Nouvelles

Premiers homologues des revues savantes

Premiers homologues des revues savantes

Si je ne me trompe pas, les universités européennes sont nées au moyen-âge.

Aujourd'hui, le moyen de faire connaître de nouvelles découvertes à la communauté savante est la publication dans des revues savantes, ou plus récemment, des choses comme l'arXiv (qui n'est que peu référencée, donc les revues savantes sont toujours l'essentiel).

Quels moyens de faire connaître les nouvelles découvertes aux savants en général étaient utilisés au moyen âge ?

(Je me suis demandé si la raison pour laquelle les Normands médiévaux qui ont visité l'Amérique du Nord n'ont pas été crédités de sa « découverte » est qu'ils n'ont pas utilisé de tels moyens.)


Pendant une grande partie de la période médiévale, le seul moyen de diffuser les connaissances (scientifiques ou autres) était la lettre personnelle ou les livres. Dans un sens très réel, cela préservait les structures traditionnelles d'autorité, de connaissance et même de doctrine.

Dans son livre Radical Enlightenment: Philosophy and the Making of Modernity 1650-1750, Jonathan I. Israel soutient que le développement des revues savantes a servi à bouleverser ces structures et ainsi à accélérer le développement et l'expansion des connaissances.

J'aimerais illustrer la situation avant l'introduction des revues savantes avec quelques exemples.

Roger Bacon était un frère franciscain et philosophe du XIIIe siècle en Angleterre. Il est probablement mieux connu comme étant la première personne en Europe à avoir enregistré la formule de la poudre à canon. Il a mis l'accent sur l'étude de la nature à travers l'empirisme et a été l'un des premiers défenseurs européens de la « méthode scientifique » inspirée par Aristote. En tant que tel, nous pouvons probablement le classer raisonnablement parmi les premiers scientifiques.

C'était bien avant l'invention de l'imprimerie, son œuvre aurait donc été transcrite - à la main - dans le scriptorium d'un monastère. La quantité de travail impliquée dans le processus de transcription, de par sa nature même, limitait le nombre de copies pouvant être produites. À son tour, il s'agissait d'une réelle limitation de la diffusion des détails. Dans ce contexte, l'idée d'une « communauté savante » au sens moderne est probablement anachronique.

Malgré cela, certaines nouvelles des recherches et des découvertes de Bacon auraient été transmises par le bouche-à-oreille et par lettres. Cette nouvelle a certainement voyagé dans toute l'Europe, car nous savons que le pape Clément IV a demandé une copie de l'œuvre de Bacon. Une copie de son Opus Majus, fut envoyé au Pape à Rome en 1267.

Un autre Anglais, qui était aussi un praticien de la méthode scientifique, était Francis Bacon. Il a été actif au début de la révolution scientifique, quelque 300 ans après Roger Bacon. Malgré les travaux antérieurs de Roger Bacon, c'est François qui est aujourd'hui souvent appelé le « père de la méthode scientifique » et « le père de l'empirisme ».

Ce n'était pas parce que l'œuvre de Roger Bacon avait été perdue. Cela reflétait simplement l'augmentation de la gamme qui pouvait être obtenue dans les années qui ont suivi le développement de la presse à imprimer. Bien que ce soit après la période médiévale, c'était encore avant l'époque des sociétés savantes et des revues savantes. Ses œuvres ont été publiées en privé. Cependant, à certains égards, on peut affirmer que ce sont les travaux de Francis Bacon qui ont conduit à la publication de ces revues.

La Royal Society est peut-être la plus ancienne société savante encore existante. Elle a été fondée en novembre 1660. Ses membres fondateurs prétendaient avoir été influencés par la "nouvelle science" - promue par Francis Bacon dans son Nouvelle Atlantide.


Quant à la question de savoir pourquoi les Normands médiévaux qui ont visité l'Amérique du Nord n'ont pas été crédités de sa "découverte", cela est probablement dû en grande partie aux attitudes dominantes dans l'Europe chrétienne.

La plupart des textes ont été écrits par des hommes d'Église (ce qui nous ramène à ces « structures traditionnelles d'autorité et de connaissance » dont j'ai parlé plus haut). Compte tenu des déprédations des pillards vikings contre les abbayes et monastères chrétiens, il n'est probablement pas surprenant qu'elles aient rarement été signalées sous un jour positif. Selon toute probabilité, peu avaient même entendu parler des sagas nordiques, encore moins pensaient qu'elles valaient la peine d'être enregistrées. Parce que leurs colonies ont finalement échoué, l'histoire a tout simplement été perdue.


Pour autant que je sache, et jusqu'à la fin du XVIIe siècle, lorsque des revues universitaires ont commencé à paraître, les scientifiques communiquaient leurs pensées et leurs découvertes soit en publiant des livres, soit en s'envoyant des lettres.

Remarquez, ce dernier processus n'a pas changé cette beaucoup au départ, en ce que vous auriez toujours envoyer des lettres. La différence était que vous les envoyiez par ex. la Royal Society plutôt qu'à vos pairs directement. L'examen par les pairs n'a pas été courant avant le 20e siècle.

Au début des revues, il n'y avait même pas non plus de langue ou de format prescrit. Antonie van Leeuwenhoek, par exemple, écrivait en néerlandais familier lorsqu'elle écrivait à la Royal Society. (Je me souviens avoir lu quelque part - mais je ne me souviens malheureusement pas du livre, à part le fait qu'il avait une couverture bleutée et avait à voir avec la découverte du fonctionnement de la reproduction sexuée - qu'il a fait une exception une fois. À savoir, il a fait traduire sa lettre en latin lorsqu'il a écrit sur sa découverte des spermatozoïdes. Dans cette dernière, il aurait également tenu à expliquer qu'il avait extrait son sperme après avoir eu des relations sexuelles avec sa femme plutôt qu'en se masturbant.)


Les moyens de communication des idées scientifiques avant le XVIIe siècle étaient les livres, les lettres privées, les conférences et les débats publics. (Il n'y avait pas de sociétés scientifiques avant le 17ème siècle). Soit dit en passant, de nombreuses découvertes scientifiques importantes ne sont pas venues des universités à cette époque. Par exemple, Fibonacci n'était associé à aucune université.

Vous devriez être plus précis sur ce que vous entendez par science au Moyen Âge. Presque aucune science n'existait en Europe avant la Renaissance. Ainsi, lorsque nous parlons de science médiévale, nous devrions d'abord discuter du monde musulman.

Si vous parlez de la Renaissance, il n'y avait pas encore de sociétés scientifiques, et les moyens de communication sont restés les mêmes (Napier, Brahe, Kepler, Galileo, ils ont tous écrit des livres et des lettres, ici il n'y avait pas de sociétés scientifiques, et d'ailleurs aucune des ces personnes nommées étaient associées à n'importe quelle université).


Premiers homologues des revues savantes - Histoire

Le Journal de l'histoire américaine présente des entretiens avec des auteurs d'articles dans la revue.

L'hôte invité, le Dr Mireya Loza, professeur adjoint en études alimentaires à l'Université de New York, interviewe le Dr Verónica Martínez-Matsuda, professeure adjointe de relations de travail, de droit et d'histoire à l'Université Cornell, à propos de son article « Pour le travail et la démocratie : la sécurité agricole Visions concurrentes de l'administration pour la réforme socio-économique des travailleurs agricoles et les droits civils dans les années 1940", qui apparaît dans le numéro de septembre 2019 de la JAH.

Process est le blog de l'Organisation des historiens américains, Le Journal de l'histoire américaine, et L'historien américain, dédié à l'exploration du processus de création de l'histoire et des multiples façons de s'engager avec le passé des États-Unis.

Connectez-vous avec l'Organisation des historiens américains sur Facebook!

Organisation des historiens américains

Fondée en 1907, l'Organisation des historiens américains (OAH) est la plus grande société professionnelle dédiée à l'enseignement et à l'étude de l'histoire américaine. Plus d'information.

Lisez le dernier numéro virtuel intitulé 'Black Women Authors in the Journal d'histoire américaine'

Passé en avant : Articles du Journal d'histoire américaine sélectionne certains des meilleurs articles de Le Journal de l'histoire américaine pour répondre aux besoins des élèves et des enseignants de l'enquête sur l'histoire des États-Unis.

Information sur le tome 1 : Des fondations coloniales à la guerre civile. Informations sur le tome 2 : De la guerre civile à nos jours.

Inscrivez-vous pour recevoir des alertes par e-mail de la table des matières dès les nouveaux numéros de Journal d'histoire américaine sont publiés en ligne.


Premiers homologues des revues savantes - Histoire

  • Le 22 septembre 1862, le président Lincoln a publié le premier de deux décrets déclarant la liberté de tous les esclaves dans tous les États des États-Unis confédérés qui ne sont pas revenus sous le contrôle de l'Union à la fin de l'année. Le 1er janvier 1863, il a donné suite à un deuxième ordre qui nommait les États spécifiques auxquels le premier ordre s'appliquait.
  • Bien qu'il ait été largement critiqué à l'époque comme ne libérant que des esclaves sur lesquels l'Union n'avait pas de pouvoir, il a réussi à engager l'Union à mettre fin à l'esclavage. À l'époque, l'esclavage était encore controversé dans le Nord.

Treizième amendement :

Le treizième amendement a officiellement aboli l'esclavage, à quelques exceptions près concernant les sanctions pénales. Avant sa ratification, l'esclavage était encore légal dans le Delaware, le Kentucky, le Missouri, le Maryland et le New Jersey. Tous les autres États étaient tombés sous la juridiction de la Proclamation d'émancipation. L'amendement, ratifié le 6 décembre 1865, stipule :

"Section 1. Ni l'esclavage ni la servitude involontaire, sauf en tant que punition pour un crime où l'une des parties aura été dûment condamnée, n'existera aux États-Unis ou en tout lieu soumis à leur juridiction.

Section 2. Le Congrès aura le pouvoir de faire appliquer cet article par une législation appropriée. »

Lois Jim Crow :

Les lois Jim Crow ont été appliquées entre les années 1870 et 1965, en particulier dans les États du Sud et frontaliers. Ils prétendaient "séparés mais égaux", bien qu'en réalité, les logements "colorés" étaient systématiquement inférieurs à leurs homologues "blancs". Ceux-ci comprenaient, mais sans s'y limiter, des écoles séparées, des toilettes, des transports et des restaurants.

  • "Il sera illégal pour toute équipe de baseball blanche amateur de jouer au baseball sur un terrain vacant ou un terrain de baseball à moins de deux pâtés de maisons d'un terrain de jeu consacré à la race noire, et [vice versa]"
  • « Les livres ne doivent pas être interchangeables entre les écoles blanches et colorées, mais doivent continuer à être utilisés par la race qui les utilise en premier. »
  • « Quiconque louera une partie quelconque d'un bâtiment à une personne noire ou à une famille noire alors que ce bâtiment est déjà occupé par une personne blanche ou une famille blanche, ou vice versa. sera coupable d'un délit. »

Loi sur les droits civiques de 1964 :

L'acte bien connu qui a interdit la ségrégation en public et dans les écoles. Cette loi a annulé les lois Jim Crow.


L'écart croissant et persistant entre les sexes

Toutes années et disciplines confondues, les femmes représentent 27 % des auteurs, un chiffre qui masque des tendances importantes : alors qu'en 1955 les femmes ne représentaient que 12 % de tous les auteurs actifs, cette fraction a régulièrement augmenté au cours du siècle dernier, atteignant 35 % en 2005 (Fig. . 1UNE). Pourtant, ces chiffres agrégés cachent des différences disciplinaires considérables, car la proportion de femmes est aussi faible que 15 % en mathématiques, physique et informatique et atteint 33 % en psychologie (Fig. 1B). Nous observons également des variations importantes selon les pays, constatant que la proportion de femmes scientifiques peut être aussi faible que 28% en Allemagne et atteint la parité avec 50% en Russie (Fig. 1C).

Déséquilibre entre les sexes depuis 1955. (UNE) Le nombre d'auteurs féminins (orange) et masculins (bleus) actifs au fil du temps et les proportions totales d'auteurs (Encart). (B et C) La proportion d'auteurs femmes dans plusieurs disciplines (B) et les pays (C) pour la liste complète, voir Annexe SI, tableaux S3 et S4. () La carrière d'édition universitaire d'un scientifique se caractérise par son dossier de publication temporel. Pour chaque publication, nous identifions la date (point doré) et le nombre de citations après 10 ans c 10 (ligne dorée, inférieure). L'agrégation par année fournit la productivité annuelle (barres dorées claires), tandis que l'agrégation sur l'ensemble de la carrière donne la productivité totale (barre jaune solide, à droite) et l'impact total (barre jaune solide, à droite). La durée de carrière est calculée comme le temps entre la première et la dernière publication, et la productivité annuelle (ligne dorée en pointillés) représente la productivité annuelle moyenne. Les auteurs abandonnent nos données lors de la publication de leur dernier article.

La faible proportion de femmes publiant activement dans STEM ne saisit qu'un aspect de l'inégalité entre les sexes. Les différences persistantes de productivité et d'impact entre les sexes sont tout aussi importantes (Fig. 1). Nous constatons que si, en moyenne, les hommes scientifiques publient 13,2 articles au cours de leur carrière, les femmes auteurs n'en publient que 9,6, ce qui entraîne un écart de 27% entre les sexes dans la productivité totale (Fig. 2UNE). La différence est particulièrement prononcée parmi les auteurs productifs, car les auteurs masculins dans la tranche de productivité supérieure de 20 % publient 37 % plus d'articles que les auteurs féminins (Fig. 2UNE). Fait intéressant, l'écart entre les sexes disparaît pour les auteurs productifs médians (20 % au milieu) et s'inverse pour les auteurs dans les 20 % inférieurs. L'écart entre les sexes dans la productivité totale persiste pour toutes les disciplines et presque tous les pays (Fig. 2 B et C). Nous observons également un écart important entre les sexes dans la productivité totale pour les affiliations les mieux classées (Fig. 2) (déterminé à partir du classement mondial des universités du Times Higher Education 2019 Annexe SI, article S2.D).

Écart entre les sexes dans les carrières de l'édition scientifique. L'écart entre les sexes est quantifié par la différence relative entre la moyenne des auteurs masculins (bleu) et féminins (orange). Dans tous les cas, les différences relatives entre les sexes sont statistiquement significatives, comme établi par le t tester, avec P valeurs < 1 0 − 4 , sauf indication contraire (voir Annexe SI, section S4.A pour les statistiques de test). (UNEE) Productivité totale ventilée par centile (UNE), la discipline (B), pays (C), rang d'affiliation () et décennie (E). L'écart de productivité entre les sexes s'est creusé des années 1950 aux années 2000. (FJ) Impact total subdivisé par centile (F), la discipline (g), pays (H), rang d'affiliation (je) et décennie (J). (KO) La productivité annuelle est presque identique pour les auteurs masculins et féminins lorsqu'elle est subdivisée par centile (K), la discipline (L), pays (M), rang d'affiliation (N) et décennie (O). (PT) Durée de carrière ventilée par centile (P), la discipline (Q), pays (R), rang d'affiliation (S) et décennie (T).

Nous mesurons l'impact total au cours d'une carrière universitaire par le nombre de citations accumulées 10 ans après la publication ( c 10 ) par chaque article publié au cours d'une carrière (Fig. 1), après suppression des auto-citations et remise à l'échelle pour tenir compte de l'inflation des citations (32 ⇓ –34) (Annexe SI, article S2.F). Nous constatons que les hommes scientifiques reçoivent 30% de citations en plus pour leurs publications que les femmes scientifiques (Fig. 2F). Encore une fois, la différence d'impact total est la plus importante pour les auteurs à fort impact et inverse pour les auteurs à impact médian et à faible impact : les auteurs masculins dans les 20 % supérieurs en termes d'impact sur leur carrière reçoivent 36 % de citations de plus que leurs homologues féminines. La disparité d'impact persiste dans presque tous les pays et toutes les disciplines (Fig. 1 g et H), et peut être trouvé, dans une moindre mesure, dans toutes les affiliations quel que soit le rang d'affiliation (Fig. 1je).

Paradoxalement, l'augmentation progressive de la proportion de femmes dans les sciences (5) (Fig. 1UNE) s'accompagne d'une augmentation constante des écarts de productivité et d'impact entre les sexes (Fig. 2 E et J). L'écart entre les sexes dans la productivité totale est passé de près de 10 % dans les années 1950 à un fort biais en faveur de la productivité masculine (écart de 35 %) dans les années 2000. L'écart entre les sexes dans l'impact total passe en fait d'un impact légèrement plus féminin dans les années 1950 à un écart de 34% en faveur des auteurs masculins au cours de la même période. Ces observations perturbent l'idée reçue selon laquelle le monde universitaire peut parvenir à l'égalité des sexes simplement en augmentant le nombre d'auteures participantes.

En résumé, malgré les récentes tentatives d'uniformiser les règles du jeu, les hommes continuent d'être 2 fois plus nombreux que les femmes dans la main-d'œuvre scientifique et, en moyenne, ont des carrières plus productives et accumulent plus d'impact. Ces résultats confirment, en utilisant une méthodologie unifiée couvrant la plupart des sciences, des observations antérieures dans des disciplines et des pays spécifiques (2, 9, 11, 12, 16, 35 ⇓ ⇓ –38) et soutiennent de manière quantitative la perception selon laquelle les différences mondiales entre les sexes dans le monde universitaire est un phénomène universel persistant dans toutes les disciplines STEM et dans la plupart des régions géographiques. De plus, nous constatons que les écarts entre les sexes en matière de productivité et d'impact ont considérablement augmenté au cours des 60 dernières années. L'universalité du phénomène nous amène à nous demander : quelles caractéristiques des carrières universitaires sont à l'origine des différences observées entre les sexes dans la productivité totale et l'impact ?


William et Mary trimestriel

Les William et Mary trimestriel est la principale revue de l'histoire et de la culture américaines anciennes. Fondée en 1892 et publiée par l'Institut Omohundro de Williamsburg, en Virginie, c'est l'une des plus anciennes revues universitaires des États-Unis et l'une des dix premières archivées sur JSTOR. Aujourd'hui le Trimestriel se classe parmi les revues les plus citées couvrant une époque et un lieu spécifiques et est l'une des revues historiques les plus respectées et les plus acclamées au monde.

Nous recherchons des articles de portée et d'importance qui parlent de manière significative à de multiples domaines, utilisent de nouvelles méthodes et mettent en évidence de nouvelles sources. Nous publions des forums critiques et des essais de révision ainsi que des examens substantiels de livres individuels. Pour stimuler de nouvelles conversations, nous parrainons des ateliers annuels sur des thèmes importants. Les Trimestriel nourrit, publie et examine de nouveaux travaux importants représentant les chronologies, les géographies et les thèmes les plus larges actuellement explorés par les chercheurs du début de l'Amérique du Nord - traitant de multiples populations et groupes linguistiques couvrant le XVe au début du XIXe siècle et s'étendant à travers le continent et autour de l'Atlantique monde.

Des articles récents ont examiné l'histoire de l'Atlantique en tant qu'histoire familiale, les marins anglais au Nunavut au XVIe siècle, la réglementation du sexe au début des Bermudes, la torture au début de la Nouvelle-Orléans, les réseaux sociaux dans les régions frontalières franco-illinoises, les révolutionnaires haïtiens, les connaissances scientifiques en Floride, les enfants le travail et la scolarité en Nouvelle-Angleterre, l'histoire naturelle et la traite des esclaves, et le tournant républicain de 1776, parmi de nombreux autres sujets.

Ancrés dans l'histoire, nous invitons les soumissions de toutes les disciplines pertinentes et de tous les rangs universitaires. Des spécialistes de l'anthropologie, de l'archéologie, de l'histoire de l'art, de l'économie, de l'histoire, de l'histoire des sciences et de la médecine, du droit, de la littérature, de la culture matérielle et des sciences politiques ont contribué à des questions récentes.

Revue hautement sélective, nous commandons des examens par les pairs en double aveugle pour sept ou huit fois plus de manuscrits que nous pouvons publier, en espérant que notre processus d'examen rigoureux aidera les auteurs que nous acceptons et ceux que nous ne pouvons pas. Notre personnel de production et nos assistants vérifient minutieusement les articles et travaillent en étroite collaboration avec les auteurs pour s'assurer que les essais sont clairs, attrayants et précis.

Produire une revue bien organisée, de haute intégrité et à fort impact à un moment de grand changement dans l'édition universitaire est un travail d'équipe fondé sur l'excellence de notre personnel et sur les normes élevées de nos lecteurs et évaluateurs, dont la générosité rend possible pour le Trimestriel être un lieu d'incubation et de diffusion de nouveaux travaux.


Journaux scolaires

Ce répertoire initie les nouveaux arrivants au domaine des enfants et des études sur l'enfance avec la littérature périodique actuelle. Il vise également à aider les universitaires et autres chercheurs de diverses disciplines à sélectionner les revues appropriées alors qu'ils cherchent à publier leurs travaux. Les modifications des URL - et des liens rompus correspondants - sont hors de notre contrôle. Veuillez nous envoyer un e-mail avec des suggestions ou pour signaler des liens brisés.

  • Adoption Trimestrielleexamine les questions de garde d'enfants, d'adoption du point de vue de la durée de vie et des significations psychologiques et sociales du mot « famille ». Cette revue internationale multidisciplinaire présente des travaux conceptuels et empiriques, des commentaires et des critiques de livres du domaines des sciences sociales, des sciences humaines, des sciences biologiques, du droit et de la politique sociale. Routledge. Trimestriel. est une publication interdisciplinaire du Strong Museum of Play. Un forum pour discuter de l'histoire, de la science et de la culture du jeu. Les Journal vise à accroître la sensibilisation et la compréhension du rôle du jeu dans l'apprentissage et le développement humain et la manière dont le jeu éclaire l'histoire culturelle.
  • Bookbird : une revue internationale de littérature jeunesse communique de nouvelles idées à toute la communauté des lecteurs intéressés par les livres pour enfants. Publié par le Conseil international des livres pour la jeunesse.
  • Études d'enfance– une revue évaluée par des pairs offrant un forum de discussion sur l'enfance, les jeunes masculinités et la vie des garçons en explorant toute l'échelle des complexités, des défis et des héritages qui informent les développements masculins et masculins.
    – The International Journal, publication officielle de la Société internationale pour la prévention de la maltraitance et de la négligence envers les enfants, offre un forum international et multidisciplinaire sur tous les aspects de la maltraitance et de la négligence envers les enfants, y compris les abus sexuels, avec un accent particulier sur la prévention et le traitement. Bien que les contributions proviendront principalement des domaines de la psychologie, de la psychiatrie, du travail social, de la médecine, des soins infirmiers, du droit, de l'application de la loi, de la législation, de l'éducation et de l'anthropologie, la revue vise à encourager les organisations de défense des droits des personnes et des enfants à contribuer. Elsevier Science. Mensuel.
  • Enfant : soins, santé et développement – Cette revue interdisciplinaire contribue à la compréhension des facteurs, notamment sociaux et environnementaux, qui influencent la santé et le développement. Vise la promotion de la santé, l'amélioration des soins et du traitement, en particulier pour les enfants ayant des problèmes physiques, développementaux, émotionnels et sociaux. Blackwell Science. Bimensuel.
  • Développement de l'enfant– Journal de la Society for Research in Child Development. Couvre des sujets sur le développement de l'enfant de la période fœtale à l'adolescence. Public: des chercheurs et des praticiens, y compris des pédopsychiatres, des psychologues cliniciens, des travailleurs sociaux psychiatriques, des spécialistes de l'éducation de la petite enfance, des psychologues scolaires et des enseignants en éducation spécialisée. Blackwell. Bimensuel.
  • Résumés sur le développement de l'enfant et bibliographie – Source de référence à la littérature actuelle liée à la croissance et au développement des enfants par la Society for Research in Child Development. Sélections d'environ 275 revues en anglais et en langues étrangères, rapports techniques et livres qui couvrent l'éducation et les sciences biomédicales et comportementales. Blackwell. Tous les trois ans.
  • Maltraitance des enfants– Journal of the American Professional Society on the Abuse of Children (APSAC) fournit un forum interdisciplinaire diffusant des recherches originales, des informations et des innovations techniques sur la maltraitance et la négligence des enfants. Sauge. Trimestriel.
  • Pédopsychiatrie et développement humain– publie des recherches sur le diagnostic, l'évaluation, le traitement, l'épidémiologie, le développement, le plaidoyer, la formation, les facteurs culturels, l'éthique, les politiques et les problèmes professionnels liés aux troubles cliniques chez les enfants, les adolescents et les familles. Kluwer. Trimestriel.
  • Examen de la psychologie et de la psychiatrie de l'enfant– Publié pour l'Association pour la psychologie et la psychiatrie de l'enfant. L'examen comprend des études de nouveaux développements théoriques, des études de cas cliniques, des descriptions de techniques innovantes et de nouveaux développements de services. Cambridge en ligne. Trimestriel.
  • Examen de la protection de l'enfance – un journal électronique qui contient à la fois des liens et des articles liés au bien-être de l'enfance. Plus d'une centaine d'articles sont organisés en six catégories : maltraitance des enfants, placement en famille d'accueil et adoption, réforme de l'aide sociale et enfants, pauvreté et inégalités des enfants, défense des droits des enfants et valeurs et enfants. Pour soumettre ou recommander un contrat de lien d'article : Duncan Lindsey, rédacteur en chef, Child Welfare Review, School of Public Policy and Social Research, 3250 Public Policy Building, University of California, Los Angeles, Los Angeles, Californie 90095-1656
  • Enfance– Un journal mondial de recherche sur les enfants est un forum interdisciplinaire majeur pour la recherche sur les enfants dans la société mondiale contemporaine qui couvre les divisions entre les régions géographiques, les disciplines, les contextes sociaux et culturels et la recherche appliquée et fondamentale. Publié par Sage en association avec le Norwegian Centre for Child Research. Trimestriel.
  • Enfance et philosophie – journal du Conseil international pour la recherche philosophique avec les enfants traitant des questions de la façon dont les enfants font de la philosophie et de l'histoire et des pratiques actuelles de la philosophie avec les enfants.
  • L'éducation de la petite enfance– journal de l'Association for Childhood Education International (ACEI). Comporte des articles sur les pratiques innovantes en classe, les problèmes vitaux affectant l'éducation, les enfants et les familles sur la croissance et le développement de l'enfant et la théorie du développement des activités pratiques en classe, des critiques de nouveaux livres, vidéos, logiciels et ressources professionnelles pour enfants. Le volume annuel comprend un numéro thématique annuel et un numéro thématique international. Bimensuel.

Enfance en Afrique est une revue à comité de lecture spécifiquement axée sur les problèmes et les sujets liés aux enfants en Afrique, conçue pour favoriser un libre échange d'idées entre les universitaires africains et les universitaires du monde entier.

Géographies des enfants est une revue à comité de lecture qui fournit un forum international pour discuter des questions qui ont un impact sur les mondes géographiques des enfants et des jeunes de moins de 25 ans et de leurs familles.

Technologie et ingénierie pour enfants est un journal dynamique et pratique pour toute personne intéressée par la culture technologique de la maternelle à la 6e année.

  • La psychologie du développement – publie des articles sur le développement humain tout au long de la vie. Les recherches sur le terrain, les études interculturelles, les recherches sur le genre et l'ethnicité et les recherches sur d'autres sujets socialement importants sont particulièrement bienvenues. Association Américaine de Psychologie. Publié tous les deux mois.
  • Journal de l'éducation de la petite enfance – pour les éducateurs et les fournisseurs de services de garde. Couvre le curriculum, les programmes de garde d'enfants, l'administration, le perfectionnement du personnel, les relations famille-école, les questions d'équité, les unités multiculturelles, la nutrition santé, les installations, les besoins spéciaux, les soins parrainés par l'employeur, les programmes pour nourrissons et tout-petits, le développement de l'enfant, la défense des droits, ainsi que des articles sur les tendances, les politiques et les pratiques. Kluwer. Trimestriel.
  • Affaires de famille Journal de recherche de l'Australian Institute of Family Studies. Contient les dernières recherches des spécialistes des sciences sociales, des analystes des politiques sociales, des fournisseurs de services et des agences de recherche australiens. 3x/an.
  • L'avenir des enfants – publié trois fois par an par la Fondation David et Lucile Packard, Los Altos, Californie. L'avenir des enfants Le but est de diffuser des informations sur les principales questions liées au bien-être des enfants.
    est une revue à comité de lecture offrant un forum pour la discussion critique de la jeunesse à partir d'une variété de perspectives disciplinaires, et pour la diffusion des recherches et des réflexions actuelles sur la vie des filles à un large public interdisciplinaire d'universitaires, de chercheurs et de praticiens dans les domaines de l'éducation, des services sociaux et des soins de santé et des décideurs. offre une opportunité aux chercheurs, étudiants universitaires et collégiaux et aux professionnels qui s'intéressent aux questions liées à l'enfance dans les contextes éducatifs, familiaux et communautaires dans une perspective globale de présenter, partager et discuter de leurs travaux. GSC vise à offrir aux universitaires et aux chercheurs émergents des opportunités d'interroger les manières dont la mondialisation et les nouvelles perspectives mondiales ont un impact sur les expériences de vie des enfants.
    publie des articles interdisciplinaires, empiriques, théoriques et méthodologiques traitant du développement psychologique pendant la petite enfance et l'enfance jusqu'à et y compris l'adolescence. John Wiley & Sons. sert de forum pour communiquer des recherches originales et de haute qualité sur l'interaction enfant-ordinateur et la conception d'interaction et les enfants. reflète les perspectives d'un large éventail de disciplines et contribue à une meilleure compréhension des droits des enfants et de leur impact sur le concept et le développement de l'enfance.
    est une revue universitaire interdisciplinaire à comité de lecture dont le mandat est de publier des recherches et de fournir un forum de discussion sur les productions culturelles pour, par et sur les jeunes. Particulièrement intéressé par les fonctions culturelles et les représentations de « l'enfant », y compris la littérature et les médias pour enfants et jeunes adultes la culture matérielle des jeunes, y compris les jouets la culture numérique et les jeunes constructions, fonctions et rôles historiques et contemporains de « l'enfant » et des adolescents et la littérature, l'art et les films d'enfants et de jeunes adultes.
  • Journal pour l'éducation des surdoués – est une revue de diffusion internationale dédiée à l'analyse et à la communication des connaissances et de la recherche sur les doués et les talentueux.
  • Journal de psychologie de l'enfant anormal – rassemble les dernières recherches sur la psychopathologie de l'enfance et de l'adolescence en mettant l'accent sur les études empiriques des troubles de l'enfance (troubles perturbateurs du comportement, dépression, anxiété et troubles envahissants du développement). Des études mettant en évidence les facteurs de risque et de protection, l'écologie et les corrélats des problèmes de comportement des enfants et les progrès de la prévention et du traitement sont présentés. est une revue internationale, à large base et interdisciplinaire qui aborde des questions d'importance professionnelle et académique concernant le développement entre la puberté et l'atteinte du statut d'adulte au sein de la société.
  • Journal de recherche sur les adolescents utilise une approche interdisciplinaire pour élargir votre perspective sur le développement de l'adolescent. Le comité de rédaction et les examinateurs de la revue représentent plus de 30 disciplines, offrant une perspective unique et large sur la nature du développement des adolescents. Six fois par an : janvier, avril, mai, juillet, octobre, novembre.
  • Journal de l'alphabétisation des adolescents et des adultes – est une revue professionnelle évaluée par des pairs qui se veut un forum ouvert pour le domaine de l'alphabétisation. Ses objectifs sont d'encourager des méthodes novatrices d'enseignement et d'étude de l'alphabétisation et de résoudre les problèmes et les enjeux auxquels sont confrontés les éducateurs dans des contextes culturels, économiques et sociaux en évolution rapide. Publié huit fois par an. est une revue en ligne en accès libre et évaluée par des pairs qui se concentre uniquement sur les besoins des enfants à travers un prisme holistique. Axé sur la recherche interdisciplinaire liée à des solutions politiques pratiques et fondées sur des preuves pour les problèmes des enfants, le JARC sert à éclairer les décisions législatives et politiques, ainsi que les modèles de pratique existants et innovants.
  • Journal of Child & Adolescent Group Therapy – aborde tout l'éventail des questions professionnelles liées au traitement des groupes de jeunes et de parents. Les contributeurs examinent les données actuelles du traitement de groupe dans divers contextes, tels que les hôpitaux pour patients hospitalisés et ambulatoires, les centres de traitement résidentiels, les établissements de santé mentale communautaires, les agences sociales et les établissements universitaires. Trimestriel.
  • Journal of Child & Family Studies – est un forum international pour les questions d'actualité relatives au bien-être mental des enfants, des adolescents et de leurs familles. Trimestriel.
  • Journal du langage enfantin– Cambridge Online publie des articles sur l'étude scientifique du comportement langagier chez les enfants. Approcher: International and interdisciplinary (psychology, linguistics, cognitive science and anthropology). Published in February, June and October.
  • Journal of Child Sexual Abuse – research, treatment & program innovations for victims, survivors & offenders. Quarterly.
  • Journal of Childhood and Religion – online journal dealing with a wide range of theological, ethical, historical, biblical, sociological, anthropological, and psychological scholarship on childhood and religion. is a refereed journal devoted to teaching and scholarship in the field of children’s literature. It is the product of the Children’s Literature Assembly of NCTE.
  • Journal of Clinical Child & Adolescent Psychology
  • Journal of Early Adolescence– provides a premier forum for research including adolescents from 10 to 15 years of age. Bringing together leading researchers, scholars, and professionals, the Journal of Early Adolescence bridges theory, research, and practice to explore issues dealing with the care, education, and development of today’s young adolescents. Quarterly. is a peer-reviewed international quarterly journal. The main emphasis in the journal is on papers researching issues related to the nature, function and use of literacy in early childhood. is a peer reviewed journal that provides an international forum for childhood research, bridging cross-disciplinary areas and applying theory and research within the professional community. This reflects the world-wide growth in theoretical and empirical research on learning and development in early childhood and the impact of this on provision. – publishes original, primary psychological research pertaining to education across all ages and educational levels. American Psychological Association. Published quarterly, beginning in March.
  • Journal of Experimental Psychology: Learning, Memory, & Cognition – publishes original experimental studies on basic processes of cognition, learning, memory, imagery, concept formation, problem solving, decision making, thinking, reading, and language processing. Bimonthly. is the interdisciplinary forum dedicated to improving the quality of life for lesbian, gay, bisexual, transgender, and questioning youth. This quarterly journal presents peer-reviewed scholarly articles, practitioner-based essays, policy analyses, and revealing narratives from young people.
  • Journal of Pediatric Psychology – publishes papers on a wide variety of topics exploring the inter-relationship between the psychological and physical well-being of children, adolescents and families. Quarterly.
  • Journal of Research in Childhood Education – journal of the Association for Childhood Education International (ACEI). publishes reports of empirical research, theoretical articles, ethnographic and case studies, cross-cultural studies and studies addressing international concerns, participant observation studies, and studies deriving data collected from naturalistic settings. Bi-annual.
  • Journal of the History of Childhood and Youth
  • Journal of Urban Youth Culture – offers concerned scholars the opportunity to contribute to our awareness and understanding of urban youth development. The overarching goal of this Journal is to provide a place where people who care about the future these young people face can share fresh ideas and insights.
  • Language LearningA Journal of Research in Language Studies is a scientific journal dedicated to the understanding of language learning broadly defined. It publishes research articles that systematically apply methods of inquiry from disciplines including psychology, linguistics, cognitive science, educational inquiry, neuroscience, ethnography, sociolinguistics, sociology and semiotics. 5 issues/year. is a theme- and genre-centered journal of international scope committed to a serious, ongoing discussion of literature for children. is an electronic journal about children’s literature that combines an interest in the traditional with an eye to the modern.
  • Monographs of the Society for Research in Child Development – Since 1935 this series has presented in-depth research studies and significant findings in child development and its related disciplines. Each issue consists of a single study or a group of papers on a single theme, accompanied usually by commentary and discussion. 3-4 issues annually.
    is multidisciplinary in nature, providing opportunities for the ‘pure’ discussion of children’s literature, and of issues relating to one of the key places in which to find such literature—libraries for young people
    is a unique forum for the philosophical questions – and answers – of young people and their teachers. Each topical issue contains philosophical discussions, drawings, philosophical writing by students.
    is an online, international, interdisciplinary, peer-reviewed journal that provides a forum for scholars and professionals to interrogate representations of children in film, television, Cyberspace, video games, photography, art, or any other visual medium where the image of the child is featured.
    is an online open-access platform built to play with the traditional concept of a journal. The brainchild of the SDSU ChildLit Grad Student Association, The Unjournal was established in the fall of 2012 to create an active and supportive community of peers eager about the limitless facets of the field of Children’s Literature.
    is an online, open-access, interdisciplinary forum for substantive conversations about understanding and improving the lives of children and families throughout the world. Our scope is unique and broad: peer-reviewed scholarly articles as well as essays by policy makers, advocates, educators, NGOs, and practitioners.

Early counterparts of scholarly journals - History

Les Journal for Early Modern Cultural Studies is a home for new interdisciplinary scholarship on the early modern world that roots its inquiries in current theoretical and political debates. JEMCS understands the "early modern" in its broadest possible scope, and welcomes studies on political theology, philosophy, economy (labor, slavery, class), aesthetic currents, and the intellectual and cultural world of the fifteenth to the nineteenth centuries. Since its founding in 2000, JEMCS has served as a venue for theoretical approaches that have, in recent decades, reshaped early modern scholarship: queer and feminist theory, postcolonial theory, histories of race and empire, transnational studies, histories of globalization, and cultural materialism. JEMCS reflects these stimulating possibilities by providing a common venue for scholars in such diverse fields as anthropology, art history, economics, history, literary criticism, political science, and sociology. JEMCS challenges the boundaries that separate traditional scholarly disciplines while bringing those disciplines into dialogue with each other.

The editors invite essay submissions in all areas of cultural studies from the late-fifteenth through the early-nineteenth centuries. Manuscripts should not be under consideration elsewhere, and they should not identify the author except on an accompanying sheet that includes the title of the submission, the name of the author, and the author's regular-mail and e-mail addresses.

All manuscripts must include a 100-200 word abstract. JEMCS adheres to MLA format, and submissions should be prepared accordingly. Please send a digital copy of the essay, the abstract, and the author information to [email protected] in either .doc or .rtf format. Alternatively, we can still accept manuscripts in hard copy by mail, to the address below. If authors wish their work to be returned, it must be accompanied by a stamped, self-addressed envelope with correct postage. Manuscripts will be acknowledged by e-mail when they are received. All submissions will be evaluated anonymously by no fewer than one and no more than three readers. JEMCS seeks to reach a decision on submissions within approximately 90 days of receipt.

Editorial Office Contact Information:

Editors - JEMCS
University of California San Diego
9500 Gilman Drive, Literature Department 0410
La Jolla, CA 92093-0410
Send e-mail to: [email protected]

Business inquiries should be sent to Penn Press at:

University of Pennsylvania Press
Journals Division
3905 Spruce Street
Philadelphia, PA 19104-4112
Phone: 215-898-6261
Fax: 215-746-3636
[e-mail protégé]

2021 Subscription Rates

Individuals: $35.00, electronic only $31.50
Students: $20.00
Institutions: $95.00, online only $63.00
($19 will be added for shipping to nonUS addresses)


Early counterparts of scholarly journals - History

We regret to inform users that this resource is no longer available. The site has been withdrawn as the technologies which it is built with have reached end-of-life.

Last update to original site:
1999

Date withdrawn:
1 April 2020

Acccessing online copies of the journals and magazines

Digitized versions of the journals and magazines originally hosted on ILEJ can be accessed through the following providers:

Philosophical Transactions of the Royal Society

  • Years 1849-1869 (series 1-4) are available via the Internet Archive and Google Books. 1849-1850:series 1 volume 1, 1850:series 1 volume 2, 1851:series 1 volume 3, 1851:series 1 volume 4, 1852:series 1 volume 5, 1852:series 1 volume 6, 1853:series 1 volume 7, 1853:series 1 volume 8, 1854:series 1 volume 9, 1854:series 1 volume 10, 1855:series 1 volume 11, 1856:series 1 volume 12, 1856:General Index: Series 1, 1856:series 2 volume 1, 1856:series 2 volume 2, 1857:series 2 volume 3, 1857:series 2 volume 4, 1858:series 2 volume 5, 1858:series 2 volume 6, 1859:series 2 volume 7, 1859:series 2 volume 8, 1860:series 2 volume 9, 1860:series 2 volume 10, 1861:series 2 volume 11, 1861:series 2 volume 12, 1862:General Index: Series 2, 1862:series 3 volume 1, 1862:series 3 volume 2, 1863:series 3 volume 3, 1863:series 3 volume 4, 1864:series 3 volume 5, 1864:series 3 volume 6, 1865:series 3 volume 7, 1865: series 3 volume 8 (missing), 1866:series 3 volume 9, 1866:series 3 volume 10, 1867:series 3 volume 11, 1867:series 3 volume 12, 1868:General Index: Series 3, 1868:series 4 volume 1, 1868:series 4 volume 2, 1869:series 4 volume 3, 1869:series 4 volume 4
  • Transcriptions of Notes and Queries are available via Project Gutenberg
  • Years 1843-1862 (volumes 1-20) are available via the Internet Archive. 1843:volume 1, 1844:volume 2, 1845:volume 3, 1846:volume 4, 1847:volume 5, 1848:volume 6, 1849:volume 7, 1850:volume 8, 1851:volume 9, 1852:volume 10, 1853:volume 11, 1854:volume 12, 1855:volume 13, 1856:volume 14, 1857:volume 15, 1858:volume 16, 1859:volume 17, 1860:volume 18, 1861:volume 19, 1862:volume 20

Blackwood's Edinburgh Magazine

Preface from the original site: What is ILEJ?

ILEJ, the "Internet Library of Early Journals" was a joint project by the Universities of Birmingham, Leeds, Manchester and Oxford, conducted under the auspices of the eLib (Electronic Libraries) Programme. It aimed to digitise substantial runs of 18th and 19th century journals, and make these images available on the Internet, together with their associated bibliographic data. The project finished in 1999, and no additional material will be added. See Final Report for conclusions of the project.

The core collection for the project are runs of at least 20 consecutive years of:

Three 18th-century journals

  • Gentleman's Magazine
  • Le registre annuel
  • Philosophical Transactions of the Royal Society

Three 19th-century journals

The 20-year runs were considered the minimum to provide a critical mass of material as perceived by the user. This core may be expanded by the addition of longer runs and/or other titles within the resources available. The project explored variables in the digitisation, retrieval and display processes which could affect both cost of image and index creation and the acceptability to the user. The variables were:

  • image creation: from both paper originals and existing microfilm copies. The effects of resolution, data compression and the use of black/white and grey scales were assessed
  • indexing: effective indexing is essential to user acceptability. The alternatives which were explored are OCRd full-text, both with and without fuzzy matching software, existing electronic indexes and the creation of electronic versions of printed indexes. The use of OCRd full-text is a major source of added value for some of the journals.
  • access to indexed images: from a World-Wide-Web platform.

Information was gathered on who used the service, how frequently and for what purposes and on the acceptability of images and indexes to users. The intended outcome was firm evidence and recommendations on the technological, economic and user acceptability aspects of digitisation which could serve as a basis for the development of a national digitisation programme for out-of-copyright journals.


The Mission of The Record

Adhering to scholarly standards, The New York Genealogical and Biographical Record publishes written works that solve genealogical problems, provide compiled genealogies, make available transcriptions of original records, and offer research guidance relevant to families who have contributed to the rich diversity of what is now New York State.

With its long history of scholarly publication, The Record is an essential New York source for genealogists, historians, and biographers, as well as individuals researching their New York families. It is published four times a year, in January, April, July, and October, and is a benefit of membership in the NYG&B subscriptions to The Record are also available. NYG&B members also have online access to the complete run of The Record.

Every issue of The Record contains articles that preserve the history of the families and individuals who settled in New York. Those articles can include:

  • Solutions to difficult problems, such as identifying a spouse, parents, or another place of residence, with the associated genealogical summary.
  • Compiled genealogies of families beginning with an immigrant (in any time period) and covering the initial generations in America.
  • Compiled genealogies beginning with a later American generation, especially those that illustrate use of unusual sources.
  • Documentation of the origins of New York families in foreign countries or other colonies or states, with the associated genealogical summary.
  • Corrections or additions to a prior article in The Record.
  • Transcriptions or abstracts of genealogically and/or historically relevant records.

The NYG&B Record is one of a handful of highly respected peer-reviewed genealogical publications in the country.

Serious genealogists study its pages to learn about families, sources, history, and genealogical problem-solving techniques. Whether or not the subject of an article is of direct interest in one’s own research, readers can improve their own genealogical knowledge and skills by studying its contents.


The History of Melancholy

Permissions : This work is protected by copyright and may be linked to without seeking permission. Permission must be received for subsequent distribution in print or electronically. Please contact [email protected] for more information.

For more information, read Michigan Publishing's access and usage policy.

Even if the medical concepts involved appear to be completely obsolete, the history of melancholy is of interest to a modern audience for at least two reasons. Melancholia was one of the cardinal forms of madness in earlier times, and its name and concept encapsulate the whole history of humoralism, since melancholia is black bile, one of the peccant humors recognized in Hippocratic and Galenic medicine that have counterparts in the classical system of Ayurvedic medicine in India. A study of humoral medicine that would be respectful of classical phrasings, philosophical tenets and technical concepts of scholarly medicine, might help the modern anthropologist and epistemologist of medicine to elaborate upon concepts currently in use, like somatization, illness as a culturally constructed experience of disease, etc., which have never been grounded on any knowledge of medical history. The history of melancholy is also important to understand the recent developments of cultural psychology.

My first encounter with melancholy was, as a South Asianist, in my research on Ayurvedic psychiatry. I have been attempting to make sense of the alleged relationship between the torments of Love, Grief, and Fear and the vitiation of pneuma and other vital fluids in the body. Earlier reflections published in The Discourse on Remedies in the Land of Spices ( Le Discours des Remedes au Pays des Epices , Paris 1989 English version, Berkeley, forthcoming from the University of California Press) have been followed by a study of patterns common to the Galenic and Ayurvedia Scholarly Traditions of Medicine (Paris, in press). The purpose of my inquiries into the history of melancholy was to make sense of statements such as, ``Love, grief and fear provoke wind,'' which are found in Sanskrit texts, or equivalent statements like Hippocrates's aphorism in Greek, ``Grief and fear, when lingering, provoke melancholia.'' Do such statements relate to some clinical reality, irrespective of the cultural context, which would make the study of classical medical knowledge relevant to modern cultural psychology? Some of the most innovative work on emotion is occurring in cross-cultural research on depression. The publication of Culture and Depression by Arthur Kleinman and Byron Good in 1985 (Berkeley, Univ. of California Press) was a landmark in this field, at the confluent of anthropology, psychology and literary studies. Literary studies are involved, because the most telling expressions of depression, sadness, exhaustion, consumption, loss, grief, and melancholy, are to be found in romance and poetry. Furthermore, these public expressions of affects have been shaping the cultural patterns of affect in our society. Melancholy has been shaped in the form of a culture-bound syndrome, from Latin antiquity through nineteenth century Romanticism, in Western Europe. Similarly, burning out and the drastic wasting of all vital fluids have been shaped in the form of a culture-bound syndrome in India. One interesting conceptual and methodological problem that arises from cross-cultural studies of depression is that of universals of emotion. Is depressive disorder a Western cultural construct or a universal schema? To recognize the existence of such a schema does not mean we must admit that it is a psychobiological process. We can see such schemata rooted in the rhetoric and imagery of scholarly traditions of medicine.

The history of melancholia is that of an innately human experience of suffering becoming the object of a cultural construct. As a mood or emotion, the experience of being melancholy or depressed is at the very heart of being human: feeling ``down'' or blue or unhappy, being dispirited, discouraged, disappointed, dejected, despondent, melancholy, depressed, or despairing many aspects of such affective experiences are within the normal range. Everyone suffers from this kind of metaphorical melancholia, as Robert Burton said, because ``Melancholy in this sense is the character of mortality'' ( The Anatomy of Melancholy , I.I.I.5.), that is, a figure of the human condition. To be melancholic or depressed is not necessarily to be mentally ill or in a pathological state. It is only with greater degrees of severity or longer durations when dispositions are transformed into habits as Burton would say that such affective states come to be viewed as pathological. On choosing to focus on melancholy as a clinical condition, we are faced with the issue of whether it is a disease or some other sort of assemblage of signs and symptoms. But we can rely on the very rich historiography of the theme in literature and philosophy, starting with the Letters of Hippocrates .

When Hippocrates, called by the people of Abdera, to cure Democritus from his alleged madness, went to visit him one day, he found Democritus in his garden in the suburbs at Abdera, under a shady tree, with a book on his knees, busy at his study, sometimes writing, sometimes walking. The subject of his book was Melancholy and madness. About him lay the carcasses of several beasts, recently cut up by him and anatomized, not that he had contempt for God's creatures, as he told Hippocrates, but to find the seat of his black bile or Melancholy, whence it proceeds, and how it was engendered in men's bodies, with the intention that he might better cure it in himself, by his writing and observations. ``I do anatomize and cut up these poor beasts, he said to Hippocrates, to see the cause of these distempers, vanities, and follies,'' which are the burden of all creatures. I have been quoting Robert Burton's paraphrase of the celebrated Letter to Damagetus in the Preface of his Anatomy . Melancholy, or Sorrow in the Eastern traditions of medicine and philosophy, is the very essence of lived experience. This lived experience was described by physicians, in the context of humoral medicine, as materialized in vital fluids, the humors, especially black bile and pneuma. At the core of traditional psychiatry, there is an imagery of fluids, that will thicken and become very similar to the dregs of wine, or turn acrid as vinegar, ferment and give off bubbles of gas, as Galen says of black bile in severe cases of melancholia. This imagery is the materialization of a psychological experience.

Raymond Klibansky, Erwin Panofskky, and Fritz Saxl, in Saturn and Melancholy: Studies in the History of Natural Philosophy, Religion, and Art (London New York, 1964), have commented magnificently upon a classical analysis of melancholy by Aristotle, who used the image of wine to expose the nature of black bile. Black bile, just like the juice of grapes, contains pneuma, which provokes hypochondriac diseases like melancholia. Black bile like wine is prone to ferment and produce an alternation of depression and anger, an alternation of cuthymia and dysthymia (the thymos being the fluid essence of emotion). Fluids are the materialization of mental fluctuations, and this concept of affect remained prevalent down to the nineteenth century. The example of melancholia teaches something of the classical conceptions of relationships between body and mind. It shows, Burton says (L2.5.1), how the body, being material, works upon the immaterial soul, by mediation of humours and spirits, which participate of both, and ill-disposed organs. It illustrates the circle of sympathetic disorders, in which distractions and perturbations of the mind alter the temperature or temperament of the body, which in turn will cause the distemperature of the soul. Therefore, before the advent of Cartesianism, and even later, parallel to the development of intellectualist psychology, there remained an ancient tradition of humoral psychology which is of interest to us, now, in showing us the way to a renewed anthropology of emotions linked to environment, local contexts, climatic factors and dietetic resources.

The history of melancholy teaches us a number of useful concepts, schemes, and analytical constructs that could be used today in the context of social and epistemological studies of medicine. The concept of substitution, for example, was invented by Galen to interpret diseases like melancholy, assuming there was a substantial identity between the flows of humours and the fluctuation of thought. In a chapter of his treatise On the Affected Parts (Book III, chapter 10), Galen locates these fluctuations in the brain conceived of ``as a homoiomeric part,'' that is, as a tissue and not an organ. The brain as a tissue materializes the flow of affects. The thickened humours collected in the brain injure it now as an organ, now as an homoiomeric part, thus creating ``substitutions of epilepsy and melancholia'': epilepsy—when blocking the conduits—and melancholia - when impairing the tissue that materializes emotions. I would surmise that the classical concept of the substitution of two sympathetic affections for one another is still useful today in our analysis of what psychiatrists call somatization. Indeed we must take some distance from classical nosology (the branch of medicine that deals with the classification of diseases), since ancient categories like epilepsy and melancholia do not actually correspond to clinical realities described in scientific medicine. We should also be more precise in the commentary of texts, and Galen's citation should be put back in the context of an elaborate epistemology, where ``affections,'' for example, are carefully distinguished from ``dispositions,'' and ``diseases.'' One of the tenets of medical anthropology for the last twenty years has been to distinguish between disease (an analytical construct) and illness (the culturally informed flow of lived experience). This distinction, invented in the early 1970s by culturally oriented physicians, was not grounded on any historical knowledge. However, all the scholarly traditions of medicine, not only in the West but also in India and elsewhere, have been developing concepts of affections, dispositions and habits, accidents and the trajectory of ``sympathetic diseases,'' in other words, semantic networks that capture the meaning of illness.

The classical knowledge of Humanism and Renaissance medicine culminated in Robert Burton's Anatomy of Melancholy in the beginning of the seventeenth century, and I shall conclude this brief review by mentioning the recent publication of a definitive, critical edition (T.C. Faulkner, N. K. Kiessling and R. L. Blair, Eds., Oxford, Clarendon Press, Three Volumes, 1989-1994). One might very well conclude that this masterpiece of English literature has no longer anything to teach us in the domain of medicine, but it is of the utmost interest to any anthropologist or cultural psychologist studying emotions. Emotions have come to the forefront of contemporary social science research, because we have come to recognize that they play the central role in cognition as well as in politics. Emotions have been traditionally approached through the study of rhetoric. The cultural shaping of sentiments in Europe from the Renaissance onwards, as Norbert Elias has shown in his celebrated book The Civilization of Manners , was based on classical rhetoric. Elegant figures of speech borrowed from the Latin manuals of rhetoric were transposed into elegant manners to be displayed by the well-educated ladies and gentlemen. But this transposition of rhetoric into manners is also to be observed in the domain of classical medicine. What is of interest to us in Robert Burton's Anatomy is not so much the contents as the format, the very project of an anatomy—displaying What it is, With all the kinds, causes, symptoms, prognostics, and several cures of it, Philosophically, Medicinally, Historically opened and cut up (as the subtitle reads)— and the rhetoric used to describe and analyze the flow of experience. Let me just give here a sample of congeries (work heaps) and Senecan style (curt style, with abruptness and jaggedness) used to convey the sense of an epidemical disease (from the Preface). ``And to omit all impertinent digressions, to say no more of such as are improperly melancholy, or metaphorically mad, lightly mad, or in disposition [``disposition'' being contrasted with ``disease'' proper], as stupid, angry, drunken, silly, sottish, sullen, proud, vainglorius, ridiculous, beastly, peevish, obstinate, impudent, extravagant, dry, doting, dull, desperate, harebrain, and mad, frantic, foolish, heteroclite, which no new hospital can hold, no physick [medicine] help my purpose and endeavor is, in the following discourse, to anatomize this humour of Melancholy [i.e., black bile], through all his parts and species, as it is a habit or an ordinary disease, and that philosophically, medicinally, to show the causes, symptoms, and several cures of it, that it may be better avoided. and that splenetic hypochondriacal wind especially, which proceeds from the spleen and short ribs. Being then as it is, a disease, that so often, so much crucifies the body and mind.'' The history of melancholy thus based on classical readings is a history of the traditional rhetoric of emotions, and the figures of speech are as many keys to the observation of behavior in clinical settings as well as in ethnographic fieldwork.

We tend to assume that illnesses are universals. We argue that, whether or not a particular society treats depression as a disease, for example, the syndrome of chronic exhaustion is a ubiquitous illness behavior that can be described and interpreted in all sorts of situations and contexts. Therefore, the task of anthropology in a clinical context is to interpret illness meanings. The patient's body idiom, beyond the physical pain, may be expressing the pain of failure, the pain of loneliness, soliciting love and support and warding off distressing thoughts, but we must find appropriate modes of discourse to translate the patient's body idiom. The history of classical medicine and related literature, including belles lettres and Renaissance rhetoric, might provide us with tools for such interpretive tasks.

Francis Zimmermann holds the chair of South Asian Anthropology and the History of Science, at the School for Advanced Studies in the Social Sciences, Paris. He lectured at the University of Michigan on December 16, 1994, on universals in the scholarly traditions of medicine the event was co-sponsored by the Working Group on Health of the International Institute and the Center for South and Southeast Asian Studies.


Voir la vidéo: Comment choisir la revue pour publication scientifique? (Janvier 2022).