Nouvelles

La charrue à versoir

La charrue à versoir

Une charrue à versoirs qui creusait un sillon profond et retournait la terre après avoir été coupée par le soc et le soc. Le versoir était le dispositif pour guider la charrue et retourner la terre. Pour obtenir la bonne profondeur pour la graine, la charrue doit à la fois couper et retourner la terre. Les charrues à versoir étaient principalement utilisées dans les zones d'argile lourde. Les agriculteurs avaient tendance à préférer les charrues à roues sur les sols sablonneux.


Une histoire des paysages écossais

L'auteur Fiona Watson revient sur les milliers d'années d'histoire qui ont créé le paysage écossais que nous connaissons aujourd'hui dans un extrait de notre nouveau livre, A History of Scotland’s Landscapes.

Au cours des dix mille ans écoulés depuis le retrait des glaciers à la fin de la dernière période glaciaire, l'Écosse s'est transformée non pas une fois, mais plusieurs fois. Au fur et à mesure que la glace descendait, elle laissait dans son sillage de grands champs de blocs rocheux et des rivières de gravats. L'élimination du poids lourd de la glace a également permis à la terre opprimée de s'élever. Mais ensuite, les eaux de fonte glaciaire se déversant dans des mers gonflées ont commencé à se former le long du rivage et le long des lacs et des rivières marins – en particulier il y a environ 7 000 ans, lorsqu'un grand tsunami a frappé la côte est de l'Écosse. Il a fallu encore mille ans avant que la terre ne commence enfin à dépasser la mer.

Après la glace

Avec la disparition de la glace, la vie végétale hésitante a commencé à s'installer. Des herbes et des arbustes rustiques ont pris racine dans la roche, fournissant de la nourriture aux grandes bêtes - mammouth, bison, rhinocéros laineux, daim géant, renne, élan géant - qui traversaient le pont terrestre de l'Europe. Mais les températures ont quand même augmenté, envoyant ces plantes plus haut sur les collines plus bas, le bouleau, le noisetier, le pin et le chêne se sont installés. Des créatures plus petites, des loups aux campagnols, se sont déplacées avec elles alors que leurs plus grands prédécesseurs commençaient à disparaître.

À ce moment-là, les humains étaient également arrivés, esquivant la montée des eaux qui détruisait parfois les colonies de la côte et voltigeant d'un endroit à l'autre pour chasser, ramasser et pêcher. Ils ont vite su gérer les grandes forêts qui les entouraient. Mais en termes de culture matérielle, ces premiers colons ne nous ont presque rien laissé à part d'énormes dépotoirs contenant des quantités phénoménales de coquillages, d'os d'animaux et d'outils (souvent à une certaine distance du rivage actuel).

Champs de l'âge du fer à Hut Knowe, Roxburghshire

Un climat changeant

Mais ensuite, le climat plus chaud a commencé à céder la place à des conditions plus humides, plus venteuses et plus froides. Cela a conduit à un autre changement important dans le paysage, qui allait faire une énorme différence dans la vie des générations suivantes. Avec la baisse de la température, ainsi que la pression exercée par l'augmentation des populations humaines, les arbres ont commencé à mourir, se transformant en tourbe. Pendant ce temps, vers 2000 av. J.-C., nos prédécesseurs semi-nomades basés dans des camps ont commencé à s'installer et à cultiver en permanence.

À ce moment-là, certaines parties des Highlands perdaient déjà leurs pinèdes, des landes ouvertes et des prairies prenant leur place. Mais à partir d'environ 500 avant JC, il est clair que les humains présidaient aussi directement à l'abattage plus systématique des arbres pour faire place aux cultures et au bétail.

La tourbe a continué à se répandre au cours des millénaires suivants, transformant une grande partie de l'Écosse et son potentiel agricole, jusqu'à ce que les révolutions scientifiques des dernières centaines d'années donnent aux agriculteurs les moyens d'en enlever de larges pans. À maintes reprises, les communautés préhistoriques et même médiévales ont été obligées d'éviter les tourbières rampantes et gluantes et de s'adapter aux nouvelles conditions. Et maintes et maintes fois, leurs descendants se demandaient ce qu'ils trouvaient dans les profondeurs de la tourbe, des anciennes routes aux champs labourés en passant par les énormes troncs d'arbres où les bois n'existaient plus.

Parc éolien de Lochs, Lewis avec les restes de coupe de tourbe au premier plan

Innovation industrielle

Le prochain changement majeur dans le paysage est survenu grâce à l'innovation technologique. Les premiers types de charrue, les ards, étaient parfaitement adaptés aux sols sablonneux secs, mais n'étaient pas très utiles dans les sols lourds et argileux qui dominaient l'Europe du Nord. Cependant, c'est ce avec quoi nos prédécesseurs étaient coincés pendant des milliers d'années. Cela allait changer avec l'invention de la charrue à versoir, l'un des héros sous-estimés de l'histoire.

Cette charrue a permis de mettre en culture des surfaces beaucoup plus importantes (l'agriculture qui accompagnait la charrue était essentiellement communale). La charrue a également apporté des éléments nutritifs à la surface, poussé les mauvaises herbes sous terre et a permis au fermier de mélanger le fumier, améliorant ainsi ses rendements. De plus, les larges crêtes à haut dossier – signes révélateurs de ce nouveau style de labour encore visibles dans le paysage aujourd'hui – ont constitué un système de drainage efficace.

Mertoun House, Berwickshire se trouve dans un paysage cultivé intensivement créé au 18ème siècle

Il serait cependant vain de nier l'impact des pratiques agricoles modernes sur l'aspect du terroir aujourd'hui et la survie – ou non – de ce qui existait avant. Avec l'application de la science à presque tous les aspects de la vie agricole, le paysage a été une fois de plus transformé à partir du XVIIIe siècle.

Ordre agraire

Par-dessus tout, les aménageurs agricoles aimaient l'ordre, encourageant la construction de kilomètres de haies rectilignes ou de murs de pierre, d'abord autour des nouvelles fermes fusionnées, puis en séparant les champs à l'intérieur de celles-ci. De nombreux travailleurs agricoles avaient déjà été attirés par les opportunités d'emploi offertes par les industries à croissance rapide des Lowlands, mais d'autres n'avaient pas d'autre choix que de chercher du travail ailleurs car le système communal d'agriculture a été abandonné, avec des terres morcelées entre un bien plus petit nombre d'agriculteurs individuels.

Broxburn Oil Works, West Lothian, 1927

De nouvelles races d'animaux améliorées sont également arrivées et des régions particulières ont développé une réputation de supériorité de leurs propres animaux et les ont exportées dans tout le pays. De grandes étendues des hautes terres ne furent bientôt patrouillées que par quelques bergers et leurs chiens alors que leurs troupeaux repoussaient les anciens habitants vers la côte, les villes ou les colonies.

Un processus d'évolution

L'amélioration n'était pas une révolution unique et globale, mais une série de transformations par étapes qui, comme pour tout le reste, reflétaient les conditions environnementales et historiques particulières des paysages qu'elle touchait.

Les Sutherland Clearances, avec leurs histoires d'horreur de tant de familles enlevées de force pour des moutons en un temps relativement court, ont capturé l'imagination moderne précisément parce qu'elles étaient un exemple inhabituellement concentré, violent et perturbateur des processus qui avaient été à l'œuvre à travers le Highlands et Lowlands avant et depuis. Parfois aussi, même les techniques scientifiques les plus modernes n'étaient pas à la hauteur de certaines conditions environnementales et les nouvelles façons de faire les choses étaient abandonnées, nous laissant les preuves de l'échec comme du succès.

Cette révolution agricole se poursuit encore aujourd'hui. Le changement climatique modifiera également ce qui peut et ne peut pas être fait à la fois dans les basses terres et les hautes terres, comme cela a toujours été le cas, tout changement spectaculaire dans les subventions agricoles au-delà de l'engagement actuel de reproduire les niveaux de l'Union européenne jusqu'en 2020.

Ces aspects clés de près de 10 000 ans d'histoire ont eu une incidence sur l'évolution des paysages écossais. Ils apportent une contribution si importante à la « personnalité » riche et colorée de l'endroit que nous appelons l'Écosse.

Ceci est un extrait de notre nouveau livre Une histoire des paysages d'Écosse par Fiona Watson et Piers Dixon. Il est désormais disponible à l'achat dans notre boutique en ligne et dans toutes les bonnes librairies.

Partager

À propos de l'auteur


Charrue à versoir

Alors qu'il était ministre en France, Jefferson a eu l'occasion d'observer les conceptions de charrues européennes. Leurs lacunes l'incitèrent à exposer dans un mémorandum de 1788 ses plans pour un versoir amélioré, la partie en bois de la charrue qui soulève et retourne le gazon coupé par le soc et le soc en fer. aussi efficace que possible, de sorte que la charrue puisse être tirée à travers le sol avec le moins de dépense de force. Il a apporté son amour des mathématiques à sa conception, dont il a déclaré qu'il était « mathématiquement démontré qu'il était parfait ».3

En 1794, Jefferson avait mis ses plans à exécution à Monticello. Il fit équiper une charrue d'un versoir en bois de sa conception et rapporta plus tard à Sir John Sinclair qu'« une expérience de 5 ans m'a permis de dire qu'elle répond en pratique à ce qu'elle promet en théorie ». En plus d'offrir le moins de résistance lorsqu'il était tiré à travers le sol, le versoir de Jefferson avait un autre avantage : la largeur des cheveux." La facilité de duplication était donc une autre mesure de l'utilité de sa conception.4

En 1814, Jefferson a commencé à faire couler ses versoirs en fer. Il a informé Charles Willson Peale que la charrue avec son versoir en fer était "si légère que deux petits chevaux ou mulets la tirent avec moins de travail que je n'en ai jamais vu nécessaire. elle fait du beau travail et est approuvée par tout le monde."5

On ne sait pas à quel point le versoir de Jefferson a été adopté par d'autres. Il n'a jamais cherché à le faire breveter et a en fait envoyé de nombreux modèles à des amis dans son pays et à l'étranger, où sa conception a rencontré l'approbation générale. Le versoir de Jefferson a été présenté dans James Mease's Encyclopédie domestique (Philadelphie, 1803), et la Société française d'agriculture a décerné à Jefferson sa médaille d'or et son adhésion en tant qu'associé étranger.6


Types de charrues à versoir

La charrue à sens unique jette la tranche de sillon d'un côté de la direction de déplacement et est couramment utilisée partout.

Il peut s'agir d'un type à faisceau long ou d'un type à faisceau court

2) Charrue bidirectionnelle ou réversible

Il s'agit d'une charrue à versoir qui tourne la tranche de sillon vers la droite ou la gauche de la direction de déplacement selon les besoins.

De telles charrues ont deux jeux de fonds opposés.

Dans une telle charrue, tous les sillons peuvent être tournés vers le même côté du champ en utilisant un
bas pour un sens de marche et l'autre bas pour le retour.

Deux ensembles de fond sont montés de manière à pouvoir être levés ou abaissés indépendamment ou tournés le long d'un axe.

Les charrues bidirectionnelles ont l'avantage de ne pas bouleverser la pente du terrain ni de laisser de sillons morts ou de sillons arrières au milieu du champ.

Il existe certaines charrues réversibles qui ont un seul fond avec une disposition selon laquelle le fond de la charrue est modifié de la main droite à la main gauche ou vice versa en faisant pivoter le fond d'environ 180° autour d'un axe longitudinal.

Ce type de charrue est appelé charrue tournante. En se déplaçant dans une direction, la charrue jette le sol dans une direction et au retour, la direction du fond de la charrue est modifiée, ainsi la charrue commence à jeter le sol dans la même direction qu'avant

(Pdf) Effet des angles de disque et d'inclinaison de la charrue à disques sur le tracteur (Pdf) Test des outils de travail du sol : Charrue à disques
Avantages de la charrue à disques
Pouvez-vous disque sol humide?
Pouvez-vous trop cultiver un jardin ?
Peut-on planter un jardin sans labourer ?
Pouvez-vous planter immédiatement après le labour ?
Pouvez-vous labourer avec un cultivateur ?
Charrue à disque à tube rond robuste en Chine
Charrue à ciseaux
Composants de la charrue à disques
Inconvénients de la charrue à disques
Pulvériseur
Herse à disques - Wikipédia
Charrue à disques
Charrue à disques - Définition de la charrue à disques
Ajustements de la charrue à disques
Diagramme de charrue à disques
Pièces de charrue à disques et leurs fonctions
Disque Charrue Pdf
Charrue à disques Wikipédia
La charrue à disques fonctionne dans quel sol
Disque labourant bien étiqueté
Charrue à Disques à Vendre | Charrue à disques économique à sens unique
Charrue à disques contre herse à disques
Dois-je enlever les mauvaises herbes avant de labourer ?
Cultivez-vous ou labourez-vous d'abord?
Poussez-vous ou tirez-vous une barre franche ?
Un motoculteur enlève-t-il les mauvaises herbes ?
Le labour cause-t-il plus de mauvaises herbes ?
Dessiner et étiqueter la charrue à disques - Pdf
Machines et équipements agricoles
Énergie agricole et machines
Fonction de la herse à disques
Fonction de la charrue à disques
Fonction de la roue de sillon dans la charrue à disques
Fonctions des parties de la charrue à disques
Fonction de roue de sillon
Charrue à main
Comment fonctionne une charrue à disques ?
Comment la culture affecte le sol
À quelle profondeur creusez-vous la charrue ?
À quelle profondeur un motoculteur creuse-t-il ?
À quelle profondeur devez-vous labourer ?
À quelle profondeur devez-vous labourer un champ ?
À quelle profondeur devriez-vous labourer votre jardin ?
À quelle profondeur un sous-soleur va-t-il creuser ?
Comment les agriculteurs labourent-ils des lignes droites ?
Comment démarrer un champ de labour ?
Comment labourer manuellement un champ ?
Comment labourer un champ ?
Comment labourer à la main ?
Comment préparer un jardin sans motoculteur ?
Comment parle-t-on charrue ?
Comment cultiver un jardin pour la première fois ?
Comment utiliser une charrue à un fond ?
Comment utilisez-vous une charrue?
Comment utiliser une charrue à pommes de terre ?
Comment fonctionne une charrue à disques ?
Combien de temps après le labour dois-je attendre le disque ?
Combien de temps après le labour puis-je planter de l'herbe ?
Combien de types de charrues existe-t-il ?
De combien de chevaux ai-je besoin pour une charrue à 2 fond ?
Combien de chevaux faut-il pour tirer un ripper ?
Quelle puissance faut-il pour tirer une charrue à deux fonds ?
Le Disking est-il la même chose que le Labourage ?
Est-il préférable de labourer humide ou sec?
La charrue est-elle toujours utilisée aujourd'hui ?
Schéma étiqueté d'une charrue à disques
Diagramme étiqueté d'une charrue à disques - Le plus grand Pdf
Entretien de la charrue à disques
Mentionnez les types de charrue classe 8
Charrue à versoir
Charrue à versoir
Pièces de charrue à versoir et leurs fonctions Pdf
Parties d'une charrue à disques et leurs fonctions Pdf
Parties d'une charrue à versoir et leurs fonctions
Pièces de charrue à disques
PDF
Charrue - Wikipédia
Dois-je labourer ou aérer ?
Faut-il labourer avant de planter de l'herbe ?
Faut-il labourer son jardin chaque année ?
Charrue à disques standard
Le travail du sol et ses outils
Types de herse à disques
Types de charrue à disques
Types de charrue
Types de charrue Pdf
Types de charrue avec photos
Utilisations de la herse à disques
A quoi servent les sillons ?
Quels sont les avantages de Bbf ?
Quelles sont les différentes méthodes de labourage ?
Quelles sont les fonctions de la charrue ?
Quelles sont les méthodes de labourage ?
Quelles sont les pièces d'une charrue à disques ?
Quels sont les outils utilisés pour le labour ?
Quelles sont les deux parties de la charrue?
Quelles sont les utilisations de la charrue à disques?
Qu'est-ce qui vient en premier labourer ou cultiver ?
Que fait un cultivateur 3 points ?
À quoi sert une sous-soleuse ?
Que signifie le sous-solage ?
Qu'est-ce qu'un sillon mort ?
À quoi sert une charrue Middle Buster?
Qu'est-ce qu'une charrue à versoir ?
Qu'est-ce qu'une charrue ?
Qu'est-ce qu'une charrue rotative ?
Qu'est-ce qu'un labourage ?
Qu'est-ce que le sillon de lit large?
Quoi


La charrue à versoir - Histoire

Désolé, la vue carte n'est pas disponible pour le moment. Veuillez effectuer une recherche par emplacement du vendeur pour activer l'affichage de la carte.

Nouvelle charrue à versoir Multi Master 123 NSH (modèle 2016)

L'Agromaster PARS est monté à partir de l'unité de levage hydraulique du tracteur et du système d'attelage universel à trois points, ce qui rend le transport au champ simple et facile. Le PARS est idéal pour la culture des chaumes et des jachères, le paillage du sol, la préparation du lit de semence, le contrôle des mauvaises herbes et des maladies, la diminution de l'érosion éolienne et hydrique, l'augmentation de l'infiltration des eaux de pluie sur le terrain et plus encore. Le PARS avait 3 versoirs et un châssis en tôle de 85x25 mm de diamètre. Spécifications - PARS 123 Nombre de corps: 3 Largeur totale: 1175mm Longueur totale: 2195mm Hauteur totale: 1275mm Hauteur: 670mm Profondeur de travail (Max): 260-300mm Largeur de travail: 930mm Espace entre les corps: 310mm Taille du corps: 12" Taille du châssis: 85x25 Puissance requise : 65-70HP Poids : 320kg Nous pouvons livrer cette machine dans toute l'Australie, il suffit de nous demander un prix rendu. FarmTech représente Agromaster (Turquie) en tant que distributeur national en Australie. Si vous préférez acheter cette machine auprès de votre revendeur local, vous pouvez également le faire, il suffit de demander ! Contactez FarmTech dès aujourd'hui pour les ventes ou plus d'informations.


Utiliser la charrue [ править | равить код ]

Le but de ce manuel n'est pas d'expliquer les techniques de préparation des sols : le lecteur peut se référer pour cela à l'un des nombreux ouvrages écrits sur le sujet (voir bibliographie (6)). Néanmoins, il faut noter que si dans la plupart des cas, le labour aura un effet bénéfique sur la qualité du sol, il peut parfois aussi avoir une action néfaste sur le bilan hydrique et la fertilité des sols, sans oublier l'érosion éolienne. "Le travail de desserrage et de retournement de la charrue pourrait entraîner une évaporation accrue et une plus grande vitesse de minéralisation de l'humus, et son utilisation n'est pas toujours appropriée dans les zones arides ou semi-arides" Il est indispensable que le harnais usagé car la traction est de bonne qualité et est bien adaptée à la morphologie de l'animal pour qu'elle ne lui fasse pas mal. Dans pratiquement toutes les régions du monde, nous trouvons des artisans capables de fabriquer des harnais de qualité satisfaisante.


Développement depuis les années 50

Nous avons été témoins de nombreux changements dans la conception des charrues. Par exemple, au Royaume-Uni, la charrue conventionnelle (corps droit uniquement) a maintenant été remplacée par la charrue réversible en raison de sa simplicité d'utilisation et de sa capacité à produire des champs de niveau. Ceci étant une partie essentielle des pratiques agricoles actuelles, car des outils de plus en plus larges sont utilisés. Les pulvérisateurs, les moissonneuses-batteuses et les arracheuses de betteraves sucrières, pour n'en citer que quelques-uns, n'auraient pas atteint les normes élevées attendues à moins que la terre cultivée ne soit de niveau. Par rapport aux charrues utilisées dans les années 50 et 60, nous pouvons relever certains changements majeurs dans la conception qui ont été nécessaires pour répondre aux besoins et aux pressions de l'agriculture moderne.

Mécanisme d'inversion

Toutes les charrues réversibles modernes sont équipées de systèmes d'inversion hydrauliques pour retourner le châssis de la charrue en bout de champ, de gauche à droite et vice versa. Certains sont équipés de vannes d'inversion hydrauliques pour le sens de course automatique du vérin. Les opérateurs qui utilisaient les premiers systèmes mécaniques « pousser/tirer » ou d'inversion à levier de déclenchement ne seraient pas en mesure de faire tourner les charrues d'aujourd'hui car elles sont beaucoup plus grandes et plus lourdes et souvent déséquilibrées. L'inversion hydraulique est davantage assistée par l'alignement hydraulique du châssis principal. Cela permet au châssis de charrue de pivoter hydrauliquement en ligne avec le tracteur pour empêcher la roue de charrue arrière de heurter le sol. Il améliore également la stabilité et aide à réduire les forces élevées imposées à la fois à la charrue et au tracteur pendant le processus de marche arrière.

Paramètres de roue

Il y a de nombreuses années, si vous aviez un tracteur de 75 ch à la ferme, il était gros et dans la plupart des cas, il n'y avait que 2 roues motrices. Auparavant, nous utilisions des charrues avec des réglages « centre à centre » des roues du tracteur de 56 pouces (1,42 m) ou 60 pouces (1,52 m) – plus maintenant. Les tracteurs modernes sont dotés de 4 roues motrices et d'équipements de roues plus larges avec des réglages de roues intérieurs jusqu'à 72 pouces (1,83 m). Il s'agit de transmettre la puissance élevée disponible au sol et de maintenir le tracteur en équilibre avec un poids égal sur chaque roue pour une traction maximale.

Réglage de la largeur du sillon avant

Le réglage des roues intérieures du tracteur contrôle la largeur du sillon avant de la charrue lorsque le tracteur est utilisé avec les roues droites dans le fond du sillon. Pour faciliter le réglage de la charrue, la charrue doit disposer d'un moyen de réglage de la largeur du sillon avant pour assurer la compatibilité de la charrue avec le réglage des roues du tracteur et la largeur des autres sillons restants. À l'époque des charrues conventionnelles (utilisant uniquement des corps à droite), la largeur du sillon avant pouvait être ajustée en faisant glisser l'arbre transversal vers la gauche ou la droite ou en le faisant pivoter. En rotation, il permettait de diriger la charrue soit vers la terre non labourée, soit vers les travaux labourés, élargissant ou rétrécissant ainsi le sillon avant. Bien que certains fabricants utilisent encore aujourd'hui des systèmes de direction similaires sur les charrues réversibles, en inclinant le châssis principal de la charrue, cela est fondamentalement faux car cela peut faire "craquer" la charrue ou le tracteur en raison de l'augmentation ou de la diminution de la pression côté terre. La bonne façon est de déplacer la charrue entière littéralement sur le côté à 90 o dans le sens de la marche pour changer la largeur du sillon avant. Ceci est réalisé en utilisant un simple système de glissière et de rail ou une tringlerie parallèle qui déplace la charrue latéralement avec très peu de variation de la pression côté contre-sep. Il permet également le montage facile d'un vérin hydraulique pour le réglage de la largeur du sillon avant « en mouvement » lors du travail dans les zones vallonnées.

Largeur du sillon

Au fil des ans, la largeur des sillons (« X ») est passée d'aussi peu que 6 pouces à plus de 20 pouces de large. Dans les années 1930, les chevaux et les premières charrues à tracteur fonctionnaient avec des largeurs de sillon de 6 à 9 pouces en raison de la puissance limitée pour les tirer. La largeur moyenne du pied d'un cheval est d'environ 7 pouces. Par conséquent, lorsque la terre était labourée puis semée, souvent à la main, sur ce que l'on appelle des sillons de graines d'avoine, la graine semée roulait et reposait dans le sillon en forme de « V ». Le labour était ensuite hersé en croix recouvrant les graines de terre. Une fois germées, les plantes seraient disposées en rangées espacées de 7 pouces, suffisamment larges pour que le pied du cheval puisse passer entre les deux tout en marchant dans la culture établie.

Conception de cadre

Les premières charrues réversibles étaient construites à partir de barres d'acier solides rectangulaires ou en forme de voie ferrée. Ceux-ci ont été boulonnés ensemble pour former des sections en forme de « A » auxquelles les assemblages de corps et les composants individuels ont été attachés. L'utilisation de ce système sur les charrues à plusieurs sillons plus grandes et plus lourdes d'aujourd'hui entraînerait une distorsion et un mauvais alignement du corps. Les châssis de charrue modernes sont fabriqués à partir d'un caisson monobloc, traité thermiquement pour plus de solidité et pour aider à maintenir le poids au minimum. Les fabrications sans équipement de traitement thermique sophistiqué utilisent des fabrications soudées simples. Ceux-ci peuvent être très lourds et imposer des forces supplémentaires élevées à l'arrière du tracteur.

Un châssis de charrue doit résister à des forces de torsion élevées, en particulier lorsqu'il est en position de transport, par conséquent, doit être flexible pour absorber les contraintes et les contraintes, tout en étant suffisamment rigide pour maintenir la précision de l'alignement.

Réglage de la largeur du sillon

La majorité des premières charrues réversibles montées sur tracteur avaient une largeur de sillon fixée à 12 ou 14 pouces. Pour améliorer le rendement et la polyvalence de la charrue, les sillons devaient s'élargir et pouvoir être ajustés. Ce n'était pas seulement pour s'adapter aux conditions du sol, mais pour aider à réduire les niveaux de stock des fabricants et des concessionnaires. À la fin des années 1970, des châssis de charrue ont été introduits avec des cales, des trous et une tringlerie parallèle pour permettre de modifier facilement la largeur du sillon. La production était le facteur clé et les charrues de 16 pouces ont commencé à apparaître d'Europe. Souvent, nous ont dit nos aînés, « vous ne pouvez pas labourer plus large que 14 pouces ». Ils ont été démentis, car les charrues sont maintenant capables de travailler avec des largeurs de sillon de plus de 20 pouces de large. Cependant, cela n'a pas été possible sans le développement et les modifications de la forme du versoir. Avec ce changement, il a permis des tranches de sillon plus larges et des vitesses de fonctionnement plus rapides. Au début des années 1980, le système breveté « on-the-move » à largeur variable est devenu très populaire. Cela était dû à la simplicité de modifier hydrauliquement la largeur du sillon depuis la cabine du tracteur pour s'adapter au type de sol à labourer. En conséquence, le rendement et l'efficacité du labour se sont améliorés car l'opérateur a pu labourer plus d'acres par jour.

Dégagement de la charrue

Un châssis de charrue avec des corps ayant un dégagement entre les corps de 85 cm (33,5 pouces) et un dégagement sous poutre de 70 cm (27,5 pouces) ou plus est généralement accepté comme adéquat pour les conditions de déchets de surface au Royaume-Uni, pourtant, il y a de nombreuses années, nous utilisions des charrues avec aussi peu que 20 pouces entre chaque corps et 17 pouces sous la poutre jusqu'à la pointe. Ces dégagements précoces de la charrue ne permettraient pas à la charrue de fonctionner aux vitesses de labour d'aujourd'hui de plus de 6 mph ou avec les plus grandes quantités de résidus de surface laissés par les cultures à haut rendement.

Toutes les dernières charrues portées et semi-portées peuvent être équipées soit de boulons de cisaillement, soit de systèmes de réarmement automatique. Ceux-ci sont destinés à protéger la charrue des rochers et des obstructions occasionnelles. Des pieds de charrue équipés d'un système de sécurité sont indispensables, car nous utilisons des tracteurs de très grande puissance à des vitesses de fonctionnement plus élevées. Les charrues modernes sont également plus longues et plus lourdes et ne « sautent » pas par-dessus les obstacles comme par le passé. Les aciers modernes et les procédés de traitement thermique jouent également un rôle important, car ils ont une plus grande résistance à l'usure et peuvent fonctionner dans des conditions de travail plus difficiles et à des vitesses de fonctionnement plus élevées sans se rompre. Les anciennes actions en fonte « réfrigérée » se cassaient tout simplement.

Sommaire

La conception de la charrue s'est développée avec la civilisation et l'amélioration de son efficacité à mesure que les pratiques agricoles ont changé. Bien que la charrue ne soit pas utilisée au même degré que par le passé en raison de l'utilisation d'outils à dents en un seul passage plus rapides et plus rentables, son développement se poursuivra pour l'éternité car l'homme s'efforcera toujours de trouver la solution ultime en matière de gestion des sols. pour la culture efficace et l'inversion du sol et la production alimentaire.

Les plastiques ou matériaux similaires ainsi que les progrès de l'électronique et des machines automatisées qui « pensent » lorsqu'ils fonctionnent sont notre avenir. Ce qui est révolutionnaire aujourd'hui sera inévitablement dépassé par la science demain. C'est un fait connu que la charrue à versoirs a fait ses preuves en matière de gestion efficace des sols.

Un bon labour inverse efficacement le sol, contrôle les mauvaises herbes, améliore le drainage, aère le sol, améliore la structure du sol et réduit le risque de maladie. Son utilisation et son développement se poursuivront afin de répondre à toutes les exigences de l'agriculture à l'avenir.

Pour plus d'informations sur les charrues à versoirs et leurs réglages « Le livre de la main du laboureur », un guide complet pour atteindre et comprendre les principes fondamentaux de la charrue à versoir et son utilisation est disponible auprès de la Society of Ploughmen. Cliquez ici pour plus de détails.


Une brève histoire du labour

Pour de nombreuses exploitations agricoles à travers le monde aujourd'hui, le travail du sol est une partie essentielle des pratiques agricoles. Sans travail du sol, ils auraient du mal à faire pousser des cultures avec autant de succès – du moins le pensent-ils. Avec l'essor de l'agriculture sans labour, nous avons pensé que ce serait une bonne idée de jeter un regard rétrospectif sur l'évolution du travail du sol au fil du temps.

Le labourage dans l'histoire ancienne

Le fait de labourer le sol est une technique ancienne, malgré les charrues auxquelles nous sommes habitués à l'époque moderne. Utiliser des outils à main comme la houe, connue à l'époque sous le nom de ard, ou utiliser des animaux et des esclaves pour retourner et piétiner le sol est une idée vieille de plusieurs siècles.

Certains des premiers enregistrements détaillés du labourage proviennent de l'Égypte ancienne - bien que les peintures funéraires que nous possédons soient ouvertes à un débat sur ce qu'elles représentent réellement. « Les preuves semblent suggérer que très peu de travail du sol, voire aucun, était nécessaire sur des terres bien inondées par l'irrigation traditionnelle des bassins », explique Murray, auteur contribuant à Ancient Egyptian Materials and Technology.

En gardant la terre bien irriguée et donc fertile, les Égyptiens semblent avoir considérablement réduit le besoin de labourer la terre. En faisant couler de l'eau dans un réseau de bassins à travers les champs, ils s'assurent que les niveaux d'humidité du sol sont constamment suffisamment élevés et riches en nutriments pour leurs cultures sans labourer le sol pour faire remonter les nutriments à la surface et réduire la matière organique. De plus, le sol du Nil utilisé pour l'agriculture était beaucoup plus doux et sablonneux que les sols de type argileux auxquels de nombreux agriculteurs sont confrontés aujourd'hui.

Est-ce quelque chose que vous pouvez utiliser sur votre ferme aujourd'hui? C'est certainement une idée intéressante, mais sans un grand plan d'eau à proximité pour canaliser l'eau dans vos champs, cela pourrait être assez coûteux et nécessiter beaucoup d'entretien.

Pourtant, l'idée d'un réseau d'irrigation circulant dans les champs est restée avec nous jusqu'à ce jour, il suffit de regarder l'irrigation goutte à goutte : un réseau de tuyaux qui goutte à travers les champs, augmente les niveaux d'humidité du sol et peut également être utilisé pour fournir des nutriments et des herbicides.

Des siècles de développement du labour

Depuis les temps anciens, l'agriculture a traversé des siècles de développements technologiques, nous fournissant des outils et des techniques plus efficaces pour cultiver nos champs avec une efficacité maximale.

La simple charrue en bois est enregistrée pour la première fois dans une écriture anglaise aussi récente que le 12ème siècle, mais nous savons qu'elle existe depuis bien plus longtemps que cela.

Ces vieilles charrues sont des structures simples qui sont attachées au dos des animaux. Au fur et à mesure qu'ils avancent, une lame ou un simple bâton de bois traverse le sol, créant des gorges profondes dans la terre où le vieux sol est poussé et un sol nutritif et plus profond est exposé, prêt à être semé.

Au fur et à mesure que la charrue se développe, des pièces supplémentaires sont ajoutées à la simple lame qui traverse le sol. La « part » n'est qu'une de ces parties. La forme du « soc » est ce qui fait le succès de ces charrues : en ayant une variété de formes et de styles différents de « soc », vous obtiendrez différentes profondeurs de labour et différentes techniques pour différents types de sol. La lame coupe d'abord la terre, suivie par le soc qui pousse le sol de chaque côté, exposant le sol plus profond en dessous.

Ce type de charrue est communément appelé charrue à versoir et en regardant les schémas de cet appareil simple, il est facile de voir comment nos charrues modernes se sont développées à partir de cette idée originale.

Lorsque vous commencez à remplacer le patin sur ces anciens dispositifs de charrue à roues, cela permet au poids de la charrue d'augmenter tout en labourant plus profondément et en continuant à fonctionner en douceur. À ce stade, nous commençons à voir de la fonte utilisée pour créer la lame et la structure de la charrue – cette augmentation drastique du poids nécessitait plus de puissance pour labourer les champs.

Nous soupçonnons que des bœufs forts et puissants ont très probablement été utilisés pour tirer des charrues à travers l'histoire. L'utilisation de chevaux dans l'agriculture pour tirer des machines est un développement plus récent. Le cheval de comté lourd, par exemple, n'a atteint une grande popularité au Royaume-Uni et aux États-Unis qu'au XIXe siècle,

C'est au XVIIIe siècle que la science et la philosophie commencent à façonner le monde occidental avec plus de vigueur – la technologie agricole ne fait pas exception. Pendant ce temps, nous assistons à la montée en puissance de la première charrue à succès commercial qui a été produite en série (mais pas à l'échelle à laquelle nous sommes habitués aujourd'hui).

Nous faisons bien sûr référence à la charrue britannique Rotherham, sa conception plus légère composée de poignées simples, de socs et de versoirs l'a rendue très populaire au Royaume-Uni. Pas 60 ans plus tard, une autre percée au Royaume-Uni se produit tout à fait par erreur, permettant aux charrues de se renforcer encore plus. Un fondeur de fer d'Ipswich avec des moules défectueux a découvert que lorsque le métal en fusion utilisé pour fabriquer les charrues entrait en contact avec du métal froid, la résistance de la structure s'améliorait considérablement.

En 1837, un forgeron américain du nom de Deere a inventé la charrue en acier qui a connu un énorme succès auprès des agriculteurs américains aux prises avec des terres difficiles auparavant considérées comme impropres à l'agriculture.

Cela montre simplement comment les nouvelles technologies agricoles changent littéralement le monde qui nous entoure. Qui sait, les déserts arides et les climats froids sur lesquels nous pensons actuellement qu'il est impossible de cultiver pourraient devenir une option alors que la technologie agricole continue de se développer aujourd'hui.

Alors que nous traversons les développements du 19ème siècle, les moteurs à vapeur commencent à tirer nos charrues, en particulier en Amérique où ils conservent une certaine popularité tout au long du 20ème siècle, mais il ne faut pas longtemps avant que le tracteur moderne que nous connaissons commence à changer nos champs pour toujours…

While our tractors are getting more and more high tech (did you know there are companies working on a driverless tractor?!) the science behind tilling has barely changed. Now pulled by great hefty tractors that can till several rows at a time, tilling ultimately still relies on the same techniques.

Our machines make use of carefully calibrated wheels and blades to improve our tilling efforts as precision agriculture drives farming practices forward. Deere, the 19th century blacksmith mentioned previously, left a company that’s still producing some of the most popular tilling equipment that’s used worldwide today.

With the scientific agricultural improvements over the past decades, we’re getting much better at analysing and evaluating our farm management and practices, raising the question of whether tilling our fields is really that good for soil health and yield improvement.

No-tillage farming is becoming ever more popular as we better understand what tilling is doing to our soil. So what are the benefits of avoiding this ancient farming technique on your land?

Improved soil nutrition. Every time you till your land you’re tearing up the ecosystem that’s taken months to develop. From earth worm networks to plants that have been reducing the impact of soil erosion and all those important nutrients that are protected under layers of earth.

Protected soil. Every time you till you pull finer soils up to the surface and expose nutrients to the elements where they can be washed or blown away. By not tilling you are locking in those essential nutrients your crops need without compacting the soil by running over heavy tillage machinery.

Great for arid regions. When there’s little water in the soil to begin with, the last thing you want to be doing is digging up that moisture only to see it evaporate off. Not tilling this land will help to seal in the moisture.

There are some huge disadvantages to not tilling your land too, but it really does depend on your soil type and climate. For example, when you forgo tilling on arid land, you’re often left with a very hard, dry surface that’s difficult for rainwater to penetrate. This could cause run-off, flooding and dryer soils as you’ve not tilled the soil to a point where cracks enable water to drain and be absorbed properly.

As the agricultural world is becoming more divided over tilling practices maybe it’s time that you gave different techniques a go! Who knows, you may be the next inventor of technology that changes the world once more.

Whether you go for traditional tilling methods or try out some new methods of keeping your fields healthy and ready for sowing, you’re going to need the latest technology to achieve the optimum yield improvement levels. It’s so important to record and analyse how well your methods perform for your farm so we can drive technology forward and further increase farming efficiency.

Keep up to date with this blog and check back regularly for more developments in the precision agriculture world.

Ancient Egyptian Materials and Technology, Paul T. Nicholson, Ian Shaw, Cambridge University Press, 2000

A History of World Agriculture: From the Neolithic Age to the Current Crisis, Marcel Mazoyer, Laurence Roudart, NYU Press, 2006


This object is part of

Sommaire

Object No.

Object Statement

Description physique

Photographic glass plate negative, 'LDB4' four (4) furrow horsedrawn mouldboard plough, Clyde Engineering Pty Ltd, Australia, 1900-1945

A rectangular black and white silver gelatin glass plate negative in landscape format. The image depicts 'LDB4' four (4) furrow horsedrawn mouldboard plough.

Marks

Short URL

Dimensions

Hauteur

Largeur

Depth

Production

Remarques

The Clyde Engineering Company photograph collection is made up of around 1300 half plate glass negatives and approximately 4000 triacetate negatives.

The triacetate collection appears to date from the late 1930s through to 1960s the glass plates from around 1900-1950. Most of the photographs are commissioned works taken around the Clyde Works in Granville, Sydney. Others are copies of original photographic prints, blueprints and pages from books. These are hard to accurately date it is almost certain that the collection is the work of numerous photographers unfortunately their identity is at present unknown.

Glass plates were first used to support photographic emulsions in the late 1840s and remained in continuous use right through until the middle of the twentieth century. While the earliest plates supported 'dry' and 'wet' collodion emulsions these were replaced with silver gelatin emulsions in the 1880s. Unlike earlier plates these were mass produced on a huge scale and were capable of fast speeds even at half and full plate sizes.

One drawback of this process was that larger plate sizes required a correspondingly large camera to fit the plate. These were relatively cumbersome and when you take into consideration the weight of the glass plates it is no surprise to find they were mainly used for studio and commercial work. However they were still favoured by many professionals for a long time after roll film was introduced by Kodak in the late 1880s. This was because the large plates could be more easily worked on for masking and their contact prints provided better results than some of the early enlarging equipment

Geoff Barker, Assistant Curator, Total Asset Management Project, February, 2008

Les références
Gernsheim, H. and Gernsheim A., The History of Photography from the Earliest Use of the Camera Obscura in the Eleventh Century up to 1914. London, New York: Oxford University Press, 1955.

Histoire

Remarques

The Clyde Engineering Company photograph collection was acquired by the Powerhouse Museum in December 1987. The material was removed from Clyde Engineering when the offices were being relocated and appears to be only a portion of the original collection. Around 1350 half plate glass negatives and approximately 4000 triacetate negatives came to the Museum at this time.

The triacetate collection is made up predominantly of copies of blueprints and plans of machinery dating from the late 1940s through to 1960s. These subjects may have referred to actual work carried out by Clyde but material appears to have also been used for research and copied directly from books. In 2007 the triacetate negatives were placed into cold storage while waiting to be catalogued. In the same year the glass plates were catalogued and digitised as a part of the Total Asset Management Project for the Museum's collection database and website and for Picture Australia.

The subject matter contained in the half plate glass negatives covers over 60 years of the Clyde Engineering Company's activities in New South Wales. It starts in the 1880s when the company was still called Hudson Brothers and goes through to the late 1940s. Most of these images were taken at the Clyde Works in Granville, Sydney, New South Wales and many include interior and exterior images of the people and workshops at Clyde Engineering and on the banks of the Duck River.

Some appear to have been commissioned to record the completion of particular Clyde projects such as locomotives, boilers and agricultural equipment at the Clyde works. A few have been photographed in other locations such as the aircraft photographs taken at Bankstown Airport and some works photographed after delivery.

A few photographs are copies of original photographic prints, blueprints and pages from books and these are hard to accurately date. As most of the original negatives were taken over a long time period it is almost certain the photographs are the work of numerous photographers, unfortunately their identity is at present unknown.

Some of the negatives have appeared in a Clyde booklet published for the delegates of the 'Seventh Congress of the Chamber of Commerce of the British Empire in 1909' and a Clyde booklet held by the museum which was published around 1945. These publications and the fact that some of the negatives have been masked make it clear that the while the photographers were cataloguing the accomplishments of the company they were also creating content used to advertise and promote the company's products.

Two photographers who did photographic work for Clyde from the 1960s onwards were Charles French of 87 Yarram Street, Lidcombe in New South Wales and Jack Draper an employee and photographer employed by Clyde Engineering around the same period.

Geoff Barker, Assistant Curator, Total Asset Management Project, February, 2008


MOULDBOARD PLOUGH

Dear Sirs, I would like to ask you the best option for complementing/replacing the use of the mouldboard plough as primary tillage in the following conditions:

1. Almost flat terrain located in the north of the La Coruña province. It is heavy terrain with high clay content and medium/high rainfall. 2. There are meadows with a very high degree of compaction and worked land, corn and sugar beet, rapeseed mainly for rotation, with a medium or low compaction. 3. The secondary tillage is done with harrow discs. 4. Equipment: 65cv tractor.

1. A curved subsoiler. 2- To reduce tillage. 3. To reuse the 50mm square tube frame of the current cultivator to install the necessary tines and grilles. Currently harrow discs are used as the only tillage before seeding the rapeseed and for spreading compost on the soil, with very good results.

I look forward to your reply,.

The best option for decompacting the ground in the conditions you indicate is using a curved subsoiler with oblique tines, which is an instrument designed specifically for decompacting meadows, and that is used in some soils on which continuous direct seeding is carried out.

The oblique tines can be inserted on the frame that you have (50 mm square tubing) on two lines in opposite directions, as shown in the figure, although it is advisable to reinforce the tie points on the frame of each tine to give it greater resistance.

Although six tines are shown in the picture, given the power of the available tractor, we recommend only using 4 tines spaced about 40 cm apart (the two central tines would be 80 cm apart, inclining towards the centre of the implement).

There are companies that offer the complete curved subsoiler, however, if you want to take advantage of the cultivator frame, the oblique tines, Ref. 15010-A, offered by Bellota can be used, complemented with ancillary elements for a maximum work depth of 25 to 35 cm. We do not recommend working any deeper with a 65 CV tractor.

For this curved subsoiler to work well, it has to be used on crumbly soil (neither too dry nor too moist), so that the ground bursts and decompacts without leaving an uneven surface. It does not have to be used every year, but only when the soil appears compacted. It is best to cross the passes in subsequent operations. This could be done with harrow discs. We are at your disposal for any further clarification you may need.


Voir la vidéo: Fendt 1050 Vario diepploegen.. bij Van Werven deep ploughing Trekkerweb pure sound (Janvier 2022).