Podcasts

Deux morceaux de polyphonie médiévale inaperçus

Deux morceaux de polyphonie médiévale inaperçus

Deux morceaux de polyphonie médiévale inaperçus

Par David Hiley

Chant des plaines et musique médiévale, Volume 1, numéro 2, 1992

Introduction: Les deux pièces présentées et brièvement discutées dans cet article sont jusqu'à présent restées inaperçues en raison de la manière de leur notation. Dans chaque cas, des morceaux de polyphonie à deux voix ont été notés avec les deux voix séparées, au lieu de la notation de partition qui est habituelle depuis, à peu près, la seconde moitié du douzième siècle.

Dans un cas, la séquence Magnus deus dans universa terra dans un manuscrit de Marchiennes du XIVe siècle, une seconde voix a été ajoutée à la fin du livre dans laquelle la mélodie habituelle avait déjà été enregistrée. Dans l'autre cas, la chanson Ad honorem regis sutnnti dans le soi-disant Codex Calixtinus, les deux voix sont notées successivement, le verset 1 du texte étant donné avec la première voix, le verset 2 avec la seconde voix.


Ces deux méthodes de notation sont désormais bien connues. Le style musical des pièces est également sans particularité. Je me suis donc senti justifié de présenter simplement une transcription, un récit de la source du manuscrit et un bref commentaire sur la musique. Aucune de ces découvertes n'est particulièrement spectaculaire; mais ils créent l'espoir que d'autres découvertes de ce genre ne seront peut-être pas rares à l'avenir, ajoutant des détails bienvenus à notre connaissance des types plus modestes de polyphonie pratiqués au Moyen Âge.


Voir la vidéo: Chants Grégoriens Gregorian Chant - Kyrie (Janvier 2022).