Nouvelles

Bunce Island et la porte du non-retour

Bunce Island et la porte du non-retour


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

L'une des plus grandes atrocités commises contre l'humanité à travers l'histoire a été la traite des esclaves qui a entraîné l'esclavage de millions d'hommes, de femmes et d'enfants. De nombreux monuments ont été érigés pour marquer cette période sombre et l'un des plus frappants est l'ancien fort des esclaves sur l'île de Bunce en Sierra Leone car il jouait autrefois un rôle majeur dans la traite négrière atlantique.

L'histoire sauvage de l'île de Bunce

L'île de Bunce a été colonisée pour la première fois par des marchands d'esclaves anglais dans les années 1670 qui ont choisi l'île en raison de sa position stratégique. Ils ont construit un petit fort sur l'île pour les protéger de leurs rivaux acharnés, les Portugais.

La Royal African Company contrôlait le fort et achetait des esclaves à des intermédiaires principalement africains. Bien que le règlement initial n'ait pas réussi, c'était un symbole important de la puissance britannique dans cette partie de l'Afrique et a été reconstruit plusieurs fois après les attaques des Français, ainsi que des pirates.

Lorsque les Africains locaux impliqués dans la traite des esclaves ont attaqué l'île dans les années 1740, les Britanniques se sont retirés de l'île de Bunce. Le commerce des esclaves, cependant, était très lucratif et une nouvelle compagnie d'esclaves britannique a pu établir un avant-poste fortifié sur l'île, qui est finalement devenu un fort pour les esclaves. À partir de cette période, des milliers d'esclaves ont été envoyés aux Antilles et dans les colonies américaines où beaucoup ont finalement été vendus en Géorgie et en Caroline du Sud. Dans les années 1790, l'île était l'un des principaux entrepôts d'esclaves sur la côte de l'Afrique de l'Ouest.

Une campagne abolitionniste britannique avait commencé dans les années 1780. Ils ont aidé à établir une colonie d'esclaves affranchis qui deviendrait Freetown, la capitale de la Sierra Leone moderne. Les négriers de l'île de Bunce ont essayé de détruire la colonie naissante mais ont échoué.

  • Des dieux sumériens aux temps modernes : l'histoire de l'esclavage
  • Les origines inconnues des mystérieuses figures de Nomoli
  • Le plus vieux cimetière d'esclaves au monde a peut-être été découvert

Vue de Freetown sur le chemin de l'île de Bunce, Sierra Leone (Joëlle/ CC BY-NC-ND 2.0 )

Lorsque le Parlement britannique a interdit l'esclavage en 1833, l'île a connu un déclin rapide et a été abandonnée une décennie plus tard. Le fort fut oublié pendant plus d'un siècle. L'ancienne station d'esclaves est devenue le premier site patrimonial protégé de la Sierra Leone et le gouvernement américain a aidé à financer sa restauration et sa préservation. La plupart des ruines ont été gravement endommagées par un ouragan dans les années 1970.

Bien que l'île soit maintenant inhabitée, de nombreux Afro-Américains visitent l'île chaque année afin d'en savoir plus sur leurs ancêtres et leur patrimoine.

Les vestiges de l'île de Bunce

L'île se trouve à l'embouchure de la rivière Rokel et n'est pas loin de la ville de Freetown. L'île Bunce est petite, mesurant seulement 1650 par 350 pieds (500 par 100 m) et principalement couverte de végétation. Les vestiges du fort britannique sont situés du côté nord de l'île et surplombent la mer.

L'entrée du fort, qui est toujours debout mais largement envahie par la végétation, est connue localement sous le nom de « porte de non-retour ». Au centre du fort se trouve Bunce Island House, le quartier général des Britanniques et la résidence de l'officier en chef qui supervisait la traite des esclaves dans la région. À l'origine, c'était un bâtiment de deux étages, mais il n'a plus de toit et certaines parties se sont effondrées.

Un canon portant les armoiries de George III (Robertonencini/Adobe Stock)

Près du quartier général se trouve la cour à esclaves en plein air. Les hommes et les femmes ont été séparés jusqu'à ce qu'ils soient chargés sur des navires négriers et emmenés à travers l'océan Atlantique.

Certaines des fortifications de l'ancien fort britannique sont encore visibles comme la poudrière d'origine et le rempart avec huit canons qui portent les armoiries du roi George III. Au sud du fort se trouve un cimetière qui contient de nombreuses pierres tombales appartenant à des marchands d'esclaves.

Visite du château de Bunce, Sierra Leone

L'île ne peut être visitée que dans le cadre d'un groupe de touristes et plusieurs organisent des excursions d'une journée au départ de Freetown et des stations balnéaires voisines. Les bateaux accostent sur l'île et les guides touristiques fournissent des informations sur la sombre histoire de la traite négrière. Les visiteurs passent généralement une heure ou deux ici.

Un musée à Freetown contient de nombreux artefacts remontant au rôle de Bunce Island dans le commerce brutal des êtres humains.


Bunce Island et la porte du non-retour - Histoire

En réponse à COVID-19, et dans l'intérêt de la sécurité, les visites du public au siège des Nations Unies ont été suspendues jusqu'à nouvel ordre. Pendant ce temps, l'Arche du Retour, le Mémorial permanent en l'honneur des victimes de l'esclavage et de la traite transatlantique des esclaves aux Nations Unies, continue de nous rappeler que les séquelles de l'esclavage - y compris le racisme et les inégalités - nous affectent toujours. En ces temps d'isolement physique, le programme des Nations Unies Remember Slavery vous invite à visiter virtuellement l'Arche du Retour.

Le Mémorial permanent a été inauguré le 25 mars 2015, qui marque la Journée internationale du souvenir des victimes de l'esclavage et de la traite transatlantique des esclaves. Le mémorial, situé sur la place des visiteurs des Nations Unies à New York, invitera les gens du monde entier à contempler l'héritage de la traite négrière et à lutter aujourd'hui contre le racisme et les préjugés.

Les visiteurs peuvent traverser l'Arche du Retour pour expérimenter intimement trois éléments principaux. Le premier élément, Reconnaître la tragédie, est une carte en trois dimensions qui représente l'échelle mondiale de la traite triangulaire des esclaves.

Le deuxième élément, Considérez l'héritage, est une figure humaine à grande échelle allongée devant un mur sur lequel sont inscrites des images de l'intérieur d'un navire négrier. Cet élément illustre les conditions extrêmes dans lesquelles des millions d'Africains ont été transportés lors du Passage du Milieu.

Le troisième élément, Lest We Forget, est un bassin réfléchissant triangulaire où les visiteurs peuvent honorer la mémoire des millions d'âmes qui ont été perdues.

En 2007, l'Assemblée générale des Nations Unies a décidé d'établir un mémorial permanent dans l'enceinte des Nations Unies à New York pour honorer les victimes de l'esclavage et de la traite transatlantique des esclaves.

En 2011, en collaboration avec l'UNESCO, le Comité permanent du mémorial a lancé un concours de design. L'arche du retour par l'architecte haïtien-américain Rodney Leon a été choisi parmi 310 candidatures de 83 pays.

Le projet est financé par de généreuses contributions volontaires des États membres, complétées par le financement de fondations et de particuliers.

Énoncé de mission

En quatre siècles, plus de 18 millions de personnes ont été expulsées de force d'Afrique vers les Amériques (y compris les Caraïbes) et l'Europe.

Pour ceux qui ont survécu à l'horrible passage du milieu, des milliers d'entre eux périront plus tard à cause des traitements cruels et inhumains qui leur ont été infligés et des conditions épouvantables dans lesquelles ils devaient vivre dans les plantations.

Le Mémorial permanent servira de rappel de l'héritage de la traite négrière. Il fournira aux générations futures une compréhension de l'histoire et des conséquences de l'esclavage et servira d'outil éducatif pour sensibiliser aux dangers actuels du racisme, des préjugés et des conséquences persistantes qui continuent d'affecter les descendants des victimes aujourd'hui.

Le Mémorial permanent reconnaît l'une des tragédies les plus horribles de l'histoire moderne. C'est un rappel des actions héroïques des esclaves, des abolitionnistes et des héros méconnus qui ont agi face à de graves dangers et à l'adversité.

L'emplacement du Mémorial au Siège des Nations Unies est un symbole significatif de ce que l'organisme mondial représente : la promotion et la préservation de la dignité et de la valeur de tous les êtres humains - des principes qui sont au cœur de sa Charte.

Briefings hebdomadaires

Des briefings hebdomadaires au Mémorial ont lieu tous les mercredis de 10h30 à 11h00 – sauf pendant le débat général annuel de l'Assemblée générale des Nations Unies (mi-septembre à début octobre) et les mois de décembre, janvier et février.

Les séances d'information sont gratuites et aucune réservation préalable n'est nécessaire. Les visites commencent au Mémorial, sur la place des visiteurs des Nations Unies au niveau de la 1re Avenue et de la 46e Rue. Les visiteurs apprennent le Mémorial et l'histoire de la traite transatlantique des esclaves.

Le programme Remember Slavery, qui est géré par la Section de la sensibilisation à l'éducation des Nations Unies, a organisé la première séance d'information le 3 juin 2015.

Des visites de groupe gratuites du mémorial sont disponibles sur demande. Veuillez contacter [email protected] pour plus d'informations et la programmation.

Visite de la délégation officielle du Mémorial de Gorée au Sénégal, 28 juin 2018

Vidéos

Inauguration du Mémorial Permanent "L'Arche du Retour"

25 mars 2015 - Le Mémorial Permanent "L'Arche du Retour" rend hommage aux Victimes de l'esclavage et de la traite transatlantique des esclaves.

Arche du Retour, Inauguration du Mémorial Permanent : Réservez la date

Rodney Leon, architecte et concepteur du Mémorial permanent en l'honneur des victimes de l'esclavage et de la traite transatlantique des esclaves explique sa conception.

Nouvelles et radio

  • 25 mars 2015 : « L'ONU célèbre la Journée du souvenir avec des appels à mettre fin à l'esclavage moderne »
  • 25 mars 2015 : &lsquoUN inaugure un mémorial permanent aux victimes de la traite transatlantique des esclaves&rsquo
  • 25 mars 2015 : &lsquoArchitect partage l'aperçu du mémorial de l'esclavage&rsquo
  • 25 mars 2015 : &lsquoArk of Return : l'ONU érige un mémorial aux victimes de la traite transatlantique des esclaves&rsquo
  • 25 mars 2015 : &lsquoFEATURE : Architect of UN slavery memorial explique &lsquoThe Ark of Return&rsquo
  • 25 mars 2015 : &lsquoMemorial to Victims of Slavery dévoilé à l'ONU&rsquo
  • 24 mars 2015 : « L'ONU dévoilera un mémorial permanent à New York en l'honneur des victimes de la traite transatlantique des esclaves »
  • Mars 2015 : le monument historique &lsquoArk of Return&rsquo sur l'esclavage dévoilé à l'ONU&rsquo
  • 26 sept 2014 : A l'ONU, le mémorial de la traite transatlantique des esclaves enverra un « message puissant » pour les années à venir
  • 26 sept 2014 : Faire avancer le Mémorial permanent en l'honneur des victimes de l'esclavage et de la traite transatlantique des esclaves
  • 24 sept 2013 : L'Arche du Retour
  • 23 sept 2013 : Design gagnant &ldquoThe Ark of Return&rdquo pour le Mémorial permanent en l'honneur des victimes de l'esclavage et de la traite transatlantique des esclaves dévoilé par le Secrétaire général de l'ONU

Conférences de presse

25 mars 2015 : Conférence de presse à l'occasion de l'inauguration du Mémorial permanent en l'honneur des victimes de l'esclavage et de la traite transatlantique des esclaves


Guerre des Pequots

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

Guerre des Pequots, guerre menée en 1636-1637 par le peuple Pequot contre une coalition de colons anglais des colonies de la baie du Massachusetts, du Connecticut et de Saybrook et leurs alliés amérindiens (y compris les Narragansett et Mohegan) qui éliminèrent les Pequot comme obstacle à la colonisation anglaise de sud de la Nouvelle-Angleterre. Ce fut une guerre particulièrement brutale et le premier conflit soutenu entre les Amérindiens et les Européens dans le nord-est de l'Amérique du Nord.

Pour mieux comprendre la guerre des Pequots, il faut considérer les changements économiques, politiques et culturels provoqués par l'arrivée des Hollandais à Long Island et dans la vallée de la rivière Connecticut au début du XVIIe siècle et des commerçants et colons anglais en le début des années 1630. Le monde dans lequel ils sont entrés était dominé par les Pequot, qui avaient subjugué des dizaines d'autres tribus dans toute la région au cours des années 1620 et au début des années 30 dans le but de contrôler le commerce de la fourrure et du wampum de la région. Grâce à l'utilisation de la diplomatie, de la coercition, des mariages mixtes et de la guerre, en 1635, les Pequot avaient exercé leur contrôle économique, politique et militaire sur l'ensemble du Connecticut moderne et l'est de Long Island et, dans le processus, ont établi une confédération de dizaines des tribus de la région.

La lutte pour le contrôle du commerce des fourrures et des wampums dans la vallée de la rivière Connecticut était à l'origine de la guerre des Pequots. Avant l'arrivée des Anglais au début des années 1630, les Hollandais et les Pequot contrôlaient tout le commerce de la région, mais la situation était précaire en raison du ressentiment des tribus amérindiennes inféodées à l'égard de leurs suzerains Pequot. Lorsque les Anglais sont entrés en scène, ces autres tribus ont cherché à s'allier avec eux, modifiant l'équilibre du pouvoir régional et provoquant des conflits alors que la compétition pour le contrôle du commerce s'intensifiait à nouveau. Bien que l'impulsion immédiate de la guerre soit souvent identifiée comme le meurtre de commerçants anglais, ces décès ont été le point culminant d'un conflit de plusieurs décennies entre les peuples indiens qui a été exacerbé par la présence des Hollandais et des Anglais.

Parmi les événements marquants figurait le meurtre d'un commerçant (John Stone) et de son équipage sur la rivière Connecticut par le Pequot au début de 1634. Bien que le Pequot ait fourni plusieurs explications pour la mort de Stone et de son équipage, toutes suggérant que le Pequot considéraient leurs actions comme justifiées - les Anglais estimaient qu'ils ne pouvaient pas se permettre de laisser impunis les décès d'Anglais aux mains d'Amérindiens. Alors que les tensions augmentaient, un autre commerçant, John Oldham, a été retrouvé assassiné sur un navire au large de Block Island (maintenant partie de l'État de Rhode Island) en juillet 1636. À cette époque, les auteurs étaient supposés être des Indiens Manisses. Ces incidents ont déclenché la réponse militaire des Anglais de la baie du Massachusetts qui a déclenché la guerre de Pequot. Fin août, la colonie de la baie du Massachusetts a envoyé une force d'environ 90 soldats sous le commandement du colonel John Endecott à Block Island et au territoire de Pequot dans le sud-est du Connecticut afin d'exiger des représailles pour la mort des commerçants. Après avoir affronté les Manisses et incendié des villages et des champs de maïs, l'expédition a navigué vers le territoire des Pequot, a débarqué le long de la Tamise et, à défaut d'inciter les Pequot au combat, a de nouveau brûlé des villages et des champs de maïs. Cela a stimulé à son tour l'attaque réussie des Pequot et le siège du fort de Saybrook (septembre 1636-avril 1637), l'engagement le plus long de la guerre, au cours duquel les Pequot ont détruit les provisions anglaises, incendié les entrepôts anglais et attaqué tous les colons qui s'étaient éloignés de la forteresse palissade.

La guerre a duré 11 mois et a impliqué des milliers de combattants qui ont livré plusieurs batailles sur une zone couvrant des milliers de kilomètres carrés. Dans les six premiers mois de la guerre, les Pequot, sans armes à feu, remportèrent tous les combats contre les Anglais. Les deux parties ont fait preuve d'un haut degré de sophistication, de planification et d'ingéniosité pour s'adapter aux conditions et aux contre-mesures ennemies. Alors que la guerre des Pequot était la première fois que les Anglais affrontaient des formations de combat, des tactiques et des armes amérindiennes en Nouvelle-Angleterre, les Pequot avaient déjà rencontré des formations et des méthodes de combat européennes au cours d'une brève guerre qu'ils ont menée contre les Hollandais en 1634, en tant que résultat duquel ils avaient ajusté leurs tactiques pour combattre les Anglais. En fait, à la veille de la guerre, les Pequot étaient une force militaire expérimentée très efficace, ayant perfectionné leurs compétences de combat au cours de décennies de guerre contre leurs voisins amérindiens. Bien que les mousquets anglais aient été supérieurs aux arcs Pequot en termes de portée et de pénétration, les Pequot étaient capables d'utiliser le terrain et leur mobilité à un grand avantage et ont utilisé un certain nombre de stratagèmes pour annuler l'avantage anglais dans les armes à feu. En effet, les Anglais ont subi des dizaines de pertes au début de la guerre avant de pouvoir adapter leurs expériences militaires de l'Ancien Monde aux champs de bataille du Nouveau Monde et remporter des engagements décisifs.

Le tournant du conflit est survenu lorsque la colonie du Connecticut a déclaré la guerre aux Pequot le 1er mai 1637, à la suite d'une attaque des Pequots contre la colonie anglaise de Wethersfield, la première fois que des femmes et des enfants ont été tués pendant la guerre. Le capitaine John Mason de Windsor a reçu l'ordre de mener une guerre offensive contre les Pequot en représailles au raid de Wethersfield. Les batailles les plus importantes de la guerre ont ensuite suivi, y compris la campagne de Mistick du 10 au 26 mai 1637 (bataille du fort de Mistick), au cours de laquelle un corps expéditionnaire de 77 soldats du Connecticut et jusqu'à 250 alliés amérindiens ont attaqué et brûlé le village fortifié Pequot à Mistick. Quelque 400 Pequot (dont environ 175 femmes et enfants) ont été tués en moins d'une heure, dont la moitié brûlés vifs. Ceux qui ont tenté de s'échapper de la structure en feu ont été abattus par les Anglais ou par leurs alliés Mohegan et Narragansett, qui ont formé un anneau extérieur secondaire autour de la forteresse et ont tiré sur tout Pequot qui a réussi à s'échapper à travers les lignes anglaises. Les Anglais ont estimé qu'il n'y avait qu'une douzaine de survivants, dont sept ont été faits prisonniers. À la suite du « massacre de Mistick », les Anglais ont mené la soi-disant bataille de la retraite anglaise contre plus de 500 Pequots pendant 10 heures alors qu'ils cherchaient à atteindre la sécurité de leurs navires à au moins 11 km. Les Pequot ont perdu la moitié de leurs combattants dans ces deux batailles, ce qui a conduit directement à la désintégration et à la défaite de la tribu Pequot alors qu'elle fuyait sa patrie après le massacre. Au cours des mois suivants, les Anglais du Connecticut et de la baie du Massachusetts ont poursuivi les communautés Pequot en fuite, exécutant des chefs et des combattants et réduisant en esclavage des femmes et des enfants.

Les batailles du fort de Mistick et le retrait des Anglais ont été des victoires importantes pour les Anglais, et ils ont mené à leur victoire complète sur les Pequot six semaines plus tard lors du Swamp Fight à Fairfield, Connecticut, la dernière bataille de la guerre. Les victoires anglaises ont été remportées par des attaques soigneusement planifiées et exécutées dirigées par des commandants et des officiers qui avaient des décennies d'expérience dans la guerre de Trente Ans et ont finalement pu traduire cette expérience sur les champs de bataille du Nouveau Monde. Il s'agissait d'un noyau d'anciens combattants bien entraînés et expérimentés qui pouvaient effectuer les ajustements tactiques nécessaires sur un terrain inconnu contre un ennemi déterminé et expérimenté.


Plantation de pins marins

Une partie du vaste réseau de pistes cyclables de Sea Pines' Matt Benzing

L'un des endroits les plus réputés de l'île pour faire du vélo est Sea Pines Plantation. L'entrée est payante si vous ne séjournez pas à Sea Pines, mais une fois que vous y êtes, vous avez accès à 17 miles de certaines des plus belles pistes cyclables de l'île. Il y a aussi de nombreux magasins et restaurants à l'intérieur des portes de Sea Pines. Pour les amoureux de la nature, la réserve forestière Sea Pines est une belle étendue de terres boisées et de zones humides avec des pistes cyclables qui la sillonnent. Les frais d'entrée pour Sea Pines sont de 6 $ par véhicule plus un dollar supplémentaire pour chaque vélo que vous apportez. Si vous n'avez pas de vélos avec vous, il existe un certain nombre d'options de location à l'intérieur de la porte de Sea Pines & 39. Certains, comme South Beach Bike Rentals, proposent même des tarifs horaires. Malheureusement, vous ne pouvez pas faire de vélo dans Sea Pines, vous devrez donc les conduire ou louer à l'intérieur.

Vous pouvez commencer votre voyage à Sea Pines à Harbour Town ou à South Beach. Les deux sites abritent certaines des attractions les plus emblématiques de Hilton Head : The Lighthouse et The Salty Dog Cafe, respectivement. Nous vous recommandons de choisir où vous souhaitez manger lorsque vous avez terminé votre trajet et de commencer par là. De cette façon, après une journée de vélo, vous pouvez retourner à votre voiture, descendre de selle et vous détendre avec un bon repas. CQ's, un délicieux restaurant haut de gamme, et Crazy Crab, un classique des fruits de mer de Hilton Head, sont vos meilleurs paris à Harbour Town. South Beach a Salty Dog Cafe, qui abrite des fruits de mer et des sandwichs décontractés Jake's Pizza, une petite pizzeria et The Wreck, un restaurant de fruits de mer plus haut de gamme.

Vous pouvez obtenir des cartes de vélo à la porte de Sea Pines et la plupart des sociétés de location de vélos en auront également, utilisez-les pour planifier votre journée de vélo. Les passionnés d'histoire apprécieront les ruines de Stoney-Baynard - les ruines en stuc d'une ancienne maison de plantation sur la propriété - ainsi que l'anneau de coquillages amérindiens que l'on peut trouver dans la réserve forestière. Peu importe où vous commencez, le phare est à ne pas manquer, il y a des vues incroyables depuis le sommet. La plate-forme d'observation ferme peu de temps avant le coucher du soleil, alors planifiez en conséquence.


Questions fréquemment posées

Quelles sont les heurs d'opération?
Les heures d'ouverture varient selon la saison. Les départs de San Francisco sont disponibles toute la journée à partir de 8h45. Le ferry, exploité par Alcatraz City Cruises, circule environ toutes les trente à quarante minutes vers et depuis Alcatraz. Vous pouvez retourner à San Francisco sur n'importe quel ferry. L'île ferme pour la journée à 18h30 en été et à 16h30 en automne, hiver et printemps. Pour les horaires, les prix et pour acheter des billets à l'avance (recommandé), veuillez visiter le site Web d'Alcatraz City Cruises.

L'île sera-t-elle ouverte ? Des billets sont-ils disponibles ?
Alcatraz est ouvert 362 jours par an ! L'île est fermée uniquement pour Thanksgiving, Noël et le jour de l'An, ou (rarement) en raison de conditions météorologiques extrêmes.

Y a-t-il un programme de nuit ?
Le programme de nuit d'Alcatraz se déroule du mardi au samedi. Ce programme diffère des visites de jour à plusieurs égards. Les visites en soirée comprennent des visites guidées du parc à la maison cellulaire, la visite audio, la carte et le guide d'Alcatraz, des programmes spéciaux sur une variété de sujets d'Alcatraz et des vues spectaculaires en soirée sur les toits de San Francisco. Certaines sections de l'île ouvertes pendant la journée ne sont pas ouvertes au public la nuit. Pour les horaires, les prix et pour acheter des billets à l'avance, veuillez visiter le site Web d'Alcatraz City Cruises.

Quel temps fait-il?
Le temps sur l'île peut être imprévisible et peut changer soudainement. Il fait souvent plus froid à Alcatraz que sur le continent - nous recommandons les couches ! Le brouillard est commun en été, la pluie en hiver. Les températures annuelles fluctuent entre 70 et 45 degrés F.

Dois-je acheter des billets à l'avance?
La vente de billets à l'avance est fortement recommandée. Les billets pour Alcatraz peuvent se vendre plusieurs semaines à l'avance pendant les mois d'été et les week-ends de vacances. Les billets peuvent être achetés à l'avance auprès d'Alcatraz City Cruises.

Quelles règles et réglementations dois-je suivre sur Alcatraz ?
Certaines sections d'Alcatraz sont dangereuses à visiter. Ces zones fermées au public sont bien délimitées par des clôtures ou des barricades. La collecte de quelque nature que ce soit est interdite. La vie végétale et animale est protégée par la loi - ne pas nourrir les oiseaux à Alcatraz. Aucun service de restauration n'est disponible sur Alcatraz, cependant il y a une aire de pique-nique située au quai. La nourriture, les boissons (y compris les bonbons et les chewing-gums) ne sont autorisées que sur le quai. (Une exception est l'eau en bouteille, qui est disponible dans la librairie sur le quai d'Alcatraz.) Il est permis de fumer uniquement dans les sections désignées du quai.

Est-ce qu'Alcatraz est accessible ?
La distance entre le quai et la cellule au sommet de l'île est d'environ 1/4 de mile, le dénivelé est de 130 pieds (équivalent à une montée de treize étages). Les visiteurs incapables de gravir la route escarpée d'Alcatraz peuvent profiter de SEAT - Sustainable Easy Access Transport, une navette électrique qui circule une fois toutes les demi-heures du quai à la cellule et une fois toutes les demi-heures de la cellule au quai. Les autres fonctionnalités d'accessibilité incluent :

  • Maquette tactile de l'île et de la jetée 33
  • Stationnement accessible au Quai 33
  • Sanitaires accessibles
  • Visite audio-description
  • Appareils d'aide à l'écoute
  • Sous-titrage ouvert
  • Transcription en braille de la visite de la maison cellulaire
  • Une version en langue des signes américaine de la visite audio de la maison cellulaire est disponible sur un appareil numérique portatif individuel. Cette nouvelle visite est gratuite et ne nécessite aucune réservation. Désormais, les visiteurs sourds peuvent faire l'expérience de la visite de la cellule de la même manière que les visiteurs entendants et aveugles, avec la possibilité de sauter, de répéter ou d'avancer rapidement les segments de la visite.


Des visites guidées sont-elles disponibles ?
Des promenades d'interprétation et des programmes guidés sont proposés tout au long de la journée par les gardes forestiers du parc national et des bénévoles. Ces programmes sont inclus dans le prix de votre billet et comprennent des conversations sur l'occupation d'Alcatraz par les Indiens de toutes les tribus, des démonstrations de porte de cellule, des discussions sur l'héritage d'Alcatraz, etc. Les titres et les emplacements des programmes sont affichés sur le quai et dans la cellule.

Des visites autoguidées sont-elles disponibles ?
Explorez l'histoire d'Alcatraz à votre rythme avec une carte et un guide écrit. Procurez-vous la brochure Self Guide en anglais, espagnol, italien, espagnol, allemand ou japonais au quai pour 1,00 $ par exemplaire. Une brochure d'accompagnement sur les évasions est disponible dans la librairie près du quai ou dans la maison de cellule.

Qu'en est-il de la tournée audio enregistrée par Cellhouse ?
Rejoignez d'anciens détenus et agents correctionnels d'Alcatraz alors qu'ils se souviennent de la vie à Alcatraz lors de cette visite enregistrée primée de 35 minutes, incluse dans le prix de votre billet pour Alcatraz. Ramassez la visite à l'intérieur de la Cellhouse. Disponible en anglais, espagnol, italien, allemand, japonais, mandarin, néerlandais et français.

Que puis-je faire d'autre sur Alcatraz ?
Assistez à une présentation vidéo de 17 minutes sur les 200 ans d'histoire de l'île - une excellente introduction à Alcatraz. Le théâtre est à 50 mètres sur la route du quai. Pour les visiteurs malentendants, la vidéo est sous-titrée. La vidéo est également sous-titrée en espagnol. Plusieurs expositions sont situées derrière le théâtre. Une exposition vidéo primée (sous-titrée), "We Hold the Rock", présente l'histoire de l'occupation par les Indiens de toutes les tribus (1969-1971). Le New Industries Building (anciens ateliers de la prison, abritant souvent une exposition d'art en cours) est généralement ouvert pendant des heures de jour limitées.

Puis-je acheter des souvenirs sur Alcatraz ?
Des souvenirs, des films, des vidéos et des livres sur la riche histoire de l'île sont disponibles à la vente par le Golden Gate National Parks Conservancy, dans les librairies près du quai et dans la cellule, et en ligne.


Bunce Island et la porte du non-retour - Histoire

"Les évacués craignaient et ressentaient les changements imposés par la vie dans les centres, en particulier l'effondrement de l'autorité familiale. Les enfants ont trouvé leurs parents aussi impuissants qu'eux. »
- "Personal Justice Denied : Rapport de la Commission sur la réinstallation et l'internement des civils en temps de guerre"

"Il y a eu des fusillades. À Topaz, une personne âgée évacuée que l'on croyait en fuite a été tuée. À Gila River, un garde a tiré et blessé un évacué atteint de troubles mentaux. Au lac de Tule, après la ségrégation, un évacué lors d'une altercation avec un garde a été tué par balle."
- Justice personnelle refusée : rapport de la Commission sur la réinstallation et l'internement des civils en temps de guerre.

18 août 1941
Dans une lettre au président Roosevelt, le représentant John Dingell du Michigan suggère d'incarcérer 10 000 Américains d'origine japonaise d'Hawaï en tant qu'otages pour garantir un "bon comportement" de la part du Japon.

12 novembre 1941
Quinze hommes d'affaires américano-japonais et dirigeants communautaires de Los Angeles Little Tokyo sont ramassés dans un F.B.I. raid. Un porte-parole de la Central Japanese Association déclare : "Nous enseignons les principes fondamentaux de l'Amérique et les idéaux élevés de la démocratie américaine. Nous voulons vivre ici dans la paix et l'harmonie. Nos gens sont 100% fidèles à l'Amérique."

7 décembre 1941
L'attaque de Pearl Harbor. Les autorités locales et le F.B.I. commencer à rassembler les dirigeants des communautés japonaises américaines. En moins de 48 heures, 1 291 Issei sont en garde à vue. Ces hommes ne sont détenus sous aucune accusation formelle et les membres de leur famille n'ont pas le droit de les voir. La plupart passeraient les années de guerre dans des camps d'internement d'étrangers ennemis gérés par le ministère de la Justice.

19 février 1942
Le président Roosevelt signe le décret 9066 qui permet aux autorités militaires d'exclure quiconque de n'importe où sans procès ni audiences. Bien que l'objet d'un intérêt limité à l'époque, cette ordonnance a ouvert la voie à l'ensemble du renvoi forcé et de l'incarcération des Américains d'origine japonaise.

25 février 1942
La Marine informe les résidents américains d'origine japonaise de Terminal Island, près du port de Los Angeles, qu'ils doivent partir dans les 48 heures. Ils sont le premier groupe à être éliminé en masse.

27 février 1942.
Le gouverneur de l'Idaho, Chase Clark, a déclaré à un comité du Congrès à Seattle que les Japonais ne seraient les bienvenus dans l'Idaho que s'ils étaient dans des " camps de concentration sous garde militaire ". Certains attribuent à Clark la conception de ce qui allait devenir un véritable scénario.

2 mars 1942
Le général John L. DeWitt publie la proclamation n° 1 qui crée les zones militaires n° 1 et 2. La zone militaire n° 1 comprend la partie ouest de la Californie, de l'Oregon et de Washington, et une partie de l'Arizona tandis que la zone militaire n° 2 comprend le reste de ces états. La proclamation laisse également entendre que des personnes pourraient être exclues de la zone militaire n° 1.

18 mars 1942
Le président signe le décret exécutif 9102 établissant la War Relocation Authority (WRA) avec Milton Eisenhower comme directeur. Il est alloué 5,5 millions de dollars.

21 mars 1942
Les premiers groupes avancés de « volontaires » japonais américains arrivent à Manzanar, en Californie. Le WRA prendrait le relais le 1er juin et le transformerait en "centre de relocation".

24 mars 1942
La première ordonnance d'exclusion civile émise par l'armée est émise pour la région de l'île de Bainbridge près de Seattle. Les quarante-cinq familles présentes disposent d'une semaine pour se préparer. À la fin du mois d'octobre, 108 ordonnances d'exclusion seraient émises et tous les Américains d'origine japonaise de la zone militaire n° 1 et de la partie californienne de la n° 2 seraient incarcérés.

28 mars 1942
Minoru Yasui entre dans un poste de police de Portland à 23h20. se présenter à l'arrestation afin de tester les règles du couvre-feu devant un tribunal.

1er mai 1942
Après s'être « réinstallé volontairement » à Denver, le journaliste de Nisei James Omura écrit une lettre à un cabinet d'avocats de Washington demandant de retenir ses services pour intenter une action en justice contre le gouvernement pour violations des droits civils et constitutionnels et demander réparation pour pertes économiques. Il n'avait pas les moyens de payer les 3 500 $ requis pour entamer les procédures.

13 mai 1942
Ichiro Shimoda, 45 ans, un jardinier de Los Angeles, est abattu par des gardes alors qu'il tentait de s'échapper du camp d'internement de Fort Still (Oklahoma). La victime était gravement malade mentalement, ayant tenté de se suicider à deux reprises depuis qu'elle a été arrêtée le 7 décembre.

16 mai 1942
Hikoji Takeuchi, un Nisei, est abattu par un garde à Manzanar. Le garde prétend qu'il a crié sur Takeuchi et que Takeuchi a commencé à s'enfuir de lui. Takeuchi prétend qu'il ramassait du bois de rebut et qu'il n'avait pas entendu le garde crier. Ses blessures indiquent qu'il a reçu une balle dans le front. Bien que grièvement blessé, il a finalement récupéré.

29 mai 1942
Largement organisé par le leader quaker Clarence E. Pickett, le National Japanese-American Student Relocation Council est formé à Philadelphie avec le doyen de l'Université de Washington Robert W. O'Brien comme directeur. À la fin de la guerre, 4 300 Nisei seraient à l'université.

juin 1942
Le film "Little Tokyo, U.S.A." est sorti par Twentieth Century Fox. Dans ce document, la communauté américano-japonaise est décrite comme une « vaste armée d'espions volontaires » et « des adorateurs aveugles de leur empereur », comme décrit dans le prologue en voix off du film.

17 juin 1942
Milton Eisenhower démissionne de son poste de directeur de la WRA. Dillon Myer est nommé pour le remplacer.

27 juillet 1942
Two Issei -- Brawley, CA farmer Toshiro Kobata and San Pedro fisherman Hirota Isomura -- are shot to death by camp guards at Lourdsburg, New Mexico enemy alien internment camp. The men had allegedly been trying to escape. It would later be reported, however, that upon their arrival to the camp, the men had been too ill to walk from the train station to the camp gate.

August 4, 1942
A routine search for contraband at the Santa Anita "Assembly Center" turns into a "riot." Eager military personnel had become overzealous and abusive which, along with the failure of several attempts to reach the camp's internal security chief, triggers mass unrest, crowd formation, and the harassing of the searchers. Military police with tanks and machine guns quickly end the incident. The "overzealous" military personnel are later replaced.

August 10, 1942 The first inmates arrive at Minidoka, Idaho.

August 12, 1942 The first 292 inmates arrive at Heart Mountain, Wyoming.

August 27, 1942 The first inmates arrive at Granada, or Amache, Colorado.

September 11, 1942 The first inmates arrive at Central Utah, or Topaz.

September 18, 1942 The first inmates arrive at Rohwer, Arkansas.

October 20, 1942
President Roosevelt calls the "relocation centers" "concentration camps" at a press conference. The WRA had consistently denied that the term "concentration camps" accurately described the camps.

14 novembre 1942
An attack on a man widely perceived as an informer results in the arrest of two popular inmates at Poston. This incident soon mushrooms into a mass strike.

December 5, 1942
Fred Tayama is attacked and seriously injured by a group of inmates at Manzanar. The arrest of the popular Harry Ueno for the crime triggers a mass uprising.

December 10, 1942
The WRA establishes a prison at Moab, Utah for recalcitrant inmates.

February 1, 1943
The 442nd Regimental Combat Team is activated, made up entirely of Japanese Americans.

April 11, 1943
James Hatsuki Wakasa, a sixty-three-year-old chef, is shot to death by a sentry at Heart Mountain camp while allegedly trying to escape through a fence. It is later determined that Wakasa had been inside the fence and facing the sentry when shot. The sentry would stand a general court-martial on April 28 at Fort Douglas, Utah and be found "not guilty."

April 13, 1943
"A Jap's a Jap. There is no way to determine their loyalty. This coast is too vulnerable. No Jap should come back to this coast except on a permit from my office." Gereral John L. DeWitt, head, Western Defense Command before the House Naval Affairs Subcommittee.

June 21, 1943
The United States Supreme Court rules on the Hirabayashi and Yasui cases, upholding the constitutionality of the curfew and exclusion orders.

September 13, 1943
The realignment of Tule Lake as a camp for "dissenters" begins. After the loyalty questionnaire episode, "loyal" internees begin to depart to other camps. Five days later, "disloyal" internees from other camps begin to arrive at Tule Lake.

November 4, 1943
The Tule Lake uprising caps a month of strife. Tension had been high since the administration had fired 43 coal workers involved in a labor dispute on October 7.

January 14, 1944
Nisei eligibility for the draft is restored. The reaction to this announcement in the camps would be mixed.

January 26, 1944
Spurred by the announcement of the draft a few days before, 300 people attend a public meeting at Heart Mountain camp. Here, the Fair Play Committee is formally organized to support draft resistance.

March 20, 1944
Forty-three Japanese American soldiers are arrested for refusing to participate in combat training at Fort McClellan, Alabama, as a protest of treatment of their families in U.S. camps. Eventually, 106 are arrested for their refusal. Twenty-one are convicted and serve prison time before being paroled in 1946.

May 10, 1944
A Federal Grand Jury issues indictments abgainst 63 Heart Mountain draft resistors. The 63 are found guilty and sentenced to jail terms on June 26. They would be granted a pardon on December 24, 1947.

May 24, 1944
Shoichi James Okamoto is shot to death at Tule Lake by a guard after stopping a construction truck at the main gate for permission to pass. Private Bernard Goe, the guard, would be acquitted after being fined a dollar for "unauthorized use of government property" --a bullet.

June 30, 1944
Jerome becomes the first camp to close when the last inmates are transferred to Rohwer.

July 21, 1944
Seven members of the Heart Mountain Fair Play Committee are arrested, along with journalist James Omura. Their trial for "unlawful conspiracy to counsel, aid and abet violators of the draft" begins on October 23. All but Omura would eventually be found guilty.

October 27-30, 1944
The 442nd Regimental Combat Team rescues an American battalion which had been cut off and surrounded by the enemy. Eight hundred casualties are suffered by the 442nd to rescue 211 men. After this rescue, the 442nd is ordered to keep advancing in the forest they would push ahead without relief or rest until November 9.

18 décembre 1944
The Supreme Court decides that Fred Toyosaburo Korematsu was indeed guilty of remaining in a military area contrary to the exclusion order. This case challenged the constitutionality of the entire exclusion process.

January 2, 1945
Restrictions preventing resettlement on the West Coast are removed, although many exceptions continue to exist. A few carefully screened Japanese Americans had returned to the coast in late 1944.

January 8, 1945
The packing shed of the Doi family is burned and dynamited and shots are fired into their home. The family had been the first to return to California from Amache and the first to return to Placer County, having arrived three days earlier. Although several men are arrested and confess to the acts, all would be acquitted. Some 30 similar incidents would greet other Japanese Americans returning to the West Coast between January and June.

7 mai 1945
The surrender of Germany ends the war in Europe.

August 6, 1945
The atomic bomb is dropped on Hiroshima. Three days later, a second bomb is dropped on Nagasaki. The war in the Pacific would end on August 14.

March 20, 1946
Tule Lake closes, culminating "an incrediblle mass evacuation in reverse." In the month prior to the closing, some 5,000 internees had to be moved, many of whom were elderly, impoverished, or mentally ill and with no place to go.

July 15, 1946
The 442nd Regimental Combat Team is received on the White House lawn by President Truman. "You fought not only the enemy but you fought prejudice -- and you have won," remarks the president.

June 30, 1947
U.S. District Judge Louis E. Goodman orders that the petitioners in Wayne Collins' suit of December 13, 1945 be released native-born American citizens could not be converted to enemy aliens and could not be imprisoned or sent to Japan on the basis of renunciation. Three hundred and two persons are finally released from Crystal City, Texas and Seabrook Farms, New Jersey on September 6, 1947.

July 2, 1948
President Truman signs the Japanese American Evacuation Claims Act, a measure to compensate Japanese Americans for certain economic losses attributable to their forced evacuation. Although some $28 million was to be paid out through provision of the act, it would be largely ineffective even on the limited scope in which it operated.

July 10, 1970
A resolution is announced by the Japanese American Citizen League's Northern California-Western Nevada District Council calling for reparations for the World War II incarceration of Japanese Americans. This resolution would have the JACL seek a bill in Congress awarding individual compensation on a per diem basis, tax-free.

November 28, 1979
Representative Mike Lowry (D-WA) introduces the World War II Japanese-American Human Rights Violations Act (H.R. 5977) into Congress. This NCJAR-sponsored bill is largely based on research done by ex-members of the Seattle JACL chapter. It proposes direct payments of $15,000 per victim plus an addtional $15 per day interned. Given the choice between this bill and the JACL-supported study commission bill introduced two months earlier, Congress opts for the latter.

July 14, 1981
The Commission on Wartime Relocation and Internment of Civilians (CWRIC) holds a public hearing in Washington, D.C. as part of its investigation into the internment of Japanese Americans during Workd War II. Similar hearings would be held in many other cities throughout the rest of 1981. The emotional testimony by more than 750 Japanese American witnesses about their wartime experiences would prove cathartic for the community and a turning point in the redress movement.

June 16, 1983
The CWRIC issues its formal recommendations to Congress concerning redress for Japanese Americans interned during World War II. They include the call for individual payments of $20,000 to each of those who spent time in the concentration camps and are still alive.


What can I return?

You may return most new, unopened items sold and fulfilled by Amazon within 30 days of delivery. During the holidays, items shipped by Amazon between November 1st and December 31st can be returned until January 31st. Learn more about Return Policy

What items are eligible for a FREE returns option?

Amazon.com offers free returns on most items delivered to an address in the 50 United States. Look for “Free returns” next to the price to confirm that the item qualifies for free returns. Learn more about Free Returns

How does FREE Returns work?

All return-eligible items, weighing under 50 lbs and sold by Amazon, have at least one free return option. You can return the item for any reason in new and unused condition for up to 30 days after purchase.

How does label-free, box free returns work?

Don’t worry about printing a label or packing up your item. Just go to Your Orders and select the item you wish to return. Tell us why you want to return this item, then choose a drop-off location that supports label-free, box-free returns. We’ll send you a QR code bring your code and item to the drop-off location, and you’re done.

When will I get my refund?

Most refunds are fully refunded in 3-5 days after we receive and process your return. Learn more about Refunds

Does Amazon offer replacements and exchanges?

Yes, you can create replacement and exchange orders from this page by clicking Return Items and following the instructions. If you received a damaged or defective item, we’ll ship you a replacement of the exact item. If you would like to exchange an item for another, you can exchange for a different size or color or for an item in your Cart. Learn more about Exchanges


Histoire

Before InGen

The Spanish navigator Diego Fernandez was the first European to discover the island in 1525. The naming of Isla Nublar is often credited to cartographer Nicolas de Huelva. While mapping the western coast of Costa Rica on the Spanish carrack La Estrella (The Star), de Huelva described seeing a "cloud island" ("Isla Nublar").

InGen

In 1985, after John Hammond abandoned the idea of a small Jurassic Park: San Diego, his company InGen looked for a large isolated preserve. Costa Rica agreed to lease the island to InGen. In 1987, the last remaining Bribri Tribe descendant resettled off Isla Nublar. In 1988, construction began on Jurassic Park. Β]

InGen had to build two docks to easily transport supplies and workmen to the island, the East Dock. In the south the Isla Nublar Heliport was built. For an efficient distribution, a network of roads was built.

The structures for Jurassic Park were mainly built in the eastern and northern part of the island. When the Electric Fences around the paddocks were built, dinosaurs from Isla Sorna were transported to Isla Nublar.

Jurassic Park Incident

When the electricity power of the fences was cut and the dinosaurs began to roam freely, the Jurassic Park came to an end.

During a tropical cyclone storm in 1993, Nedry hacked into InGen and uploaded a virus that shut down the electricity power and unleashed the dinosaur population onto the people on the island. In the end, 4 people, including Nedry, had died and all survivors were sworn to secrecy, although Malcolm went against this and tried to reveal what had happened only to become an outcast, Γ] the island was kept from the public for years, until the San Diego Incident, although some people confused the two islands as one.

After the Jurassic Park Incident, dinosaurs took over Isla Nublar.

In 1994, an InGen clean-up team went to the island to perform an analysis of the accident and record the current state of the island's dinosaur inhabitants. Their report, published in 1996, documented the state of the park and noted that while animal numbers were reduced, a relatively stable ecosystem had been established. They also recorded they had discovered the remains of adolescent Velociraptors (suggesting the presence of a sustained population on the island) and the presence of Compsognathus, a species bred on Sorna but which had never been transported to Nublar (it was suggested they hopped between islands via cargo ships). The dubious legal status of the island ensured the Nublar population remained relatively undisturbed until the early 2000s when the Masrani Group began construction of the Jurassic World park.

Jurassic World

In 2002, Simon Masrani, the new CEO of InGen following John Hammond's passing, built a new, much larger dinosaur theme park, Jurassic World, in the southern part of Isla Nublar. The park started off with 8 species of dinosaurs that possibly came from the original park, such as the Tyrannosaure rex, but over the years the number of species on the island grew to 20, both through cloning and transporting animals from Isla Sorna (the ecosystem of which had been irrevocably damaged by Masrani illegally cloning undocumented species such as the Spinosaurus and releasing them on the island). Many of the buildings of the old park, like the Visitor Center Δ] , are still on the island, but are overgrown by the jungle and inaccessible to park guests.

The escape of Indominus rex led to the downfall of Jurassic World, and several people were killed or injured.

The park opened with over 90,000 visitors in 2005 but by 2015, visitor count went to 20,000 tourists a day. The investors knew that each time the park added a new dinosaur, attendance spiked so they decided to begin creating genetically altered dinosaurs that could wow the crowds. And thus the Indominus rex came to be. Once it was announced to the public, ticket sales and preorders skyrocketed, however, the Indominus rex eventually escaped and caused chaos all over the park, resulting in the deaths of at least 18 people, including Masrani himself, and many more were gravely injured following the escape of the Dimorphodon et Pteranodon from the Jurassic World Aviary. Although the hybrid was killed in the end, the park suffered an enormous amount of damage and was shut down, leaving the abandoned island for the dinosaurs again.

Jurassic World: Camp Cretaceous

Jurassic World: Fallen Kingdom

The eruption of Mount Sibo devastated Isla Nublar and drove almost all dinosaurs on the island to extinction.

The ecosystem of Isla Nublar post-Jurassic World was considerably more unstable than previously, largely due to the presence of a much greater number of large carnivores on the island. This led to overhunting and competition, with a number of species falling back into extinction after the fall of Jurassic World. But it's unknown if all the remaning dinosaurs on the Island perished since the Island doesn't sink into the ocean.

The reactivation of Mt. Sibo threatened to destroy or at least devastate Isla Nublar, thus endangering the surviving dinosaur population. With the eruption of the island in 2018, around half of the dinosaur species present on the island were rendered extinct with the remaining population transported to the mainland United States.


House of Slaves

The transatlantic slave trade is largely consigned to public consciousness and history textbooks, but there exists many places where the full force of humanity’s cruelty can still be heartbreakingly felt, even if the place didn’t see much slavery itself.

The House of Slaves on Gorée Island, Senegal is just such a place. The island itself, resting off the coast of Dakar, the capital of Senegal emits a rather somber vibe, something that more resembles a graveyard than a tropical island. There seems to be a respectful understanding that underneath the gentle sound of the sea breeze lurks the pain and silent screams of its past. Acting as a stopover where enslaved African people would be processed and shipped away, the House of Slaves was a market where Africans would be shipped by middlemen from mainland West Africa, and then traders could visit, and purchase enslaved people before leading them through what is now called the Door of No Return, filling small boats before returning to their main vessel stationed just off the island. The island is believed to have processed hundreds, perhaps thousands of enslaved men, women, and children, with some estimates even suggesting millions. However, many scholars have called the veracity of the island’s legacy and its House of Slaves into question.

Historians are yet to settle the numbers, but it has been argued by many that the site was a minor location in the slave trade, and some have even questioned whether it was a part of it at all. Regardless of the actual numbers, most agree that what matters is the island’s symbolism, and the House of Slaves is best considered a memorial as opposed to a historic site.

The voyage of enslaved people from the west coast of Africa to the Americas was known as the Middle Passage. Enslaved people endured traumatic conditions on slavers’ ships, including cramped quarters, disease, meager rations, and physical and sexual assault.

The House of Slaves itself is now a museum. An evocative structure complete with iron shackles and dingy cells where the slaves were said to have been crushed together in horrifying darkness, awaiting their inescapable fate. The historical controversy aside, the site’s power as a grim testament to one of our species’ darkest eras has garnered visits from such luminaries as Nelson Mandela and Barack Obama.


How much of an issue is independence in Taiwan?

While political progress has been slow, links between the two peoples and economies have grown sharply. Taiwanese companies have invested about $60bn (£40bn) in China, and up to one million Taiwanese people now live there, many running Taiwanese factories.

Some Taiwanese people worry their economy is now dependent on China. Others believe that closer business ties make Chinese military action less likely, because of the cost to China's own economy.

A controversial trade agreement sparked the "Sunflower Movement" in 2014, where students and activists occupied Taiwan's parliament protesting against what they called China's growing influence over Taiwan.

Officially, the ruling DPP still favours eventual formal independence for Taiwan, while the KMT favours eventual re-unification.

A March 2021 opinion poll commissioned by the Taiwanese government shows that currently the majority of Taiwanese support the DPP government's approach in "safeguarding national sovereignty". More and more people also say they feel Taiwanese, rather than Chinese.

In the 2020 election Ms Tsai won a record-breaking 8.2 million votes, that was widely seen as a snub to Beijing.


Voir la vidéo: Bunce Island - Freetown (Mai 2022).