Des articles

«Nous qui sommes tous des joueurs»: construire le tennis moderne

«Nous qui sommes tous des joueurs»: construire le tennis moderne


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

«Nous qui sommes tous des joueurs»: construire le tennis moderne

Par Winfried Schleiner

Aethlon: le journal de la littérature sportive, Vol.22: 1 (2004)

Introduction: Je commencerai par deux strophes d'un poème personnel sur le tennis, pas le mien, mais celui de quelqu'un qui se sentait tout aussi vieux en jouant au jeu, alors qu'il n'avait que quarante-cinq ans - apparemment un âge mûr au 15ème siècle. C'est par l'un des plus hauts nobles français de l'époque, Charles d'Orléans (1391-1465), fait prisonnier contre rançon par les Anglais à la bataille d'Agincourt, après quoi il fut contraint de vivre en Angleterre pendant des décennies (à partir de 1415 jusqu'en 1440, date de sa libération). Puisqu'il semble donner son âge à 45 ans dans le poème, on peut hardiment le revendiquer pour la littérature anglaise.

J'ai tellement joué au tennis avec Age
Que maintenant j'ai [ou ai le score de] quarante-cinq.
Nous jouons pour de bons paris, pas pour rien.
Je me sens assez fort et puissant
Pour garder mon jeu jusqu'à maintenant,
Je ne crains rien d'autre que l'inquiétude….

La vieillesse irrite avec la douleur
Parce que le jeu prend tellement de temps,
Et dit dans sa langue méchante,
Qu'à partir de maintenant elle le fera
Mark [compte?] Les poursuites, pour être désagréable pour moi;
Mais je m'en fiche, je la défie
Je ne crains rien d'autre que l'inquiétude.

Vous souhaitez soutenir l'histoire en ligne? Devenez un constructeur d'histoire


Voir la vidéo: Le joueur de tennis relou au changement de côté Sketch (Mai 2022).