Podcasts

L'Académie médiévale condamne la menace américaine contre les sites culturels iraniens

L'Académie médiévale condamne la menace américaine contre les sites culturels iraniens


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

L'Académie médiévale d'Amérique s'est jointe à plusieurs autres organisations universitaires pour condamner la récente menace du président américain Donald Trump de bombarder des sites culturels en Iran.

Alors que les tensions entre les États-Unis et l'Iran se sont considérablement accrues ces derniers jours, le président américain a apparemment créé une liste de 52 sites en Iran qu'il aurait détruits. Le nombre de sites est en représailles à un événement survenu en 1979 pendant la révolution islamique en Iran, lorsque 52 membres du personnel de l'ambassade américaine ont été retenus en otage pendant plus d'un an.

Le président Trump n'a pas précisé quels étaient ses objectifs, mais conversations avec des journalistes a clairement indiqué qu'il incluait des sites culturels. "Ils sont autorisés à torturer et mutiler notre peuple", aurait-il déclaré. «Ils sont autorisés à utiliser des bombes en bordure de route et à faire exploser notre peuple. Et nous ne sommes pas autorisés à toucher leur site culturel? Cela ne fonctionne pas de cette façon. "

Depuis ces commentaires, de nombreux politiciens et militaires américains ont nié que c'était le cas ou qu'ils donneraient suite aux ordres d'attaquer de tels sites. La menace a également été largement condamnée dans le monde entier, beaucoup indiquant que de telles actions constitueraient un crime de guerre au regard du droit international. Les États-Unis sont signataires de la Convention de La Haye de 1954 sur la protection des biens culturels en cas de conflit armé, et a précédemment condamné les attaques contre des sites culturels par les talibans en Afghanistan et État islamique en Irak et en Syrie.

Parmi ceux qui condamnaient les menaces figuraient l'Académie médiévale d'Amérique, qui a publié un déclaration sur leur site Web, déclarant qu'ils ont rejoint «nos sociétés savantes sœurs pour s'opposer à la menace du président Trump contre les sites du patrimoine culturel en Iran». Il renvoie à une autre déclaration du Association anthropologique américaine, qui se lit en partie:

Les sites culturels qui risquent d'être endommagés ou détruits par des activités militaires sont irremplaçables et entraînent une perte de civilisation, d'histoire et de compréhension humaine. Le département américain de la Défense a déployé des efforts extraordinaires pour se coordonner avec des experts compétents au cours des deux dernières décennies pour protéger les sites culturels de la région. Ce renversement apparent de stratégie est malavisé, à courte vue et ne servira qu'à mettre en colère le peuple iranien, pour lequel le Président lui-même a professé son admiration personnelle.

La destruction de sites culturels, tout comme le ciblage de civils et de non-combattants, ne doit jamais être considérée comme un objectif militaire. Veuillez informer l’administration de ce que vous pensez de ce problème…

Plusieurs autres organisations universitaires ont également adhéré à cette déclaration, y compris la Society for Biblical Literature et la Society for Classical Studies.

Il existe actuellement 29 sites en Iran qui font partie de Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO, dont plusieurs avec des liens étroits avec l'époque médiévale. PARMI les églises arméniennes, la citadelle de Bam et la mosquée Jameh d'Ispahan. L'Iran abrite également de nombreux sites antiques importants, tels que les ruines de Persépolis.

Image du haut: ville iranienne de Bam. Photo de Diego Delso / Wikimedia Commons


Voir la vidéo: La tension entre Trump et lIran est à son apogée (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Mizuru

    Aurait pu écrire mieux

  2. Jugar

    Peut-être assez pour argumenter ... il me semble que l'auteur a écrit correctement, mais ce n'était pas nécessaire si brusquement. P. S. Je vous félicite pour le dernier Noël!

  3. Cocidius

    En elle quelque chose est. Merci pour l'information.

  4. Douglass

    Tu as tout à fait raison. Il y a quelque chose dedans aussi pour moi, cela semble une bonne idée. Je suis d'accord avec toi.

  5. Vasek

    Cela ne me convient pas.

  6. Iago

    Quelle question remarquable



Écrire un message