Podcasts

D'Agincourt (1415) à Fornovo (1495): aspects de l'écriture de la guerre dans la littérature historiographique française et bourguignonne du XVe siècle

D'Agincourt (1415) à Fornovo (1495): aspects de l'écriture de la guerre dans la littérature historiographique française et bourguignonne du XVe siècle


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

D'Agincourt (1415) à Fornovo (1495): aspects de l'écriture de la guerre dans la littérature historiographique française et bourguignonne du XVe siècle

Par Georges Henri Pascal Le Brusque

Thèse de doctorat, King’s College London, 2001

Résumé: L’objet de cette thèse est d’enquêter sur certains aspects majeurs de l’écriture historiographique de la guerre en France et en Bourgogne, de l’invasion de la France par Henri V en 1415 aux premières guerres d’Italie. Une méthodologie comparative est utilisée pour étudier l’émergence et la mise en place, en Bourgogne, puis en France, d’une rédaction officielle et semi-officielle des guerres princières; ces comptes faisant autorité sont comparés aux versions indépendantes. La thèse démontre que l'écriture de guerre promue par les ducs de Bourgogne a grandement influencé les chroniques françaises, bien que les caractéristiques nationales spécifiques de l'écriture française de la guerre de la première Renaissance soient également illustrées.

L'évolution de l'écriture de la guerre est examinée à travers l'analyse du traitement, par les contemporains, d'épisodes choisis de l'histoire française et bourguignonne, allant chronologiquement de 1415 à 1500. Deux thèmes sont considérés: l'idéologie des guerres du prince, et la représentation des soldats du prince. Les deux sont liés, car l’intérêt du prince était que ses agents dans ses guerres - principalement la noblesse - acceptent et soient flattés par leur représentation dans les comptes rendus des actes du prince. Le développement d'un discours propagandiste dans l'historiographie officielle de la Bourgogne et de la France est tracé; une attention particulière est accordée au concept de guerre de magnificence, qui se situe, en ce qui concerne la Bourgogne, dans le contexte des efforts de croisade de Philippe le Bon. La crise vécue en Bourgogne, avec l’échec pratique des Ducs » guerres de magnificence, contraste avec le discours propagandiste français, qui apparaît de plus en plus confiant à mesure que la France sortit victorieusement du traumatisme de la guerre de Cent Ans et devint, à travers les guerres d'Italie, une redoutable nation conquérante. L'évolution, dans l'historiographie française, de l'épopée de Jeanne d'Arc démontre plus précisément la mise en forme du discours sur la guerre défensive, tandis que le traitement de la guerre offensive est vu à travers les récits de la descente de Charles VIII en Italie.

Introduction: Notre fantasme du Moyen Âge résonne avec le vacarme des trompettes, le choc des armures et le hennissement des chevaux. Aussi romantique ou dramatique que soit cette image, elle est assez hyperbolique: Philippe Contamine, l'expert français reconnu de la guerre médiévale, a récemment souligné que le Moyen Âge était `` une periode faussement militaire '', concluant par les mots: `` Le Moyen Age a aussi connu les paix, la paix ». Mais Contamine a également reconnu que, même en temps de paix, la guerre était un élément de l’horizon habituel de l’homme médiéval; l'imposante présence de forteresses, par exemple, était un rappel constant que la guerre pouvait toujours éclater. La guerre était considérée comme un ingrédient prédestiné de la vie; cela s’exprime, par exemple, dans les premières lignes de Jean de Bueil Jouvencel, un manuel du XVe siècle pour les candidats à une carrière militaire, comme l'explique l'auteur: `` Au, commencement de ce monde, apres que Dieu eut cree l'homme et la femme et qu'il eut produit toutes choses pour servir ä l'homme […], Ne fut pas longuement la terre en paix ». L'envie était la source du tout premier conflit, quand Caïn tua son frère Abel; jaillissant des graines de la discorde, la guerre étendit bientôt ses branches dans le monde entier.


Voir la vidéo: LA LITTÉRATURE FRANÇAISE AU DIX SEPTIEME SIÈCLE (Mai 2022).


Commentaires:

  1. Derrek

    Ce message est génial))), je me demande :)

  2. Samuro

    Ce sont des informations précieuses

  3. Salim

    Il y a quelque chose dans ce domaine. Maintenant, tout est clair, merci pour votre aide dans cette affaire.

  4. Derrian

    Grand message bravo)))

  5. Thierry

    Je pense qu'ils ont tort. Essayons de discuter de cela. Écrivez-moi dans PM, cela vous parle.

  6. Dujinn

    Ce sujet est tout simplement incomparable :), j'aime vraiment))))



Écrire un message