Podcasts

L'Hostie à la fin du Moyen Âge: superstitions, foi, miracles et magie

L'Hostie à la fin du Moyen Âge: superstitions, foi, miracles et magie


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

L'Hostie à la fin du Moyen Âge: superstitions, foi, miracles et magie

Par Andrea Maraschi

Publié en ligne (2015)

Introduction: Le problème de la prise et du métabolisme du Christ avait été une préoccupation majeure à l'époque médiévale. De nombreux intellectuels ont consacré leur énergie à ce sujet épineux: de l’interprétation littérale de Pascasius Radbert dans la première moitié du IXe siècle, à la «ligne de pensée plus symbolique et spiritualiste» de Ratramnus; de la position de l'hérétique Bérengar de Tours au XIe siècle, à celle de Lanfranc du Bec, qui fut apparemment le premier à appliquer les catégories aristotéliciennes de substance et d'accident à l'Eucharistie, concluant que la présence du Christ dans le pain et le le vin était physique et impliquait un changement de substance - une transsubstantiation: une formule qui ne serait utilisée qu'au XIIe siècle, mais qui serait validée et corroborée au quatrième concile de Latran de 1215, puis au concile de Trente. Entre-temps, en 1264, le pape Urbain IV avait ajouté la fête du Corpus Christi au calendrier liturgique (même si elle ne se répandrait dans toute l'Europe qu'au XIVe siècle), visant à célébrer et à «attirer l'attention» sur le sacrement de l'Eucharistie .

Mais analysons plus en détail ce qui se cache derrière le concept de théophagie.

Voir égalementQuand les banquets étaient dangereux pour l'âme par Andrea Maraschi


Voir la vidéo: Satan Instrument de liberté (Mai 2022).