Podcasts

Après Soissons: Les dernières années de Charles le Simple (923-929)

Après Soissons: Les dernières années de Charles le Simple (923-929)


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Après Soissons: Les dernières années de Charles le Simple (923-929)

Par Fraser McNair

Reti Medievali Rivista, Volume 18, numéro 2, 2017

Introduction: A l'automne 923, désespéré d'alliés, le roi Charles le Simple se rendit en privé avec le comte Heribert II de Vermandois, cherchant à gagner son soutien. Au lieu de cela, Heribert l'a saisi et emprisonné. Le moment clé de la fin du règne de Charles fut la bataille de Soissons, livrée le 15 juin 923. Charles, qui avait provoqué la bataille, subit une défaite stratégique et fut abandonné par la majeure partie de son armée. Les rebelles des Francs occidentaux ont donné leur loyauté à Ralph, souverain de la Bourgogne, qui restera sur le trône jusqu'en 936. Charles resta prisonnier pour le reste de sa vie. Ce fait est souvent pris pour acquis par les historiens; cependant, à la réflexion, il doit figurer parmi les aspects les plus remarquables d'un règne remarquable.

Les tentatives de destitution des monarques carolingiens, bien que loin d'être universellement infructueuses, étaient généralement difficiles et toujours risquées. L'arrière-grand-père de Charles, Louis le Pieux, avait été renversé et emprisonné par ses fils, mais était revenu au pouvoir en quelques années. Le cousin de Charles, Pippin II d'Aquitaine, a été privé de pouvoir par Charles le Chauve à plusieurs reprises, mais a pu organiser de fréquents retours. Le fils de Charles, Louis d’Outremer, a été capturé par les Vikings et jeté en prison; mais finalement lui aussi a été libéré et rétabli au pouvoir.

L'emprisonnement ne neutralisait pas nécessairement les rois politiquement, et pour un roi emprisonné le rester était rare. Retirer un roi du pouvoir en permanence exigeait la volonté politique et la finesse non seulement pour orchestrer un réalignement aussi profond de la scène politique, mais pour s'assurer que le changement se perpétue. Ce n’était pas une mince tâche et, de toute évidence, peu d’entre eux pouvaient réussir. La fin du règne de Charles, à cet égard, est remarquable (bien que peut-être malheureusement pour lui) car il n’a pas pu organiser un retour. Même ici, cependant, le processus de sa destitution s'est étalé sur plusieurs années et est resté au centre de la politique des Francs occidentaux.


Malgré cet intérêt potentiel en tant qu'étude de cas, les historiens n'ont pas eu tendance à accorder une attention particulière aux dernières années de Charles. Dans son récit extrêmement utile du début et du milieu des années 920, par exemple, Büttner ne fait aucune mention du rôle politique de Charles après son emprisonnement. Même l’étude la plus récente et la plus approfondie sur le règne de Charles, réalisée par Geoffrey Koziol, va jusqu’à l’emprisonnement de Charles et pas plus loin. C’est en grande partie parce que Koziol se concentre sur les diplômes de Charles et que Charles n’en a délivré aucun après 923; néanmoins, il laisse une lacune historiographique importante.

Image du haut: Charles le Simple, par Georges Rouget, 1838


Voir la vidéo: R I P CHARLES 2020-2022 (Mai 2022).


Commentaires:

  1. Tull

    Smiled thanks ...

  2. Tyger

    Il y a de petites remarques, bien sûr ... mais en général, tout est vrai. Bon blog, ajouté aux favoris.

  3. Artaxiad

    Merci pour l'explication, je pense aussi que le plus simple est le mieux ...

  4. Tubar

    Tu as raison, c'est sûr



Écrire un message