Des articles

«Car nous qui étions occidentaux sommes devenus orientaux:» L'évolution des intermédiaires en Orient latin, 1095-1291

«Car nous qui étions occidentaux sommes devenus orientaux:» L'évolution des intermédiaires en Orient latin, 1095-1291


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

«Car nous qui étions occidentaux sommes devenus orientaux:» L'évolution des intermédiaires en Orient latin, 1095-1291

Par K. A. Tuley

Thèse de recherche avec distinction, Ohio State University, 2012

Introduction: Le bassin méditerranéen à l'époque médiévale était lui-même une zone de contact culturel, où juifs, musulmans et chrétiens de diverses sectes et langues se rencontraient, échangeant des idées, des biens et des batailles. La bande de territoire côtier levantin d'Ascalon au sud jusqu'à Antioche et Edessa au nord conquise par les pèlerinages armés maintenant appelés les croisades est connue sous le nom d '«États croisés», mais je trouve que l' «Est latin» est plus titre exact: les Européens venus au Levant ont rapidement perdu l'idéologie de la guerre totale associée aux croisés et ont développé une identité basée sur le fait d'être des Latins dans et de l'Est. Au fil des générations, ils s'intègrent plus complètement à la politique et à la société de la région, tout en conservant une identité latine distincte.

Les intermédiaires étaient une composante vitale de cette nouvelle société, souvent presque entièrement ignorée par l'érudition moderne, qui contourne les interprètes et les diplomates qui se déplaçaient entre les Latins et les musulmans. Les sources historiques elles-mêmes mettent rarement l'accent sur ces individus, et les historiens ultérieurs ont suivi leur exemple; aucun savant n'en a rédigé une étude cohérente, aucun ouvrage n'examine leur rôle depuis l'arrivée des latins à Constantinople en 1097 jusqu'à la perte finale d'Acre, le dernier bastion latin du continent, en 1291.

En lisant attentivement les sources disponibles en traduction, en particulier celles de l'arabe, du grec, du latin et du français, j'ai comblé cette lacune dans la bourse d'études des croisades, en rassemblant les incidents isolés mentionnant des interprètes, des envoyés et des négociateurs. En retraçant les actions de ces intermédiaires, leurs relations avec les contemporains, et leur présentation dans les sources, il est possible de tracer l'évolution d'une identité latine au Levant du nouveau venu au local. Cette identité n'était ni statique ni directement corrélée au temps passé au Levant; au contraire, les changements dans les réalités politiques ont directement affecté la dynamique sociale de la région. Les relations des intermédiaires avec les musulmans et les chrétiens latins ont changé à la fois avec le temps et avec l’équilibre des pouvoirs entre les Latins autochtones, les musulmans locaux et les croisés d’Europe, ce qui représente l’ajustement constant de l’identité latine en Orient.


Voir la vidéo: La Première Croisade - Baudouin 1er - Kiliç Arslan - Alexis Comnène (Mai 2022).