 460 794

Peter Abélard est peut-être la figure musicale et littéraire la plus célèbre de l'époque, tandis que les deux derniers enregistrements se concentrent sur la musique des abbés, par analogie avec Hildegarde. Cette dernière fait en fait partie d'un cycle sacré-laïc, peut-être plus proche de la musique de troubadour.

Enfin, un enregistrement de chansons allemandes un peu plus tardives consacrées à "Celestial Woman" dans la tradition minnesang :

Frauenlob la femme céleste
Sequentia - Barbara Thornton & Benjamin Bagby
Deutsche Harmonia Mundi 77309


La musique d'Hildegarde de Bingen

Sara Mohr-Pietsch pour Building a Library examine la musique enregistrée par Hildegarde de Bingen, compositrice, écrivaine, mystique et abbesse bénédictine du XIe siècle.

Sara Mohr-Pietsch pour Construire une bibliothèque examine la musique enregistrée du compositeur, écrivain, mystique et abbesse bénédictine du XIe siècle Hildegarde de Bingen, en particulier les nombreux chants liturgiques qui ont été rassemblés dans le cycle extraordinaire connu sous le nom de "Symphonia armoniae celestium révélationum" .

Sequentia : Hiérarchie céleste
HILDEGARD : O splendideissima gemma O dulcis electe O speculum columbae O spectabilis viri O cohors militiae O victoriosissimi Triumphatores Kyrie eleison O vos imitatores excelse O gloriosissimi lux O vos angeli
Séquentie
DEUTSCHE HARMONA MUNDI 88765468642 (CD)

Vous trouverez ci-dessous une liste restreinte d'autres enregistrements que Sara Mohr-Pietsch a également appréciés, bien que nous ne puissions garantir la disponibilité de ces disques.

Abbesse Hildegarde de Bingen - Une plume sur le souffle de Dieu
HILDEGARD : Columba aspexit Ave generosa O ignis Spiritus Paracliti O Jerusalem aurea civitatis, séquence à St Rupert O Euchari O viridissima virga O presul vere civitas O Ecclesia
Emma Kirkby (soprano), Gothic Voices, Christopher Page (direction)
HYPERION CDA66039 (CD milieu de gamme)

Hildegard von Bingen : Révélations célestes
HILDEGARD : O Euchari Alleluia Ave generosa Pour la Trinité (Laus Trinitati) Kyrie O presul vere civitas O ignis Spiritus Paracliti Ordo Virtutum O pastor animarum O viridissima virga O virga ac diadema
Oxford Camerata, Jeremy Summerly (direction)
NAXOS 8550998 (budget CD)

Hildegard von Bingen / John Cage
HILDEGARD : O Rubor Sanguinis, Studium Divinatis, O Virtus Sapientiae, O Viridissma Virga, O Felix Apparitio, Aer Enim, Et Ideo Puellae, Deus Enim Rorem, Sed Diabolus CAGE : Sonnekus Parties 1-9 HILDEGARD/CAGE : Oneor Sanguinis, Son Partie I, Studium Divinatis, Sonnekus Partie II, O Virtus Sapientiae, Sonnekus Partie III, O Viridissma Virga, Sonnekus Partie IV, O Felix Apparitio, Sonnekus Partie V, Aer Enim, Sonnekus Partie VI, Et Ideo Puellae, Sonnekus Partie VII, Deus Enim Rorem, Sonnekus Partie VIII, Sed Diabolus, Sonnekus Partie IX
Irène Kurka (soprano)
ÉDITION WANDELWEISER RECORDS EWR 1201 (CD)

Hildegard von Bingen : Vox Cosmica
ABELARD : Planctus David super Saul et lonatha
HILDEGARD : O tu suavissima Amour divin (Karitas Habundat) Ave Maria pour le créateur (O Quam Mirabilis) O virtus sapientae
JOHANSEN, P : Méditation I Méditation II Méditation III Méditation IV
Arianna Savall (chanteuse, harpe), Hirundo Maris
CARPE DIEM CD16304 (CD milieu de gamme)


Guide du débutant à la musique de Sainte Hildegarde de Bingen

Une playlist de belles compositions du futur docteur de l'Église.

Sainte Hildegarde de Bingen (1089�) sera bientôt le 35e docteur de l'Église catholique. La proclamation formelle fera d'elle la quatrième femme à être déclarée docteur de l'Église, rejoignant les rangs des saintes Thérèse d'Avila, Catherine de Sienne et Thérèse de Lisieux.

Le pape Benoît a annoncé le dimanche de Pentecôte lors de son discours à Regina Coeli que maintenant, après avoir officiellement déclaré (le 10 mai 2012) la sainteté d'Hildegarde par voie de « canonisation équivalente », il proclamera (le 7 octobre 2012) qu'Hildegarde est un fonctionnaire Docteur de l'Église.

Benoît semble avoir un faible pour Hildegarde. En 2010, il lui a consacré non pas un mais deux de ses discours du mercredi en audience générale. Cela est peut-être lié à son amour bien connu pour la meilleure musique.

Considérez ceci : pour combien de saints pouvez-vous dire que vous avez une liste de lecture de fichiers audio ? Mais avec Sainte Hildegarde, Benoît a augmenté les rangs des médecins de l'Église qui peuvent nous apprendre à quoi ressemble la musique sacrée à son meilleur.

La musique d'Hildegard avait quelque chose d'un moment de «culture pop» en 1994, lorsque l'album de Richard Souther Vision : La musique d'Hildegard von Bingen est devenu un succès. Il a fini par remporter le prix Billboard Classical/Crossover de l'album de l'année.

Les puristes ont reculé devant le mélange de Souther des chants grégoriens de Hildegarde avec des effets électroniques et une instrumentation moderne supplémentaire. Mais qui peut dire que les futurs artistes devraient exclure toute innovation similaire alors qu'ils redécouvrent la musique d'Hildegarde pour le 21e siècle ?

Après tout, Hildegard elle-même était un génie mystique qui a repoussé les limites des conventions musicales de son époque. (Elle a même inventé sa propre langue pour certaines de ses paroles ! Peut-être que le seul phénomène similaire aujourd'hui est ce que fait le groupe de rock progressif islandais Sigur Rós.)

Et qui sait comment les meilleurs musiciens de demain reprendront son héritage sacré ? Dieu seul sait comment un futur docteur musical pourrait refaire ou retravailler les mélodies célestes d'Hildegarde. Je ne voudrais pas mettre l'Esprit dans une camisole de force (bien que l'Église ait des normes pour la musique sacrée). En fin de compte, entendre c'est croire.

Bien entendu, tout futur innovateur sérieux devra d'abord se familiariser avec les albums classiques d'Hildegard déjà enregistrés à ce jour. Plus d'une décennie avant le succès de Souther avec Vision, la soprano Emma Kirkby avait déjà mis Hildegard au premier plan de la conscience musicale d'élite avec son superbe album, Une plume sur le souffle de Dieu (1982). If you could only take one artist’s Hildegard disc to a desert island, this is arguably it.

Then again, there are the justly famous Hildegard discs recorded by the Anonymous 4, 11,000 Virgins: Chants for the Feast of St. Ursula (1997) and The Origin of Fire: Hildegard von Bingen (2005). Both are proof that once Emma Kirkby’s Feather album had kicked off a veritable Hildegard craze, enthusiasts of Gregorian chant were soon faced with a wonderful problem: choosing which “one disc only” to take in that “desert island” thought experiment. Only with reluctance would we leave behind Emma’s disc in order to take an Anonymous 4 disc with us—and vice versa! And the high-quality recordings have kept coming.

Now, to think about a “desert island disc” when it comes to Hildegard is not an idle exercise. Pourquoi pas? Well, it amounts to picking the “one disc” you would recommend to a friend who wants to get started and to learn from the new musical Doctor.

Still, I would say that the best way for someone who wants to retreat into the desert and spend time with Hildegard’s music would be this: do not focus on just one disc. Instead, thanks to today’s technology, it has never been easier to put together a short, digestible playlist of Hildegard music. This is the best way to gain access to Hildegard’s beautiful soundscapes.

But if I had to recommend a single purchase for someone wishing to learn from Doctor Hildegard, it would have to be the complete works of Hildegard recorded by the ensemble for medieval music, Sequentia—an amazing project released in successive years during the 1990s.

Hildegard’s music fills eight Sequentia CDs and you might think that the box set containing them all would be expensive. But you would be wrong. Thanks to Sony Classical, Sequentia’s great achievement is today easily available online for about 25 dollars. That’s roughly three dollars per disc!

It will cost you somewhat more to download Hildegard’s entire musical output from iTunes. But if you wish, you can start your downloading project with only a few selections taken from the Sequentia treasure chest. After all, unless you have the musical skills of a Mozart, being deluged with St. Hildegard’s lifetime musical achievement will probably be overwhelming for you. So why not start with a playlist of 12 of her best?

Allow me to give you that recommended playlist, below. I will list 12 downloads for which you need only pay about .99 each. This custom playlist introduction is the best way I can think of to get you started, short of recommending one of the “desert island” albums that I already mentioned above.

And this playlist is not just for beginners. This is my own custom “Hildegard highlights” iPhone playlist, and it probably resembles the playlists on the iPhones of other advanced chant enthusiasts.

By the way, if you ever do move from a beginning to an advanced comprehension of Hildegard’s entire musical corpus, you will want to compare the different recorded versions of every single one of her works. Thanks to the Internet, this task has never been easier, as an exhaustive and well-ordered discography of every recording of Hildegard’s music is available.

But here’s what you need to know just to get started: Hildegard’s music consists of the 69 songs Symphonia armonie celestium revelationum, that is, those written for the Mass (one Alleluia, one Kyrie, and seven sequences) and for the Divine Office (43 antiphons󈟞 of which are votive󈟢 great responsories, three hymns, and four devotional songs), and the musical mystery play Ordo virtutum, which includes more than 80 songs and song segments and also opening and closing processions. Thus, each item in her output is easily numbered, which you will notice below (and also in the discography linked to above).

And now for that limited playlist of 12. Where to begin? Well, not necessarily with Hildegard’s longer masterpieces. Fortunately, Hildegard is also a master of the short masterpiece. Those who are new to chant will appreciate these shorter pieces as they try to wrap their minds around the highly unusual, ecstatic melodies of Hildegard.

In fact, Margot Fassler (who is Keough-Hesburgh Professor of Music History and Liturgy and co-director of the Master of Sacred Music Program at the University of Notre Dame) has keenly observed of Hildegard’s music: “Not the least inspired of the songs are the seer’s brief, almost epigrammatic antiphons,” in which “a single indelible image is etched on the mind.” I include many good examples at the top of the playlist:

PLAYLIST: “BEGINNER’S GUIDE TO ST. HILDEGARD OF BINGEN”

“Caritas habundat” (no. 25), from Canticles of Ecstasy, by Sequentia

“O quam mirabilis” (no. 3), from Symphoniae, by Sequentia

“O rubor sanguinis” (no. 61), from Voice of the Blood, by Sequentia

“Laus Trinitati” (no. 26), from Voice of the Blood, by Sequentia

“O virtus Sapientiae” (no. 2), from Symphoniae, by Sequentia

“O viridissima virga” (no. 19), from Canticles of Ecstasy, by Sequentia

“O orzchis (immensa) Ecclesia” (no. 68), from Voice of the Blood, by Sequentia

“O frondens virga” (no. 15), from O Jerusalem, by Sequentia

“O ignee spiritus” (no. 27), from O Jerusalem, by Sequentia

“Qui sunt hi, qui ut nubes?”, from Ordo virtutum, by Sequentia

“O Euchari in leta via” (no. 53), from Saints, by Sequentia

“O mirum admirandum” (no. 41), from Saints, by Sequentia

Note: all the songs above are available in Sequentia’s comprehensive Hildegard box set, but for convenience of reference I also designate the individual disc names on which they first appeared.

I include below Latin lyrics and translations (mine, except where otherwise indicated) for the four shorter pieces that begin my playlist of 12. I also include an example of Hildegard’s mystic language, “O orzchis Ecclesia.” And there is also an example of Hildegard’s Latin punning, “O frondens virga”—note that the punning metaphor associates the lively green vigor of a healthy “branch” (virga) with the fruitful gifts of the “Virgin” (virgo).

Try following along with the Latin words of the four shorter pieces first. Even if you haven’t yet learned Latin, attempt to listen along to the words in Latin as they are sung. (If you do know classical Latin, don’t stumble over the variations in medieval spelling, but just go with the flow and you will soon catch on.)

I emphasize that for maximum enjoyment you need to try and follow the Latin. This is because what you need to listen for most, in order to fully appreciate the music of Hildegard, is the melismatic character of her melodies: i.e., one syllable within a Latin word will have multiple notes of melody sung on that one syllable—which is what the word “melisma” technically designates.

The highly melismatic character of her songs is what gives Hildegard’s music its most ecstatic, heavenly qualities. Usually, the popular music that most people listen to has, for the most part, only one note sung per syllable. This kind of “syllabic” singing is easy to grasp—and being easy to grasp is no doubt one reason why music becomes popular—but merely syllabic singing is certainly not in the upper echelon of musical possibility.

Hildegard, however, frequently ascends above and beyond the mundane possibilities. Her ecstatic melodies dance up and down with elaborate melodic movements on just one syllable. For example, take the first syllable of the word caritas (“love”) in the first item on my playlist. Listen to how the Doctor sings of “love” in her melismatic way. Then compare this with every other word she sings. Soon you will be creating your own playlists, and I look forward to comparing favorites with you as the future Hildegard renaissance unfolds.

Caritas habundat
in omnia,
de imis
excellentissima
super sidera,
atque amantissima in omnia,
quia summo Regi
osculum pacis dedit.

Love overflows
in all things,
from the planetary depths
to her highest dwelling place
beyond the stars,
and love is surpassing herself in all things,
because she has given the kiss of peace
to the highest King.

O quam mirabilis
est prescientia divini pectoris,
que prescivit omnem creaturam.
Nam cum Deus inspexit faciem hominis,
quem formavit,
omnia opera sua in eadem forma
hominis integra aspexit.
O quam mirabilis est inspiratio,
que hominem sic suscitavit.

O how wondrous
is the foreknowledge of the divine heart
that knew every creature in advance.
For when God looked upon the human face
that he had formed,
he glimpsed all his works,
in that same human form, all summed up.
O how wondrous is the inspiration
that has thus animated the human being.

O rubor sanguinis,
qui de excelso illo fluxisti,
quod divinitas tetigit,
tu flos es,
quem hiems de flatu serpentis
num quam lesit.

O blood red,
which has poured down from that height
which divinity has touched,
you are the flower,
which the winter of the serpent’s breath
can never harm.

Laus Trinitati,
quae sonus et vita
ac creatrix omnium in vita ipsorum est,
et quae laus angelicae turbae
et mirus splendor arcanorum,
quae hominibus ignota sunt, est,
et quae in omnibus vita est.

Praise be to the Trinity,
who is sound and life
and creator of the very life that animates all things,
and who is praised by the angelic host,
and who radiates the marvel of secrets
that are unknown to men,
and who in all things is the life.

O orzchis (immensa) Ecclesia,
armis divinis praecincta,
et hyazintho ornate,
tu es caldemia (aroma)
stigmatum loifolum (populorum)
et urbs scientiarum.
O, o, tu es etiam crizanta (uncta)
in alto sono, et es chorzta (corusca) gemma.

O orzchis (vast) Church,
shielded by might divine,
and adorned with hyacinths,
you are the caldemia (fragrance)
of the stigmata of the loifolum (peoples),
and a city of knowledge.
O, o, you are indeed crizanta (anointed)
with a lofty sound, and you are a chorzta (shining) jewel.

O frondens virga,
in tua nobilitate stans,
sicut aurora procedit.
Nunc gaude et laetare
et nos debiles dignare

a mala consuetudine liberare,
atque manum tuam porrige
ad erigendum nos.

O blossoming branch,
you send forth your noble beauty
in the same way the dawn arises.
Now rejoice, and be glad,
and consent to free us who are weak
from our bad habits,
and reach out your hand
so that you will lift us up.

Finally, note that the playlist ends with “O mirum admirandum” (no. 41). Margot Fassler suggests that this antiphon, “with its haunting beauty and mysterious apocalyptic close, reads almost as an epitaph for the seer herself.” She thus sees this song’s final words as apocalyptically true of Hildegard herself. This is Fassler’s lovely translation:

…arise in the end
as you rose in the beginning
when the blossom that sustains you
blooms
on all the boughs in the world.

… surges in fine,
succurrente flore
omnium ramorum mundi,

ut primum surrexisti!

If you value the news and views Catholic World Report provides, please consider donating to support our efforts. Your contribution will help us continue to make CWR available to all readers worldwide for free, without a subscription. Thank you for your generosity!

Click here for more information on donating to CWR. Click here to sign up for our newsletter.


Hildegard von Bingen - O Tu Suavissima Virga [Sequentia] - History

Hildegard von Bingen - O Tu Suavissima Virga [Sequentia]

Visionaria, mística, compositora, abadesa. Estamos en presencia de una de esas personalidades arrebatadoras que de vez en cuando aparecen por la historia. Hoy le rendiremos un merecido homenaje.
Esta mujer se llama Santa Hildegarda de Bingen (1098-1179), nacida en la localidad alemana de Bermersheim vor der Höhe. De familia noble, entró muy joven en el monasterio de Disibodenberg. Empezó a cultivar sus dotes místicas y visionarias a la vez que lideraba monasterios. Aprendió música y comenzó a escribirla. Es especialmente conocida por sus obras literarias, musicales y científicas, y por sus actividades religiosas y diplomáticas. Sus obras incluyen visiones, obras médicas y científicas, hagiografías y cartas. Igualmente, escribió poesía lírica y dramática, que ha sobrevivido en forma homofónica. Una de sus obras más conocidas se llama Ordo Virtutum , considerada como uno de los dramas litírugicos más antiguos. Murió en Rupertsberg, cerca de la localidad de Bingen, de ahí su nombre.

Canónicamente, Hildegarda solo ha sido beatificada, a pesar que a lo largo de los años fuese llamada "santa" por muchos papas, incluidos Juan Pablo II y Benedicto XVI. Esto hizo que este último la incluyese el 10 de mayo de 2012 (hace un par de días) en el catálogo de los santos, en un proceso que terminará en octubre de 2012, cuando será declarada doctora de la Iglesia .


Hildegard’s Influence on Music and Creativity Today

Several modern musicians have rediscovered Hildegard’s music in a contemporary setting. They have added experimental sounds with modern arrangements to create a colorful synthesis of the middle-ages with modern times. We recently discovered a contemporary take on Ordo Virtutum, performed by Deepak Ram and Diana Rowan, along with the San Francisco Renaissance Voices.

We were impressed and surprised by David Lynch and Jocelyn Montgomery’s collaboration in 2010, resulting in the album, Lux Vivens, which combines the past with the present in a powerful and enchanting way.

In all of Hildegard’s work we find her unique expression of creativity. We hope you do as well. Take some time to explore her music and perhaps it will inspire you to awaken your own unique creativity.


Voir la vidéo: Hildegard von Bingen - O tu suavissima Virga (Mai 2022).