Des articles

Les bandes de guerriers, les seigneurs de guerre et la naissance des tribus et des États au premier millénaire après JC en Europe centrale

Les bandes de guerriers, les seigneurs de guerre et la naissance des tribus et des États au premier millénaire après JC en Europe centrale


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Les bandes de guerriers, les seigneurs de guerre et la naissance des tribus et des États au premier millénaire après JC en Europe centrale

Par Heiko Steuer

Guerre et société: perspectives archéologiques et anthropologiques sociales, édité par Ton Otto, Henrik Thrane et Helle Vandkilde (Aarhus, 2006)

Introduction: J'ai l'intention de formuler un modèle sur la guerre. Mais ce n'est pas la guerre elle-même qui sera considérée sous tous ses aspects (Steuer 2001; Jorgensen et Clausen 1997), mais plutôt les causes et les effets des guerres menées par les seigneurs de guerre et leurs bandes de guerriers. Les guerres du 4ème siècle avant JC au 10ème / 11ème siècle après JC seront prises en compte dans la conception du modèle - des guerres s'étendant sur une période de plus de mille ans, des anciens Celtes aux Normands. Sur la base des rapports dans les sources écrites, les phénomènes caractéristiques (Erscheinungen) seront retenus comme critères pour définir ce type de guerre. Tous les critères ne pourront pas être obtenus pour chaque époque, mais dans l’ensemble, un nombre varié de critères peut confirmer la comparabilité des conflits armés et donc aussi leurs antécédents sociopolitiques. (Ce modèle n'est pas une thèse nouvellement formulée. La plupart se trouvent dans Wells 1999). La question de l'expression de ces événements dans les sources archéologiques ne sera posée qu'en second lieu, et on montrera que, contrairement à l'opinion générale, les bandes de guerriers ne peuvent jamais, ou rarement, être reconnues par des méthodes archéologiques. Au contraire, après la conclusion du processus socio-politique - la naissance des tribus et des États - l'occupation ultérieure des terres à la suite de ces guerres laisserait des traces sur les vestiges archéologiques.

Les sociétés celtiques et germaniques de l'Europe centrale du premier millénaire étaient en constante évolution. Ces variations sont apparues régulièrement, dans une certaine mesure par vagues ou phases. Nous pouvons faire abstraction des règles; mais l'histoire ne se répète pas, c'est pourquoi les différentes époques ne sont pas complètement identiques. Les différents rapports dans les sources écrites décrivent ce changement de manière indirecte. Les noms enregistrés des groupes actifs - nous les appellerons tribus après César, Tacite et le plus tard Ammianus Marcellinus - émergent et disparaissent à nouveau. Les noms des tribus à l'époque de César (100-44 avant JC) (De Bello Gallico, 58-52 BC) diffèrent de celles de l'époque de Tacite (55-116 / 120 AD) (Germanie, 98 AD) ou ceux d'Ammianus Marcellinus (seconde moitié du IVe siècle), Grégoire de Tours (vers 540-594) (Historia Francorum), ou à l'époque des historiens carolingiens et ottoniens. Entre chacun de ces rapports, entre 150 et 250 ans, l'équivalent de cinq à huit générations.


Voir la vidéo: films rp Les grands guerriers de lhistoire (Mai 2022).