Nouvelles

Tour de la Vierge

Tour de la Vierge


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

La tour de la jeune fille, traduite du nom azéri de Qiz Qalasi, est une tour cylindrique emblématique de huit étages située dans la vieille ville de Bakou en Azerbaïdjan.

On pense que la base de la tour Maiden remonte au VIe ou au VIIe siècle, tandis que les parties les plus hautes et l'ajout qui fait saillie de la tour ont été construits vers le XIIe siècle.

Mesurant 29,5 mètres de haut et 16,5 mètres de diamètre, la Maiden Tower a probablement d'abord servi de temple du feu dans sa première incarnation avant de devenir une fortification au XIIe siècle. Une inscription dans la tour indiquant « Kubey Mesud ibn Da’ud », qui aurait conçu la tour ronde de Mardakan, a conduit les historiens à croire que c'était le nom de l'architecte de la tour de la jeune fille.

Aujourd'hui, la Maiden Tower, classée au patrimoine mondial de l'UNESCO, est ouverte au public. Les visiteurs peuvent monter ses escaliers, certains originaux et certains modernes, pour voir ses expositions de photographies anciennes et terminer à son observatoire, avec une vue magnifique sur la ville.


Tour Maiden - Histoire

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

Bakou, azerbaïdjanais Bakı, ville, capitale de l'Azerbaïdjan. Il se trouve sur la rive ouest de la mer Caspienne et sur le côté sud de la péninsule d'Abşeron, autour de la large courbe de la baie de Bakou. La baie, abritée par les îles de l'archipel de Bakou, offre le meilleur port de la Caspienne, tandis que la péninsule d'Abşeron protège des vents violents du nord. Le nom Bakou est peut-être une contraction du persan mauvais kube (« emporté par les vents de la montagne »). Bakou tire son importance de son industrie pétrolière et de ses fonctions administratives.

La première référence historique à Bakou date de 885 de notre ère, bien que des preuves archéologiques indiquent un établissement là-bas plusieurs siècles avant Jésus-Christ. Au XIe siècle de notre ère, Bakou appartenait aux Shīrvān-Shāhs, qui en firent leur capitale au XIIe siècle, bien que pendant une période aux XIIIe et XIVe siècles, elle fut sous l'emprise des Mongols. En 1723, Pierre Ier (le Grand) s'empara de Bakou, mais elle fut restituée à la Perse en 1735, la Russie la captura finalement en 1806. En 1920, Bakou devint la capitale de la république d'Azerbaïdjan.

Le cœur de l'actuelle Bakou est la vieille ville, ou forteresse, d'Icheri-Shekher. La plupart des murs, renforcés après la conquête russe en 1806, subsistent, tout comme la tour de 90 pieds (27 mètres) de Kyz-Kalasy (Maiden's Tower, XIIe siècle). La vieille ville est très pittoresque, avec son dédale de ruelles étroites et de bâtiments anciens. Il s'agit notamment du Palais des Shīrvān-Shāhs (aujourd'hui un musée), dont la partie la plus ancienne date du XIe siècle. Le minaret et la mosquée Synyk-Kala (1078-1079) datent également du XIe siècle. D'autres bâtiments historiques remarquables sont le palais de justice (Divan-Khan), le minaret Dzhuma-Mechet et le mausolée de l'astronome Seida Bakuvi. La ville fortifiée, ainsi que le palais des Shīrvān-Shāhs et la tour de la jeune fille, ont été collectivement désignés site du patrimoine mondial de l'UNESCO en 2000.

Autour des murs de la forteresse, les rues régulières et les bâtiments imposants de Bakou moderne s'élèvent sur les pentes de l'amphithéâtre de collines entourant la baie. Le long du front de mer, un joli parc a été aménagé. La plupart des usines industrielles sont situées aux extrémités est et sud-ouest de la ville. Le Grand Bakou, divisé en 11 districts, englobe presque toute la péninsule d'Abşeron ainsi que des îles au large de la pointe de la péninsule et une autre construite sur pilotis dans la mer Caspienne, à 100 km de Bakou.

La base de l'économie de Bakou est le pétrole. La présence d'huile est connue depuis l'Antiquité et, au XVe siècle, l'huile pour lampes était obtenue à partir de puits de surface. L'exploitation commerciale moderne a commencé en 1872. Au début du XXe siècle, le gisement de pétrole de Bakou était le plus grand du monde et il est resté le plus grand gisement de ce qui était alors l'Union soviétique jusqu'aux années 40. À la fin du 20e siècle, une grande partie des réserves facilement extractibles avaient été épuisées, le forage a ensuite été étendu loin sous terre et vers l'extérieur à travers la péninsule d'Abşeron et dans les fonds marins. Après l'indépendance de l'Azerbaïdjan, des sociétés étrangères se sont engagées à explorer d'autres sites potentiellement lucratifs et à les développer, et de nouvelles raffineries ont été créées. De nombreux derricks se dressent dans le golfe face à la ville. La plupart des cantons subordonnés sont des centres de forage, reliés par un réseau de pipelines aux raffineries et usines de traitement locales. De Bakou, le pétrole est acheminé par canalisation à Batoumi sur la mer Noire ou envoyé par pétrolier à travers la Caspienne et remontant la Volga. Outre le traitement du pétrole, Bakou est un grand centre de production d'équipements pour l'industrie pétrolière. La métallurgie, la construction et la réparation navales, la fabrication de machines électriques, la production de produits chimiques et de matériaux de construction et la transformation des aliments contribuent également à l'économie locale.

Bakou est également un centre culturel et éducatif majeur. C'est le site de l'Université d'État de Bakou (fondée en 1919), de l'Université Khazar (1991) et de l'Université technique d'Azerbaïdjan (1950). Il existe également plusieurs autres établissements d'enseignement supérieur, dont un spécialisé dans l'industrie pétrolière. L'Académie des sciences d'Azerbaïdjan comprend de nombreux établissements de recherche scientifique. Les musées comprennent le State Art Museum (fondé en 1924) ainsi que des collections consacrées à l'éducation, à l'histoire et à la littérature. Il y a aussi un certain nombre de théâtres. Un aéroport international est situé au sud-est de la ville. Les Azerbaïdjanais sont le groupe ethnique dominant, mais il y a aussi un grand nombre de Russes. Bakou est la ville natale de Lev Davidovich Landau, lauréat du prix Nobel de physique en 1962. Pop. (2015 est.) 1 229 100.


Une histoire de la tour de la jeune fille en 60 secondes

Lorsque la nuit arrive à Istanbul, la tour de la jeune fille est illuminée d'une lueur dorée qui se reflète sur la surface du célèbre détroit du Bosphore. L'un des plus beaux monuments d'Istanbul, l'histoire de la tour remonte à la période byzantine médiévale et est également sujette à des légendes qui expliquent son emplacement isolé sur une petite île sur l'eau.

Également connue sous le nom de tour de Léandre, en raison de son association avec la légende de Héros et Léandre, la tour de la jeune fille d'Istanbul se trouve sur un petit îlot au large de la côte du quartier sküdar d'Istanbul. On pense que la structure historique a été construite vers 1110 lorsque l'empereur byzantin Alexis Comnène a construit une tour en bois à côté d'un mur de pierre protecteur. Lorsque les Ottomans ont repris Constantinople en 1453, la tour était occupée par une garnison byzantine avant que les Turcs ottomans ne l'utilisent comme tour de guet sous le règne de Mehmed le Conquérant. La tour de la jeune fille est également associée à la légende d'un empereur à qui un oracle a dit que sa fille bien-aimée mourrait d'une morsure de serpent à son dix-huitième anniversaire. L'empereur envoya donc sa fille à la tour pour la protéger de la prophétie, cependant, le jour de son dix-huitième anniversaire, un panier composé de fruits succulents que son père lui offrit en cadeau contenait un aspic venimeux et la princesse mourut, comme prévu. par l'oracle.

La tour a été gravement endommagée lors du tremblement de terre de 1509 et d'un incendie en 1721, date à laquelle elle a été utilisée comme phare et a donc été restaurée grâce à l'utilisation de pierre afin d'augmenter sa robustesse. À partir de 1829, la tour a servi de station de quarantaine avant d'être restaurée par le sultan Mahmud II et plus tard par l'autorité portuaire en 1945. En 1998, la tour a subi une autre restauration nécessaire car le film de James Bond, Le monde n'est pas suffisant, était en ville. Après le tremblement de terre dévastateur de 1999, des supports en acier ont également été ajoutés à la tour afin de la protéger contre d'autres catastrophes naturelles. De nos jours, la tour abrite un café et un restaurant, qui offrent tous deux une vue imprenable sur la ville et ses deux côtés. Vous pourrez prendre des bateaux privés jusqu'à l'îlot et profiter d'une journée sur le Bosphore.


Tour Maiden - Histoire

La tour de la jeune fille (turc : Kız Kulesi) est l'un des points essentiels de la ligne d'horizon du Bosphore.

12:00 – 19:00
Mardi – Dimanche

La tour de la jeune fille (Kız Kulesi) est une caractéristique distinctive de la ligne d'horizon du Bosphore. Construite sur une petite île située à environ 200 m du rivage d'Üsküdar, la tour est le principal sujet de nombreuses légendes.

Parmi celles-ci se trouve la légende de Léandre dont la tour tire l'un de ses noms (Tour de Léandre). L'histoire de Léandre et Hero Hero était une prêtresse qui vivait au bord des Dardanelles. Leander, un jeune homme vivait de l'autre côté du détroit et est tombé amoureux de Hero. Chaque nuit, il traversait la mer à la nage pour être avec elle. Hero de son côté fermait une lampe pour guider son chemin. Une nuit d'orage, Léandre a vu une lumière qu'il pensait être la lampe de Hero et a nagé dans la ligne droite. Cependant ce n'était pas Hero mais son père, qui découvrit leur relation, et dans sa jalousie il éteignit la lumière. Léandre s'est égaré et s'est noyé dans les vagues. Lorsque Hero a découvert sa mort, elle s'est jetée à sa propre mort du haut de la tour. Finalement, la tour a été transformée en phare en l'honneur de leur amour.

La légende la plus populaire concerne un sultan et sa fille. Un oracle a prophétisé que la fille du sultan serait tuée par une morsure de serpent le jour de son 18e anniversaire. Le sultan décida de la protéger de ce malheur et fit construire la tour au milieu du Bosphore, où elle fut mise à vivre sa vie dans le secret et la protection.

Enfin, le jour de son 18e anniversaire, le sultan lui a apporté une corbeille de fruits en cadeau d'anniversaire, ignorant le serpent caché à l'intérieur. En atteignant le panier, la princesse fut mordue par le serpent et mourut dans les bras de son père comme prévu par l'oracle. En référence à cette légende, la tour tire son nom : la tour de la jeune fille.


L'histoire du véritable amour : la tour de la jeune fille

Les Tour de la jeune fille, qui garde l'histoire du véritable amour est le monument le plus grand et le plus curieux de Bakou. Il est situé dans la partie historique de la ville - le centre-ville. Les Tour de la jeune fille, un symbole lumineux de l'architecture azerbaïdjanaise, est l'attraction principale de la capitale. Ce monument représente un siècle entier et attire l'attention des touristes du monde entier.

Un peu de légende

Un mystérieux Tour de la jeune fille regorge de légendes intéressantes. La plupart d'entre eux sont liés au sens du mot "Maid". Cependant, la plus belle et la plus populaire des légendes dit : "Le shah est tombé amoureux de sa fille et a décidé de l'épouser.. Horrifiée par le mariage à venir avec son père, et voulant l'en dissuader, la fille lui a demandé de construire une tour puis de l'épouser. Quand il fut prêt, la jeune fille escalada la tour et s'en précipita dans la mer.

Tour de la jeune fille à Bakou

A propos de la tour

La construction du La tour, d'en haut, ressemble à la forme de Buta, qui, depuis l'Antiquité, était un symbole universel du feu, de la lumière et du soleil. De plus, quatre des huit fenêtres de la tour sont situées de telle sorte que le 22 décembre, jour du solstice d'hiver, les rayons du soleil qui les traversent illuminent la tour de l'intérieur.

La hauteur de la Tour de la jeune fille dans la partie nord atteint 28 m et dans la partie sud - 31 m, tandis que l'épaisseur des murs est de 5 m à la base et de 4 m au sommet. Les huit étages de la tour sont séparés les uns des autres par le platelage en pierre et sont reliés par des escaliers.

Une numérologie fascinante

Comme nous l'avons déjà noté, la hauteur du Tour de la jeune fille du côté sud est de 28 mètres. Curieusement, il existe de nombreuses "coïncidences" dans Icheri Sheher avec le nombre "28". Le fait que la mer Caspienne se trouve à 28 mètres sous le niveau de l'océan mondial, il y a 28 quartiers sur le territoire d'Icheri Sheher, donne une signification symbolique à ce nombre. Vue à vol d'oiseau, la tour de la jeune fille ressemble à la forme des nombres "9" ou "6". Ensemble, ils forment un concept si bien connu de "Yin-Yang".

Icherisheher (vieille ville), Bakou

Une visite virtuelle de la tour

Au premier étage du Tour de la jeune fille, derrière la vitre, on peut voir d'anciennes assiettes et cuillères, ainsi que des cruches et autres ustensiles découverts lors des fouilles archéologiques, qui, bien sûr, ont perdu leur aspect d'origine.

Le deuxième étage nous renseigne sur les prétendus buts de la construction du Tour de la jeune fille. Il y en a trois - défensif, religieux et scientifique. Au troisième étage, il y a une maquette du Tour de la jeune fille, au milieu d'un hall et d'un puits. Les chercheurs ont trouvé un objet en argile au fond, preuve que le puits était utilisé pour l'eau potable. Le quatrième étage impressionne par ses équipements modernes comme une grande carte électronique du Vieille ville avec des maquettes imposantes de vues.

Les principales expositions du cinquième étage sont des livres électroniques. Ils ressemblent beaucoup à de vrais, mais les pages se retournent automatiquement lorsque vous les touchez. Le sixième étage nous montre toutes sortes d'armes, de copies et de poignards. Au milieu du septième étage, vous pouvez voir l'appareil qui génère une fumée, sur lequel l'image du feu est projetée.

Au sommet de la Tour de la jeune fille, cette histoire d'amour vrai arrive a sa fin. J'espère que vous apprécierez la vraie visite de cet endroit incroyable.

L'auteur

Aydan Isayeva

Bonjour. Je m'appelle Aydan, d'Azerbaïdjan. J'aime les livres, le sport, la musique, l'art et les voyages. Vous ne tomberez amoureux de mon pays qu'en lisant mes histoires !


Le mystère de la tour de la jeune fille

La tour de la jeune fille est un monument de Bakou, un symbole très apprécié de la ville et de l'Azerbaïdjan. Il semble sombre et énigmatique, donnant sur la mer depuis la limite sud de la vieille ville fortifiée de Bakou, l'Icheri Sheher. Les origines de la tour sont entourées de mystère - personne ne sait avec certitude quand elle a été construite ni pour quoi elle a été construite ni même comment elle a acquis son nom de tour de jeune fille (Qiz qalasi). Aucune source écrite ne survit qui enregistre sa construction ou sa fonction d'origine.

L'historienne de Bakou Sara Ashurbayli a calculé que la tour devait avoir été construite entre le IVe et le VIe siècle après JC. Cela était dû à la construction inhabituelle de la tour, à la différence entre la pierre utilisée dans la tour et la pierre de la ville médiévale qui l'entoure et aux diverses légendes sur la tour de la jeune fille.

Un autre groupe de chercheurs pense que la tour a été construite au 11ème siècle. La raison en est l'inscription de 14 mètres de haut sur le mur sud de la tour qui lit Qubbeye Masud ibn Davud en ancienne écriture arabe. L'épigraphiste Mashadikhanim Nemat a étudié l'inscription et a expliqué le mot qübbə comme qüllə ou tour, donc Masud ibn Davud aurait été l'architecte de la tour. L'architecte de la tour Mardakan du XIVe siècle, Abdulmajid ibn Masud, serait son descendant.

Cependant, contrairement à l'inscription de la tour Mardakan et à une autre inscription sur la tour Sabayil dans la baie de Bakou, la tablette de la tour de la jeune fille ne comprend pas les mots Amale ustad ou Amale memar (constructeur ou architecte), avant Qubbeye Masud ibn Davud. Par conséquent, l'inscription ne fait pas nécessairement référence à l'architecte de la tour. L'emplacement de la pierre d'inscription, en haut de la tour, implique qu'elle y a été placée accidentellement ou du moins pas par la conception de l'architecte. Les inscriptions sont généralement positionnées de manière à pouvoir être lues par les passants, mais l'inscription de la Tour Maiden est trop haute pour être vue facilement.

L'historien Bretanitskiy fusionne les deux points de vue et dit que la tour a été construite en deux étapes : du Ve au VIe siècle et au XIIe siècle. Veliyev relie l'histoire de la tour au zoroastrisme et au culte du feu, tandis que le poète azerbaïdjanais Samad Vurgun a écrit dans son Epos of Bakou des années 1960 que la tour a été construite il y a 800 ans.

Temple, observatoire, tour de guet ?

La structure de la tour amène certains érudits à la dater à des temps plus anciens. Ils relient la tour de la jeune fille au zoroastrisme et aux déesses Mitra et Anahita. La tour peut avoir été un temple zoroastrien, construit sous l'influence des tours des temples Caspiana et Midiya, faisant partie de l'ancienne ville du feu Ateshi Baquan qui se tenait au milieu des incendies naturels sur la côte caspienne.
L'architecte N. Rzayev écrit que les tribus Bakan ou Bakhan vivaient près de Bakou dans les temps anciens. Bak ou bakh signifie regarder ou observer. Rzayev affirme que Bakou est le nom donné par la population locale à une tour en forme de colline, Bak-i, la Maiden Tower, qui servait de tour de guet. Certains chercheurs pensent que des tours de guet ont été construites en Azerbaïdjan, similaires à celles d'Europe, et que la tour Bak-i était l'une de ces tours de guet défensives.

D'autres érudits pensent que la tour a été construite avec les murs de la forteresse de Bakou au Moyen Âge et fait partie des fortifications défensives de la ville.

Plus récemment, les caractéristiques inhabituelles de la tour ont conduit les archéologues à conclure qu'elle servait d'observatoire au XIIe siècle. Le professeur Ahmadov pense que les 30 protubérances en pierre taillée sur la partie inférieure de la tour et les 31 protubérances sur la partie supérieure, reliées par une ceinture de pierre, peuvent être liées aux jours du mois. Il dit qu'il est possible d'observer le ciel, les étoiles et les constellations.

Casse-tête de construction

La tour de la jeune fille est construite en forme de cylindre près du rivage de la mer Caspienne. Une construction, un peu comme un contrefort, dépasse de la tour cylindrique côté mer. La tour s'élève à une hauteur de 29,5 mètres et a un diamètre de 16,5 mètres. Les murs du rez-de-chaussée ont une épaisseur de cinq mètres. L'intérieur a été divisé en huit étages et chaque étage a un plafond en coupole construit en pierres de taille, avec un trou rond au milieu du plafond. Les trous sont alignés, donc si vous vous tenez au huitième étage, vous pouvez regarder à travers tous les trous du plafond (ou le pourriez s'ils n'avaient pas été remplis). Il y a des fentes dans la partie sud et sud-est du mur qui permettent l'observation de la mer et ventilent également la tour. La seule entrée de la tour se trouve du côté ouest et se trouve à deux mètres au-dessus du niveau du sol et à 1,1 mètre de large. La hauteur du rez-de-chaussée est de trois mètres et la hauteur moyenne des autres étages est de 2,5 mètres. A l'exception du rez-de-chaussée, les étages sont reliés par un escalier en pierre dans le mur sud-est. La seule façon d'atteindre le premier étage depuis le rez-de-chaussée est via une échelle ou une corde à travers le trou central du plafond. Il y avait des puits juste devant la porte, mais maintenant ils ont été comblés et asphaltés pour faciliter l'accès à la tour. Lorsque la tour a été construite pour la première fois, les gens devaient négocier leur chemin autour des puits, monter jusqu'à la porte via une échelle ou une corde, passer par la porte jusqu'au rez-de-chaussée, puis monter une échelle ou une corde pour accéder aux autres étages.

Des fouilles archéologiques ont été faites à partir du rez-de-chaussée de la tour en 1962-63. Les fouilles ont révélé que la tour était construite sur un énorme rocher, en pente vers la mer. Ils ont montré que la construction attenante en forme de contrefort côté mer servait à soutenir la tour sur la pente. Des fouilles plus récentes ont révélé de grandes poutres en bois, hautes de 14 mètres, dans les fondations de la tour. Il peut y avoir un bâtiment secret dans la construction adjacente qui a servi d'amortisseur pour éviter les dommages causés par le tremblement de terre.

Les murs de la tour ont cinq mètres d'épaisseur à sa fondation, mais étroits à environ 4,5 mètres au sommet. Cela indique que les parties inférieure et supérieure de la tour ont été construites en même temps, et non à des moments différents comme l'affirment certains érudits. Le secret de la survie de la Maiden Tower réside dans cette base solide.

Les murs sont à leur plus large à une profondeur de 12 mètres. Un passage souterrain secret aurait couru de la tour au palais de Shirvanshahs&rsquo. Un passage souterrain a été découvert dans la ville fortifiée lors de fouilles archéologiques en 1982. Il s'étendait du nord au sud de la porte Shemakhi dans la ville médiévale jusqu'à la porte Salyan. Le passage passe sous le Multan Karvansaray du 14ème siècle, non loin de la Tour Maiden.

Des documents et des fouilles montrent que la tour de la jeune fille était liée aux murs de la ville de Bakou au sud et au nord-est. Les vestiges de bâtiments au sud et à l'ouest de la tour en sont la preuve. Ce mur a peut-être été lié à la tour Sabayil, dont les ruines se trouvent maintenant dans la mer Caspienne. Des recherches ont montré que la tour Sabayil remonte aux XIIIe et XIVe siècles. Abdurrashid Bakuvi, qui a vécu à la fin du XIVe-début du XVe siècle, a écrit : « Il y a deux puissantes tours construites en pierre à Bakou. L'une d'elles est sur la côte de la mer et l'autre sur un point élevé. Le sommet de la tour sur un point élevé a été détruite lors des attaques mongoles." La tour détruite dont Bakuvi se souvient est considérée comme la tour de la jeune fille, tandis que l'autre est les murs de la forteresse de Bakou.

Système d'eau et d'égouts dans la tour

La Tour Maiden possède un puits de 0,7 mètre de diamètre dissimulé dans la partie sud-est de la muraille. L'embouchure du puits se trouve au 3e étage et descend de 13 mètres jusqu'au fond à travers le mur. Les fouilles du puits ont trouvé des ustensiles qui indiquent qu'il a été utilisé dès le XIIe siècle. Les calculs montrent que l'eau dans le puits n'a aucun rapport avec le niveau de la mer. L'eau a été analysée chimiquement et jugée propre à la consommation.

Un sillon de pierre court du 2ème étage au 7ème étage. Une niche semi-circulaire s'ouvre dans le sillon à chaque étage. Des tuyaux en céramique, de 40 à 45 cm de haut, d'un diamètre de 25 à 30 cm et de parois de 2,2 cm d'épaisseur, ont été placés les uns sur les autres dans le sillon. L'endroit où un tuyau rejoint un autre est lié à l'eau de chaux. Entre le rez-de-chaussée et les fondations, les tuyaux sont remplacés par des gouttières en céramique à quatre coins, 22 cm x 18 cm. Ces gouttières passent à l'extérieur à travers le mur. Les tuyaux et gouttières semblent avoir été fabriqués sur un tour de potier. Le tour de potier prend de l'importance au Moyen Âge et les pipes en céramique sont probablement produites à cette époque. Les conduites d'eau découvertes lors des fouilles ressemblent aux conduites dans les murs de la tour, ne différant que par leur taille et leur utilisation. Ils ont été produits de la même manière et ont la même couleur.

Les points de vue diffèrent quant à la fonction des tuyaux et des gouttières. Le prolongement du canal et des canalisations jusqu'au 7e étage implique qu'ils servaient à l'évacuation des eaux usées.

Y avait-il une jeune fille dans la tour ?

Il existe différentes interprétations du terme « jeune fille » dans le nom de la tour. Certains érudits relient ce mot à des légendes qui n'ont aucune base historique connue (voir l'encadré). D'autres tentent de dater la tour à l'époque de l'empire perse sassanide (224-636 après JC) ou même plus en arrière et utilisent le nom comme argument. Les tours vierges existent non seulement à Bakou et en Azerbaïdjan, mais aussi dans d'autres pays orientaux. Les fouilles ont montré que la plupart d'entre eux remontent à l'époque médiévale. On pense qu'ils portent le nom de Maiden Tower pour symboliser leur inexpugnabilité par l'ennemi lors d'une attaque. Les tours étaient pour les princes et leurs familles. La Maiden Tower à Bakou et les autres en Azerbaïdjan (à Shemakhi et Ismailly) sont en effet bien construites et imprenables. Cette vue est l'explication la plus probable du nom de Maiden Tower.

Certains érudits pensent que ce nom ne signifie pas seulement inexpugnabilité, mais est lié aux croyances religieuses des anciennes tribus. Le terme jeune fille (qiz) est un signe de la déesse de l'eau Anahita, nommée dans les écritures zoroastriennes l'Avesta. À l'époque islamique, ces temples ont perdu leur signification religieuse et sont devenus de simples fortifications défensives.

Quatre théories

Des preuves peuvent être trouvées pour soutenir les théories suivantes :

1. La tour de la jeune fille a probablement été construite en même temps que les murs de la vieille ville de Bakou et partageait leur objectif de défendre la ville. La structure de la tour semblerait également le confirmer. La tour a été construite pour que les monarques et leur suite puissent verrouiller les portes de la tour et la défendre pendant longtemps. Le passage souterrain secret de la tour de la jeune fille au palais de Shirvanshahs&rsquo donne encore plus de poids à la théorie défensive. La tour présente des caractéristiques communes aux tours défensives de la péninsule d'Absheron - à Mardakan, Ramana, Shuvalan et Nardaran. Il n'a pas vraiment les caractéristiques des temples, des observatoires ou des tours de guet. Comme il n'y a aucune trace de la Tour Maiden avant le 12ème siècle, il est logique de supposer qu'elle a été construite en même temps que les murs de la ville.

2. La date de construction ne peut pas être déterminée tant que l'objectif de la tour n'a pas été déterminé. Bien qu'il n'y ait pas d'arguments fondamentaux en faveur, la structure de construction et la situation de la tour face à un complexe religieux pourraient signifier que la partie inférieure de la tour a été construite aux VIe-VIIe siècles et la partie supérieure des XIe à XIIe siècles. Les fouilles ont révélé une mosquée du IXe siècle près de la tour de la jeune fille avec les vestiges d'un temple zoroastrien en son centre voûté. La construction zoroastrienne voûtée fait écho à la tour de la jeune fille. Cela implique que la tour était un temple zoroastrien et qu'elle servait également de tour défensive et de guet à l'époque sassanide. Il aurait fallu un État économiquement puissant comme les Sassanides pour construire la tour. Si la tour de la jeune fille était un monument islamique, elle aurait eu une bande portant une inscription arabe à l'intérieur ou à l'extérieur, tout comme la tour Sabayil.

3. La tour de la jeune fille pourrait faire partie du système de défense de Gilgilchay, construit pour protéger la province du nord des Sassanides, en Albanie. La tour de la jeune fille présente des similitudes avec le château de Chiraqqala, au nord de Bakou, et avec d'autres éléments des tours de défense albanaises orientales construites entre le Ve et le VIe siècle. Les murs de la forteresse de Bakou ont été construits plus tard vers 1138-39 par Shirvanshah Manuchohr III, puis reliés à la tour de la jeune fille.

4. La croyance religieuse peut encore expliquer l'énigme de la Tour Maiden. Le soleil et la lumière sont des symboles importants dans chaque philosophie religieuse, mais sont particulièrement importants dans le zoroastrisme, la religion des classes dirigeantes de l'empire sassanide. L'un des symboles de feu et de lumière est le buta, qui porte la forme d'une larme ou le nombre neuf (commun en Grande-Bretagne dans les estampes Paisley). Buta vient du mot sanskrit Bouddha qui signifie lumière. La forme buta a été largement utilisée dans les arts décoratifs et appliqués, et se retrouve dans de nombreux objets découverts dans le vieux Bakou. Le buta a la forme des nombres six et neuf, et la sagesse de ces nombres appartient à Dieu. Si la tour de la jeune fille est vue du ciel, elle a la forme d'un buta ou d'un nombre six ou neuf.

Vu du ciel également, si la ville fortifiée est une porte, la Tour Maiden est son trou de serrure. J'aimerais penser que la Tour Maiden est la clé du mystère du nom de Bakou.

Les fouilles archéologiques se poursuivent et produiront probablement de nouvelles théories pour percer l'énigme de la Tour Maiden.

Une légende de la Tour Maiden

Un roi tomba amoureux de sa belle fille et souhaita l'épouser. Horrifiée, la princesse tenta de retarder les noces en demandant à son père de construire la plus grande tour qu'elle ait jamais vue. Lorsque la tour fut achevée, la princesse monta pour admirer la vue et se jeta dans les vagues de la Caspienne, léchant contre les murs de la tour en contrebas.

Ce conte est le sujet de nombreux poèmes et pièces de théâtre azerbaïdjanais. Le ballet Maiden Tower, toujours joué au Bakou´s Opera and Ballet Theatre, raconte une version légèrement différente de l'histoire. Le roi rentra d'une guerre et découvrit que sa femme lui avait donné une fille et non un fils. Il a ordonné que sa fille soit tuée mais sa nounou a réussi à s'échapper avec elle. Dix-sept ans plus tard, elle était une belle jeune fille, déjà fiancée, lorsqu'elle attira l'attention du roi. Il a voulu l'épouser et l'a emmenée à la Tour. Son fiancé enragé a tué le roi et a couru vers la Tour pour sauver sa bien-aimée. Mais en entendant des pas dans l'escalier, elle crut que le roi arrivait et, effrayée, se jeta du haut de la Tour.

A propos de l'auteur: Le Dr Kamil Ibrahimov est chercheur principal à l'Académie nationale d'Azerbaïdjan et à l'Institut d'archéologie et d'ethnographie. Il est à la tête de l'expédition archéologique de Bakou.


Après la conquête d'Istanbul, le sultan Mehmet le Conquérant a détruit le bâtiment et construit un petit château avec des canons. Pendant la période ottomane, il a été utilisé comme plate-forme de démonstration plutôt que comme point de défense. L'artillerie a été tirée pour le Mehter, et l'harmonica a été joué. Lorsque nous regardons la tour actuelle de la jeune fille, il est allégué que la forme actuelle de la tour appartient à cette période. La tour de la jeune fille a été fréquemment restaurée pendant la période ottomane. La tour a été gravement endommagée lors du grand tremblement de terre de 1510 appelé ” Küçük Doomsday ” et a été réparée sous le règne de Yavuz Sultan Selim. Au 17ème siècle, un phare a été placé sur la tour et utilisé comme phare. Cependant, les canons de la tour ont continué à être utilisés. Les sultans ont été accueillis par des tirs d'artillerie de la tour. En 1719, la tour a été incendiée à cause d'une bougie à l'huile, et en 1725, elle a été réparée par l'architecte en chef Nevşehirli Damat Ibrahim Pacha. Dans cette réparation, la section de la lanterne est en verre et en pierre, et le dôme est en plomb. En 1731, la lanterne et les canons sont également réparés. Lorsque les Ottomans sont entrés dans la période d'effondrement, la tour a été mise de côté à des fins de divertissement et a continué à être utilisée à des fins défensives. Il a servi d'hôpital de quarantaine en 1830-1831 pour l'épidémie de choléra. La tour a pris sa forme actuelle en 1832-1833 avec la réparation pendant la période II Mahmud.


Mythe et histoire de la tour de la jeune fille

La tour de la jeune fille a été construite sur un endroit près de la rive du Bosphore à Üsküdar Salacak au 5ème siècle avant JC par les Grecs. Üsküdar, datant de l'Empire romain est la seule œuvre architecturale. utilisé à des fins différentes à travers l'histoire et les traditions sont produites à peu près beaucoup. Maintenant, regardez une légende après la date avant de laisser …

Bien que Hürel, sur la base de ses recherches “sala” se réfère à celui utilisé dans le sens du mot village. pour libérer le petit village – dans le sens du village pittoresque “salacık” tan dérivé. C'était probablement un petit village ici dans le passé. Maiden Tower a également été atteint ce village plutôt que, comme à l'heure actuelle.

Les roches dans l'antiquité
zones de base des historiens Les sources officielles indiquent que la tour de la jeune fille a été mentionnée pour la première fois en 400 av. Pour autant que l'on sache, il a été établi comme un point de douane pour le commerce maritime. Le Coran est un commandant des Athéniens. Athènes, c'était une période dominée par d'importantes cités-états et régions grecques. Depuis des siècles, ce petit rocher lui sait remplir les devoirs imposés est un fait. Il y a aussi une légende qui lui est associée, je vais vous le dire ci-dessous.

Seul mérite d'être noté, la tour de la jeune fille, à propos de laquelle beaucoup de spéculations et de rumeurs, mais des informations précises sont la moindre trace d'Istanbul. Je mentionne cela car il y a des historiens qui prétendent que l'endroit a été construit comme une vague déferlante. Bien sûr, la connaissance la plus largement acceptée est le premier récit que j'ai écrit ci-dessus.

Maiden’s Tower in the Roman era
Centuries later, ie Byzantium, Constantinople after being here the first tower is erected. people who built this first tower according to the Roman historian, one of the most important dynasties of the Komnenos dynasty in the history of Rome, the Emperor Manuel Comnenus (1143-1180). Some sources date the construction of the tower in 1110 but called it Alexios Komnenos period corresponds to the period that historians describe him, no mention of the Maiden Tower.

Emperor Manuel had 2 reasons make this tower: Istanbul Strait to get under control and collection of taxes from commercial ships. This support also was taken to a thick chain between the European coast of the tower, which used to be written dozens of structural failure of the chain. In an account of the first tower it is said to remove the weight of the chain can not be demolished and despite all efforts.

Maiden’s Tower – Night
said the purpose of controlling the throat, but I remind you that Maiden’s Tower, Istanbul has to assume an important role during the conquest. It was under the command of a Venetian fortress only a small force commander. Because the Roman finances deteriorated in the last few centuries has led to the loss of importance of the tower. For this reason it’s famous chain, was taken to the Golden Horn in 1453.

tower in Roman times, at times as much as in Ottoman be used as a place of exile and isolation. the Romans living in the city have told many stories about the tower and they derive legends. Even the term period tower gave names according to the story. I will mention below.

Maiden’s Tower in the Ottoman Empire
Ottomans Maiden Tower “empire” in his capacity as they have together. That is the power of approaching the climax! Therefore, what the city was conquered by Fatih Sultan Mehmet Han nor use other sultans here for defensive purposes. Already Rumeli and Anatolian Fortresses when there was no need.

Fatih era historians, the authors performed a new tower here by order of the sultan. I did not know exactly what purpose it is used. Probably still he must have done duty as a customs tower. This tower, from time to time and I remembered my other writings of Istanbul “Little Apocalypse” was damaged in the 1509 earthquake they said. Still a lot of work was restored by the famous architect Hayrettin repair period. It is about 200 years later, began to be used as a flashlight. It caught fire because of lamp oil used in this campaign, and burned. The new tower was built in masonry made instead.

Maiden’s Tower, was used to throw the ball in a variety of religious and diplomatic ceremonies. Some have used the Sultan course it’s a space or a relaxation area. According to a story 1.Abdülhamit Sultan, here was almost morning with the sound of wind and waves. The 1.Mahmut the Maiden Tower, who allegedly bribed a Darüssa has executed the network.

According to me the most interesting tasks of the Maiden Tower, in Istanbul in the 19th century during a plague epidemic spread has been used for the isolation of patients.

Republic and Maiden Tower
tower just before the establishment of the Republic of Turkey began to be used again as a lighthouse. In the 1940s the floor was reinforced. He served as military radar station in the early 1980s. Currently the course is operated by a private company outlets and restaurants. going to the tower where the candidates are subject to a surcharge: Fully 20 per student is $ 10. The visiting hours are from 9 in the morning every day from coast to Tue 18:45 in the evening.

Maiden’s Tower Legends
Kuz Tower As I stated above, is perhaps one of the many legends about Istanbul derived works. Greeks, Romans and Ottomans have separately told legends, they gave names to the tower, according to this story.

For example, the Greeks called it here Damalis Tower. The reason is that these places as I wrote in the first period lArInmIş Athenians. Athens King Hares had a beautiful wife. When the coast is loved very beginning to release bury him here. therefore Damalis coast to coast in Greek, they say the tower Damalis tower. Even if it’s true that there is a statue of Queen Damalis the rocks.

I mention below, he had a love legend of the Maiden Tower was dedicated. I told this story historic Galata District and Galata Tower is in writing.

Legend of Hero and Leander
Hero, in Greek mythology, defined as the goddess of love and beauty Aphrodite is one of the nuns and girls serving in the Tower. Love is forbidden because of the nuns and has no relations with men.

One day passes for a ceremony across from the tower remained for years. There’s encounter with another priest named Leandros, and falls in love with her at first sight. Priests Leandros doors the same feeling. The only way they can see you, the cold and flowing waters of the strait Leandros is exceeding swim at night. While the story of a couple in love in this way, the torch is lit to show the way to a windy night Heron lover ends with extinction. Leandros lost their way in darkness smothers. According to legend, who witnessed with their own eyes to this situation, Sister Hero, lived not endure it and it puts an end to life, leaving the water in the strait itself.

Based on this legend, the Romans here, they called Leandros Tower.

Poisonous Snake Legend of the basket
Another legend of the Maiden Tower, tells baskets with poisonous snakes from the tower. Only this legend and Greek – Roman are both Turkish derivatives. I explain in chronological order.

In ancient times, Roman emperor, said her husband would die by fortune tellers. He puts it in the Maiden Tower to protect the queen. Apart from himself and does not allow anyone to enter the next special servants. Still, it does not pass in front of the fate and kill the queen sent through the food basket of snakes putting him there.

According to this story, one of the Seljuk Sultan, sees that died bitten by a snake in the dream of his beloved daughter. Apprehensions doors, the sultan’s daughter to place the tower. It will not let anyone in or out, including the tower. Even flushed with water and milk, even special pipe joints. Then years later sultana ill. He barely improved by the best doctors known to date young girls. Thereupon many different places from sultana gifts are sent, there is a basket of grapes in between. snakes hidden inside the basket of grapes, it causes death by poisoning the night sultana.

Battal Gazi Legend
Another myth is about the Turkish Maiden Tower Seyyid Battal Gazi. Battal Gazi, Istanbul siege by the army of Islam joined with the period of the Caliph Harun al-Rashid. Who failed siege of the Muslim army retreated Battal Gazi, will remain in Üsküdar. Because the girl is in love with the governor. However Üsküdar governor of imprisoning his daughter in the tower with the permission of the emperor tried to snatch it from Battal. On top of Seyyid Battal, as well as escapes, taking the treasures in the tower of the governor’s daughter and pressing the night Maiden’s Tower. Famous, “the area at Üsküdar passed” the statement also said that based on this legend.


  1. ↑ Valeri Sepp, Tallinn History of an Unusual City , Felistella, Estonia 2013, ISBN 978-9949-9264-8-0 , p. 35
  2. Neitsitorn (Maiden Tower), Museum of www.visitestonia.com
  3. ^ Sophie Dehio, Reval once and now , Verlag von Franz Kluge, Reval 1910, p. 89
  4. ↑ Valeri Sepp, Tallinn History of an Unusual City , Felistella, Estonia 2013, ISBN 978-9949-9264-8-0 , p. 35
  5. ^ Sophie Dehio, Reval once and now , Verlag von Franz Kluge, Reval 1910, p. 89

Gate at Long Toompea (Pika jala väravatorn) | Tower behind the Süstern (Seegitagune torn) | Tower behind the bathing room (Saunatagune torn) | Süstern Gate (Nunnavärav) | Süsternturm (Nunnatorn) | Küsterturm (Kloostrivärav) | Badstubenturm (Saunatorn) | Golden foot (Kuldjala torn) | Tower behind the Süsternkloster (Nunnadetagune torn) | Loewenschede Tower (Loewenschede torn) | Lippe Tower (Lippe torn) | Reeperbahnturm (Köismäe torn) | Plate torn | Epping Tower (Eppingi torn) | Tower behind Grusbeke (Grusbeke-tagune torn) | Rentenscher Turm (Renteni torn) | Tower behind Wulfard (Wulfardi-tagune torn) | Great Beach Gate (Suur Rannavärav) and Big Margaret (Paks Margareeta) | Stolting Tower (Stoltingi torn) | Tower eighth Hattorpe (Hattorpe-tagune torn) | Tower behind the Russian Church | Small beach gate (Väike Rannavärav) | Bremerturm (Bremeni torn) | Tower behind the monastery (Munkadetagune torn) | Hellemann Tower (Hellemani torn) | Clay gate (Viru värav) | Hinkenturm (Hinke torn) | Devil's Tower (Düvelsmoderi torn / Kuradiema torn) | Karripforte (Karjavärav) | Assauwenturm (Assauwe torn) | Blacksmith's Gate (Harju värav) | Zeghen Tower (Kitsetorn) | Kiek in de Kök | Mägdeturm (Neitsitorn / Megede torn) | Marstall Tower (Tallitorn) | Gate on the Kurzen Toomberg (Lühikese jala väravatorn)


Maiden's Tower

Maiden's Tower from Byzantine Times

Mythological Figures of Maiden&rsquos Tower

Explore the Maiden&rsquos Tower Istanbul

Its rich history and legend-like stories attract a lot of visitors to Maiden Tower each year. The most frequently asked question is how to reach Maiden Tower Istanbul. As the only way is to get by sea transport, there are two routes on the Bosphorus. If you take Maiden Tower ferry at Kabatas, it takes 10 minutes to get there. The ferry schedule starts at 10:00 on Saturday and Sundays. There is a ferry every 45 minutes. If you are on the Asian coast, it is better to take a boat at Salacak, which is in Uskudar district. This route takes just 1 minute to reach the spot. The boat ring starts every day at 09:15 and is in every 15 minutes.

Another point considered by visitors is Maiden Tower Istanbul opening hours. The museum lets individual and group visits after 09:00 every day and closes at 19:00. Même si Maiden Tower working hours finish early evening for museum tours, it is possible to enjoy that ambiance until 22.00. While enjoying a 360-degree view of the city, you can taste your delicious meal at Maiden Tower&rsquos Restaurant Istanbul. It serves Turkish breakfast and lunch as well. Of course, the restaurant needs a reservation for their meals.

Tips for Maiden's Tower Visit

In order to arrange Maiden's Tower visit, there are several tips on how to find the most favorable Maiden's Tower tour possibilities. Maiden Tower Istanbul price is relatively cheap, there is a standard ticket for adults and discounted prices for students and elderly people over 60.

For travelers who look for best choices on how to visit Maiden Tower through a time-efficient plan, the best option is to take a Bosphorus Boat Tour with Maiden&rsquos Tower which certainly includes Üsküdar and Maiden Tower in their program with the full guidance in various languages.


Voir la vidéo: Climbing - Rochers de la Vierge - Comblain-La-Tour (Mai 2022).