Podcasts

La Cité de Dieu sur Terre: Augustin à la cour de Charlemagne

La Cité de Dieu sur Terre: Augustin à la cour de Charlemagne


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Par Shari Boodts

Saint Augustin (354-430) est l'un des penseurs les plus influents du monde occidental. Ses réponses aux questions profondes de la vie ont façonné la civilisation occidentale à un degré sans précédent. Comment le Moyen Âge a-t-il connu ce grand Père de l'Église? Comment sa grande œuvre a-t-elle survécu aux près de seize siècles depuis sa mort? C'est le septième d'une séries qui regarde par-dessus l'épaule des lecteurs médiévaux pour découvrir comment ils ont façonné l'héritage d'Augustin et créé une image de l'homme qui a duré jusqu'à notre époque.

Les historiens conservateurs avaient coutume de dire que le règne de Charlemagne, de 768 à 814, était l'époque où l'Europe sortait enfin de l'âge sombre dans lequel elle était plongée depuis la chute de l'Empire romain. Alors que la notion du Moyen Âge «sombre» n’est - heureusement - plus à la mode, la Renaissance carolingienne, ses efforts de réforme, son système éducatif et sa production de livres continuent d’inspirer. Il n'est pas surprenant qu'Augustin soit, une fois de plus, au centre de cette richesse intellectuelle.

En fait, c'est, beaucoup le stipulent, en ce moment dans le temps qu'Augustin atteignit véritablement son statut d'autorité inattaquable, figure sainte et exemplaire d'un passé plus parfait que le présent. Les Carolingiens copiaient, lisaient, discutaient et aimaient généralement beaucoup Augustin. Cela était certainement vrai aussi pour les échelons supérieurs de la société carolingienne. Aujourd’hui, regardons la position d’Augustin au cœur même du pouvoir.

Dîners de Charlemagne

En 800, quand il fut couronné empereur, Charlemagne avait conquis un royaume couvrant aujourd'hui la France, la Suisse, la Belgique, les Pays-Bas, une grande partie de l'Italie et de l'Allemagne, et une bonne partie de l'Autriche et de l'Espagne. Il s'est battu non seulement pour la domination militaire, mais a mis ses compétences organisationnelles exceptionnelles au service d'unification et de christianisation des peuples païens sous son règne. Einhard, le biographe de Charles, nous donne de nombreux aperçus intrigants de la vie quotidienne de l’empereur, y compris de ses habitudes alimentaires (ch.24):

«À table, il écoutait de la lecture ou de la musique. Les sujets des lectures étaient les histoires et les actes du passé; il aimait aussi les livres de saint Augustin, et en particulier celui intitulé La Cité de Dieu.”

Charles a peut-être été fasciné par la description d'Augustin du dirigeant chrétien idéal dans le livre 5, le soi-disant «miroir des princes». Mais c'était peut-être plus que cela. Certains historiens pensent que Charlemagne a vu La Cité de Dieu le but ultime de son empire. S'il est douteux qu'Augustin ait jamais envisagé une Cité de Dieu sur terre lorsqu'il a écrit son grand traité, il n'a pas pu contrôler l'interprétation des lecteurs ultérieurs de l'ouvrage. De nombreux lecteurs ont vu un plan de l'État chrétien idéal dans la Cité de Dieu et ont cherché à donner vie à cette vision.

Si tel était également le but de Charles, il se rendit vite compte qu’il pouvait avoir besoin d’aide. Ainsi, lorsqu'un homme brillant du nom d'Alcuin d'York visita le continent, Charles l'invita à rejoindre sa cour.

La répartition spirituelle d'Alcuin

Alcuin d'York peut à juste titre être appelé l'un des plus grands hommes de la période carolingienne. En tant que bras droit de Charles, il s’est avéré un formidable allié dans la réalisation des objectifs ambitieux de Charles en matière de réforme de l’éducation et de l’Église. Alcuin était imprégné de la pensée et des écrits d'Augustin, à la fois directement et indirectement: il est probable qu'il ait apporté une copie de la compilation augustinienne de Bede sur le continent (ce qui a assuré sa survie d'ailleurs, nous n'avons plus d'exemplaires insulaires, seulement la branche continentale du manuscrit la tradition a survécu). Cependant, alors que Charles et Alcuin avaient tous deux un amour pour Augustin, ils n'étaient pas toujours d'accord sur la façon de l'interpréter.

Une tache décidément noire sur le disque de Charlemagne est le massacre de Verdin, où il a ordonné le meurtre de 4500 prisonniers saxons lorsqu'ils ont refusé de se convertir au christianisme. Alcuin n’était pas un fan des expéditions militaires interminables de Charles et s’est opposé avec véhémence à cette action «barbare» en particulier, affirmant qu’Augustin, dans sa Cité de Dieu, préconisait d’abord et avant tout un royaume pacifique. Charles, lui aussi, recourut à Augustin, mais le lit différemment. Il pensait qu'Augustine était d'avis que la conversion par la contrainte du gouvernement valait mieux que de risquer la damnation éternelle.

Le fait qu'Alcuin se soit senti à l'aise d'être ouvertement en désaccord avec Charles est un témoignage de leur appréciation mutuelle de la vision et des capacités de l'autre. Un autre exemple de ce lien facile est un échange qui aurait eu lieu, où Charles, après avoir maîtrisé les grandes œuvres d'Augustin et de Jérôme, s'est exclamé à Alcuin: «Pourquoi ne puis-je pas avoir une douzaine de savants comme ça dans mon rechercher?" A quoi Alcuin rétorqua avec humour: «Quoi!? Dieu lui-même n'avait que ces deux et vous en voulez douze!

Le penchant poétique d’Angilbert

Bien que moins célèbre que les deux premiers Carolingiens de cet article, Angilbert était un membre éminent des cercles supérieurs proches du trône. Charles le fit «primicerius» à son fils Pépin d’Italie, une sorte de secrétaire particulier, conseiller et confesseur. Plus tard, il devint abbé de l'important monastère de St Riquier où il exécuta un programme de construction innovant et influent. Enfin, juste pour montrer que le célibat parmi le clergé était apparemment plus une suggestion qu'une règle, il a été impliqué dans une relation amoureuse avec Bertha, la fille de Charles, qui a produit deux fils, dont l'un, Nithard, deviendrait à son tour abbé de St Riquier.

Angilbert a incorporé la pensée d’Augustin dans une philosophie esthétique qui a façonné sa position dans les débats théologiques et même dans son programme de construction à St Riquier. Plus concret, il fit faire une copie manuscrite du traité d’Augustin Sur la doctrine chrétienne, l’un des piliers de la réforme de l’éducation carolingienne, qu’il a offerte à Louis le Pieux, fils et successeur de Charles. Le manuscrit contenait un poème dédicatoire d'Angilbert. Je vous en donne quelques lignes:

Ici brillent les dogmes respectueux d'Augustin Aurèle,
Ce qu'il a mis en avant sur un enseignement qui nourrit.
Celles-ci vous apprennent beaucoup de choses, lecteur, parce que vous cherchez honnêtement,
Si vous désirez déplier les écrits sacrés du livre.

Pénitence stimulante de Louis

À la mort de Charlemagne en 814, son fils Louis hérita de l'empire, devenant son seul dirigeant après - commodément - la mort de ses frères aînés. Si son père est célèbre pour avoir mis toute l'Europe occidentale à genoux, Louis le Pieux, son fils et successeur, est célèbre pour se mettre lui-même à genoux.

Il l’a fait deux fois, en guise de pénitence publique devant ses évêques et son peuple, à la fois pour ses propres méfaits et pour les moments moindres de la carrière de son père. À la première catégorie appartenait le fait qu'il avait son neveu, Bernard, roi d'Italie, aveuglé pour s'être élevé contre son règne. Bernard n’a pas survécu à cette brutalité, ce qui pesait lourdement sur la conscience de Louis.

Les actes de pénitence de Louis eurent lieu lors de deux des plusieurs conciles de l’Église, à Attigny en 822 et à Soissons en 833. Ces réunions rassemblèrent l’élite ecclésiastique et laïque de l’empire pour discuter des questions d’Église et d’État. C'est là aussi qu'Augustin a joué son rôle - un parmi plusieurs Pères de l'Église, il faut le dire. Utilisé comme exemple de sagesse pastorale, invoqué comme une autorité sur le dogme, ou cité comme source historique, le nom d'Augustin est dispersé dans les annales des conciles qui ont eu lieu sous le règne de Louis.

Les pénitences publiques de Louis ont fait beaucoup de bruit - cela faisait quatre siècles depuis la dernière fois qu’un empereur romain avait commis cet acte. Ambrose de Milan, contemporain et mentor d’Augustine, a présidé le dernier, par Théodose Ier, en 390 après JC. Mais, fait intéressant, ces actes d’humilité ne semblent pas avoir diminué le pouvoir de Louis. Au contraire, il est ressorti plus fort à chaque fois - la deuxième fois, certes après une brève période où il a été en fait dépouillé de son pouvoir et incarcéré. Pourtant, il se releva et régna d'une main forte jusqu'à sa mort en 840.

Nous nous attarderons un peu plus longtemps dans l’Empire carolingien, car c’était aussi le foyer de l’homme qui a probablement lu plus d’œuvres d’Augustin que quiconque avant lui. Il s'appelait Florus de Lyon et le mois prochain je vous dirai pourquoi il rend les historiens, philologues et paléographes étourdis de joie.

Lectures complémentaires:

A.D. Fitzgerald (éd.), Augustin à travers les âges. Une encyclopédie, Grand Rapids / Cambridge, 1999

S.A. Rabe, Ex Patre Filioque: Saint-Riquier à l'époque carolingienne (Thèse de doctorat), Loyola University Chicago, 1985

J.L. Timmerman, Beati Patres: Usages d'Augustin et de Grégoire le Grand aux Conseils de l'Église carolingienne, 816-836 (Thèse de doctorat, University of British Colombia Vancouver), 2015.

Shari Boodts est chercheuse principale à l'Université Radboud de Nimègue, aux Pays-Bas, où elle dirige un projet de recherche européen sur les sermons patristiques au Moyen Âge. Vous pouvez en apprendre plus sur Shari chez ellesite Internet ouPage Academia.edu.

Image du haut: Charlemagne et Alcuin, peints en 1830, au Louvre


Voir la vidéo: Critique la cité de Dieu (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Voodoolkree

    Non, je ne peux pas vous le dire.

  2. Tarrin

    Je considère que vous commettez une erreur. Discutons-en.

  3. Njau

    Magnifique pensée

  4. Groktilar

    Très bien !!! 5+

  5. Avital

    Je suis désolé, mais je pense que vous vous trompez. Je suis sûr. Je propose d'en discuter. Envoyez-moi un courriel à PM, nous parlerons.

  6. Vilabar

    Un message très utile

  7. Wickam

    Où ici contre le talent

  8. Shepard

    Thank you for the article .. Relevant to me now .. I took myself to re-read it.



Écrire un message